Un merci de trop, le premier roman de Carène Ponte

Un merci de trop de Carène Ponte
Copyright : Michel Lafon

Un merci de trop est le premier roman de l’écrivaine française Carène Ponte. Cette fiction romantique naît sous sa première forme en 2013 des nouvelles postées par cette auteure sur son blog Des mots et moi. Juliette, son personnage principal, trouve ses origines au sein d’une histoire courte dans laquelle on découvre déjà ses traits de caractère principaux.

Un merci de trop paraît au mois de juin 2016 dans aux éditions Michel Lafon, avant d’être repris un an plus tard par les éditions Pocket au format poche.

Juliette, une femme loin d’être banale

Un merci de trop conte avant tout le destin de Juliette, une fille bien rangée, presque passive, qui rêve de vivre un jour de ses passions et souhaite s’émanciper de ses lourdes responsabilités de femme adulte pour pouvoir écrire.

Je ne me sentais pas à la hauteur de mes rêves. Pourtant j’en avais quelques-uns. Enfin un, surtout. Écrire.

Mais Juliette a une vie carrée, une vie qui ne lui ressemble pas, une vie qui suit son cours sans jamais en déborder. La jeune femme est conciliante, beaucoup trop conciliante… jusqu’à ce jour fatidique où n’en pouvant plus des remontrances injustifiées, elle décide de démissionner de son travail sur un coup de tête. Cet épisode se révèle décisif dans la suite de ses aventures.

Tour à tour, Juliette expérimente alors des situations saugrenues, amusantes, invraisemblables, tout simplement extraordinaires. On voit cette femme évoluer, être d’autant plus à l’écoute de ses envies, de son corps, de ses besoins.

On dit qu’il n’est jamais trop tard. Que l’on peut toujours devenir celle que l’on est réellement. Que l’on peut croire de nouveau en ses rêves. Et si c’était vrai ?

Un merci de trop propose ainsi une histoire attachante, pleine de tendresse et de rebondissements. Juliette est un personnage que l’on souhaite voir prendre son destin en main, une femme de papier bourrée d’humour dont la vie semble faite de surprises en tout genre.

À l’image de bien des fictions romantiques, quelques-unes des péripéties de Juliette sont facilement prévisibles, ne laissent pas au lecteur de suspense quant à l’issue du roman. Néanmoins une réelle évolution est mise en lumière par la romancière. L’héroïne grandit de ses expériences, apprend de ses « erreurs » : c’est là sa plus grande réussite, la raison pour laquelle ses aventures sont suivies jusqu’au bout.

Par ailleurs, l’histoire de Juliette dans Un merci de trop est, en certains points, l’histoire de son auteure Carène Ponte. En lisant ce premier roman, on découvre également la femme qui se cache derrière ces écrits, une femme qui rêvait de devenir écrivaine, une femme qui aujourd’hui voit son rêve devenir réalité. Ses remerciements et autres petites notes confèrent à cette œuvre une note touchante.

Carène Ponte est aussi l’auteure d’un deuxième roman, Tu as promis que tu vivrais pour moi, paru au cours du mois de juin 2018 chez Michel Lafon.

2 réflexions sur « Un merci de trop, le premier roman de Carène Ponte »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.