La Maison du guet de Mary Higgins Clark, le frisson à l’état pur

La Maison du guet de Mary Higgins Clark
Copyright : Le Livre de Poche

J’ai été tant emballée par ma lecture de Dernière danse que j’ai décidé de replonger cette semaine dans un livre de son auteure Mary Higgins Clark. Depuis déjà quelques mois je me suis offert son premier roman à suspense La Maison du guet, mais par manque de temps, je n’avais pas eu le loisir de m’y mettre. Aujourd’hui c’est chose faite, et j’ai été tout simplement impressionnée par la qualité de celui-ci. Ce livre saura ravir tous les amateurs de thriller tant son écriture semble fluide et pourtant nous obsède.

À ce jour, La Maison du guet est probablement l’ouvrage que j’ai préféré lire de cette écrivaine américaine. Ce roman possède une ambiance très particulière, insoutenable, et les sentiments d’anticipation et d’excitation que crée cette lecture m’ont bouleversée. En France, on retrouve Anne Damour pour la traduction française de ce roman.

Minute après minute, un scénario de plus en plus noir, de plus en plus inquiétant

La Maison du guet démarre avec un prologue cinglant. On y découvre les élucubrations d’un individu qui semble avoir beaucoup à faire, beaucoup à cacher. Cet homme hait Cape Cod, la région péninsulaire dans laquelle il vit. Il déteste tout de son environnement mais pourtant, il trouve un certain plaisir malsain à se trouver ici plutôt qu’ailleurs, à proximité de la demeure de Nancy. Il a d’ailleurs mijoté un plan dont la seule motivation est de détruire cette femme. Cet être pervers est prêt à risquer l’impossible pour la voir souffrir. Nancy est à des années-lumière de s’imaginer ce qui l’attend…

Demain ! Il imaginait l’expression de son visage demain à cette même heure. Exposée à la vue de tous, paralysée par l’angoisse et la terreur, s’efforçant de répondre à la question… la même question dont l’avait harcelée la police sept années auparavant.

Raynor et Nancy Eldredge sont un jeune couple marié, trentenaire, parents de deux enfants Michael et Missy. Ray est un agent immobilier dont la société est bien implantée dans le secteur ; Nancy est une mère au foyer aimante, attentionnée avec ses enfants. De l’extérieur, cette famille semble parfaite et sans histoires ; mais personne, sinon Ray et sa secrétaire Dorothy, ne connaît réellement l’histoire de Nancy.

Nancy Eldredge est en réalité plus connue sous le nom de Harmon, un patronyme qui suggère un passé des plus tortueux. Il y a sept ans, Nancy était une toute autre personne. Elle habitait en Californie et était alors mariée à un certain Carl. Les deux jeunes gens avaient deux enfants en bas-âge prénommés Peter et Lisa. La vie de cette famille paraissait débordante de bonheur jusqu’au jour où Peter et Lisa disparaissent. Ces enfants seront retrouvés assassinés, et Nancy est présumée coupable de ces meurtres sur les dires d’un proche du couple. Quand ce seul témoin oculaire ne se présente pas à sa comparution en justice, le procès est écourté et le jugement est cassé. Cependant, aux yeux de tous, Nancy reste la coupable idéale d’autant plus que son époux se suicide, trop éploré de la mort de ses enfants.

Pour oublier ce traumatisme, chasser sa douleur et fuir toute cette période brouillée, Nancy décide de changer d’apparence et de quitter la côte Ouest pour la côte Est. Elle choisit alors de s’installer au Cape, un endroit rêvé pour le calme et la solitude, la marche en bordure de plage. Les habitants de cette région sont réputés pour être des personnes discrètes et réservées, loin de s’intéresser aux commérages. C’est ici que Nancy rencontrera Ray.

Mais son passé la rattrape… Alors que la jeune maman commence enfin à apprécier la vie et tente de ne plus se soucier à chaque instant de son apparence, un article paraît dans un hebdomadaire local l’identifiant formellement et dévoilant son incroyable histoire, son procès et sa fuite à la communauté du Cape. « L’article commençait par ces lignes : "Quelque part, Nancy Harmon fête aujourd’hui son trente-deuxième anniversaire et le septième anniversaire de la mort de ses enfants qu’elle a été accusée d’avoir assassinés.". »

« Tout le monde au Cape lisait ce journal. Ils sauraient… ils sauraient tous. »
Pire que tout, c’est malencontreusement ce même jour que Michael et Missy disparaissent à leur tour.

Le brouillard se referma complètement sur elle. Les bruits moururent au loin : le cri lugubre de la mouette… le clapotis de l’eau… le silence.

Dès les premières pages de ce livre, on comprend que l’univers de La Maison du guet n’a absolument rien à voir avec celui de Dernière danse ou de La Boîte à musique. Mary Higgins Clark nous offre ici le ressenti de plusieurs de ses personnages, dont celui du fameux « coupable » ; et cette immersion plonge le lecteur dans une atmosphère assez malsaine mais brillamment exécutée. On suit les pensées les plus sombres de ce personnage détraqué et on s’imagine rapidement le pire, à mesure que son cruel dessein s’exécute à la perfection.

Ce roman est un de mes coups de cœur littéraires en matière de thriller. La prouesse de Mary Higgins Clark ici est de nous offrir une histoire tellement noire, tellement macabre que l’on en tourne les pages presque avec effroi. J’ai ressenti chacune des émotions de cette mère désabusée qui revit son pire cauchemar. Cette impression est d’autant plus forte que l’on est en présence d’enfants dont le sort est complètement incertain : c’est ce qu’il y a de plus terrible.

Pour moi, lire ce roman c’était vraiment ressentir le frisson à l’état pur. On a l’envie de continuer, la peur de vivre certains événements, la volonté d’accompagner les personnages dans leurs épreuves… La magie de cet ouvrage ne réside pas dans la recherche de qui peut être le coupable, mais sur le fond et le comment parvenir à neutraliser cet imposteur. Tout semble nous mener vers une fin des plus dramatiques, et rien ne suppose que l’individu en question arrivera à être neutralisé.

Si vous n’avez encore jamais lu Mary Higgins Clark, alors je vous recommande vivement de commencer par ce roman. Il vous donnera un aperçu de ce qu’est la brillance d’exécution en matière d’écriture. J’adorerais pouvoir, seulement à l’aide de ma plume, pouvoir déclencher chez autrui ce genre d’émotions. Je comprends aisément pourquoi grâce à celui-ci, Mary Higgins Clark est devenue l’une des écrivaines les plus vendues aux États-Unis, puis dans le monde entier. Seulement deux années après la parution de l’édition en anglais de ce roman, Where are the children?, la romancière a pu négocier la publication de son deuxième thriller à 1.5 million de dollars américains.

À propos de ce livre

Titre La maison du guet
Titre original Where are the children?
Auteur Mary Higgins Clark
Traducteur Anne Damour
Éditeur Le Livre de Poche
ISBN 9782253041443
Prix 6.60 €
Nombre de pages 240 pages
Date de parution 1 avril 1987
Première publication 15 août 1975
Disponible sur Amazon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.