Des croix gammées transformées en œuvres d’art à Berlin

Copyright : Legacy Store BLN

Il est illégal de diffuser une croix gammée en Allemagne : cette image, ce qu’elle symbolise et l’idéologie qu’elle évoque font preuve d’une censure médiatique très sévère. Et pourtant, malgré cette interdiction, le symbole de haine qu’est la croix gammée apparaît encore de temps en temps dans les rues et les espaces publics de la ville de Berlin sous la forme de graffitis.

Dans le but d’effacer ces témoignages fanatiques, le collectif Legacy Store BLN, avec entre autres le street artiste Ibo Omari et d’autres activistes basés dans la capitale allemande, décide de repeindre ces croix en les masquant sous des œuvres de street-art. « We take their ugly message and make something beautiful out of it. » (Nous prenons leur message répugnant et nous en faisons quelque chose de beau.) Il était important, selon ces artistes, de répondre avec des messages d’amour et de joie.

Une croix gammée recouverte d'un hibou

L’Allemagne a connu une augmentation de la violence politique de l’extrême droite ces dernières années, une réaction en masse contre le gouvernement qui admettait plus d’un million de réfugiés depuis 2015. Le collectif dénonce la peur des résidents face aux étrangers, une situation « inacceptable » à leur sens. Ibo Omari attribue cependant l’idée au joli travail d’Irmela Mensah-Schramm.

Irmela Mensah-Schramm est l’une des pionnières dans le recouvrage de croix gammées à Berlin. Âgée de plus de 70 ans aujourd’hui, cette ancienne professeure des écoles a elle aussi entrepris ce long travail dans la ville il y a deux ans. Selon elle, la liberté d’expression a des limites, elle finit là où la haine et le mépris pour l’humanité commencent. « Freedom of speech has limits. It ends where hatred and contempt for humanity begins. »

Vous pouvez retrouver le collectif sur Instagram et Facebook, et leurs travaux sur ce projet via le hashtag #PaintBack.

Symmetry Breakfast par Michael Zee

Copyright : Michael Zee

L’histoire de Michael Zee

Il y a quelques temps, j’ai découvert cet homme ordinaire au parcours incroyable. Michael Zee est un fervent amoureux de la gastronomie. C’est un blogueur passionné qui partage son amour pour les cultures du monde grâce à la nourriture. En août 2013, il crée Symmetry Breakfast, une série de photos culinaires que l’on peut retrouver sur son compte Instagram. La particularité de cette collection réside autour de l’agencement des photographies prises par son auteur. Celles-ci sont symétriquement organisées et donnent l’illusion qu’un miroir est utilisé pour refléter un plat.

Comment démarre cette histoire longue de presque quatre ans maintenant ? Simplement ! Michael Zee adore cuisiner, et tous les matins, il prépare le petit déjeuner pour son bien aimé. Parce qu’il a une passion pour la cuisine et parce qu’il souhaite partager cet amour avec celui qu’il aime, il décide un matin de prendre en photo les plats qu’il cuisine en les disposant avec équilibre et beauté.

Ses photos ont eu un tel engouement dans le monde entier sur les réseaux sociaux, notablement sur Twitter et Instagram, que le hashtag #symmetrybreakfast rend désormais un bel hommage à cette histoire hors du commun. SymmetryBreakfast c’est également un livre, que vous retrouverez ici sur Amazon, qui recense 90 recettes de petit déjeuners originaux qui vous feront voyager en Espagne, aux États-Unis, au Maroc ou encore en Russie.

Une semaine avec #symmetrybreakfast

Je vous propose de découvrir les petits déjeuners de ce blogueur passionné durant cette première semaine du mois de mars 2017. Depuis quelques temps maintenant, Michael et Mark, son mari, sont installés à Shanghai. Les derniers petits déjeuners postés par le photographe sont donc à la fois orignaux et exotiques.

Mercredi 1er mars

Pain en forme de tournesol provenant de Sunflour, Anfu Lu, accompagné de morceaux de mangues et de mûres. Yaourt à l’orge mélangé avec des fruits du dragon pourpre. le tout accompagné de thé noir de Chine.

Jeudi 2 mars

Igname violet et canard laqué avec du youtiao, sorte de beignet chinois frit, des oeufs, de l’oignon et des graines de citrouille, le tout accompagné d’une boule de pain ornementée de sésame et d’une tasse de thé.

Vendredi 3 mars

Guotie(s?) 锅贴 (littéralement boulettes de pâte frites) épicés garni avec du porc juteux et frais accompagné de vinaigre. Thé et assortiment de fruits locaux.

Samedi 4 mars

Petits buns au crabe préparés à la vapeur, accompagnés de lait de soja fait maison, de thé et d’une tasse de fruits exotiques, notamment de myrtilles et d’ananas frais.

Dimanche 5 mars

Délicieux et croustillant congyoubing 葱油饼, sorte de pancake chinois, accompagné d’un œuf au plat, d’une vinaigrette hollandaise faite maison et d’une tasse de kiwis et de fruits de la passion.

Lundi 6 mars

Pancakes préparés avec de la pomme de terre violette, poires caramélisées, sirop d’érable et fruits du dragon plongés dans un yaourt. Le tout accompagné de thé matcha.

Mardi 7 mars

Bol de sashimi avec des oeufs de poisson, du saumon, du thon, du soja, des feuilles d’algues Nori, des carottes et du sésame. Mandarines et thé.

En bref

Comme vous pouvez le voir, Michael Zee ne manque pas d’idées pour égayer le repas le plus important de la journée. Tantôt sucrés, tantôt salés, ses petits déjeuners sont vraiment faits pour tous les goûts. Pour ma part, c’est vraiment son savoir-faire et son côté créatif que j’admire.

N’hésitez pas à suivre les aventures de Michael Zee sur Twitter, sur Instagram, ou sur son récent blog, dont le premier article, très émouvant, est sorti il y a seulement deux jours.

Pizza and pixels, le portfolio d’Aiden Glynn

Copyright : Aiden Glynn

Aiden Glynn est un designer, graphiste et street-artiste résidant dans la ville de Toronto au Canada. Il possède un portfolio très enrichi, que je consulte de temps à autre, depuis plus d’une année maintenant : il passe la plupart de son temps à dessiner et à confectionner des œuvres multimédia.

Celui-ci s’intitule Pizza and Pixels et est fièrement propulsé par Tumblr. Mais pour les Facebook addicts, vous pouvez aussi regarder sa page Facebook dédiée au street-art – la raison même de cet article.

La série que je vous propose aujourd’hui est taggée dans son portfolio en tant que street-art. J’ai bien aimé son idée de « toonifier » tous les coins ordinaires de son quartier. N’hésitez pas à vous rendre sur son portfolio, dans lequel vous trouverez bien plus de photos et d’images en tout genre. Je suis assez fan de sa technique et son univers graphique.

Decided to take advantage of the beautiful weather in Toronto to “Toon Bomb” up a few spots around the city.
Whats your favorite one?

Aiden Glynn

Street-art par Aiden Glynn

Street-art par Aiden Glynn

Street-art par Aiden Glynn

Street-art par Aiden Glynn

Street-art par Aiden Glynn

Street-art par Aiden Glynn

Street-art par Aiden Glynn

Street-art par Aiden Glynn

Street-art par Aiden Glynn

Street-art par Aiden Glynn

Street-art par Aiden Glynn

Amour et cuisine de Ginny Branch

Copyright : Ginny Branch

Je vous propose aujourd’hui un peu de douceur et de fraîcheur apportées par Ginny Branch, une styliste américaine reconnue, passionnée par la photographie, la gastronomie et la nature.

Ginny Branch se décrit comme une romantique ayant une affection particulière pour la beauté des instants et la magie de notre environnement. Elle s’inspire des éléments qui nous entoure pour travailler son art. Ginny Branch semble ainsi consciencieuse, toujours prête à capturer le meilleur d’un évènement, c’est ainsi qu’elle est sollicitée pour l’organisation de mariages par exemple. Je vous propose ci-dessous des photographies tirées du blog de Ginny Branch.

I am a prop stylist but, more accurately, a romantic with an affection for seeking out beautiful moments and vignettes. I strive to balance imperfect, careworn pieces with humble materials but sometimes I will throw caution to the wind and mix them all together. I favor rustic simplicity coupled with a hushed color palette of soft neutrals. My work tends to always have a bit of patina and the incorporation of natural elements and an antique or two. Or three.

Ginny Branch

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Some food

Fort-de-France en street-art

Copyright : christelle.

C’est une ville de Fort-de-France haute en couleurs, que j’ai eu l’occasion de redécouvrir en ce début d’année 2014. Le street-art a désormais sa place en Martinique, et ce de la plus belle manière qu’il soit imaginable… Et c’est donc dans la capitale de l’île que j’ai pu faire mes premières trouvailles en matière de street-art.

J’avais commencé cette belle journée de janvier ensoleillée à la route du port de Fort-de-France, une rue renommée pour ses œuvres murales. (Je reviendrai sur ce sujet très prochainement.) C’est ainsi que j’ai pu me rendre compte de la suprématie du collectif MadaPaint, dans le monde du street-art martiniquais. Cette communauté de plus ou moins jeunes artistes a décidé de se recueillir dans le monde du design urbain il y a de ça cinq années, en 2009.

Le collectif MadaPaint est né il y a 4 ans de la rencontre de plusieurs passionnés de graffiti tel que le jeune crew des NSC (Sayen, Screw, Madpop…) ainsi que de ASEZ des OPK, du crew NPL (Xan, Rman, James, Tengu, Wiltho, qui l’intègre courant 2013, et moi-même), du jeune MAGIK (la relève) et d’autres qui sont partis entre temps mais poursuivent leur petit bonhomme de chemin.

Oshea, en décembre 2013 pour Uprising Art

Les rues de Fort-de-France ont également été bien aidées par la première édition de la Biennale Internationale d’Art Contemporain de Martinique, qui a eu lieu du 22 novembre 2013 au 15 janvier de cette année. Par le biais de cette manifestation, de nombreuses animations culturelles et artistiques ont été tenues dans toute la Martinique. La BIAC commémorait également le centième anniversaire de la naissance d’Aimé Césaire. : une occasion pour tous les artistes d’honorer sa mémoire en montrant que l’art caribéen est bien toujours d’actualité.

Je propose donc de découvrir ces premières œuvres ci-dessous, que j’ai recueillies le temps d’un matinée « en ville ». Bien d’autres photographies vous seront rapidement présentées, dans le cadre de ma promenade sur la Route du Port…

Jour de l’Indépendance en Malaisie

Aujourd’hui, 31 août 2014, c’est le Hari Merdeka Day en Malaisie, le jour où l’on commémore l’indépendance de la Federation of Malay en 1957. Cela fait donc 57 ans aujourd’hui que la Malaisie n’est plus rattachée au Royaume-Uni ! L’hibiscus est la fleur nationale de la Malaisie, et c’est donc ainsi que Google a décidé de représenter son logo avec des fleurs.

Copyright : Christelle

Aujourd’hui, 31 août 2014, c’est le Hari Merdeka Day en Malaisie, le jour où l’on commémore l’indépendance de la Federation of Malay en 1957. Cela fait donc 57 ans aujourd’hui que la Malaisie n’est plus rattachée au Royaume-Uni !

L’hibiscus est la fleur nationale de la Malaisie, et c’est donc ainsi que Google a décidé de représenter son logo avec des fleurs. Et, pur hasard pour moi, devinez qui est à l’origine de ses représentations ? Red Hong Yi, la célèbre artiste dont je vous ai récemment parlé pour sa cuisine créative et ses oiseaux de fleurs.

Elle est donc à l’origine des doodles que je vous présente ci-dessous.

Google doodle du jour d'indépendance de la Malaisie

Google doodle du jour d'indépendance de la Malaisie

Djerbahood, du street-art en Tunisie

Je découvre aujourd’hui le projet Djerbahood. Durant tout cet été, la galerie Itinerrance, qui est basée dans la ville de Paris, nous propose un musée en plein air de street-art dans la ville de Djerba en Tunisie.

Près de 150 artistes sont recensés pour participer à ce projet qui se tient dans le village d’Erriadh à Djerba. Et avec ces 150 street-artists, près de trente nationalités différentes sont représentées. En plus de proposer des œuvres complètement diversifiées, le projet Djerbahood propose un aspect communautaire et participatif. En effet, sur Facebook et sur Twitter et Instagram, ce sont bien les hashtags #djerbahood qui permettent à tous de participer à la reconnaissance de l’art dans les rues tunisiennes.

Pour voir d’autres images du projet Djerbahood que celles présentes ci-dessous, vous pouvez vous rendre sur le site Stick2target, qui nous présente de manière hebdomadaire de magnifiques images de street-art au Portugal.

Djerbahood project

Djerbahood project

Djerbahood project

Djerbahood project

Djerbahood project

Djerbahood project

Djerbahood project

Djerbahood project

Djerbahood project

La boutique d’art Rose de Porcelaine

Copyright : Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Je vous propose aujourd’hui un gros plan sur la boutique d’art Rose de Porcelaine, une galerie d’art située à Fort-de-France, en Martinique. Vous pourrez y retrouver toutes sortes de créations d’art et d’artisinat, largement influencées par la culture caribéenne.

Sa propriétaire, madame Danae Emmanuel, est une fervente admiratrice de l’art et de la créativité. Elle collectionne l’art sous différentes formes, les accessoires de maison, les bijoux faits main, dans sa galerie. Elle décide de mettre en avant le patrimoine martiniquais dans une ambiance chaleureuse et amicale.

Danae Emmanuel permet également à des artistes d’y exposer leurs œuvres et de librement échanger avec les visiteurs de la galerie. La boutique d’art Rose de Porcelaine soutient ainsi toutes les créations artistiques locales.

Nous avons des œuvres pour de sérieux collectionneurs et pour des acheteurs occasionnels. Nous voulons que chacun puisse apprécier les collections.

Danae Emmanuel

L’inventaire extraordinaire de cette boutique comprend des assiettes de Catherine Bland, des tableaux de Christianne Laval et de Patricia Donatien, des créations de Régine Lazignac et de Caécilia Guinot, des bijoux signés Veronique Reunit, des œuvres de Christophe Mert, et bien d’autres encore ! Vous pouvez vous renseigner à ce sujet sur la page Facebook de la boutique Rose de Porcelaine, ou directement sur place, à cette adresse : KIWIS VILLA ANAÏS, 23 Route de Didier 97200 Fort-de-France.

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Luz Nas Vielas, un projet de Boa Mistura

Copyright : BOA MiSTURA

Il n’y a pas si longtemps, j’ai découvert cette équipe aux idées farfelues originaire d’Espagne, les Boa Mistura. "Boa Mistura" est une expression portugaise signifiant le bon mélange.

Cette équipe se compose actuellement de cinq amoureux du graffiti, et de l’art de manière plus générale : Javier Serrano Guerra un architecte de l’ETSAG à Madrid, Juan Jaume Fernández diplômé des Beaux Arts spécialisé dans la photographie et la vidéo de l’Université de Berlin, Pablo Ferreiro Mederos diplômé également des Beaux Arts mais cette fois spécialiste en design graphique à Helsinki, Pablo Purón Carrillo un dessinateur chevronné diplômé en Publicité et Relations Publiques et enfin Rubén Martin de Lucas peintre et ingénieur de l’UPM à Madrid.

Luz Nas Vielas, du street-art dans les favelas

Alors que les membres de l’équipe BOA MiSTURA ont la possibilité de séjourner au Brésil, dans les favelas de São Paulo avec la famille Reis/Gonçálves, une idée leur vient à l’esprit ! Les rues de ces favelas, aussi connues sous le nom de vielas, offrent de nombreuses possibilités en terme de perspective. Ils décident ainsi d’exploiter chacun des angles de ces rues, pour en faire ressortir les mots qui a leur sens représentent le mieux l’esprit des favelas : AMOR amour, DOÇURA douceur, BELEZA beauté, FIRMEZA fermeté et ORGULHO fierté.

Ils utilisent ainsi le principe de l’anamorphisme. L’anarmorphisme en graphisme, c’est cette technique qui permet à une image d’avoir une lecture différente selon l’angle avec lequel on la regarde, comme cette fameuse image du lapin/canard. Ainsi, les membres du collectif artistique écrivent ces mots sur les murs, mais pas de manière aplanie. Ils profitent des différents reliefs offerts par les maisons de leur favela. Et c’est seulement placé à bonne distance de leurs œuvres que l’on est capable de découvrir les mots projetés dans leur intégralité.

Ces magnifiques décors de couleurs sont visibles à la Vila Brasilândia, une des favelas située à la périphérie de São Paulo. Les peintures sont toutes d’une longueur de 30 mètres, dans 5 ruelles du quartier. Tout commence avec le mot BELEZA. A Brasilândia, ce mot est utilisé pour saluer et accueillir les gens. Le premier mot que se disent deux personnes en se rencontrant signifie littéralement « beauté ». Il se situe aujourd’hui à 23°27’26.8″S 46°41’35.0″W. Et c’est finalement un projet auquel tous les membres de ce quartier ont participé : petits et grands ont participé volontairement à la mise en place de ces décors, ont paint les murs et ont nettoyé les ruelles une fois les ateliers terminés.

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Design x Food de Ryan MacEachern

Copyright : Ryan MacEachern

Ryan MacEachern, un graphiste et designer basé au Royaume Uni, a décidé de représenter son régime sous la forme d’infographies. Comme il le souligne dans l’introduction décrivant son projet, il a pris cette décision radicale après une période intense en déjeûners copieux et en amas de matières grasses en tout genre ! L’idée première de ce compte-rendu était de pouvoir suivre l’évolution des calories qu’il ingurgitait pendant ce régime. Et c’est ainsi que naît Design x Food.

Ryan MacEachern met en avant les valeurs nutritionnelles des repas qu’il va manger au cours d’une semaine. Il s’amuse à contraster les données et donc les presque tristes aliments appartenant à son régime avec de la nourriture bien plus colorée pour ses infographies. Il ne mangeait bien évidemment pas de donuts tout au long de ce régime ! En tout cas, cette jolie infographie finale présente bien l’ensemble de son travail.

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food

Design x Food