Améliorer ses recherches sur Twitter

keiyac

Twitter nous propose depuis toujours d’effectuer des recherches sur l’activité momentanée existant sur son réseau. Mais saviez-vous qu’il est possible d’améliorer l’efficacité d’une recherche sur Twitter ?

Il est en effet possible de pouvoir spécifier précisément ce que l’on recherche sur la plateforme à Twitter. Vous cherchez par exemple des liens à propos d’un sujet précis, ou vous avez envie de lire des tweets envoyés près de la ville de Casablanca : tout est possible !

Je vous propose donc aujourd’hui, en tant qu’astuce du jour, ce tableau aussi disponible sur l’API de Twitter, qui vous permettra de mieux appréhender les opérateurs mis à notre disposition.

Opérateur Pour trouver des tweets…
banane chocolat contenant les mots « banane » et « chocolat ».
« happy hour » contenant l’exacte expression « happy hour ».
soleil OR ciel contenant l’un des mots « soleil » et « ciel », ou les deux.
beyoncé -solange contenant le mot « beyoncé » mais pas « solange ».
#design contenant le hashtag « design ».
from:onechapteraday écrits par l’utilisateur « onechapteraday ».
to:chriiistelle envoyés pour l’utilisateur « chriiistelle ».
@twitter référençant l’utilisateur « twitter ».
« salsa » near: »paris » contenant le mot précis « salsa » et envoyés de Paris.
near:London within:15mi envoyés depuis Londres, à 15 miles près.
martinique since:2014-01-05 contenant le mot « martinique » et envoyés depuis le 5 janvier 2014.
guadeloupe until:2013-12-31 contenant le mot « guadeloupe » et envoyés au plus tard le 31 décembre 2013.
cupcake -fraise :) contenant le mot « cupcake » mais pas le mot « fraise » et ayant une caractère positif.
ratp :( contenant le mot « ratp » et ayant un caractère négatif.
tekken ? contenant le mot « tekken » et posant une question.
rihanna filter:links contenant le mot « rihanna » et proposant des liens hypertextes.
news source:twitterfeed contenant le mot « news » et ayant pour source TwitterFeed.

La culture du sel au Vietnam

Viet Thanh Nguyen

La photographie que je vous présente ce soir a été sélectionnée comme photo du jour sur National Geographic hier. Elle illustre le dur labeur des ouvriers du sel au quotidien. Ces travailleurs ont été photographiés dans le quartier Dien Chau de la province Nghe An au Vietnam.

Ces travailleurs récolteront cette année environ 9 à 12 tonnes de sel par hectare, soit un total estimé entre 120 000 et 150 000 tonnes de sel ! Ils forment des petits tas de sel en forme de triangle afin de le récolter dans des paniers qu’ils remplissent à hauteur de 30-40 kilos. Chacun de ces paniers sont ensuite déchargés dans des camions avant d’être emmenés au marché.

Selon Viêt Nam News un magazine local, il faut savoir qu’un kilo de sel est payé environ 180 dongs vietnamiens, soit même pas tout à fait 1 centime d’euro, aux travailleurs du sel. Et qu’une femme peut réussir à revendre un kilo de sel entre 600 et 700 dongs vietnamiens sur le marché soit 2 centimes d’euro… Et que donc, 30 kilos de sel représentent seulement environ 0,75 €…. Faites les calculs et imaginez la masse de sel que doit produire un ouvrier pour se permettre de vivre décemment. Ces travailleurs gagneraient entre 200 000 et 300 000 dongs vietnamiens par jour, soit entre 7 et 10 euros la journée de travail, avec une température facilement comprise entre 40°C et 50°C…

Cette photo nous permet de relativiser un petit peu sur notre condition de vie de tous les jours. Et nous permet d’entrevoir le monde du travail sous un œil différent.

De magnifiques photos de Koh Tao en Thaïlande

Sakrapee Nopparat

Je vous propose de terminer cette (dure) journée de travail avec ces magnifiques photographies, sur lesquelles je suis tombée par hasard aujourd’hui. Ces photographies représentent l’île de Koh Tao en Thaïlande, une zone assez touristique du pays où l’on retrouve de nombreux amateurs de plongée sous-marine.

Ces photographies ont été prises il y a un peu plus d’un an par Sakrapee Nopparat, que vous pouvez retrouver sur son compte Flickr. Cet artiste, photographe, a la particularité de capturer la beauté d’un instant et de la retranscrire avec un jeu de lumière que je trouve juste époustouflant. Je vous propose donc ce soir de simplement profiter de la note poétique de ces panoramas.

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

La boutique d’art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Je vous propose aujourd’hui un gros plan sur la boutique d’art Rose de Porcelaine, une galerie d’art située à Fort-de-France, en Martinique. Vous pourrez y retrouver toutes sortes de créations d’art et d’artisinat, largement influencées par la culture caribéenne.

Sa propriétaire, madame Danae Emmanuel, est une fervente admiratrice de l’art et de la créativité. Elle collectionne l’art sous différentes formes, les accessoires de maison, les bijoux faits main, dans sa galerie. Elle décide de mettre en avant le patrimoine martiniquais dans une ambiance chaleureuse et amicale.

Danae Emmanuel permet également à des artistes d’y exposer leurs œuvres et de librement échanger avec les visiteurs de la galerie. La boutique d’art Rose de Porcelaine soutient ainsi toutes les créations artistiques locales.

Nous avons des œuvres pour de sérieux collectionneurs et pour des acheteurs occasionnels. Nous voulons que chacun puisse apprécier les collections.

Danae Emmanuel

L’inventaire extraordinaire de cette boutique comprend des assiettes de Catherine Bland, des tableaux de Christianne Laval et de Patricia Donatien, des créations de Régine Lazignac et de Caécilia Guinot, des bijoux signés Veronique Reunit, des œuvres de Christophe Mert, et bien d’autres encore ! Vous pouvez vous renseigner à ce sujet sur la page Facebook de la boutique Rose de Porcelaine, ou directement sur place, à cette adresse : KIWIS VILLA ANAÏS, 23 Route de Didier 97200 Fort-de-France.

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Boutique d'Art Rose de Porcelaine

Aujourd’hui, c’est le National Rum Day !

Steve Bennett

Aujourd’hui, 16 août, c’est la journée nationale du rhum aux États-Unis. Et comme nous le proposent les américains : pour célébrer cette fête, rien de mieux que de profiter de l’occasion pour recevoir quelques amis autour d’un cocktail à base de rhum… Mais n’oubliez pas que l’alcool est à consommer avec modération ! Quoi qu’il en soit, connaissez-vous véritablement l’histoire du rhum ?

La petite histoire du rhum

L’histoire du rhum est étroitement liée à celle du sucre. En 1493, Christophe Colomb fait voyager la canne à sucre dans la Caraïbe, alors qu’il traverse l’Atlantique pour la deuxième fois. Il apporte la canne à Hispaniola, qui correspond aujourd’hui à Haïti et la République Dominicaine. Les colons vont ensuite l’introduire en Amérique Centrale et dans les îles antillaises comme Cuba, Jamaïque, Martinique et la Guadeloupe.

Les plantations sucrières découvrent ainsi l’utilisation de la canne à sucre pour en fabriquer de la mélasse, un autre sous-produit issu du processus de raffinage du sucre, avant d’entreprendre la fermentation de cette dernière en alcool. La première distillation du rhum date donc du XVIIème siècle dans les plantations de canne à sucre des Caraïbes .

Après le développement de rhum dans les Caraïbes, la popularité de la boisson s’accentue dans les colonies nord-américaines. Et donc, pour réussir à équilibrer la demande et l’offre, la première distillerie de rhum dans les colonies britanniques d’Amérique du Nord a été créé en 1664, dans des quartiers de l’actuel Staten Island. La fabrication du rhum devient alors extrêmement prospère dans les colonies de la Nouvelle-Angleterre.

Quelques copeaux de canne à sucre

Le rhum aujourd’hui

Avec le temps, le rhum est passé d’une boisson réservée aux travailleurs de plantations, aux esclaves et aux marins, à une boisson communément acceptée par l’ensemble des classes sociales. Aujourd’hui, les rhums qui datent d’un grand nombre d’années sont les plus plébiscités par les connaisseurs.

Il existe du rhum blanc, du rhum ambré, du rhum vieux, du rhum paille, du rhum épicé et bien d’autres variétés de rhums encore ! Il existe tant de différentes manières de boire du rhum : les cocktails, le traditionnel ti punch des Antilles françaises, le cuba libre ou le "rhum-Coca"… Il y en a pour tous les goûts.

D’après The Ministry of Rum, l’industrie du rhum a encore de beaux jours devant elle. Comme vous pouvez le voir, la carte du monde laisse apparaître près de 127 distilleries encore actives aujourd’hui. A Sainte-Marie, en Martinique, on célèbre le rhum au mois de décembre par exemple, lors de la fête du rhum, une célébration longtemps animée par l’Habitation Saint-James.

Résidence de l'Habitation Clément en Martinique

She’s really redefining food

Jasmine

Depuis quelques mois déjà, je suis une blogueuse plus qu’exceptionnelle sur le plan culinaire via Tumblr. Je n’ai jamais été une vraie passionnée de cuisine. Ceux qui me connaissent de près vous diront même que je ne cuisine que par envie, je dirais même « que par nécessité ».

Je n’ai jamais eu une grande passion pour les casseroles et autres ustensiles de cuisine. Pourtant, depuis quelques temps, j’essaie de manger plus sainement. J’ajoute de manière plus répétée des fruits et des légumes dans mes divers repas. Et cela passe par une réelle documentation en la matière ! Pour une novice de la cuisine comme moi, tout est un bon prétexte pour alimenter mes recherches sur le sujet. Et c’est ainsi qu’en me demandant que faire de mes petites courgettes et de mes pêches, je suis tombée sur ce blog : Redefining Food.

Son auteure, dont je ne connais que le prénom, Jasmine, est une passionnée de cuisine qui suit la lignée de sa mère connue sous le pseudonyme juntana_chia sur Instagram. C’est également une passionnée de cuisine, de photographie et de mode. Elle propose surtout des magnifiques desserts ou recettes assez faciles à réaliser pour la plupart, même si vous devinerez que je suis bien meilleure à la réalisation d’un smoothie qu’à celle d’un macaron ! Ci-dessous, vous retrouverez quelques-unes de ses dernières réalisations, et je vous invite vivement à visiter son blog.

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Set of fruits

Happy birthday Dean Fraser

christelle

Aujourd’hui, Dean Fraser, l’un des vétérans en matière de musique reggae, a 57 ans ! Et ses agissements dans le monde de la musique, en Jamaïque, sont indéniables ! Peut-être que son nom ne vous dit rien, comme ça, et pourtant, si vous aimez le reggae, vous l’avez forcément déjà entendu au moins une fois.

Ses débuts dans le monde de la musique

Dean Fraser commence à jouer en 1972, dans un groupe de musique appelé The Sonny Bradshaw Seven. Les membres de ce groupe étaient vivement sollicités en Jamaïque, ce qui permit très vite à Dean Fraser de se faire une idée de ce qu’est la scène locale, de jouer en live devant un auditoire. Influencé par des musiciens comme Tommy McCook, Ronald Alphonso, Cedric Brooks et Glen DaCosta, Dean Fraser s’inspire pleinement de la musique jazz et de sa culture jamaïcaine pour recréer un ensemble harmonieux.

Dean Fraser enregistre en tant que saxophoniste pour la première fois en 1975, avec Lloyd Oliver ‘Gitsy’ Willis, un autre illustre du monde du reggae, connu notamment en tant qu’auteur pour des titres comme Murder She Wrote ou Tease Me de Chaka Demus & Pliers. Très vite remarqué comme réel musicien prodige, Dean Fraser sera invité sur l’album Survival du grand Bob Marley en 1979, alors qu’il est seulement âgé de 18 ans. A l’époque, il est d’ailleurs appelé sous le pseudonyme Youth.

Bob Marley means everything. The king, the organiser and the one we should always check out.

Dean Fraser

Dean Fraser a dès lors l’occasion de jouer pour des illustres comme Sly n’ Robbie, Bobby Ellis, Vin Gordon, Dennis Brown, et bien d’autres encore, comme Peter Tosh. Il sort également quelques albums, de pures merveilles en matière de reggae. Son amour pour Bob Marley est constamment présent dans sa carrière, puisqu’il lui dédiera même un album du nom Dean Plays Bob.

Une reconnaissance internationale

Aujourd’hui Dean Fraser s’annonce comme un vétéran de la musique reggae. De nombreux riddims reprennent ses accomplissements, il est invité parfois même à proposer des créations originales le temps d’une chanson, comme ça a été le cas pour le City Life Riddim que je vous propose ci-dessous. Dean Fraser a été longuement en tournée avec Luciano, a collaboré avec Fattis Burrel – pour ne citer que lui –  et est encore à l’affiche pour une nouvelle tournée avec Tarrus Riley aux quatre coins du monde. Ils seront d’ailleurs au Trianon de Paris le 5 octobre prochain.

Alors, Happy Birthday Mister Dean Fraser !

Suffering and smiling de Marco Lapenna

Marco Lapenna

J’ai découvert, complètement par hasard, cette collection de photographies signée Marco Lapenna, intitulée Suffering and smiling.

Ces photographies ont été prises au Nigeria, et sont censées être représentatives de ce que vivent au quotidien les habitants de ce pays. Marco Lapenna décrit le contraste entre les sourires bien présents, malgré des conditions bien difficiles pour la population. L’intégralité de la galerie nous amène à la réflexion. Et pour ma part, c’est la beauté de ces instants immortalisés qui m’ont littéralement touchée.

Suffering and smiling: this is Nigeria. A country with nearly 160 million inhabitants, is the most populous in Africa. Here life is displayed in all its strength and contrast, a wonderful desire to live in a society hard and precarious. Nature and concrete fight each other, tangible representation of the man who tries to tame nature. Smiles that arise in contexts that we in the West would be a source of sadness, suffering caused by overcrowded metropolis. Entire families who live on the beaches, religious conflict, social problems … This is Nigeria of Fela Anikulapo Kuti.

Marco Lapenna, Suffering and smiling

Suffering and smiling

Suffering and smiling

Suffering and smiling

Suffering and smiling

Suffering and smiling

Suffering and smiling

Suffering and smiling

Suffering and smiling

Suffering and smiling

Suffering and smiling

Suffering and smiling

Suffering and smiling

Suffering and smiling

Salsa en plein air à la Défense

Défense92.Fr

Ce soir, il y aura la première soirée en plein air de salsa à la Défense de 2014. Comme chaque année, l’association Chatswing a le privilège de proposer un grand nombre de danses, étalées sur plusieurs jours de la semaine, pour tous les amoureux de country, west cost swing, rock… et de salsa !

L’association Chatswing est une école de danse spécialisée en quatre principales danses : la salsa cubaine, le west coast swing, le rock & roll et la country line dance. Cette association propose pour la neuvième fois de son existence de terminer l’année en beauté, avec plusieurs soirées de danse en plein air, dans le cadre des manifestations prévues sur le parvis de la Défense cet été.

L’inauguration de ces soirées a eu lieu le 19 juillet avec de la country line dance et de la disco dance floor à la programmation. Et c’est, je l’espère, un temps plutôt clément, qui me permettra de profiter de la musique salsa en plein air ce soir !

Je vous invite ainsi à découvrir le planning des soirées dansantes prévues chaque jour de la semaine à la Défense, à travers le lien précédent.

Festival de Gwo Ka à Sainte-Anne

NikonUser

Le Festival Gwo Ka de Sainte-Anne se déroulait cette année du mardi 8 juillet au lundi 14 en Guadeloupe. Cet évènement, qui ressemble tous les amoureux de la musique gwo ka offre à chaque nouvelle édition un grand nombre de concerts en plein air et de rassemblements autour de cette musique traditionnelle. Cette année, la jeunesse est largement mise à l’honneur avec des soirées réservées aux écoles de musique et des invitations à danser pour les tout-petits.

Faire que tous les guadeloupéens, quelque soit leur lieu de vie, deviennent les ambassadeurs de nos musiques et danses est un challenge dépassant largement nos frontières.

La musique traditionnelle, le gwo ka, fondé sur les sept rythmes ancestraux de l’esclavage, est la base de notre culture.

Notre devoir, notre responsabilité envers les générations futures, est de sauvegarder cette richesse qui est nôtre.

Christian BAPTISTE, maire de Sainte-Anne

Le Festival de Gwo Ka existe depuis 1987. Cette année, c’est donc la 27ème édition de ce festival qui est proposé. Et comme chaque année, toute la Guadeloupe est conviée à sortir tous ses tambours, et à danser au rythme des artistes percussionnistes et des chanteurs. Ce festival, situé au sud de Grande-Terre, propose ainsi des colloques, des expositions, des concerts, des activités d’écriture de musique, des soirées léwoz, etc., à toutes les personnes désireuses d’apprendre et de participer à l’évènement.

L’histoire du Gwo Ka

Le gwo ka est une musique traditionnelle de la Guadeloupe, qui tire son origine du temps de l’esclavage. Le gwo ka (parfois écrit en un seul mot) se joue à l’aide de tambours, que l’on appelle des ka, de tibwa, un instrument de percussion créé à l’aide de tiges de bambou, et de chacha, de grosses calebasses évidées remplies de petits cailloux et fermées hermétiquement servant de maracas dans les ensembles de gwo ka.

Le gwo ka existerait depuis le début du XVIIIème siècle, selon des études musicologies et historiques. Ses origines sont africaines, et proviennent plus précisément du Golfe de Guinée, ancien royaume du Congo. Les chants et les percussions de cette région géographique sont semblables à celles du gwo ka. Les esclaves utilisaient la musique comme un moyen d’évasion, pour fuir le quotidien difficile dans les plantations. Comme le créole, le gwo ka, que l’on peut ainsi comparé au bèlè martiniquais, était un véritable moyen de communication, notamment pour les Nèg-mawon, les esclaves fugitifs. [source]

Programme de ce lundi 14 juillet

Je vous propose ci-dessous le programme d’aujourd’hui, étant donné que nous sommes déjà le dernier jour du Festival Gwo Ka. Mais, vous pouvez toujours retrouver l’ensemble du programme du festival grâce au fichier PDF lié à la manifestation que nous propose le site Coconews.



9h00 :
Plage Galba : « Randévou pou sa ki pa konnèt »
Initiation à la musique Gwo Ka
Prix : enfants : 10€ / adultes : 20€
Réservation à la boutique du festival, sur la plage Galba
Informations CASC : 05.90.89.08.49 / 06.90.33.16.51

10h00 :
Mésyè Zédanm byen bonjou, Kontan vwè zot, Dékolaj o Koko
Discours d’ouverture de cette dernière journée de festival

11h00 :
Eksposisyon : Expositions en tout genres :
Présentation des tambours Ka
Présentation et démonstration des relations entre makè / dansè
Le makè, marqueur, est le petit tambour Ka qui marque la mélodie et influe sur le rythme de la musique, et donc sur la manière de répondre des danseurs, du chanteur et des chœurs.

12h00 :
« Kozé Bokantaj »
Explications des règles des soirées léwoz.
Les soirées léwoz sont des soirées, ayant lieu généralement le vendredi et le samedi soir, durant lesquelles le répertoire traditionnel du Gwo Ka va être représenter. Ce sont des soirées de grand rassemblement, des moments de convivialité où les gens se retrouvent, s’amusent et peuvent librement participer.

13h00 :
Manjé anba bwa
Invitation à déguster des plats ensemble
Possibilité de manger dans des kwi, comme à l’époque.
Un kwi est une calebasse, bien creuse, destinée à servir de récipient pour la nourriture.

14h30 :
« Koutzyé asi mizik é dansè tradisyonèl a moun Gwadloup »
Présentation des musiques traditionnelles de la Guadeloupe
Présentation et démonstration des danseurs de musique traditionnelle

15h30 :
« Bèlè, Kout tanbou »
Détente et animations autour de la musique bèlè et des tambours
Le bèlè est la musique traditionnelle héritée des plantations martiniquaises.
Il mêle le conte à la musique et à la danse.

18h00 :
« Bal fini, vyolon an sak »
Fin des animations dansantes

20h00 :
« Mizik évè… »
Concert en plein air sur la Plage Galba avec divers artistes gwo ka :
Le collectif Voukoum,
Le groupe Fanm Ki Ka,
Le groupe
Kalbas Ka
Le chanteur Rosan Monza.