Mal-être au travail

Copyright : Clicsouris

J’ai atteint le point de rupture.

Je vous le disais dans un précédent article, je m’enlise dans mon quotidien. Jamais l’expression métro, boulot, dodo n’aura eu autant de signification pour moi. Alors j’en viens à me poser cette question : mais au fait, à quoi bon ?. Oui, j’ai un travail. Oui, je sais que pour une durée indéterminée, j’aurai un salaire à la fin du mois. Oui, je suis bien insérée professionnellement. Mais, à quoi bon ?

Posséder un contrat à durée indéterminée aujourd’hui, cela signifie que l’on a réussi. Avoir un CDI, c’est un peu toucher le graal, être au top du top. Pour la plupart des personnes de mon entourage, mon CDI c’est un peu la Carrière Digitale Idéale. Je suis en CDI, j’ai donc accompli ce qu’il fallait dans ma vie. Je ne fais rien à part m’asseoir derrière mon écran, alors comment mon travail pourrait être difficile ? Et parce que j’ai un CDI, je suis une personne épanouie, je suis une personne heureuse, et j’ai tout ce dont tout le monde rêve…

En clair, dans notre société actuelle, si aujourd’hui une personne possède un contrat à durée indéterminée, cela signifie pour le commun des mortels que cette personne doit accepter son sort. Et parce qu’il y a des gens qui n’ont pas sa chance, elle ne peut pas se plaindre, non, elle doit acquiescer et être reconnaissante pour tout ce qui lui arrive.

C’est là toute l’ironie de notre structure sociale.

Nous vivons dans une société où il n’y a jamais eu autant de personnes atteintes du syndrome d’épuisement professionnel, un risque psychosocial plus généralement connu sous sa désignation anglophone, le burn out.

 

Les chiffres que je vous présente ci-dessus proviennent d’une des plus grandes enquêtes numériques sur le travail en France, Parlons travail par la CFDT, la Confédération Française Démocratique du Travail. Celle-ci a été débutée courant 2016 et possède à ce jour plus de 200 000 répondants.

Comprendre le syndrome d’épuisement professionnel

Selon Christina Maslach, une psychologue américaine connue pour ses travaux sur le burn out, cette pathologie se traduit par un état d’épuisement émotionnel, cognitif et physique qui se présente sous une fatigue ressentie à l’idée même de penser au travail. C’est aussi une certaine perte d’empathie vis-à-vis de ses collègues. C’est se détacher de manière excessive, éviter les contacts sociaux et se replier sur soi-même. Cet état de fatigue morale démesurée est sensiblement lié à l’apparition du stress que peut ressentir une personne sur le plan professionnel.

Selon l’Agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail, the European Agency for Safety and Health at Work, les travailleurs expérimentent des situations de stress au travail lorsque les exigences et les attentes liées à leur travail sont excessives voire supérieures à leur capacité de produire. Lorsque les contraintes imposées à cette personne sont importantes et que les ressources dont elle dispose pour y faire face sont moindres, le stress est d’autant plus significatif.

On appelle état de stress chronique une situation dans laquelle le stress survient de façon récurrente dans la vie professionnelle d’une personne. C’est le cas lorsque tous les jours au travail, les tâches demandées à cette personne dépassent sensiblement sa capacité à les réaliser.

Cet état de stress chronique peut être causé par divers facteurs. Il peut s’agir de contraintes de temps : le rythme doit être soutenu pour tenir les délais, les horaires de travail sont définies en fonction de la charge de travail journalière, les objectifs sont fixés à une date butoir non modifiable dans le temps peu importe les contraintes, les compétences d’une personne ne sont pas considérées en tant que telles pour caler un projet, la surcharge de travail est trop intense, etc..

Il peut également être causé par des contraintes matérielles et/ou physiques. L’employé n’estime pas avoir toutes les ressources nécessaires pour effectuer ses tâches. Il doit passer son temps à comprendre ce qui est réellement attendu de lui. Il manque d’informations pour organiser son planning, a l’impression d’être un simple exécutant. L’employé travaille dans un environnement peu propice à son développement personnel.

Il arrive également que le salarié soit en total désaccord avec le travail qu’il doit fournir. Des conflits de valeurs émergent alors de la situation. Cela peut être le cas lorsque l’employé n’a pas la possibilité de produire un travail de qualité pour être en phase avec les objectifs de sa société ou lorsqu’il doit accomplir des tâches contraires à son éthique. On parle dans ces cas-là d’un recul de la satisfaction du travail bien fait.

Enfin, les exigences émotionnelles de certains métiers, comme le fait de devoir toujours sourire et être de bonne humeur pour les employés à un poste d’accueil ou le contact avec la souffrance, peuvent aussi lasser le candidat.

Connaître les effets du stress sur la santé

L’état de stress chronique a des conséquences néfastes sur la santé. Notre corps n’est pas fait pour être constamment en état de stress intense. Dans un premier temps, il va tenter de réagir par ses propres moyens, comme pour sonner son propre état d’alarme.

L’organisme produit tout d’abord une stimulation du système nerveux. Il déclenche alors une augmentation de la production de catécholamines. Ces hormones produisent des modifications physiologiques de l’organisme : augmentation de la fréquence cardiaque, amplification de la tension artérielle, croissance de la température corporelle et augmentation du taux de glucose dans le sang.

L’organisme rentre ensuite en phase de résistance. Des glucocorticoïdes sont sécrétés de manière régulée pour préparer le corps aux potentielles dépenses énergétiques à venir. Ces hormones augmentent le taux de sucre dans le sang pour apporter au cœur et au cerveau l’énergie nécessaire pour faire face à la situation.

Lorsque la production de glucocorticoïdes est trop importante et que le corps ne parvient plus à réguler la production de ces hormones, l’organisme rentre en phase d’épuisement. Il produit alors sans cesse de l’énergie et il s’épuise. L’individu souffre donc de stress chronique. C’est ce trop-plein d’hormones qui peut rapidement devenir nocif pour la santé.

Chez la personne concernée, cela se traduit par des douleurs physiques de plus en plus fréquentes. L’employé a l’impression de ne plus être concentré, d’être fatigué, de ne pas avoir le temps de pouvoir effectuer son travail convenablement. Et pour cause, il a des douleurs musculaires et articulaires quotidiennes. Son comportement vis-à-vis de son alimentation évolue : il grignote plus souvent, a l’impression d’avoir systématiquement faim ou au contraire n’a plus d’appétit.

Puis, viennent les troubles du sommeil et les troubles émotionnels. L’employé est nerveux, sensible, angoissé et triste. Il n’en dort plus la nuit, son travail le tient éveillé. Il a une sensation de mal-être profond accompagné de fatigue. Il n’arrive plus à discuter avec son entourage, il se renferme sur lui-même et diminue ses interactions sociales.

Si la situation de stress se prolonge encore, les altérations de la santé s’aggrave et certaines études démontrent qu’il existe des risques de maladies cardiovasculaires, d’hypertension, d’obésité abdominale, de troubles musculo-squelettiques (pour les personnes exécutant les mêmes gestes de manière répétée), de dépression et d’anxiété. Dans les cas les plus graves, cette dépression peut conduire au suicide.

Prévenir pour mieux guérir

Être capable de discerner ces moments de forte pression au travail n’est pas si évident. Pour avoir été dans cette situation peu agréable à vivre, mes trois premiers conseils seraient les suivants.

  1. Écoutez votre corps. Seul vous, êtes véritablement capable de savoir quand vous atteignez votre limite. Les facteurs à l’origine de votre épuisement professionnel peuvent être nombreux. Dans mon cas, j’ai connu plusieurs périodes avec de grosses surcharges de travail impossibles à gérer. Et je n’avais jamais été aussi faible physiquement de ma vie. Quand je dis faible, je fais référence à ma résistance face à toutes ces petites maladies auxquelles nous sommes tous sujets de manière ponctuelle : grippes, rhumes, angines, bronchites, gastro-entérites, migraines, et j’en passe. Je n’ai jamais autant été sujette à ces altérations bénignes de ma santé. Je n’avais même jamais été professionnellement arrêtée. Je ne me suis jamais sentie aussi fatiguée, et paradoxalement, je n’ai jamais aussi mal dormi pendant une période aussi longue. J’ai arrêté de danser la salsa, la danse de manière générale, j’ai arrêté de sortir le soir, j’ai arrêté le sport, j’ai pris du poids. J’ai été dépressive. J’ai eu envie de tomber malade parfois… Et les boutons, ah les boutons ! : je n’en ai jamais eu autant sur le visage.
  2. Parlez-en autour de vous. Vous trouverez sans doute ce message bête, mais en réalité, parler aux gens, à vos amis, à votre famille, c’est réellement ça qui vous fera prendre conscience que ce que vous vivez n’est pas normal. J’ai foncé tête baissée pendant plusieurs mois. J’ai apporté du travail à la maison un soir. Puis, tous les soirs d’une même semaine. Puis, tous les soirs d’un même mois. J’ai fait des journées de 8h30 – 23h, en repartant le lendemain à 7h dans les transports, sans même me rendre compte du problème. J’ai fait des semaines de plus de 60 heures de travail, sans journée de récupération à la clé. J’ai arrêté de prendre la pause du midi. J’étais beaucoup trop investie dans mon boulot, on me promettait que cette période intense de travail ne durerait pas. J’y ai cru. J’ai annulé des repas avec des amis. Je suis rentrée à pas d’heure la veille de Noël. Puis, j’ai commencé à en parler autour de moi, toujours sans bien me rendre compte de ma situation. Alors bien sûr, j’ai eu le droit à des paroles du style « Moi, jamais ça m’arriverait de faire ça. Je ne suis pas bête. », ou encore « Je n’aurais jamais accepté ça moi ! » et « Je suis sûr que tu n’avais pas ça à ton ancien travail. », vous savez le genre de paroles qui vont vous faire sentir plus bas que terre, et qui vous donne envie de vous replier un peu plus sur vous-même. Mais j’ai aussi eu des oreilles plus attentives, qui m’ont sérieusement permis de considérer que mécaniquement, ce fonctionnement, ce travail, ces projets mal gérés, tout ça, ça ne me convenait pas. Et parce que j’ai eu le soutien de ces personnes, j’ai finalement commencé à envisager de vivre et travailler autrement.
  3. Dépassez le regard des autres. Parce que ces autres ne sont pas dans votre situation, peut-être ne se rendent ils pas compte de votre profond mal-être. Ou peut-être qu’à votre travail, vous n’êtes pas le seul à faire toutes ces heures et vous vous dites que ça serait mal vu que vous fassiez une réflexion. Les autres vous semblent sans doute intolérants… Ou vous vous dites qu’ils ont raison, que c’est vous le problème. Pour en avoir le cœur net, vous pouvez toujours demander un rendez-vous à la Médecine du Travail. Il existe également toute l’impressionnante documentation de l’INRS, l’Institut National de Recherche et de Sécurité, un organisme de référence dans les domaines de la santé au travail. L’important ici est de garder à l’esprit que c’est votre vie et que ce qu’en pensent les gens ne doit pas vous empêcher d’agir. Comme diraient deux de mes anciennes collègues : « Vous ne vous rendez même pas compte d’à quel point cette situation est malsaine. ».

Il est important de prendre conscience que cette situation ne doit pas durer.

Réagir

Alors bien sûr, je n’ai pas de solutions miracles à proposer. La première étape est d’en parler dans votre hiérarchie et d’essayer d’actionner tous les leviers possibles pour faire en sorte que quelqu’un au sein de votre entreprise entende votre mal-être. Ils peuvent dans le meilleur des cas procéder à l’analyse des difficultés que vous rencontrez quotidiennement et adapter votre poste si nécessaire.

Les membres du CHSCT peuvent vous écouter en toute confidentialité et faire des propositions d’aménagement de votre travail à votre hiérarchie. Dans des cas plus extrêmes, le médecin du travail peut évaluer votre état de santé et votre aptitude à travailler ou non à ce poste de travail.

Ou alors vous pouvez faire le choix de partir. Partir n’est pas évident. Aujourd’hui en France, il est impossible de démissionner en gardant des indemnités sociales. Il est possible d’avoir recours à la rupture conventionnelle, à condition que votre employeur l’accepte ce qui est loin d’être le cas partout malheureusement. Il y a les abandons de poste, probablement pas la meilleure des choses qui soit… ou choisir de se faire licencier pour obtenir des indemnités… Rien de bien beau, n’est-ce pas ?

C’est la raison pour laquelle je vous invite à en discuter d’abord avec des professionnels de santé. Et dites vous que si vous faites le choix de partir, c’est probablement parce que c’est ce qu’il y a de mieux pour votre santé et votre bien-être. Je vous propose en exemple le cas d’une de mes amies, Morgane, qui a décidé bravement l’an dernier de quitter son CDI pour vivre de sa passion. (Je suis d’ailleurs très admirative de son parcours.)

Si le sujet vous intéresse, voici quelques autres liens qui pourraient vous être utiles.

– Burn out Inventory : Le test de Maslach
– CFDT : Dossier de presse « Parlons travail »
– Institut National de Recherche et de Sécurité : Stress, ce qu’il faut retenir
– Ministère du Travail et de l’Emploi : Le syndrome d’épuisement professionnel
– Sénat : Le mal-être au travail : passer du diagnostic à l’action

Ces derniers mois

Copyright : Ian Schneider

Cela fait bien quelques mois que je ne suis pas venue laisser mes pensées sur ce blog. Aujourd’hui, je prends enfin mon clavier à deux mains pour vous compter ces quelques mois prestissimo. Je n’ai pas été en panne d’inspiration. L’envie de partager mes découvertes était toujours bien présente. Mais le temps n’a pas toujours joué en ma faveur.

J’ai changé de travail. J’ai toujours été à la recherche d’un univers créatif et original dans lequel je pourrais m’épanouir. J’avais envie d’autre chose, de pouvoir me confronter techniquement à des challenges, d’arrêter de revivre jour après jour la même routine insensée. Je me sens mieux, je suis plus en phase avec moi-même. Mais je me pose encore plein de questions sur ce que pourrait être mon travail de demain. J’adore ma boîte, elle possède une dynamique tellement différente de ce que j’ai connu avant, et son univers est tellement créatif ! Mais je voudrais apprendre plus, faire des choses qui pourraient réellement être utiles à autrui et surtout, avoir du temps pour moi.
La limite entre mon travail d’aujourd’hui et ma vie personnelle est malheureusement très étroite. Je ne sors plus le soir, non le soir, je travaille. Je n’ai pas le temps de mettre en place mes idées sur mes projets personnels. Je ne danse plus. Parfois, même en week-end, je travaille. Et pire encore, je n’écris plus. D’une manière ou d’une autre, il faut que je récupère un rythme plus décent, plus en accord avec ce que j’ai envie de faire de ma vie. J’ai envie de trouver un compromis qui me permettrait de continuer l’apprentissage de langues étrangères, tout en évoluant dans ma manière d’écrire et de réfléchir sur les différentes cultures du monde. Je voudrais aussi me rapprocher physiquement des miens.

J’ai eu quelques petits soucis de santé. J’en parlais à certains d’entre vous, quand il y a presque trois ans maintenant, les premiers signes de gêne se sont manifestés. Que je rassure ceux qui ne sont au courant de rien, je n’ai pas eu une maladie grave à traiter, rien de trop sévère. Mon expérience n’est rien comparée au combat de tous les jours des personnes drépanocytaires, des personnes atteintes d’une myopathie quelle qu’elle soit, des personnes atteintes de cancer… Mais je me suis tout de même fait opérée, avec toutes les contraintes que cela a pu avoir. J’ai eu des mois difficiles, entre la fatigue intense et les migraines importantes. Je me souviens avoir pensé, couchée sur mon lit d’hôpital, qu’être incapable de pouvoir contrôler son corps, il ne doit rien exister de pire au monde. Ce sentiment d’impuissance. Ces douleurs excessives. Ces regards inquiets des personnes qui vous sont proches. Je pense que cette expérience m’a pleinement rendue consciente de la chance que j’ai de n’avoir eu « que » ça, et d’être capable jour après jour de me lever et faire « ce que je veux » sans être limitée par ce que mon corps « peut ».

J’ai pleuré le départ brutal de personnes qui m’étaient proches. J’apprends encore aujourd’hui à combler le manque créé par ce vide. Accepter la mort de quelqu’un, c’est trouver une manière de vivre sa vie sans cette personne. Des vagues de tristesse me viennent encore par moment. Et puis, il y a tous ces souvenirs lointains… Parfois, je vois encore ces personnes dans mes rêves, je discute avec elles, nous passons un bon moment. Et puis, je me réveille. Et je réalise que la réalité est autre. Et j’ai peur d’oublier leurs visages. Je me raccroche à toutes les choses positives que ces personnes m’ont apportées, à tout ce que j’ai appris grâce à elles. J’essaie de me souvenir de nos dernières conversations.
À l’heure où certaines personnes sont fatalement sorties de ma vie, d’autres y sont entrées. Des personnes qui m’apportent aujourd’hui beaucoup de bonheur, de bien-être et de réconfort. Et il y a aussi ces constantes : ces personnes qui ont toujours été là pour moi, qui font réellement partie de ma vie, qui sont présentes encore aujourd’hui. Je ne sais pas où j’en serais sans ces constantes.

Ces derniers mois ont été intenses. J’aurais pu prendre plus souvent ma plume et écrire. Je ne l’ai pas fait, essayant de résoudre certaines équations de mon quotidien. Le temps est un bien curieux phénomène. Parfois il semble passer lentement, les minutes ressemblant à des heures. D’autres fois, les secondes filent par milliers, la nuit tombe comme le jour s’est levé. Et les mois s’écoulent Vitesse grand V.
2016 aura été une année difficile, avec beaucoup de larmes, de challenges et de désillusions. Ça aura été une véritable période de transition pour moi.

Depuis cette dernière fois où je vous ai parlé, pas mal de choses ont changé dans ma vie personnelle, mais dans la vôtre aussi je présume. Peut-être que vous ne lirez jamais ces mots d’ailleurs. N’hésitez pas à me laisser un indice de votre passage ici. Pour ma part, j’essaierai d’avantage de vous laisser mes impressions sur le monde au cours de cette nouvelle année qui approche. Joyeuses fêtes à tous, et surtout, portez-vous bien.

Bienvenue 2012

Copyright : christelle.

Le temps passe… Il y a dix ans, Brandy nous interprétait Full Moon, Beyoncé et Jay Z nous offraient Bonnie and Clyde et Panjabi MC avait surpris avec Mundian to bach ke. J’étais fan de Sean Paul et de tout ce qu’il sortait à cette époque, et je découvrais ce qu’étaient les riddims tels que l’Anti Badness, le Martial Arts ou encore le Diwali grâce à mon chouette cousin qui se reconnaîtra s’il me lit.

Parfois j’ai l’impression que c’est pas si loin et pourtant, nombreuses sont les années qui nous éloignent de ce temps-là. En ce qui me concerne, je dirais qu’après trois années plutôt difficiles, 2011 m’a apporté un peu plus de stabilité et de tranquillité. Je suis parvenue à atteindre mes objectifs d’un point de vue universitaire et personnel, j’ai fait des rencontres magnifiques et j’ai partagé des moments en or. Tout ce que je peux vous souhaiter, c’est de vivre une année 2012 aussi satisfaisante que 2011 l’a été pour moi.

101 choses à faire avant de mourir

Copyright : Meng He

C’est en surfant sur le net que par hasard, je suis tombée sur cette liste, écrite par Richard Horne, un graphiste anglais, des 101 choses à faire avant de mourir. Je vais surligner ce que j’ai déjà fait. Et imprimer la page pour me fixer des objectifs futurs.

Il me reste encore 91 choses à faire ! :)

  1. Écrire un best-seller (Write a best seller)
  2. Nager avec… (Swim with…)
    • des requins (sharks)
    • des baleines (whales)
    • des dauphins (dolphins)
    • des poissons tropicaux (tropical fish)
  3. Gagner un oscar, un trophée ou un prix (Win an award, trophy or prize)
  4. Attraper un poisson à mains nues (Catch a fish with your bare hands)
  5. Faire une découverte (Make a discovery)
  6. Organiser une fête alcoolisée (Throw a house party)
  7. Faire l’amour à trois (Be part of a threesome)
  8. Réaliser votre rêve d’enfant (Realize your childhood dream)
  9. Apprendre à jouer d’un instrument (Learn how play an instrument)
  10. Marquer votre territoire d’un graffiti (Leave your mark in graffiti)
  11. Poursuivre une tornade (Storm chase a tornado)
  12. Présenter une œuvre d’art dans une expo (Get a piece of art into an exhibition)
  13. Rencontrer quelqu’un qui possède le même nom de famille que soi (Meet someone with your own name)
  14. Aller sur les plus grandes montagnes russes du monde (Ride the world’s biggest rollercoasters)
  15. Se jeter dans la foule et « slammer » dessus (Stage dive or crowd surf)
  16. Entrer dans le livre « Guiness » des records du monde (Get into the Guiness Book of World Records)
  17. Constituer une collection sans aucun intérêt (Own a pointless collection)
  18. Étudier le kama-sutra et mettre la théorie en pratique (Study the Kama Sutra and put theory into practice)
  19. Devenir un as du poker et tout rafler au casino (Master poker and win big in casino)
  20. Accéder aux coulisses d’un concert et sortir avec une star du rock (Get backstage and get off with a rock god)
  21. Devenir un cobaye humain (Be a human guinea pig)
  22. Voler en montgolfière (Go up in a hot air balloon)
  23. Se faire arrêter par les flics (Get arrested)
  24. Assister au décollage d’une navette spatiale (See a space shuttle launch)
  25. Faire la photo du siècle (Capture the moment in an award-winning photograph)
  26. Sauter à l’élastique (Bungee jump)
  27. Voir un volcan en éruption (See an erupting volcano)
  28. Sauter en parachute (Skydive)
  29. Rencontrer votre idole (Meet your idol)
  30. Séjourner dans la meilleure suite d’un grand palace (Stay in the best suite in a five star hotel)
  31. Voler en apesanteur (Experience weightlessness)
  32. Voir une aurore boréale (See the aurora borealis)
  33. Faire un ace au golf (Get the score a hole in one)
  34. Inventer son propre cocktail (Design your own cocktail)
  35. Jouer un rôle dans votre série ou émission préférée (Play a part of your favorite TV show)
  36. Visiter tous les pays du monde (Visit every country)
  37. Faire du feu sans allumettes (Make fire without matches)
  38. Voir ces bêtes sauvages dans leur milieu naturel (See animals in the wild)
    • un panda (panda)
    • un rhinocéros (rhino)
    • un hippopotame (hippo)
    • un ours grizzly (grizzly bear)
    • un éléphant (elephant)
    • un colibri (hummingbird)
    • une girafe (giraffe)
    • un koala (koala)
    • un lamantin (manatee)
    • un gorille (gorilla)
    • un lion (lion)
    • un singe (monkey)
    • un pingouin (penguin)
    • un kangourou (kangaroo)
    • un tigre (tiger)
    • un crocodile (crocodile)
    • un orang-outan (orangutan)
    • un aigle (eagle)
    • un ours polaire (polar bear)
    • un cœlacanthe (coelacanth)
  39. Assister à une course de chiens (See a dog race)
  40. Être surclassé en avion (Get a free upgrade on a plane)
  41. Être ami avec un ex (Be friends with your ex)
  42. Atteindre ses objectifs (Hit your targets)
  43. Utiliser une fléchette sur un planisphère pour choisir sa destination (Throw a dart into a map and travel where it lands)
  44. Assister à la première d’un film (Attend a film premiere)
  45. S’enfuir d’un restaurant sans payer (Do a runner from a fanzy restaurant)
  46. Faire de la plongée sous-marine (Scuba dive)
  47. Traire une vache (Milk a cow)
  48. Être présent quand votre pays gagne la Coupe du monde ou un autre trophée important (Be present when your country wins the World cup or another Major trophy)
  49. Voir les deux éclipses (See both eclipses)
    • solaire (solar)
    • lunaire (lunar)
  50. Avoir une étoile sur Hollywood Boulevard (Write your name over a star on the Walk of Fame)
  51. Apprendre une langue étrangère (Learn another language)
  52. Lire les plus grands livres de tous les temps (Read the greatest books ever written)
    • 1984, George Orwell
    • Adventures of Huckleberry Finn, Mark Twain
    • American Psycho, Bret Easton Ellis
    • An Artist of the Floating World, Kazuo Ishiguro
    • Animal Farm, George Orwell
    • The Art of War, Sun Tzu
    • Asterix and the Golden Sickle, R. Goscinny/A. Uderzo
    • Atomised, Michel Houellebecq
    • The BFG, Roald Dahl
    • Birdsong, Sebastian Faulks
    • The Bonfire of the Vanities, Tom Wolfe
    • Brighton Rock, Graham Greene
    • The Buddha of Suburbia, Hanif Kureishi
    • Catch-22, Joseph Heller
    • The Catcher in the Rye, J.D. Salinger
    • Charlie and the Chocolate Factory, Roald Dahl
    • A Christmas Carol, Charles Dickens
    • The Complete Works of Shakespeare, William Shakespeare
    • The Complete Fairy Tales, Brothers Grimm
    • Crash, J.G. Ballard
    • The Crow Road, Iain Banks
    • The Curious Incident of the Dog in the Night-time, Mark Haddon
    • Danny, the Champion of the World, Roald Dahl
    • David Copperfield, Charles Dickens
    • Day of the Triffids, John Wyndham
    • Don Quixote, Miguel de Cervantes
    • Down and Out in Paris and London, George Orwell
    • Dubliners, James Joyce
    • Earthly Powers, Anthony Burgess
    • Easy Riders, Raging Bulls, Peter Biskind
    • The End of the Affair, Graham Greene
    • Explaining Death to the Dog, Susan Perabo
    • Frankenstein, Mary Shelley
    • George’s Marvellous Medicine, Roald Dahl
    • Girlfriend in a Coma, Douglas Cupland
    • Good Omens, Neil Gaiman and Terry Pratchett
    • The Grapes of Wrath, John Steinbeck
    • Gravity’s Rainbow, Thomas Pynchon
    • Great Expectations, Charles Dickens
    • The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy, Douglas Adams
    • The Hobbit, J.R.R. Tolkien
    • Holes, Louis Sachar
    • The Hotel New Hampshire, John Irving
    • Kes (A Kestrel for a Knave), Barry Hines
    • Le Grand Meaulnes, Alain Fournier
    • The Lion, the Witch and the Wardrobe, C.S. Lewis
    • Lord of the Flies, William Golding
    • The Magic Porridge Pot, Anon
    • The Master and Margarita, Mikhail Bulgakov
    • Memoirs of a Geisha, Arthur Golden
    • Midnight’s Children, Salman Rushdie
    • Moby Dick, Herman Melville
    • Mr Tickle, Roger Hargreaves
    • The Name of the Rose, Umberto Eco
    • The New York Trilogy, Paul Auster
    • No Logo, Naomi Klein
    • Not Fade Away, Jim Dodge
    • The Odyssey & The Iliad, Homer
    • Of Mice and Men, John Steinbeck
    • The Old Man and the Sea, Ernest Hemingway
    • One Hundred Years of Solitude, Gabriel Garcia Marquez
    • Our Man in Havana, Graham Greene
    • The Picture of Dorian Gray, Oscar Wilde
    • Perfume, Patrick Suskind
    • Possession, A.S. Byatt
    • A Prayer for Owen Meany, John Irving
    • Pride and Prejudice, Jane Austen
    • The Ragged Trousered Philanthropists, Robert Tressell
    • Sarah, J.T. Leroy
    • The Secret History, Donna Tartt
    • Stupid White Men, Michael moore
    • To Kill A Mockingbird, Harper Lee
    • Treasure Island, Robert Louis Stevenson
    • Ulysses, James Joyce
    • Valley of the Dolls, Jacqueline Susann
    • The Van, Roddy Doyle
    • The Very Hungry Caterpillar, Eric Carle
    • The Wasp Factory, Ian Banks
    • Waterland, Graham Swift
    • Where the Wild Things Are, Maurice Sendak
    • The Wind in the Willows, kenneth Grahame
    • Winnie the Pooh, A.A. Milne
    • Winter’s Tale, Mark Helprin
    • The World According to Garp, John Irving
    • Wuthering Heights, Emily Bronte
  53. Traverser les USA d’Est en Ouest (Complete a coast to coast road trip across America)
  54. S’offrir un cadeau au dessus de ses moyens (Make at lease one huge purchase you can’t afford)
  55. Marquer le point de la victoire : but, essai, panier… (Score the winning goal/try/basket)
  56. Taper l’incruste dans une soirée chic (Gatecrash a fancy party)
  57. Voir les plus grands films de tous les temps (See the All-time greatest films)
    • 12 Angry Men (1957)
    • 2001: A Space Odyssey (1968)
    • A Bout de Souffle (1959)
    • Alien (1979)
    • Aliens (1986)
    • Amadeus (1984)
    • Amelie (2001)
    • American Beauty (1999)
    • An American Warewolf in London (1981)
    • Annie Hall (1977)
    • Apocalypse Now (1979)
    • Arsenic and Old Lace (1944)
    • Back to the Future (1985)
    • Barbarella (1967)
    • The Big Lebowski (1998) – 16-NOV-11
    • Big Wednesday (1978)
    • Blade Runner (1982)
    • Blue Velvet (1985)
    • Das Boot (1961)
    • Brazil (1985)
    • Breakfast at Tiffany’s (1961)
    • The Breakfast Club (1985)
    • Butch Cassidy and the Sundance Kid (1969)
    • Caddyshack (1980)
    • Casablanca (1942)
    • Casino (1995)
    • A Christmas Carol/Scrooge (1970)
    • Citizen Kane (1941)
    • City of God (2002)
    • Clash of the Titans (1981)
    • Close Encounters of the Third Kind (1977)
    • The Deer Hunter (1978)
    • Deliverance (1972)
    • Les Diaboliques (1955)
    • Donnie Darko (2001)
    • Do the Right Thing (1989)
    • Dr Strangelove or: How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb (1964)
    • Ed Wood (1994)
    • The Elephant Man (1980)
    • The Empire Strikes Back (1980)
    • Enter the Dragon (1973)
    • Eraserhead (1977)
    • Evil Dead 2 (1987)
    • Ferris Bueller’s Day Off (1986)
    • Festen (1998)
    • Fight Club (1999)
    • Flash Gordon (1980)
    • Ghostbusters (1984)
    • The Godfather: Part 1 (1972)
    • The Godfather: Part 2 (1974)
    • The Good, the Bad, and the Ugly (1966)
    • Goodfellas (1990)
    • The Graduate (1967)
    • The Great Escape (1962)
    • Grosse Point Blank (1997)
    • Groundhog Day (1993)
    • Harold and Maude (1971)
    • Harvey (1950)
    • Heathers (1989)
    • The Italian Job (1969)
    • It’s a Wonderful Life (1946)
    • Jaws (1975)
    • Jules et Jim (1962)
    • The Jungle Book (1967)
    • Kind Hearts and Coronets (1949)
    • Kingpin (1996)
    • L.A. Confidential (1997)
    • The Ladykillers (1955)
    • The Lord of the Rings, The Fellowship of the Ring (2001)
    • Lost in Translation (2003)
    • The Matrix (1999)
    • Memento (2000)
    • Monty Python and the Holy Grail (1975)
    • Monty Python’s Life of Brian (1979)
    • National Lampoon’s Animal House (1978)
    • The Night of the Hunter (1955)
    • North by Northwest (1959)
    • O Brother, Where Art Thou? (2000)
    • The Omen (1976)
    • One Flew Over the Cuckoo’s Nest (1975)
    • A Passage to India (1984)
    • Peeping Tom (1960)
    • Pi (1998)
    • Pirates of the Caribbean: The Curse of the Black Pearl (2003)
    • Planes, Trains and Automobiles (1987)
    • Platoon (1986)
    • The Producers (1967)
    • Psycho (1960)
    • Pulp Fiction (1994)
    • Raiders of the Lost Ark (1981)
    • Rear Window (1954)
    • The Right Stuff (1983)
    • The Ring (2002)
    • Risky Business (1983)
    • The Royal Tenenbaums (2001)
    • Scanners (1981)
    • Secretary (2002)
    • Sexy beast (2000)
    • Se7en (1995)
    • Seven Samurai (1954)
    • The Shawshank Redemption (1994)
    • The Shining (1980)
    • Shrek (2001)
    • The Sixth Sense (1999)
    • Spirited Away (2001)
    • Star Wars (1977)
    • The Sting (1973)
    • The Straight Story (1999)
    • The Sure Thing (1985)
    • Swingers (1996)
    • Taxi Driver (1976)
    • Terminator 2: Judgement Day (1991)
    • The Texas Chainsaw Massacre (1974)
    • The Thing (1982)
    • This is Spinal Tap (1983)
    • To Kill a Mockingbird (1962)
    • Top Secret! (1984)
    • Touch of Evil (1958)
    • Toy Story (1995)
    • Toy Story 2 (1999)
    • Trading Places (1983)
    • True Romance (1993)
    • Two-Lane Blacktop (1971)
    • The Untouchables (1987)
    • The Usual Suspects (1995)
    • The Vanishing (1988)
    • Videodrome (1982)
    • When We Were Kings (1996)
    • The Wicker Man (1973)
    • Withnail & I (1987)
    • Young Frankenstein (1974)
  58. Vivre dans un endroit que l’on aime (Live in a place you love)
  59. Quitter un boulot que l’on déteste (Leave a job you hate)
  60. Être dans le rang des suspects lors d’une identification judiciaire (Take a part in a police line-up)
  61. Monter la farce ou le canular parfait (Get away with the perfect practical joke or hoax)
  62. Rejoindre le Mile High Club (Join the Mile High Club)
  63. Faire la une d’un quotidien national (Make the front page of a national paper)
  64. Conduire pied au plancher (Drive a car a top speed)
  65. Annoncer « c’est ma tournée » dans un bar (Shout « Drinks are on me » in a pub or bar)
  66. Participer à un flash mob (Be part of a flash mob)
  67. Visiter… (Visit…)
    • Le Colisée, Rome, Italie (Colosseum, Rome)
    • Ayers Rock, Australie (Uluru, Australia)
    • La Cité Machu Picchu, Pérou (Machu Picchu, Peru)
    • Les Pyramides de Gizeh, Égypte (The Pyramids At Giza, Egypt)
    • Le Christ Rédempteur, Rio de Janeiro, Brésil (Christ The Redeemer, Rio De Janeiro)
    • Le Port Jackson, Sydney, Australie (Sydney Harbour, Australia)
    • Le Taj Mahal, Delhi, Inde (Taj Mahal, Delhi)
    • La Grande Barrière de Corail, Australie (Great Barrier Reef, Australia)
    • Le Pont du Golden Gate, San Francisco, États-Unis (Golden Gate Bridge, San Francisco)
    • Le Grand Canyon, Arizona, États-Unis (Grand Canyon, Arizona)
    • Le temple Angkor Vat, Cambodge (Angkor Wat, Cambodia)
    • La Grande Muraille de Chine, Chine (The Great Wall Of China)
  68. Sauver la vie de quelqu’un (Save someone’s life)
  69. Apprendre à dire… en différentes langues (In various language learn to say…)
    • bonjour, au revoir, s’il vous plaît et merci (hello, goodbye, please and thank you)
    • commander une bière (order a beer)
    • jurer (swear)
    • insulter (insult)
  70. Faire entrer un mot dans le dictionnaire (Invent a word that makes it into a dictionary)
  71. Avoir une vie sexuelle débridée (Have adventurous sex)
  72. Avoir assez d’argent pour accomplir toutes les choses de la liste (Have enough money to do all the things in the list)
  73. Séjourner sur la ligne de changement de date (Stand on the international date line)
  74. Apprendre à piloter un avion (Learn to fly a plane)
  75. Se faire faire un tatouage et/ou un piercing (Get a tatoo a/o a piercing)
  76. Inventer quelque chose (Invent something)
  77. Apprendre l’astronomie et lire le ciel (Learn astronomy and read the sky night)
  78. Boire un vin millésimé (Drink a vintage wine)
  79. Répondre à une annonce de rencontre (Answer a personal ad)
  80. Passer Noël à la plage (Spend Christmas on the beach)
  81. Se faire virer d’un bar (Get barred from a pub or a bar)
  82. Construire votre propre maison (Build your own house)
  83. Prendre un bain de minuit (Skinny dip at midnight)
  84. Vendre toutes ses merdes sur eBay et gagner de l’argent (Sell all your junk on eBay and make a profit)
  85. Visiter les plus hauts buildings du monde (Visit the world’s tallest buildings)
  86. Courir un marathon (Run a marathon)
  87. Surmonter votre plus grande peur (Conquer your fear)
  88. Faire un mariage original (Get married unusually)
  89. Abandonner les nouilles chinoises instantanées, apprendre à cuisiner (Throw away the instant noodles, learn to cook)
  90. Rejoindre le club de ceux qui ont volé à plus de 80.000 pieds (Join the 16-Mile high club)
  91. Créer un site culte (Create a cult website)
  92. Acquérir une oeuvre d’art contemporain (Own an original work of art)
  93. Faire le tour de tous les bars du Monopoly (Complete the Monopoly pub crawl)
  94. Donner son nom à quelque chose (Get something named after you)
  95. Se venger (Get revenge)
  96. Être figurant dans un film (Be an extra in a film)
  97. Parcourir le monde en camping-car (Live out of a van)
  98. Participer à une manif (Go on a demonstration)
  99. Se confesser (Confess)
  100. Atteindre 100 ans (Reach 100 years of age)
  101. Transmettre votre patrimoine génétique (Continue your gene pool)