Touch The Sky Riddim

On l’attendait, il est enfin arrivé, le Touch The Sky Riddim est enfin disponible sur toutes les plateformes légales de téléchargement de musique ! Il y a déjà un bon mois, je vous proposais d’écouter la première chanson commericalisée sur cette base instrumentale : Tou Sèl An Mwen de Saïk.

Et depuis le mercredi 30 juillet dernier, quatorze autres artistes ont également posé leurs voix sur ce riddim aux sonorités légères, qui nous est offert par la maison de production Blue Lagoon Music Records. Vous pouvez d’ailleurs télécharger le Touch The Sky Riddim sur Amazon.

Le Touch The Sky Riddim en résumé

Le Touch The Sky Riddim est l’un des riddims les plus convaincants sortis cette année à l’échelle caribéenne locale, si je peux m’exprimer ainsi. De nombreux artistes d’origines guadeloupéenne, mais aussi dominicaine, martiniquaise, réunionnaise et même guinéenne avec l’apport musical de Lyricson, ont décidé d’envahir les ondes avec cette base instrumentale proposée par le label Blue Lagoon.

Cette compilation nous propose avant tout toutes les couleurs de l’amour à l’antillaise. De nombreuses chansons comme Si Tu Es Là qui signe le retour de Colonel Reyel ou encore Amour Idyllique de T-Shaa, sont représentatives de ce que ce sentiment apporte chaque jour à notre quotidien. Jaïan K nous dira à sa manière, par exemple, qu’il adore partager les bras de sa dulcinée. Misié Sadik nous fera part des incertitudes qui envahit sa partenaire dans An Dé Mo, un morceau dans lequel finalement le chanteur se veut réconfortant et attentif à celle qu’il aime. Et c’est aussi l’occasion de découvrir Kendell avec son titre Talk To Me, dans lequel la seule pensée de perdre celle qu’il aime le rend complètement fou.

En outre, le Touch The Sky Riddim nous présente également des paroles "conscientes", comme le disent les jamaïcains. La question de l’appartenance culturelle revient notamment avec Istwa An Nou de Rachelle Allison, mais aussi d’une certaine façon avec une des grandes gagnantes des Hit Lokal Awards de l’année dernière, Swé. Ainsi, les notions de liberté, de partage et de détermination sont bien définies par la chanteuse guadeloupéenne, mais aussi par Saïk et ProfA qui nous décrivent leur envie de réussir, par tous les moyens possibles : "An ka véyé si pa ni rékin an dlo a an ka navigué, Sé pou sa ké an préféré rété tou sèl an mwen".

Et si cette compilation a bien commencé avec le titre de Saïk, Tou Sèl An Mwen, c’est bien Admiral T qui intervient pour finir ce chapitre musical de très bon augure. Il annonce sur Facebook que ce riddim lui a tant plu, qu’il a souhaité en faire partie. Et c’est ainsi que naît la seule bonus track de ce riddim. Une dernière chanson où l’amour règle une dernière fois.

Les sonorités de ce riddim font appel à quelques touches de piano mais surtout une guitare bien présente, qui rythme les paroles que chacun des artistes ont bien voulu nous offrir. Le Touch The Sky vous permettra de vous envoler et de réellement toucher le ciel comme le dit si bien Krys dans Alleluia.

Le Touch The Sky Riddim piste par piste

Comme je vous le disais en préambule, le premier artiste que l’on retrouve sur cette compilation est donc Saïk, avec la chanson Tou Sèl An Mwen. Cette chanson est une invitation à l’évasion. Saïk préfère rester seul en certaines situations pour pouvoir mieux respirer et profiter de sa vie comme il l’entend. Il a des objectifs à atteindre, et compte bien s’y atteler. Ce magnifique titre aura permis au riddim de se faire une certaine notoriété avant sa sortie officielle ce mercredi 30 juillet.

C’est ensuite Colonel Reyel que l’on peut écouter sur le Touch The Sky Riddim. La trame de sa chanson se cadre dans un contexte bien précis, celui des relations sentimentales. L’artiste, que l’on ne présente plus grâce à ses chansons comme Celui ou encore Aurélie, déclare sa flamme à sa partenaire. Si Tu Es Là est une chanson dans laquelle il confesse son amour à sa dulcinée : "Si tu es là avec moi jamais rien ne m’atteindra, Aucun obstacle sur la route ne me freinera, Je surmonterai tout si tu es là, Seulement si tu es là".

Kendell est un chanteur d’origine dominicaine que je ne connaissais pas jusqu’alors. Avec son titre Talk To Me sur ce riddim, il réalise un premier pas vers une reconnaissance de sa voix à l’échelle nationale. Sa voix est plutôt posée et douce, il est capable de monter facilement (ou en tout cas, c’est l’impression qu’il donne) dans les aigus. Il est le premier artiste sur cette compilation à nous offrir ainsi des paroles chantées en anglais, pour nous exprimer lui aussi son attirance pour l’objet de ses désirs. "You got me going crazy", est l’une des phrases les plus révélatrices du caractère de sa chanson. C’est l’un de mes titres préférés de cet album.

La première voix féminine présente sur le Touch The Sky Riddim est donc celle de Swé, qui continue sa percée dans le monde musical. La voix de cette chanteuse que je connais depuis un plus d’un an maintenant grâce au titre Papyon, dont je vous parlerai bien vite et qui est aussi ma sonnerie de téléphone, possède cet aspect versatile que lui permet de pouvoir nuancer ses propos. Avec Lib, Swé revient finalement sur le droit à la liberté d’expression. Elle nous déclare comme « libres », chacun d’entre nous capables de faire ses propres choix, d’avancer et de rêver tranquillement, peu importe ce que les gens peuvent en penser. Swé a aucunement l’intention de se laisser dicter une conduite, et avec ce titre, elle l’affirme explicitement.

Misié Sadik, auteur de bien des chansons aux paroles qui mènent à la réflexion, nous propose une chanson pleine d’amour sur le Touch The Sky Riddim. Misié Sadik prend le temps de déclarer aussi ce qu’il éprouve pour la personne avec laquelle il partage sa vie. An Dé Mo, « en deux mots », l’artiste parle de l’amour qu’il porte à cette femme, tout en évoquant les doutes infondés qu’elle a à son égard. De leur relation, on perçoit comme un malaise que Misié Sadik tente de dissumer avec cette chanson. L’important pour lui serait qu’ils arrivent à réellement communiquer sur leurs possibles divergences d’opinion.

Jaïan K est l’une de mes plus grandes découvertes de cette compilation. Je ne connaissais pas, honte à moi, ce chanteur d’origine antillaise. Et pourtant, son parcours dans le monde de la musique sur le plan local est déjà bien tracé, avec des chansons comme This Woman ou Rété Natwal, dont je vous parlerai prochainement, par exemple. Pour le Touch The Sky Riddim, Jaïan K chante That X Thing. Ici, il fait allusion à tout l’amour qu’il éprouve pour son alter ego.

C’est ensuite Krys qui prend le relais avec son titre Alleluia. Ce chanteur de dancehall d’origine guadeloupéenne change complètement de registre pour son titre qui se veut sur le ton de la reconnaissance. Alleluia est une sorte d’hymne à la vie. Krys y est conscient de la chance qu’il a d’être en vie, et avec cette chanson il remercie le ciel de lui permettre de profiter de chaque jour avec autant de joie, de bonheur et de bien-être.

Istwa An Nou est une magnifique chanson de Rachelle Allison sur son histoire avec la Guadeloupe. La chanteuse y relate son affection pour son île d’origine et pour sa culture. Istwa An Nou est sa manière de rendre hommage à la Guadeloupe. Et, pleinement consciente de l’héritage que lui a laissé ses ancêtres, l’artiste nous chante avec conviction la fierté qu’elle a envers son berceau culturel.

C’est ensuite Mc Duc qui reprend le riddim. Mc Duc est un chanteur originaire de l’île de la Réunion, qui est notamment connu pour sa reprise du célèbre Jump de RDX intitulée Daggaring. Ici, sur le Touch The Sky, Mc Duc nous invite à rendre compte de son amour pour l’élue de son cœur, celle sans laquelle il ne peut pas concevoir sa vie : "I need you by my side, that’s why I don’t wanna see you cry, I wanna make you my wife, Girl you’re always on my mind".

Suite à cette nouvelle déclaration d’amour, Lyricson nous propose Sunday To Sunday. Sur un ton assez festif et décontracté, Lyricson nous invite à profiter de la vie autant que possible et à danser du dimanche au dimanche ! "Cause we are party from Sunday to Sunday, Cause to we everyday is not an holiday, Dance wi a dance until the sunlight, Come join the party, free up your body", telle est la première partie du refrain de cette chanson au contexte reposant.

La trame romantique du Touch The Sky Riddim revient ensuite avec T-Shaa qui nous interprète Amour Idyllique. La chanteuse produite par le fameux Step Out Productions de Krys reprend à son tour des paroles relatives aux relations amoureuses. La chanteuse qualifie « d’idyllique » l’amour qu’elle vit avec son compagnon. Elle en profite pour souligner ici que son amour touche le ciel, petit clin d’œil au nom de ce riddim sur lequel elle a été invitée à poser sa voix.

Jeva 9 chante une de mes chansons préférées sur cette base instrumentale. Avec An Tout Sens, il fait contraster son impatience vis-à-vis d’une relation encore naissante avec son envie de prouver à l’élue de son cœur qu’il sera là en toute situation pour elle. Et son donc en toute simplicité qu’il lui livre les attentions qu’il aura à son égard. Jeva 9 se sent prêt et semble avoir mesuré l’impact que cette nouvelle personne aura dans sa vie de manière concrète.

C’est ensuite à ProfA de se lancer dans l’exercice de reprise de cette base rythmique. Do It Right est une chanson pour souligner la détermination qui doit nous animer pour arriver à atteindre nos objectifs. La vie n’est pas facile, mais si nous arrivons à maintenir le cap, de manière franche, directe et honnête, nous arrivons là où nous le souhaitons.

Chanté Baw interprété par Xelo, un chanteur de reggae, dancehall originaire de la Guadeloupe, est une autre chanson pleine de sentiments amoureux, à l’image d’An Dé Mo par exemple. Dans ce titre, Xelo nous parle de son affection pour celle qu’il aime. Il chante ce morceau pour elle, comme nous l’indique de cette chanson : "Lè nou ansanm mwen ka santi an lov baby, An bèl sansasyon ka mèt mwen an trans, Lè nou kolé séré an vlé dansé…".

Pour compléter cette magnifique compilation, Admiral T nous offre une bonus track de toute beauté. Magic Love est un dernier titre en puissance qui permet d’appréhender l’amour qu’il existe entre Admiral T et la femme qu’il aime. "Girl sé vou mwen vé, Sé sa non fo pa’w douté, Sa ki tin’ antre nou dé, Sa majik" (Girl, c’est toi que je veux, Non, il ne faut pas que tu en doutes, Ce qu’il y a entre nous deux, C’est magique…).

La seizième et dernière piste de cette compilation est un megamix proposé par DJ Axx, que vous pouvez retrouver sur son compte SoundCloud ou sur Twitter. Ce remix reprend un bout de chacune des chansons présentes sur la compilation en un peu moins de sept minutes ! Une manière agréable de redécouvrir chacun des artistes en une seule fois.



TRACKLIST :
01 – Saïk – Tou Sèl An Mwen
02 – Colonel Reyel – Si Tu Es Là
03 – Kendell – Talk To Me
04 – Swé – Nou Lib
05 – Misié Sadik – An Dé Mo
06 – Jaïan K – That X Thing
07 – Krys – Alleluia
08 – Rachelle Allison – Istwa An Nou
09 – Mc Duc – You
10 – Lyricson – Sunday To Sunday
11 – T-shaa – Amour Idyllique
12 – Jeva 9 – An Tout Sens
13 – ProfA – Do It Right
14 – Xelo – Chanté Baw
15 – Admiral T – Magic Love (BONUS TRACK)
16 – DJ Axx – Megamix

Organ Donor de Laza Morgan et Admiral T

Copyright : Charly Clodion

Depuis quelques jours déjà, ma sœur me propose quelques-uns de ses coups de cœur musicaux, dont je n’aurais pas forcément entendu parler. Il y a déjà une semaine, elle m’a proposé d’écouter cette chanson unissant Laza Morgan et Admiral T sur un même titre.

Organ Donor sort en ce début d’année 2014, au cours du mois de février. La première version de cette chanson, sur laquelle l’artiste jamaïcain chante seul, est sorti en 2011, sur la compilation First Look du chanteur. Cette mixtape de Laza Morgan possède huit titres, tous plus engageants les uns que les autres !

Le clip d’Organ Donor a visiblement été tourné dans un hangar de la ville de Montreuil, et c’est Charly Clodion qui était à la réalisation de celui-ci. Organ Donor commence avec les notes d’un synthétiseur, et c’est la première voix d’Admiral T qui nous informe qu’ils sont tous deux réunis pour tirer des "rafales d’amour", donner leurs cœurs, comme des donneurs d’organes.

Cette chanson, au tempo plutôt reposant, se veut révélatrice de tout ce que nous sommes capable de faire par amour pour sa famille, pour ses amis. Elle évoque le don de soi au quotidien, cette capacité à répondre toujours présent pour aider les autres, sans rien attendre en retour.

C’est une chanson sur l’amour. Ça parle de sacrifice. J’y explique que je suis prêt à me sacrifier pour mon frère. C’est un titre qui parle de ce que tu es capable de faire pour ta famille.

Je l’ai écrit en quinze minutes, parce que les paroles sortaient directement de mon cœur. Et je voulais en profiter pour dire un BIG UP à Admiral T, qui est venu m’accompagner sur ce titre !

Laza Morgan

Laza Morgan est reconnaissant de la vie qu’il mène, et demande au Tout Puissant de toujours veiller sur les siens, alors qu’Admiral T nous délivre ces paroles : "La vie est belle, La vie est belle, Tous les jours, Remercie le Ciel, Même si nos problèmes sont réels, On aperçoit l’arc-en-ciel".

A noter que Kalash est également présent dans le clip de cette chanson. On l’aperçoit de temps en temps à l’image, entrecoupé par de jolies demoiselles, légèrement vêtues… :)

Festival Tropiques en Fêtes en 2011

Copyright : Christelle

Souvenez-vous, il y a trois ans ! Je profite de ce week-end, largement dédié au Festival Tropiques en Fêtes de la Foire de Paris, pour rebondir sur l’évènement et vous proposer un petit résumé de ce qu’il y avait eu il y a trois ans, alors que le podium de ce festival se tenait encore à l’entrée de la Foire.

Découvrez le Festival Tropiques en Fêtes de la Foire de Paris 2011 en vidéos ! L’ensemble des moments décrits dans cet article se retrouve dans la playlist proposée ici. UNE ASTUCE : Vous pouvez sélectionner la vidéo que vous souhaitez visionner en cliquant sur le bouton « Playlist » de YouTube.

C’était donc le très bon groupe Original H qui ouvrait le bal ! Original H, pour ceux qui ne les connaissent pas, est un groupe d’artistes chanteurs et musiciens qui s’illustrent dans le genre musical qu’est le konpa. Le konpa est une musique originaire d’Haïti qui a émergé au XIXème siècle. Ce genre musical est popularisé en 1955 avec des musiciens comme Nemours Jean-Baptiste d’abord dans les Antilles, puis à l’international. Original H, qui n’est pas habitué à se produire sur scène seulement pour quelques minutes (il faut savoir qu’un morceau de konpa dure au moins 7 bonnes minutes de manière générale), nous interprète d’abord Choké avant de nous offrir Ouvè Pot La, avec une introduction reprenant Alors On Danse de Stromae.

C’est ensuite Thierry Cham qui monte sur les planches de ce Festival Tropiques en Fêtes. Bien connu du public présent sur place ce jour-là, Thierry Cham chante d’abord Océan, titre avec lequel il s’amuse à montrer toute sa puissance vocale. Après un magnifique I Love Youuuu chanté accapella, il poursuit avec le titre Lanmou Idéal, dont le refrain reprend ces mots : "Sa ki ni entre nou sé lidéal, An lanmou pou nou isé lé voiles, Sa ki ni entre nou sa pa banal, An limiè, an zéclè, an zétwal". Il finit son show en déclarant un amour idéal pour les tropiques en citant Haïti, la Guadeloupe, la Martinique, l’Afrique et la Réunion.

E.sy Kennenga entre sur scène, guitare à la main. Après avoir saluer la foule, il nous déclare qu’il fera tout pour toujours avoir du love dans son cœur. C’est donc avec la chanson Love Adan Tchè Mwen qu’il démarre sa représentation vocale ce soir-là. Il apporte ainsi une sacrée note acoustique à ce concert en plein air. E.sy Kennenga a choisi de jouer pour son deuxième morceau un titre de son répertoire aux sonorités carnavalesques : Nou Anlè Sa. Sous les acclamations, le chanteur martiniquais nous fera partager l’ambiance présente dans les rues des villes antillaises en chantant "Es zot paré pou nou mété difé…".

A peine arrivée sur les planches, Kim commence à fredonner les phrases : "Je le sens, c’est lui l’homme de ma vie, Sa douce voix sans cesse me chavire, Son parfum m’enivre, je sens le désir, Je veux qu’il soit mon avenir". C’est ainsi qu’est donc introduit Confidence sur la scène du Festival Tropiques en Fêtes. Pour sa première fois à la Foire de Paris, Kim nous dévoile deux titres de son album Premiers pas sorti en 2009 chez Maxi Flow. Elle poursuit avec Je Suis Accro, une de mes chansons préférées dans son répertoire. Kim dédie ce morceau à toute la gente féminine. Je tiens à souligner le bon travail des musiciens sur ce titre d’ailleurs, ils nous en offrent une version semi konpa que le public parisien a adoré tout autant que moi. J’ai également adoré la douceur apportée par la chanteuse alors qu’elle récitait les paroles "Tout ce que j’ai sur le cœur, Je suis condamnée à le garder".

La Mc Malcriado est un groupe dont les quatre membres sont d’origine cap-verdienne. On retrouve parmi eux Stomy Bugsy, Jacky Brown des Nèg Mawons, Izé et JP des 2 Doigts. Ils sont habillés d’un tee-shirt reprenant les mots Fidju Di Kriolu, aussi nom de leur album sorti en 2011. L’expression "fidju di kriolu" signifie "fils de créole". Au Cap-Vert, elle perçue comme une émotion particulière pour toute la population émigrée de l’île fière de sa culture et de sa diversité. C’est ce qu’ils veulent nous transmettre à leur tour sur scène, puisqu’ils font un hommage particulier à toutes ces personnes fières de leur racine et de leur couleur de peau. Ce soir-là, La Mac Malcriado chante d’abord Assim Ki Fetu dans un rythme effrené, puis Funan´.

C’est ensuite un couple de danseurs qui prennent le relais sur les planches. Il nous font une présentation de la kizomba en nous faisant une petite démonstration sur la chanson de Nelson Freitas, Rebound Chick. La kizomba est une danse originaire d’Angola. Il s’agit d’un mix de semba traditionnel avec du merengue traditionnel et de Kilapanda. La kizomba se caractérise entre autres par son tempo lent, son beat puissant (avec la résonance de la basse) et la langue utilisée pour les paroles, à savoir le portugais.

Orlane est la prochaine artiste à chanter. Elle commence toniquement avec le titre Nalé, un hymne à la beauté des tropiques, notamment la Réunion, de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane, d’Haïti et Saint-Martin. Elle chante "Chéri mwen anvi bo Mami tout la fanmi, Santi lodè vani gadé lè mang fléri, Bwè dité sitwonel lanmou nou ké pli bel". Orlane poursuit avec la chanson Déposer les Armes, une chanson d’amour, alors que d’ores-et-déjà le public semble lui réclamer Chokola. Avant de soumettre à cet exercice, la chanteuse commence une version a cappella de cette chanson durant laquelle elle s’amuse avec son public à tenir une longue note. Elle lance un mini concours, qu’elle gagne largement d’ailleurs, et finit son passage sur scène avec cette chanson du coup.

La prochaine artiste à se présenter sur la scène est Tina Ly. Elle chante en premier lieu la chanson Reviens-Moi. Les excellents musiciens qui l’accompagne sur scène lui permettent de proposer une version un peu plus saccadée, ressemblant fortement au dancehall, durant laquelle le public doit reprendre les phrases "Baby, reviens, Baby reviens moi". Tina Ly introduit ensuite le titre A Tes côtés, qu’elle chante normalement avec Richard Cavé de Carimi. Mais c’est finalement Ali Angel qui la rejoint sur scène, pour le plus grand plaisir de l’auditoire surpris. Cette chanson lui permet de rappeler son amour pour Haïti, et d’offrir un peu de konpa à nouveau au public. Les deux chanteurs vont d’ailleurs danser un instant ensemble. C’est ensuite Lynnsha qui retrouve Tina Ly. Les deux chanteuses chantent alors Pa Ni Tan, leur chanson qui date de l’année 2009.

Lynnsha reste ensuite seule le temps d’interpréter Ma Rivale, une chanson qu’elle chante normalement en duo avec Lady Sweety. Lynnsha va proposer à son public quelques pas de danse sur un rythme ressemblant cette fois plus à du soukouss ou du coupé décalé, avant de reprendre la partie de Lady Sweety et donc de toaster le temps de quelques phrases. Elle appelle ensuite Jacky et Ben J des Nèg Mawons pour chanter Mon Idéal.

Après un interlude proposé par un groupe de danse venu se représenter le temps de quelques chansons, c’est Tom Frager qui arrive sur scène. Dans un style reggae et avec une guitare électrique bien prédominante, il nous entonne les phrases "An pansé pou la Gwada, Tou lé jou, Tou lé jou ké Bondié ka fè, Nou ka éséyé tchenbé, Moun Gwada, Fo mwen di zot konbien zot té ka mantché mwen, mèm si zot pa janmé kité tchè an mwen." reprises de la chanson Miss Gwada. Tom Frager interprète ensuite Lady Melody, une chanson plus largement connue du public, puisqu’il n’a presque plus besoin de chanter les paroles tant sa voix est complétée par celle de son auditoire à l’unisson. Le chanteur, versatile, nous propose également une version dancehall grâce à cet orchestre de musiciens décidément exceptionnels.

C’est enfin Admiral T qui monte sur les planches du Festival Tropiques en Fêtes. Très attendu par le public parisien, Admiral T fait son entrée avec Fos A Péyi La, une chanson qu’il chante normalement accompagné du groupe Kassav. Et là, de manière encore plus flagrante que pour Lady Melody, Admiral T pourrait pratiquement s’arrêter de chanter pour laisser son public célébrer chacun de ses titres. Le chanteur guadeloupéen va même se permettre de descendre dans la foule et ainsi partager l’ambiance qu’il crée lui-même ! Sur "fos a péyi la" c’est les poings levés que plus d’un millier de personnes se retrouvent à danser. Le chanteur ne s’arrête pas là, et nous propose même une version accélérée de son titre. A la fin de ce titre, il se sert des paroles de Rèv An Mwen pour nous offrir une interlude a cappella : "An ti réyon a solèy, Asi figi an mwen ka fè mwen sav kè sé lè a révèy, Syèl la byen blé, An ti van ka chichoté an zorey an mwen, An nou alé pwofité dé la vi, Sé an tou piti péyi, Mé sé on paradi". Un classique ! Pour honorer Haïti, Admiral T choisit ensuite de chanter Yo Pa Enmé Haïtien. Pour la dernière fois dans cette soirée, le konpa est réellement à l’honneur. Accompagné de deux danseurs, le chanteur va entonner l’expression "Nou pa bizwen sa" en proposant une petite chorégraphie à son public, chargé alors de balancer les mains en direction de la scène. Admiral T récupère ensuite quelques personnes du public, notamment des enfants, pour danser en rythme sur la scène. Il nous demandera plus tard d’ailleurs de saluer ces enfants, car sé yo ki fos a péyi la. Un tambour puissant final reprendra le traditionnel tak pi tak des musiques antillaises. Enfin, le moment attendu de tous arrive, Admiral T termine son show sur Oh Yeah, LE morceau du moment. Et c’est donc sur ce titre que se clôture la Nuit de la Foire 2011.

La clôture du Festival Tropiques en Fêtes

Copyright : Christelle

Le dimanche 11 mai dernier, se déroulait à la Foire de Paris, la clôture musicale du Festival Tropiques en Fêtes. Il y avait beaucoup d’artistes présents, prêt à nous offrir un beau spectacle avant le renouveau de la Foire l’année prochaine. Et c’est cette fois, Esthèle Dumand, Claudy Siar et Logan qui étaient chargés d’orchestrer le show de cette clôture.

Par ailleurs, sachez que les photos que j’ai prises, vous permettront de bien saisir l’ordre de passage des différents artistes ce soir -là sur la scène. Je suis bien plus satisfaite du rendu de ces photos, que de celles de la nocturne du Festival Tropiques en Fêtes. Il faut dire, que cette fois, je n’étais pas trop mal placée !

La communauté tahitienne à l’honneur

C’est ainsi que l’on retrouve Ken Carlter pour représenter l’île Tahiti en ce dimanche à la Foire de Paris. Ken Carlter est un chanteur, auteur et compositeur d’origines polynésienne, française et italienne. Il est connu pour de nombreux titres et notamment sa collaboration au sein du groupe ManaPacific avec Tea, le chanteur qui le suivra sur la scène. Ken Carlter nous interprète une magnifique reprise de Somewhere over the rainbow. Accompagné d’un de ses amis, il reprendra également un titre bien connu avant de nous chanter Tahitian Boy, un titre bien plus rythmé que les précédents.

Tea s’accompagne d’un ukulele afin de gravir les planches du Festival Tropiques en Fêtes. Le chanteur sera également en compagnie d’un homme au clavier, qui l’assistera tout au long de sa représentation. Tea va nous proposer des titres, dont je serais bien incapable de vous dire le nom, aux sonorités typiques des îles polynésiennes. Sa dernière chanson sur scène s’inscrit dans un genre plus dancehall/pop à mon sens. Il quittera la scène en nous disant un mauru’uru (merci) pour le courage qu’ont eu les spectateurs qui, comme moi, sont restés sous la pluie, le découvrir en live.

Des influences soul et jazzy

Gaby Diop est une chanteuse d’origines martiniquaise et sénégalaise. C’est la première artiste que je découvre en ce dimanche là, à la Foire de Paris. En ce début d’année 2014, Gaby Diop a sorti un album du nom de Limyè Mwen. Sa carrière musicale est tout juste sur le point d’être massivement reconnue à mon sens, l’artiste se donne les moyens d’y arriver, et ça marche plutôt bien ! La chanteuse a ainsi participé au concours Tremplin Soul’R Sessions de TraceTV, aux côtés d’Indy Eka, la grande gagnante.

Un peu plus tard, ce sera au tour de Freepon d’entrer sur scène. Habillé d’un joli ensemble chic, il offre au public parisien une des chansons figurant son EP sorti au mois de janvier 2014 Nu Soul Creole, Pamela. Ce titre basé sur la base instrumentale de la guitare n’a rien de romantique, et n’est absolument pas dédié à une certaine Pamela. Non, il dénonce l’implication des gens dans la vie d’autrui. Il nous permet de réfléchir, avec un ton humoristique, sur la manière dont il faut vivre sa vie, sans se préoccuper de ce que peuvent dire les autres.

Le zouk massivement représenté

Thierry Cham est le premier des chanteurs de zouk à monter sur les planches ce soir-là. On ne présente plus ce grand chanteur, qui aujourd’hui, possède à son actif plus de 20 ans de carrière professionnelle dans la musique. C’est bien évident ce titre, Océan, qui nous reprendra ce soir-là, avec un auditoire qui lui servira de chœurs. Habillé d’un tee-shirt représentant the King of Pop, Michael Jackson, Thierry Cham anime son show de ses performances hip-hop et terminera sa chanson avec un battement de cœur, sous les rires et applaudissements du public parisien.

La chanteuse guadeloupéenne, Njie, le suit de très près sur scène. Njie, qui elle aussi possède une grande carrière musicale, décide de ne pas nous interpréter les tubes qui lui ont permis d’être sur le devant de la scène nationale, comme Dadoué ou J’ai Trouvé (l’une de mes préférées). L’artiste féminine nous interprète en premier lieu Charmant, avec une démonstration assez marrante d’hommes, qui à tour de rôle, défileront pour conquérir son cœur. Le dernier d’entre-eux lui offrira même une rose blanche sur scène. Puis, la chanteuse nous interprète Mazouk Soleil, accompagnée d’un groupe de danseurs de mazouk. J’ai adoré la voir évoluer sur scène, pour la première fois.

Un peu plus tard dans la soirée, ce sera à Marvin de conquérir le cœur du public féminin venu massivement l’accueillir auprès du podium. Pour ma part, je serais, une fois encore, bien incapable de vous dire quelles sont les chansons chantées ce soir-là, mais l’ensemble des femmes/jeunes filles à côté de moi semblaient connaître les paroles de ces chansons par cœur !

Des notes légèrement plus dancehall

Le dancehall avait définitivement sa place en cette clôture de festival. C’est d’ailleurs chouette de voir à quel point les mentalités ont évoluées à ce sujet, et à quel point ces artistes marquent de plus en plus les générations de tout âge. Saïk nous propose alors un medley composé d’un grand nombre de ses titres, présents sur l’album Second Souffle. Il introduit ces morceaux avec un prélude de L’Ecole sur l’Avè Riddim. Il nous interprète ensuite des couplets de chacun des morceaux suivants : You And Me, Je t’emmène, Mamamia et pour finir Sexy Swaggaring.

Admiral T était probablement l’artiste le plus attendu sur l’estrade. Il va clôturer le show avec une intensité qui est propre à l’ensemble de ses shows. Admiral T est cet artiste versatile, qui touche à tout, capable de passer du dancehall à la musique traditionnelle, au zouk, en un rien de temps. Il va nous présenter plusieurs de ses titres bien connu, notamment Perle Rare sur l’EDF Riddim, Fanm Fatal et surtout Ti Milo, l’excellent titre hommage à Eugène Mona présent sur la collection Léritaj Mona.

Et un peu de comédie pour détendre l’atmosphère

Aussi, tout au long du show musical, plusieurs comédiens nous ont rendus visite sur la scène du Festival Tropiques en Fêtes. Je n’ai malheureusement pas tous retenus leurs noms, mais il y avait par exemple Patson. Patson est un humoriste français originaire de la Côte d’Ivoire. Il est connu et même reconnu de par ses divers passages au Jamel Comedy Club.

Il y avait également le duo Domino, une femme noire, Laurence Joseph, un homme blanc, Laurent Tanguy. Je le précise car l’ensemble de leur show s’en tient à cette image. Domino parcourt avec humour le possible quotidien de deux personnes de couleurs et de cultures différentes. Il nous parle sans détour des situations gênantes au quotidien pour ce couple formé par une antillaise et un métropolitain. Domino est actuellement sur scène au Théâtre BO Saint-Martin de Paris.

J’ai vraiment passé un excellent moment à ce Festival Tropiques en Fêtes 2014. La diversité des artistes présents m’aura permis à la fois de profiter de sonorités que je ne connaissais pas particulièrement jusqu’alors, et de me laisser porter par la voix de ces artistes que j’aime tant.

Gaby Diop à la Foire de Paris

Gaby Diop à la Foire de Paris

Gaby Diop à la Foire de Paris

Ken Carlter à la Foire de Paris

Ken Carlter à la Foire de Paris

Ken Carlter à la Foire de Paris

Ken Carlter à la Foire de Paris

Ken Carlter à la Foire de Paris

Tea à la Foire de Paris

Tea à la Foire de Paris

Tea à la Foire de Paris

Tea à la Foire de Paris

Tea à la Foire de Paris

Freepon à la Foire de Paris

Freepon à la Foire de Paris

Freepon à la Foire de Paris

Freepon à la Foire de Paris

Freepon à la Foire de Paris

Esthèle Dumand et Patson à la Foire de Paris

Esthèle Dumand et Patson à la Foire de Paris

Esthèle Dumand et Patson à la Foire de Paris

Esthèle Dumand et Patson à la Foire de Paris

Esthèle Dumand et Patson à la Foire de Paris

A la Foire de Paris

A la Foire de Paris

Saïk à la Foire de Paris

Saïk à la Foire de Paris

Saïk à la Foire de Paris

Saïk à la Foire de Paris

Saïk à la Foire de Paris

Thierry Cham à la Foire de Paris

Thierry Cham à la Foire de Paris

Thierry Cham à la Foire de Paris

Thierry Cham à la Foire de Paris

Thierry Cham à la Foire de Paris

Njie à la Foire de Paris

Njie à la Foire de Paris

Njie à la Foire de Paris

Njie à la Foire de Paris

Njie à la Foire de Paris

Logan et... à la Foire de Paris

Logan et... à la Foire de Paris

Logan et... à la Foire de Paris

Logan et... à la Foire de Paris

Logan et... à la Foire de Paris

Domino à la Foire de Paris

Domino à la Foire de Paris

Domino à la Foire de Paris

Domino à la Foire de Paris

Domino à la Foire de Paris

Marvin à la Foire de Paris

Marvin à la Foire de Paris

Marvin à la Foire de Paris

Marvin à la Foire de Paris

Marvin à la Foire de Paris

Admiral T à la Foire de Paris

Admiral T à la Foire de Paris

Admiral T à la Foire de Paris

Admiral T à la Foire de Paris

Admiral T à la Foire de Paris

Second Souffle de Saïk

Copyright : SAIKofficiel

Saïk a sorti son dernier album, Second Souffle, le 8 juillet 2013. Ce chanteur originaire de la Guadeloupe nous offre pas moins de 23 titres avec ce nouvel opus ! Les morceaux qui composent cet album traitent de nombreux sujets comme l’amour, l’unité, la vie dans sa compsition générale, le combat à mener dans son quotidien et l’espoir. Cet album touche à l’univers très dancehall de cet artiste qui a longtemps figuré dans le milieu underground, mais aussi au reggae, à la soca et au rap avec cette collaboration avec Sadek notamment.

Personnellement, je retiens de Second Souffle tout cet univers musical qui rappelle sans cesse les Antilles françaises. On y entend parfois, les oiseaux et la mer – dans You And Me notamment – ou encore le carnaval, comme dans ce titre chanté avec l’aide de Destra Garcia. On aurait pu croire qu’en 23 morceaux, une flopée d’artistes serait présente pour aider le chanteur à accomplir sa mission, mais la carrière de Saïk parle aujourd’hui d’elle-même, et seulement cinq des chansons figurant sur l’album ne sont pas interprétées par le chanteur en solo. Je vous encourage donc à découvrir cet album plutôt moderne et entraînant de cet artiste. Second Souffle est, à mon sens, l’album le plus abouti de la discographie de Saïk.

Chronique détaillée de 'Second Souffle'

Second Souffle démarre avec le titre Surviv’, une chanson au tempo plutôt calme. Dans cette chanson, le chanteur originaire de la Guadeloupe traite notamment de sa foi en Dieu pour l’aider à affronter toutes les difficultés de la vie. Cette chanson a pour but de redonner espoir aux personnes découragées et d’apaiser les tensions qu’il peut y avoir dans notre société. Il s’agit de survivre malgré les préjudices que l’on peut subir. Personnellement, c’est le piano, qui comme à son habitude, me touche le plus.

La deuxième chanson de cet album Lan’Nuit Kon La Jouné fait également partie de mes préférées. Saïk y parle de construire un avenir, un empire avec une femme, celle qui fait "battre son cœur la nuit comme la journée". Ce titre est une description de toutes ces bonnes émotions que lui font ressentir cette personne qui lui est chère. Il déclare que c’est la toute première fois qu’il éprouve ces sentiments et inclut dans les paroles un nombre étonnant de métaphores. Il est par exemple question de rêve, de soleil après l’orage ou encore d’envoûtement.

Dans une thématique toujours aussi passionnée je dirais, on retrouve Laissé yo palé. A nouveau, le chanteur y parle de ses sentiments, en y ajoutant cette fois la notion des méfaits que les "autres" peuvent apporter dans la vie de couple. Dans ce titre, Saïk décrit la jalousie de certains vis-à-vis de sa relation, et le principal conseil qu’il adresse à celle qui partage sa vie, est de laisser couler les paroles des gens. Il ne laissera jamais, il veut simplement pouvoir se réveiller auprès d’elle tous les jours.

Le premier morceau dancehall de l’album est la piste numéro 4 de cet album. What’s Up est un morceau pour l’amusement et la détente, comme Saïk le définit lui-même. La base instrumentale de cette chanson est assez marquée, comme le sont les pas d’un soldat, ce qui confère à cette chanson une atmosphère assez combative.

Gimme Di Wine est le premier titre de cet album dans lequel Saïk est accompagné d’autres voix. Ainsi, ce morceau est une collaboration entre lui, Young Chang MC et Riddla. Ensemble, ces trois chanteurs reprennent à nouveau un thème plutôt léger. La chanson, d’un point de vue rythmique, est cependant très appréciable compte tenu de la basse bien travaillée présente ici.

Je vous en parlais hier dans mon article concernant le concert de Natty Jean, Yaniss Odua et Saïk à Cergy, You And Me a été l’un des hits les plus marquants de la discographie du chanteur guadeloupéen. En effet, cette chanson, sortie en 2011, a donné naissance à un clip haut en couleurs du chanteur, qui au-delà même de la portée significative de la chanson, a apporté une certaine visibilité de nos îles caribéennes à travers la toile. Et c’est toute cette poésie qui est appréciable.

C’est cette fois la guitare sur Partir Là-Bas qui apporte à la chanson toute son importance. Saïk y parle de son envie de partir se construire une vie, malgré les attachements familiaux qu’il peut avoir sur son île natale. Il décrit son envie de voyages, de fuir parfois, de son envie de changer d’air, et surtout de se bâtir une vraie destinée.

Probablement la chanson que je préfère sur cet album, Mamamia possède un tempo lent. Ce titre, presque triste, commence sur les sonorités d’une guitare électrique avant que se joignent les autres instruments au décor musical. Le souffle de Saïk semble ininterrompu ici, et le discours qu’il donne laisse entendre que la relation sentimentale que l’homme qu’il incarne vit actuellement n’est pas saine.

Dans Je Mène Ma Vie, la première voix féminine de cet album fait son apparition : on redécouvre ici Kenza Farah. Cette chanteuse, connue notamment pour sa collaboration avec Busy Signal sur le titre La Nuit, ou encore pour sa reprise de One By One de Laza Morgan, pose un couplet tout en douceur dans lequel elle déclare se battre jour après jour pour réussir dans la musique.

Dans un tout autre genre, Sadek – que personnellement je ne connaissais pas jusqu’alors – accompagne Saïk pour Like A Winner, déjà la dizième chanson de cet album assez complet. Ensemble, ils défendent leur combat quotidien et les sacrifices auxquels ils doivent faire face pour arriver à se créer une place dans leur milieu. La vie est éphémère, leurs objectifs sont précis, alors ils se donnent les moyens pour y arriver coûte que coûte.

Handzup, morceau plutôt dancehall, est une chanson dans laquelle Saïk parle de sa capacité à composer ses propres textes. Cette chanson, qui ne m’a pas particulièrement emballée, est à l’image, d’Info Ou Intox, le prochain titre de l’album, en termes de sonorités. Au niveau du contenu, celle-ci est cependant bien différente du titre prédécesseur. Saïk appelle à la vigilance face aux rumeurs et autres futilités rapportés par untel.

Dans All Night, le piano refait surface en puissance. Cette chanson est particulièrement sensuelle. C’est au cours de celle-ci que pendant son concert à l’Observatoire de Cergy, Saïk a fait appel à une des demoiselles qui l’accompagnait, pour jouer le rôle de sa dulcinée. Je vous laisse vous faire une propre idée de ce titre par vous-même. ;)

Chanson sortie en 2012, Je T’emmène est également ajoutée à la traklist de cet album. Dans cette chanson, Saïk, une nouvelle fois charmeur, prononce des mots doux à l’attention de celle qui partage sa vie. Encore, une fois, c’est toute cette atmosphère rappelant les îles que j’aime. En termes de sonorités, cette chanson est reposant et à la fois bien rythmé.

Fly Away est un titre entièrement dancehall. Dans ce morceau, le chanteur parle de l’envie de son amante de s’envoler, dans le sens où elle veut profiter de la vie et voyager. Un peu à l’instar de Krys dans Bootyshake, Saïk propose quelques secondes durant lesquelles le rythme de la chanson s’intensifie et il chante incessemment les mots "Baby, baby, baby, fly away".

Avec Poum Poum Poum et S.A.Ï.K., deux morceaux dancehall, Saïk traitent de sujets moins sérieux, mais dans lesquels ses talents de véritable toasteur sont bien souvent démontrés. Il y parle par exemple de son omniprésence sur la scène musicale malgré ce qu’ont pu dire les médias ou les gens de son entourage : "Mwen ka changé texture, ékri yan dé textes durs, a ski parè sé mwen yo té vlé exclure".

Saïk s’accompagne de Destra Garcia pour une chanson de carnaval du nom de Karibean Island. Destra Garcia est une auteure/compositrice de soca originaire de Trinidad & Tobago. C’est donc naturellement qu’elle apporte sa voix à ces résonances de divertissements carnavalesques, pour "mash up di place". Une jolie collaboration mettant la Guadeloupe et Trinidad en relief.

Admiral T rejoint son petit frère de cœur sur son dernier album pour le titre Dancehall Evolution. Ensemble, c’est un nouveau titre plutôt dancehall qu’ils nous offrent. Cette chanson sortie en 2012 propose aussi son lot de métaphores assez imagées de la part des deux artistes. Ils étaient d’ailleurs en concert ensemble le samedi 16 novembre dernier à Brunoy (91) – ma sœur, qui y était, a passé un moment exquis selon ses propres mots.

Viv La Vi propose un retour au calme fulgurant. Cette chanson rappelle à son tour le caractère éphémère de la vie. Il faut profiter autant que possible de la vie, car celle-ci ne tient qu’à un fil. Les aspects négatifs ne doivent pas prendre le dessus sur les petits bonheurs que nous offre la vie. C’est probablement le morceau où la batterie a le rôle le plus important, tant c’est ici l’instrument qui donne l’intonation de la chanson.

Le dernier morceau supra dancehall de cet album est Mic An Mwen. Il précéde le titre Unis, une chanson pleine d’amour qui appelle à l’unité. Ce titre me touche particulièrement , car encore une fois, le chanteur décide d’utiliser le piano comme base à part entière de l’accompagnement musical de sa voix. Aussi, les paroles de cette chanson, sont plutôt bien écrites : "Mé nou préféré konté si l’asistana, Ta la ka tiré si ta la, Krim banal, Konbien moun ka mò asi Tè la, Man toujou gadé espwa ké an jou nou ké rivé chanjé…".

La dernière chanson de cet album est Piblik An Mwen. Un choix judicieux de l’artiste car les paroles de ce morceau ont été écrites dans le but de saluer le soutien inconditionnel du public qui accompagne le chanteur. Saïk est reconnaissant envers toutes les personnes qui l’encouragent à continuer dans cette voie. Il ouvre son cœur à son public en le remerciant de la plus belle manière qu’il soit.



TRACKLIST :
01 – Surviv’
02 – Lan’Nwit Kon La Jouné
03 – Laissé Yo Palé
04 – Whats’ Up
05 – Gimme Di Wine featuring Young Chang & Riddla
06 – You And Me
07 – Partir Là-Bas
08 – Mamamia
09 – Je Mène Ma Vie featuring Kenza Farah
10 – Like A Winner featuring Sadek
11 – Handzup
12 – Info Ou Intox
13 – All Night
14 – Je T’emmène
15 – Fly Away
16 – Poum Poum Poum
17 – S.A.Ï.K.
18 – Karibean Island featuring Destra Garcia
19 – Dancehall Evolution
20 – Viv La Vi
21 – Mic An Mwen
22 – Unis
23 – Piblik An Mwen

Interview de G’ny

Copyright : Officiel G'ny

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir G’ny, une artiste d’origine guadeloupéenne que j’ai eu l’immense chance d’interviewer il y a quelques jours. Elle sera en show acoustique ce mercredi 16 mai, au Deterw Bar à 20h30. Elle travaille actuellement sur la réalisation de son premier album solo prévu pour l’automne 2012. Et c’est avec une gentillesse sans pareille qu’elle a répondu à toutes mes questions.

La carrière de G’ny

G’ny commence très tôt à chanter. Mais ce n’est pas le premier métier artistique auquel elle se prédestinait étant petite : elle voulait devenir danseuse. En fait, à la base, je voulais être danseuse, chorégraphe. Mais j’ai eu un problème physique, un problème au genou qui s’est déclaré vers l’âge de 14 ou 15 ans, au moment où je devais partir en sports-études. Ce problème m’a empêché de suivre mes cours de danse du moment et donc de progresser. J’ai donc dû remettre en question mon cursus en sports-études. Du coup, étant finalement une artiste forte dans l’âme, j’ai eu le besoin d’exprimer les choses différemment et dans quelque chose d’autre. C’est là que je me suis penchée vers la musique. Ne pouvant pas danser, je me suis retranchée vers cet art et c’est comme ça que la musique est entrée dans ma vie. En 1995, G’ny participe au concours de chant La Pwent aux étoiles organisé par Freddy Marshall. Freddy Marshall est un grand professionnel de la musique caribéenne. Il est connu pour l’amour qu’il porte à la musique antillaise : il sera l’un des précurseurs, l’un des pionners du zouk et participera activement à l’histoire et la reconnaissance internationale de Kassav’. De ce concours, elle gardera à l’esprit que le talent ne suffit pas toujours : il faut se battre et se motiver pour parvenir à ses fins. Son parcours s’arrête ici en demi-finale mais elle sera ensuite recontactée par Freddy Marshall pour la sortir d’un single, qui malheureusement ne verra jamais le jour pour raison de logistique.

En 1998, alors âgée de seulement 16 ans, G’ny fera sa première scène lors du concert de Passi en Guadeloupe, en compagnie du groupe de hip-hop guadeloupéen La Horde Noire, qui se compose des chanteurs Daly, Darkman et Edinyo. Ma première scène, c’était vraiment une très belle expérience. J’étais un peu impressionnée mais bien entourée par les copains donc ça a été. C’est un très bon souvenir pour moi donc un baptême réussi ! Dès lors, elle est de plus en plus sollicitée pour des collaborations musicales en tout genre avec des artistes qui revendiquent les îles et la culture créole dans leurs textes. Ainsi, on la retrouve sur les titres Taspé en compagnie de N’O Clan et Une Pensée en combinaison avec Tiwony et Typical Féfé. Puis, elle travaille avec Darkman et Riko Rekords pour produire la chanson Mr DJ en 2001, un titre qui se révèlera être un tremplin majeur dans sa carrière. Il faut savoir que ce label indépendant a largement contribué à la renommée de la musique créole avec des personnalités comme Fuckly, Riddla, Def B.Y et j’en passe… C’était de la découverte pour moi en fait. Je suis arrivée de façon insouciante, juste pour l’amour de la musique sans vraiment considérer ce qui arriverait derrière. J’avais pas particulièrement l’idée de carrière à cette période là. J’en rêvais comme toutes les petites filles mais j’avais tout simplement envie de chanter. Donc j’ai été bien récompensé je pense, parce que derrière les gens m’ont soutenu. C’était ma découverte du milieu, ma découverte de l’interview, ma découverte de mon talent aussi. Une découverte à tous les niveaux.

G'ny

Deux ans plus tard, elle travaille en collaboration avec Admiral T : G’ny figure sur le premier album de l’artiste Mozaik Kreyol où ensemble, ils interprètent Doum doum. Ce duo est un condensé de paroles conscientes, une chanson qui dénonce les difficultés de la vie quotidienne d’un esclave : "Lévé nonm ! Pa pè pa vansé ! / Sé douvan libèté yé / Réfléchi pou ou sonjé / Vou tou sèl ké pé gangné". Ce titre est né du montage d’un spectacle, que j’ai monté moi-même avec deux autres collaborateurs. Ce spectacle, qui s’appelait Fèy fè pach, était pour la commémoration du rétablissement de l’esclavage. On a décidé de monter une pièce avec tout une trame et de créer des titres inédits. Plusieurs artistes ont participé à la production de ces titres inédits, y’avait le Gwada Nostra, tous les groupes de l’époque, KSS, Admiral T etc. Et on a tous fait des titres en croisé, des titres ensemble, avec toute l’histoire de l’esclave partant d’Afrique. Doum doum est né de là, au départ il n’y avait que nous, on était trois. Et puis, c’est un titre qu’Admiral T avait aimé, et du coup, il m’a proposé de le faire sur Mozaik Kreyol, son premier album. [ Ndlr, en mai 1802, Napoléon de Bonaparte légalise à nouveau l’esclavage après une courte trève de huit années. En 2002, on commémorait donc les deux centenaires de cette loi. ] Ce morceau leur permettront de faire de nombreuses scènes ensemble notamment en France, mais aussi de partir en Afrique, où ce titre a été très apprécié.

En 2004, la carrière de G’ny prend un nouveau tournant. Elle est à l’affiche d’une comédie musicale antillaise La rue Zabym en tant que rôle principal. Cette comédie, créée par Pascal Vallot, est l’histoire d’une jeune marchande qui croit en sa destinée et qui souhaite rencontrer un homme en mesure de respecter ses convictions. L’histoire se passe en 1902 et malheureusement, à cette période historique, les sentiments c’est avant une histoire de couleur de peau. Cette pièce porte réflexion à la condition des femmes, au racisme et au rôle joué par le contexte politique. Elle deviendra un succès considérable au fil des années, si bien que G’ny tiendra ce rôle jusqu’en 2008. Pour moi, l’expérience la plus marquante, même si « Mr DJ » ce sont mes débuts et que c’est le coeur qui parle, c’est vraiment la Rue Zabym. Parce qu’elle m’a permis d’utiliser de toutes les compétences que j’avais déjà, artistiquement parlant. J’ai pu revenir à la danse. Et j’ai envie de dire que c’est le plus grand succès que j’ai pu connaître parce qu’on a tourné pendant quatre années et que ça a été très fort. Ça m’a permis d’avoir confiance en moi et d’oser penser la musique comme un métier. J’ai commencé à avoir des bonnes connaissances de la législation du spectacle. J’ai pu me professionnaliser aussi donc c’est vraiment le début pour moi d’une vraie démarche professionnelle. Elle participera également aux comédies Autant en emporte le vent et Le Roi Lion.

Son véritable retour sur la scène musicale a lieu avec Péyi Mwen, une chanson sortie en 2009. G’ny a été plus que plébiscitée par un public heureux de la retrouver. Les sonorités qu’elle apporte à ce titre se veulent beaucoup proches de ce que l’on a l’habitude d’entendre aux Antilles : tambour, guitare acoustique… C’est d’ailleurs une sorte d’hymne à la tradition, un véritable culte à la Guadeloupe, qu’elle nous offre. La musique de G’ny possède plusieurs couleurs, elle chante au gré de ce qu’elle écoute et souhaite délivrer un message d’amour à tous. Je pense que le propre de ce que je fais justement, c’est un vrai mélange et c’est vraiment à l’image de toutes les influences que j’ai pu avoir. Au tout départ, en tant qu’adolescente, j’ai été fan de Mariah Carey, de Mary J. Blige, du hip-hop français. Puis, j’ai eu envie de retrouver notre essence ethnique : j’écoutais beaucoup de Kassav, du Mario Canonge, du Kali, des choses de ce genre. Avec le temps j’ai appris à diversifier ma culture musicale : je suis une grande fan de la chanteuse de jazz Anita Baker, je l’aime énormément. A la mesure du temps, je me suis ouverte et j’ai commencé à décider plus précisément ce que j’aurais aimé faire par rapport aux chanteuses antillaises que j’ai aimé comme Tanya Saint-Val ou Jocelyne Béroard. Et c’est finalement grâce à toutes ces influences que je suis celle que je suis aujourd’hui.

G'ny

Un album en préparation

Aujourd’hui, G’ny revient avec Fanm isi, une chanson aux rythmiques caribéennes. Ce mélange audacieux de sonorités entre gwo ka, percussions et beat électronique dégage une nouvelle fraîcheur. Elle décrit la femme dans toute sa splendeur à travers ce titre : sa douceur, son assurance, sa timidité et son énergie. Véritable hymne aux combats quotidiens de la femme, Fanm isi rappelle à tous que les femmes se cachent souvent derrière une apparence solide pour dissimuler sa fragilité, mais que c’est cette même sensibilité qui est sa force. Un remix de ce morceau existe, et c’est avec Admiral T que G’ny choisit d’être accompagnée sur ce titre. Un choix qui s’est révélé naturel pour la jeune artiste : Il fallait quelqu’un de disponible pour camper l’homme, l’homme le vrai (rires). Et, pour moi c’était évident que c’était lui, parce qu’on avait déjà collaboré, parce qu’on se connaît vraiment. En plus, il aimait beaucoup le titre. Ça été assez systématique, ça s’est passé assez rapidement. Il a répondu « oui » direct.

Comme je vous en parlais précédemment, G’ny travaille actuellement sur la réalisation de son premier album, prévu courant septembre. Elle tient à ce que celui-ci fasse l’effet d’une surprise. Globalement, il sera à l’image de ce qu’elle est. Cet album sera acoustique, mais aussi beaucoup plus authentique, écclectique et urbain : un mélange de saveurs. Les thématiques abordées y seront surtout la femme et l’amour. De belles combinaisons sont prévues, mais là encore, la surprise reste entière quant à l’identité des protagonistes. Elle souhaite surtout pouvoir toucher le monde créole dans un premier temps, et pense que sa musique a la capacité d’être suffisamment ouverte pour voyager : la musique est universelle. En attendant de pouvoir découvrir ses nouveaux titres, je vous propose d’écouter Fanm Isi grâce au clip tourné à Paris, situé ci-dessous.

E.sy Kennenga à La Cigale

Copyright : Christelle

Le 1er novembre dernier, j’ai assisté au concert d’E.sy Kennenga à La Cigale, une salle de spectacle située au plein cœur de Paris qui accueillait auparavant uniquement les représentations théâtrales. Et bien que je commence à être ce que l’on pourrait appeler une fan inconditionnelle de cet artiste à la voix d’or, j’ai été agréablement surprise de découvrir encore une nouvelle facette de la relève de la scène musicale antillaise. Et ce, grâce à des personnalités qui m’auront marquées tout au long de cette soirée.

Revivez l’ensemble du concert d’E.sy Kennenga à la Cigale ! UNE ASTUCE : Vous pouvez sélectionner la vidéo que vous souhaitez visionner en cliquant sur le bouton « Playlist » de YouTube.

NDX et Barone en première partie

NDX est le premier à monter sur les planches et à nous servir un show tout en poésie rythmique. Je ne connaissais pas ce jeune chanteur d’origine guadeloupéenne qui, ma foi, pourrait appartenir (selon moi) à plusieurs univers : il nous a desservi un mélange de rap underground, de slam et de hip hop tout en jouant de son aisance scénique pour toucher le public. De sa prestation, je retiendrais particulièrement sa reprise de la base instrumentale de To Zion empruntée à la célèbre Lauryn Hill. Il était accompagné de Natoo pour nous délivrer ce message universel d’amour.

NDX partageait la première partie de ce concert en collaboration avec Barone – mon petit coup de cœur de la soirée. Barone est arrivée avec tellement de simplicité et de talent sur la scène que j’en ai été tout de suite bouleversée. Son instrument de prédilection, le piano a ajouté une dimension intime à sa performance. L’auditoire était silencieux, attentif aux moindres dires de l’artiste, comme si elle pourrait lui apporter LA solution ultime à tout problème. Je pense que Barone fait partie de ces chanteurs qui savent vraiment tenir leur public en haleine. Elle nous a interprété les titres La Nuit, Rèv An Mwen, An Péké Mô Ba’w, Mes Rêves, Goûte Moi et Jump Up avec le rythme caribbéen du carnaval. Sa voix juste sublime m’a finalement rendu curieuse : Barone est également originaire de la Guadeloupe. Elle travaille actuellement sur la réalisation de son premier album Boom Cœur avec un premier duo annoncé avec Mike Kenli, Zouk An Nou.

Le concert d’E.sy Kennenga

E.sy Kennenga démarre sa représentation avec Décidé sous un tonnerre d’applaudissements. Il est accompagné comme à l’accoutumée de Joël Jaccoulet au clavier, de Cédric Cléry à la batterie et de Rémi Rascar à la basse. Il est également épaulé de Goldee et de Mustaf Kennenga, son frère, en tant que back-up vocal, et de Yann Négrit à la guitare électrique, de Frantz Laurac au piano et au synthétiseur et de Boogly aux percussions.

La chanson éponyme du premier album d’E.sy Kennenga, EK Trip, résonne ensuite dans toute la salle de la Cigale. Le public est, à mon sens, à la fois attentif et survolté, comme pour remercier l’artiste martiniquais de nous avoir réuni pour ce moment musical. C’est ensuite avec La La La que le concert se poursuit. Le ton est donné, le show est lancé et le public savoure ! E.sy Kennenga ne se contente pas de présenter les chansons figurant sur son album de la manière la plus classique qu’il soit : il a revisité, pour notre plus grand plaisir, les chansons Beau Mois de Mai qui sera agrémentée d’une version merengue, Truc De Fou qui se transformera en un magnifique morceau de kompa et Question de Time qui fera l’objet d’un medley de chansons qu’E.sy Kennenga chantait il y a déjà quelques années. Aussi, notons la présence des violons, qui adouciront le tempo de certaines mélodies. Un véritable régal pour les oreilles.

E.sy Kennenga va ensuite faire appel à Goldee et Gee Mylo pour un petit retour dans le temps. Ensemble, ils avaient fait partie du groupe One Day alors qu’ils poursuivaient encore leurs scolarités sur l’île. Leurs chansons sont d’ailleurs bien connues dans les Antilles. Et donc, les trois chanteurs vont nous offrir sur scène un petit medley des chansons qu’ils chantaient ensemble à l’époque : ils reprennent d’abord les chansons Pou Toujou, Il Faut Le Dire et Mon Ange. Avant de finir sur Bato, une chanson dénuée de sérieux qui a largement contribué à la popularité du groupe.

E.sy Kennenga parcourt ce soir-là l’intégralité de son premier album. Ainsi, il nous interprète Dédicace à toutes les femmes devant un auditoire féminin plus que conquis, avant de reprendre Es Ou Paré, de la plus brillante manière qu’il soit. Tout semble orchestré à la minute près, et l’on peut que saluer le merveilleux travail des musiciens accompagnateurs de l’artiste. Le show continue alors avec Never Give Up The Fight, une chanson dont le message à une portée d’espoir et de courage face aux tracas du quotidien. Puis, rapidement, on retrouve les chansons, sans doute les plus connues de l’artiste à savoir Sous Ton Charme et surtout Pa Pè, que l’on pourrait presque considérer comme le titre qu’il lui aura permis de parfaire sa renommée désormais incontestable.

Ce n’est la première fois que j’assiste au concert d’E.sy, et pourtant, je suis toujours aussi surprise de la facilité avec laquelle il s’adresse à nous, son public. Il semble parfois surpris, voire ému, de nous entendre chanter par cœur les paroles de ses textes. Pour Yonn, il sera accompagné de Jimmy Felvia au piano. Jimmy Felvia, est par ailleurs, celui qui a composé ce morceau qui parle d’union et de solidarité entre les hommes.

Puis, E.sy Kennenga va nous présenter ses dernières compositions dont notamment Qu’est-ce-qu’on attend et We Fly, qui appartiendront, je l’espère, à un second album. Il poursuit avec Fout’, un titre dancehall qui a su donner de l’énergie aux milliers de personnes présentes ce soir-là. Et d’ailleurs, E.sy Kennenga nous propose une deuxième surprise sur l’interprétation de ce titre : la participation de Paille. Cet artiste martiniquais, qui évolue également dans le monde du dancehall et qui œuvre à la reconnaissance de l’underground local, nous propose un spectacle énergique ! Les deux semblent prendre un certain plaisir à nous offrir ce moment.

C’est ensuite au tour d’Admiral T d’arriver sur scène pour interpréter le remix de Pinting Party, titre sur lequel ont collaboré les deux chanteurs il y a peu. Admiral T ne va pas nous quitter tout de suite, puisque déjà, la mélodie de Respekté’w résonne dans la salle. Ils commencent à deux ce titre sur les planches de La Cigale, mais ne vont pas le rester très longtemps, puisque l’un après l’autre Misié Sadik, Riddla et Daly – le véritable auteur de cette chanson – vont arriver en chantant le couplet qui leur est propre.

Comme pour calmer quelque peu les esprits, qui sont échauffés après une telle accumulation de tant de "cadeaux musicaux", E.sy Kennenga choisit cet instant pour nous proposer Madinina #1, un hymne à son île la Martinique. Cette chanson est d’ailleurs chantée en parfaite communion avec le public, qui, comme pour accompagner Goldee et Mustaf Kennenga, s’implique à fond dans sa mission de chœurs.

C’est enfin avec Va K Band, qu’E.sy Kennenga clôture la longue liste des invités à son concert. Il nous propose un classique, mais toujours aussi plaisant Nou Anlè Sa, et Va K Band nous permet d’entendre le bon son du carnaval, de quoi nous faire totalement oublier le froid qu’il y a dehors. Ce concert s’achève alors sur Love adan tchè mwen, une chanson d’amour qui fera pleurer E.sy Kennenga alors qu’il remercie ses fans pour leur soutien.

J’ai, pour ma part, passé un excellent moment dans ce concert. Je trouve, par ailleurs, que la carrière d’E.sy Kennenga ne cesse de prendre de l’essor depuis la première fois que je l’ai vu sur scène. Il a évolué techniquement, et sa grande simplicité et sa capacité à rester humble devant toute situation lui procure une sympathie manifeste de ses auditeurs.

Fanny J au Zénith

Copyright : Dycine

Fanny J a donné rendez le 26 décembre dernier à son public parisien, afin de lui présenter son deuxième album Secrets de Femme. Ce concert a eu lieu dans la très grande salle du Zénith (qui était comble). La jeune femme était bien accompagnée. En effet, de nombreux artistes ont répondu à l’appel pour l’entourer. On retrouve parmi eux Thayna, M’Wayne, Warren, Krys, Admiral T et Black Kent.

Revivez le concert de Fanny. UNE ASTUCE : Vous pouvez sélectionner la vidéo que vous souhaitez visionner en cliquant sur le bouton « Playlist » de YouTube.

La première partie du concert s’accompagne tout d’abord de la douce voix de Thayna, une chanteuse de zouk connue pour son album Nouveau Départ sorti en fin d’année 2008. Elle nous interprète ce soir-là deux chansons de son répertoire : Lettre ouverte et Mal sans toi. Puis, c’est au tour de M’Wayne d’assurer la deuxième moitié de cette première partie de concert. Cet homme aux allures charismatiques la remplace sur la scène du Zénith le temps de nous chanter son titre Histoires d’amour, une chanson dans laquelle il se voit obligé de dire « au revoir » à l’être aimé.

Habillée d’une robe du couturier Kévin O’Brian originaire de la Martinique, Fanny J débute son show avec Radio. C’est avec beaucoup de sensualité qu’elle nous expose son programme et va nous chanter Sé Taw, Wonderful, Lé ou joinn lanmou – qui reçut une étonnante acclamation du public – et Mes regrets. On observe d’ailleurs que le "kompa" occupe une place très importante dans les compositions de la jeune artiste. Krys rejoint ensuite Fanny sur scène afin de l’accompagner sur la chanson Bye Bye, un magnifique duo présent sur les albums de ces deux artistes. Krys restera seul sur le podium pour le plus grand plaisir du public et proposera son fameux Bootyshake qui fera l’unanimité auprès de l’auditoire.

Fanny J remonte sur scène vêtue d’une magnifique robe pour nous offrir les chansons Pas ce soir, durant laquelle elle invitera des personnes à danser avec elle et Je l’aime, un tube que son auditoire connaît par cœur et chantera d’une seule voix en même temps que l’artiste guyanaise. Les enfants de Lékol a Ti Moun sont ensuite appelés pour interpréter une sélection de chansons de Fanny sous les yeux de leurs proches. Après ce show animé par les jeunes, Fanny J attaque à nouveau avec des morceaux de son dernier album Secrets de Femme — tels que Mon bad boy et Comme toi — avant de revenir avec Vous les hommes, le tube éponyme de son premier album.

Warren nous rejoindra pour J’ai trouvé l’erreur avant d’introduire Ancrée à ton port, la chanson qui m’aura fait découvrir cette brillante artiste en 2007. C’est d’ailleurs Warren qui a composé et écrit cette chanson pour la chanteuse à l’époque, et le premier album de Fanny J Vous les homme avait connu un succès incommensurable. Admiral T débarque par la suite sur la scène du Zénith de Paris pour le plus grand plaisir du public. Il nous propose tout d’abord Bay Love en duo avec Fanny. Puis, il poursuit avec Fos a péyi a, un petit remix de Gwadada et de Move together, des chansons à la renommée incontestable de son propre recueil de chansons. On a eu le droit à presque dix minutes de dancehall dans ce concert de zouk. :) Enfin, le final a eut lieu sur Okay suivi de Okay Remix en duo avec Black Kent. Black Kent joue le personnage de l’homme infidèle alors que Fanny obtient les faveurs des femmes de l’auditoire. Quoiqu’on en dise, ce concert fut une belle découverte pour moi, qui ne connaissait finalement que très peu de chansons de Fanny J, et l’artiste aura su donner le maximum d’elle-même devant une salle complètement remplie. Cette première grande scène représente sans aucun doute une excellente expérience pour la chanteuse qui fait ses débuts à l’échelle nationale.

Instinct Admiral d’Admiral T

Copyright : Universal Music - Admiral T

Ma nouvelle découverte musicale du jour est Instinct Admiral, le nouvel album d’Admiral T, un chanteur originaire de la Guadeloupe dont les paroles sont toujours très bien pensées. L’album est tout simplement excellent à mon sens ! On y retrouve de nombreux featuring notamment les artistes suivants : La Fouine, Medine, Busy Signal, Patrick St Eloi, Machel Montano, Awa Imani, Fanny J, Young Chang MC et Lieutenant. Vous pouvez l’écouter gratuitement ici.

Admiral T déclare concernant cet album les paroles suivantes : "L’ensemble de cet album a été conçu d’une façon très spontanée. J’ai avant tout voulu faire ce que j’aimais et donner du plaisir aux gens. L’instinct animal que j’ai au fond de moi m’a permis de donner le meilleur de moi-même. Et comme je suis quelqu’un de très éclectique, il est normal que l’on retrouve autant de genres musicaux différents." *.

Chronique d’Instinct Admiral

Instinct Admiral démarre avec la chanson éponyme de l’album. Celle-ci est une prouesse d’un point de vue musical, car l’artiste n’y chante pas, mais nous laisse savourer le rythme d’une guitare électrique parfaitement synchronisée. Seuls les mots « Instinct Admiral » sont réellement perceptibles dans cet interlude.

L’album démarre donc véritablement avec Phénoménal où d’entrer de jeu, Admiral T décide de nous jouer de son art à savoir sa capacité à pouvoir débiter un maximum de paroles en un minimum de secondes. C’est ce premier titre qui m’aura convaincu d’écouter le reste de son album. Dans cette chanson, Admiral T s’auto-proclame comme étant lui-même phénoménal et se déclare être toujours présent pour la jeunesse, avec son "flow original".

C’est ensuite Viser La Victoire qui est choisi pour transmettre un message d’espoir et de lutte. Ce titre est une collaboration entre Admiral T, La Fouine et Medine, trois chanteurs aux genres très différents qui ont décidé de s’allier ici pour un même objectif. Cette chanson s’annonce alors comme un hymne au courage, celui que chacun d’entre nous doit avoir pour réussir à y arriver dans la vie. Ainsi, de nombreux modèles sont cités dans les paroles de cette chanson, notamment Jay-Z (chanteur et producteur américain qui s’est bâti une carrière de ses propres mains), Barack Obama (premier président noir des Etats-Unis) ou encore Usain Bolt (l’homme le plus rapide du monde), Tommie Smith et John Carlos (deux athlètes afro-américains qui avaient protesté contre la ségrégation raciale lors des Jeux Olympiques de 1968). Chacune de ces personnalités a réussi à marquer l’histoire, et il ne tient qu’à nous de pouvoir en faire autant.

Enfants du Pays est une chanson assez engagée dans laquelle Admiral T nous demande d’être fiers de nos origines créoles. Il défend notre culture de la plus belle manière qu’il soit. Encore une fois, il s’appuie sur des exemples de fierté de nos îles, comme Teddy Riner, judoka multiple champion du monde originaire de la Guadeloupe. Il nous demande de lever nos têtes et de ne jamais reculer devant les difficultés de la vie.

Puis, un nouveau featuring nous est offert dans cet album et cette fois, Admiral T se retrouve accompagné du jamaïcain Busy Signal sur Hands Up. Il faut savoir que Busy Signal est aussi un adepte de toats en tout genre, et donc leur collaboration donne naissance à un magnifique morceau de dancehall dans lequel ces deux artistes évoluent dans leur domaine de prédilection. Cette chanson possède une thématique bien moins sérieuse que les précédentes car elle nous place dans un contexte festif de sound systems durant lequel tout le monde est invité à montrer ses plus beaux pas et à "lever les mains".

Vient ensuite un de mes coups de cœur : Pitit An Ba Soley. Admiral T démarre avec les paroles suivantes "Sa ké nou tout bizwen sé lanmou, Solidarité épi liyannaj entré nou" (Ce dont nous avons tous besoin c’est de l’amour, de la solidarité et de l’union entre nous). Cette chanson revient sur la thématique de l’espoir et de l’optimisme, et possède un rythme plus traditionnel des Antilles avec en chœurs des "chuchotements" rappelant un peu les fameux "tak pitak pitak tak…" des tambours. Mon couplet préféré reste celui-ci (pardon d’avance pour les petites fautes) : "Misiésédam, man ba zot an slam pou di zot ke nou ka vansé anba soley cho kon kannot san rame, rame, Fout fo’w fo Fout fo’w fèy fo, Fout fo’w fosé pou’w pé sa fè sa ou vé fè adan ti péyi fwansé, Sé pwop frè aw, bo frè aw, ka diw ki jan aw, ka ou fè, ka ou vèw flé, apré ki ka fèw soufè, Ti frè fow fo, fow fiè, rèd kon mòso fè, pa janmin léséw fè, non! E si janmin ou trébiché rilévé, Ké ou tonbé rilévé, Solid kon rok toujou rilévé, Trasé ou ka trasé, Sa paka sèvi ayin mèt baton an rou a TGV, Yo pé di sa yo vlè, Yo pé fè sa yo vlé, A pa yo kay anpéché rivé la ou vé rivé, Fè sa ké ou anvi, dan la vi accompli sa ke ou révé".

Awa Imani s’ajoute à la liste des chanteurs venus accompagnés Admiral T pour ce nouvel album. Ce duo proposé par les deux chanteurs s’intitule J’ai Besoin d’y Croire. La trame de ce morceau concerne les relations qu’il peut exister entre un détenu de justice et les membres de sa famille. Admiral T joue le rôle d’un homme enfermé entre les quatre murs d’une prison. De son passé, on comprend qu’il a commit beaucoup de fautes mais qu’il souhaite devenir meilleur pour sa fille. Awa Imani joue alors le rôle de sa femme, la mère de son enfant. Elle lui déclare la vie n’est pas simple sans lui, mais qu’elle espère qu’il pourra bientôt sortir avec une remise de peine. Elle l’aime de manière inconditionnelle malgré toute la souffrance que lui apporte la situation. On comprend qu’il y a plus de deux ans qu’il vit dans en réclusion totale de la société.

La chanson suivante, Pi Yo Mèt Bayé, est représentative de ce qu’est Admiral T. C’est un homme fort qui n’a peur de personne et croit en sa bonne étoile. Et qu’importe le mal que peuvent lui vouloir les autres, il reste un battant "solid as a rock". J’ai particulièrement aimé l’interlude arrivant après un peu plus de deux minutes de musique. Le tempo de la chanson ralentit quelque peu, comme pour créer l’illusion d’une pause. Et la cadence est selon moi proche des sonorités caribéennes comme le zouk. Dans cette chanson, Admiral T exprime aussi sa rage vis-à-vis de la discrimination qu’il peut y avoir envers l’homme de couleur.

Pété Chenn La accroît cette dernière pensée, en s’engageant avec le LKP, Liyannaj Kont Pwofitasyon, un collectif d’organisations syndicales qui avait fait parler de lui l’an dernier, lors de la fameuse grève contre la vie chère de février. Admiral T déclare sa chanson comme étant pleine de Lyrics Kon Pwofitasyon. Elle est en effet pleine de revendications, chacune d’elles concernant l’exploitation, la colonisation et les libertés bafouées dans les Antilles françaises. Le titre Pété Chenn La, qui signifie en français Casser la chaîne, fait référence à la chaîne que portaient les esclaves. Cette expression est l’image propre de la liberté, cer lorsque l’on cassait la chaîne d’un esclave, cela signifiait que celui-ci était affranchi. Elie Domota, qui est à la tête du LKP, est aussi cité par le chanteur pour qu’il vienne en aide à la Guadeloupe. Admiral T se sent concerné par le sort de son île natale.

C’est ensuite au tour de Lieutenant et Young Chang MC d’accompagner Admiral T sur Gladiator. Les trois hommes représentant la Guadeloupe et la Martinique s’affirment être des gladiateurs prêts au combat. J’ai adoré l’enchaînement des paroles de Young Chang MC à Admiral T puis le flambeau passé d’Admiral T à Lieutenant qui finit sur un puissant "Nou ka taclé à la Makélélé, Eugène Mona té ja di ke mizè sé pa mò, Sé pou sa ke nou accéléré".

Admiral T reprend seul les commandes le temps d’une chanson, Want You, durant laquelle il délivre son amour à sa compagne. Ce morceau est un parfait exemple des multiples influences de l’artiste d’un point de vue musical. Admiral T y chante en français, en créole, en anglais, sur un rythme tantôt calme, tantôt endiablé. Je ne saurais pas dans quel genre musical ranger ce titre, qui à l’instar des morceaux caribéens, est représentatif d’une culture métisse.

Et d’ailleurs, pour poursuivre dans cette lancée, Admiral T invite Machel Montano pour un titre carnavalier Like It’s Carnival. Ensemble, ils appellent les îles de la Caraïbe à se manifester, bouger, danser et s’amuser dans une ambiance carnavalesque. Ainsi, on entend Admiral T s’adresser directement à Sainte-Lucie, Trinidad & Tobago, la Guadeloupe, la Martinique, la Dominique, Haïti et la Guyane. Un solo de tambour excellent clôture cette chanson.

C’est ensuite avec Fanny J, deuxième artiste féminine de l’album, qu’Admiral T nous offre Bay Love. Le message de cette chanson est simple : "Donnez de l’amour aux gens que vous aimez tant que vous le pouvez". En effet, la vie est éphémère et pleine de surprises, et donc il faut pas attendre pour exprimer ces sentiments et ce, tous les jours, quels que soient les soucis du quotidien. Sur cette chanson, c’est surtout le travail de la batterie utilisée à bon escient que j’apprécie.

Pour le dernier duo d’Instinct Admiral, c’est cette fois l’illustre Patrick Saint-Eloi qui s’invite sur la chanson Nou. Ils reprennent ensemble pour trames la violence qui commence à s’installer en Guadeloupe et la souffrance des personnes qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Un peu comme Pété Chenn La, ce titre vient dénoncer les situations difficiles que peuvent connaître les personnes vivant en Guadeloupe. Ce duo si particulier est agréable à entendre tant les deux artistes, dont on a plutôt pour habitude de les entendre dans d’autres registres, arrivent à s’allier parfaitement sur ce titre. Ça m’a rappelé la capacité de Patrick Saint-Eloi à pouvoir s’intégrer dans plusieurs registres vocaux : en 2005, c’est Daly qu’il accompagnait sur la chanson Twop

Ma deuxième chanson préférée est Mwen Tini Asé. Admiral T est juste touchant sur ce titre. Le deuxième couplet, dans lequel une femme découvre que son fils a été assassiné me donne des frissons à chaque écoute. La violence sur l’île inquiète le chanteur, et nous emmène à nous questionner sur l’avenir des jeunes dans ces conditions. Admiral T en a assez, c’est également le ressenti des insulaires quant à la tournure que prennent les évènements là-bas. Le saxophone est, lui aussi, magnifique. Cette chanson termine sur la voix d’un enfant récitant ces paroles : "Mon Dieu, c’est moi. S’il-vous-plaît, aidez-moi, aidez ma famille. Faites qu’il n’y ait plus autant de violence autour de nous les enfants. J’ai peur pour demain. Mon Dieu, merci de m’avoir écouté. A demain.".

Enfin, les deux dernières chansons de l’album sont Dézolé et Mon Idole. Dans Dézolé, l’artiste met en garde tout le monde contre les maladies sexuellement transmissibles. Cette chanson est donc une mise en garde contre le SIDA et préconise l’usage de préservatifs. Dans Mon Idole, Admiral T se dit fan de celle qu’il aime. Cette chanson aborde simplement son attirance pour celle qui occupe ses pensées. Ainsi, Instinct Admiral se termine après un peu plus d’une heure de musique. Pour ma part, cet album est simplement un must have !


TRACKLIST :
01 – Instinct Admiral
02 – Phenomenal
03 – Viser La Victoire featuring La Fouine & Medine
04 – Enfants du pays
05 – Hands Up featuring Busy Signal
06 – Pitit An Ba Soley
07 – J’ai Besoin D’y Croire featuring Awa Imani
08 – Pi Yo Mèt Bayè
09 – Pété Chenn La
10 – Gladiator feat. Young Chang MC & Lieutenant
11 – Want You
12 – Like It’s Carnival featuring Machel Montano
13 – Bay Love featuring Fanny J
14 – Nou featuring Patrick St Eloi
15 – Mwen Tini Asé
16 – Dézolé
17 – Mon Idole