L’art selon Nicholas Huggins

Nicholas Huggins

Nicholas Huggins est un graphiste et illustrateur originaire de l’île de Trinidad et Tobago. Magie de l’Internet : je découvre ces œuvres, que je trouve exceptionnelles, par le biais du chanteur jamaïcain Chronixx.

Il y a déjà quelques soirs, Chronixx nous propose, via sompte Instagram, de découvrir une illustration de lui, sous la forme de la carte du continent africain. J’ai tout de suite trouvé cette image très parlante, quand on connaît le sentiment du chanteur de reggae vis-à-vis de l’Afrique. Tels sont les mots qu’il nous laisse sur ce réseau social :

I’m not sure why I have never felt the GREAT NEED to seek out my « roots » and prove my « Africaness » to the world. As early as I can remember as a youth I always felt like an African (nobody had to tell me that) and the way I dress, the language I speak and the way I live never caused me to feel any less or more than African !

I observed a lot (secretly) and asked a lot of questions but that was life..for me that’s what living really is- learning. So all the reading and observation I did growing up didn’t feel like searching to me…it felt more like I was discovering things that I was literally created to know – acquiring knowledge I was meant to have.

One thing I learn in this life is that race is just our physical identity and we shouldn’t over spend our time trying to convince everybody that our physical appearance sets us higher than the remainder of humanity. because humanity is a greater force than any one race or group. Watch this now….Supremacy, racism and division has no end once you feed life to it in your everyday life – it can go on and on and on.

So first you are BLACK and you are greater than all other race then you are AFRICAN and there is no greater continent then you are NIGERIAN and now you are better than every other african then you are from the Ibo tribe and that sets you higher than all other Nigerians then…..you are better than your own brother. Africa is I an I. However it is my duty to love and care for the whole earth and all of humanity.

Chronixx

J’ai voulu satisfaire ma curiosité, et découvrir qui avait eu l’idée de cette image. Et c’est ainsi que je découvre tout l’art de Nicholas Huggins. Je vous invite d’ailleurs à directement aller sur son site, bien que je vous partage ici, quelques-unes de ses illustrations, reprenant par exemple Nelson Mandela, Bob Marley, Childish Gambino mais aussi Bunji Garlin, grand chanteur de soca, ou encore Jean-Michel Basquiat, un artiste américain décédé bien trop tôt…

Make It Bun Dem de Damian Marley et Skrillex

Radio Tónic

Je découvre aujourd’hui cette chanson Make It Bun Dem, une collaboration musicale que je n’aurais absolument jamais imaginé entre Damian Marley et Skrillex. Damian Marley est un chanteur de reggae, Skrillex s’illustre dans la musique électro… Et pourtant ! Les deux artistes ont tenté ce pari fou, il y a déjà un peu plus de deux ans (désolée pour mon retard), d’associer leurs deux univers pour réaliser ce titre.

Le single de Make It Bun Dem est sorti pour le grand public le 28 février 2012. La chanson est d’abord proposé sans aucune parole. La base instrumentale de cette chanson n’avait même aucun nom, et ce sont des fans qui ont proposé en premier lieu d’utiliser le sample qui reprend ces mots "Rudeboy bass, mash up di place !". Skrillex propose alors cette version de Welcome To Jamrock.

Et Damian Marley surenchérit. Il propose d’y ajouter ses propres paroles pour accompagner la nouvelle instru imaginée. C’est ainsi que naît Make It Bun Dem. La première version de cette chanson, comme telle, est entendue à Las Vegas fin janvier 2012. Damian Marley propose ensuite cette chanson sur son compte Souncloud le 16 avril 2012, et le clip sort au mois de septembre sur le compte YouTube de Skrillex cette fois.

Le clip est produit sous la direction de Tony Truand, et est filmé dans le Lincoln Park, dans l’état du Michigan aux Etats-Unis. Il est assez sympathique d’ailleurs ! Et il faut savoir que les deux enfants choisis pour cette vidéo sont des ressortissants de la ville, une image assez plaisante du caractère des deux artistes. M’enfin… Vous me direz ce que vous en pensez, mais j’ai bien aimé ce titre, sur lequel je suis tombée par hasard, magie de l’Internet !

Riot de Sean Paul et Damian Marley

Rolando j. Roa Aragon

Il y a quelques jours déjà, Damian Marley, l’illustre chanteur de reggae notamment connu pour son titre Welcome To Jamrock, propose à ses fans sur Facebook d’écouter une chanson inédite intitulée Riot. Il la présente comme étant sa première collaboration jusqu’alors avec Sean Paul, l’interprète de Get Busy (pour ne citer que ce morceau). La première chose à laquelle j’ai pensé de manière spontanée est : que nous ont réservé les deux artistes ?

Pour mieux appréhender la légitimité de ma question, voici les faits auxquels je me suis rattachée ! Damian Marley a un long cursus en matière de reggae. Le nombre de ses performances est indénombrable, puisqu’il commence à l’âge de 13 ans à chanter face à un auditoire. Il possède d’ailleurs un nombre d’albums raisonnable à son actif compte tenu de ses 35 ans. Il a travaillé avec Nas, son frère Stephen Marley, Bruno Mars et plus récemment avec des artistes comme Wayne Marshall, Aidonia, I-Octane, Assassin, Bounty Killer, Vybz Kartel, etc. pour les besoin de la compilation Set Up Shop Volume 1. Le côté roots de sa personnalité est, selon moi, celui qui ressort le plus dans son parcours, bien qu’il ait clairement figuré à juste titre dans d’autres registres.

Sean Paul a, quant à lui, déclaré il y a moins d’une année avoir « fait ce qu’il pouvait en matière de dancehall ». Ses exacts mots ont été les suivants : « I have reached a point where I don’t have to prove myself to anybody in dancehall or reggae music. […] I’m up there with the best of them, so right now I’m just expanding. I’m trying to bridge the gap, broaden my artistry. » *. Et depuis cette déclaration publique, il est vrai que ses collaborations diverses étaient plutôt liées à la pop music – si je peux dire cela ainsi – et au R&B. Il a en effet collaboré avec 2 Chainz et Juicy sur Entertainment ou encore avec The Saturdays sur What About Us. Et puis, il y a cette chanson Other Side Of Love, sortie au début des grandes vacances, que je ne saurais dans quel genre musical placer. En bref, tout ça pour dire que je ne sais plus sur quel bien danser avec lui.

Et donc, à l’annonce de ce duo entre ses deux poids lourds de l’industrie musicale, la curiosité a nécessairement été la plus forte : nous ont-ils concocté un morceau hip-hop, dancehall, roots, pop, alternative ? La réponse à cette question se situe juste en-dessous !

Ça m’aura fait plaisir d’entendre à nouveau Sean Paul dans ce registre. Il paraît que d’ici la fin de l’année, il nous sortira un nouvel album dans lequel figureront ce titre et de nouveaux featurings avec des artistes comme Nicki Minaj et Ellie Goulding. Quoi qu’il en soit, Riot connaît un bon taux de pénétration : le single débute à la troisième place du Top 100 en Allemagne et atteint aussi le Top 10 en Suisse et au Royaume-Uni.*

Et vous, que pensez-vous de ce morceau ?

Liquor Store Blues de Bruno Mars

Bruno Mars

Ma découverte musicale du jour est Liquor Store Blues, un duo interprété par Bruno Mars et Damian Marley. Celui-ci fera partie du nouvel album de Bruno Mars Doo-Woops & Hooligans qui sortira le 5 octobre prochain. Une véritable alchimie entre ces 2 artistes se dégage à travers cette chanson et ce, sur des rythmiques rouge-jaune-vert. Avis aux amateurs de reggae.

C’est avec les paroles suivantes que Bruno Mars tente de capter l’attention de son auditoire : "Because my job got me going nowhere, So I ain’t got a thing to lose, Take me to a place where I don’t care, This is me and my liquor store blue, I’ll take one shot for my pain, One drag for my sorrow"

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Bruno Mars a été compositeur et producteur de musique pour des artistes comme Flo Rida, Maroon 5, Brandy, Alexandra Burke, Travie McCoy, Adam Levine, ou encore Sean Kingston. On le connaît notamment grâce au succès de Nothin’ On You, duo avec B.o.B sorti en mai dernier.