Diasporas de Victor O

Le dernier album de Victor O, Diasporas est sorti le 5 mai dernier. Il s’agit d’un album plein de couleurs dans lequel le chanteur martiniquais a souhaité mêler histoire et amour, culture et patriotisme, romantisme et détermination. Cet album, Diasporas est à l’image de l’artiste : multiculturel.

Le dernier album de Victor O, Diasporas est sorti le 5 mai dernier. Il s’agit d’un album plein de couleurs dans lequel le chanteur martiniquais a souhaité mêler histoire et amour, culture et patriotisme, romantisme et détermination. Cet album, Diasporas est à l’image de l’artiste : multiculturel.

Avec Diasporas, on parcourt l’ensemble des îles antillaises, l’Amérique Latine, et même un bout d’Afrique. Victor O a cette capacité de donner le goût du voyage à ses interlocuteurs. Bien des genres musicaux sont présents au sein de cet album qui se veut à la fois dénonciateur de notre condition de français à multiples origines et, à la fois sensible avec des titres plus doux comme Saudade ou encore Slow Love.

Sur les notes de Diasporas…

Cet album de Victor O commence sur les rythmes de Diaspora. La chanson éponyme de cet album est sortie au cours du mois de février dernier, c’est-à-dire juste avant la sortie de l’album complet Diasporas. Diaspora a naturellement été choisie pour introduire le nouvel opus de Victor O. L’histoire de cette chanson est celle d’un homme fraîchement arrivé en France, la « mère patrie » des terres d’outre-mer comme la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane française, la Réunion ou encore Mayotte. Victor O y relate, non sans humour, le mal du pays ressenti par les personnes qui s’éloignent de leur terre natale dans le but d’avoir un meilleur avenir, les « gens de la diaspora » comme il le souligne lui-même. Et si seulement il existait un vaccin pour guérir de la nostalgie du pays… Cette chanson est une belle œuvre réunissant plusieurs instruments à cordes, tels que la guitare et le violon. Victor O a proposé cette chanson lors du Festival Tropiques en Fêtes de cette année, à la Foire de Paris, c’est la vidéo que je vous propose ci-dessous.

Tabanka, titre de la deuxième chanson de Diasporas, est un terme d’origine caribéenne, provenant de Trinidad-et-Tobago et de Grenade plus précisément. "tabanka" définit l’inaptitude à se remettre d’une relation sentimentale. Cette expression désigne les sentiments de perte, de rejet et de peine qui surviennent après une rupture. Cette chanson au titre si particulier emprunte les rythmes du reggae pour dévoiler les intentions du chanteur vis-à-vis de la femme qui le rend fou : "Sé sèlman lanmou ka méné mwen dou, Pas tchè mwen sé ta’w pou léternité, Mwen sav jòdi fok mwen alé". Victor O y joue le rôle d’un homme si amoureux et si déboussolé, qu’il préfère s’en aller pour éviter de trop souffrir de cette relation qu’il sent destructrice.

Diasporas se poursuit avec la chanson Alma Negra, un joli titre qui commence à la guitare acoustique. Victor O y chante son arrivée à Salvador da Bahia, au Brésil. Cette chanson répertorie toutes les bonnes choses que l’on retrouve dans le pays de la samba : les grandes plages, les bons petits plats de dombrés aux crevettes, la caïpirinha, et la bonne humeur de la population locale. En tant que martiniquais, il se sent vraiment bien accueilli au Brésil, et c’est vraiment de bon cœur qu’il offre ce titre en hommage à cette région.

Puis, la liste de lecture de cet album reprend plus posément avec Gare Saint-Jean. Cette fameuse gare Saint-Jean est le lieu qui unit Victor O à la femme qu’il évoque dans la chanson. Comme un coup du destin, il l’a rencontré par un merveilleux hasard en ce lieu, et cette chanson a pour but de nous conter cette histoire pleine de romantisme. « Un rendez-vous avec la vie, un rendez-vous avec l’amour. » Gare Saint-Jean est une douce ballade dans laquelle je crois également entendre quelques violons.

Avec Marianne, c’est un tout autre genre musical que l’on peut entendre. Je ne saurais trop qualifier d’ailleurs ce genre musical de cette chanson que je trouve funk-soul-créole. Parfois le piano vient radoucir le tempo qui ressemble alors à celui de la musique cha-cha-cha. Mais parfois, le rythme de cette chanson est bien plus rapide. Marianne est un titre en réalité profond dans lequel Victor O souligne les différentes couleurs de cette France dans laquelle nous sommes. Il utilise ce prénom féminin car il s’agit du symbole français par excellence : une représentation de la liberté et de la raison.

Saudade est à mon sens l’une des plus belles chansons de cet album. Elle prend pourtant naissance dans un cadre un peu mélancolique. « saudade » provient de la langue portugaise et signifie nostalgie. C’est la parfaite expression pour définir l’ensemble du contexte sentimental dans lequel s’inscrit cette chanson. Victor O décrit ici l’amour qu’il a encore pour une femme dont il ne partage plus la vie. L’absence de cette personne avec laquelle il a vécu des moments heureux est pour lui un véritable crève-cœur qu’il doit vivre au quotidien. Le clip de cette chanson, réalisé par Nadia Charlery, est également un des plus aboutis de la scène créole cette année, ou en tout cas, de ceux que j’ai eu l’occasion de visionner jusqu’alors.

Le septième titre de cet album Redemption Time est un duo de Dominik Coco et Victor O. La voix de Dominik Coco apporte une nouvelle dimension à cet album, déjà très axé sur les rythmes locaux. Redemption Time est un morceau de reggae bien rythmé qui possède une introduction franche grâce aux résonances d’une guitare électrique. Les deux chanteurs y décrivent leur envie d’avancer et leur détermination face aux évènements de la vie. C’est le temps de la rédemption, celui de commencer un nouveau souffle, de rendre compte du passé et d’avancer le cœur léger.

Voices of New Combinati accompagne Victor O sur Dansi Mang. Je n’ai malheureusement pas réussi à trouver de réelles informations sur ce groupe, visiblement composé à la fois de voix féminines et masculines. Mais, Dansi Mang possède des sonorités africaines. Et donc, ce groupe, Voices of New Combinati, accompagne le chanteur tout au long de l’énonciation du refrain de cette chanson. La trame de celle-ci se veut plutôt détendue, puisque le chanteur y raconte, entre autres, l’histoire de sa rencontre avec une demoiselle qui le fera manger un plat qui lui est inconnu, et qui lui fera tourner la tête !

No Crisis est une chanson aux sonorités plutôt reggae. La batterie y est pour moi l’instrument qui mène la danse. Dans No Crisis sont énumérés de nombreux cas dans lesquels Victor O s’avoue être effrayé de la société actuelle, celle que l’on « subit » actuellement. En qui pouvons-nous avoir réellement confiance ? Les informations choisies par les médias sont rarement à caractère objectif, et Victor O se méfie de leurs dires, si bien qu’il refuse que ses enfants restent à veiller devant la télévision.

Slow Love est, comme son nom l’indique, une chanson dans laquelle il est question d’amour. Avec Slow Love, Victor O redonne des allures de soul music à son album. Ce titre est un de mes préférés de Diasporas. Tout, dans ce morceau, est une question de sensualité, de caresses et de tendresse. Slow Love nous offre les paroles qu’un homme réciterait pour la femme de ses désirs. J’adore ce moment où le rythme s’amplifie et où les paroles deviennent : "so hit me baby, mwen ké ba’w sa kon ou lé…" – enfin « hit », ou « eat » après tout… C’est une chanson que je trouve vraiment magnifique.

En tant que dernier artiste invité sur Diasporas, Senso nous propose Till Da Victory en compagnie de Victor O. Je vous avouerais que je ne connaissais pas du tout ce chanteur, Senso, dont je n’ai malheureusement pas trouvé tant d’informations sur Internet – vous pouvez m’en donner si vous en trouvez via le bloc de commentaires. Senso possède une voix que je qualifierais de soft, douce et harmonieuse à la fois. Je trouve que sa tessiture est faite pour des chansons d’un genre reggae lovers rock. Je serais tout à fait capable d’acheter un album de cet artiste. Il chante ici : "I’m an African boy tryin’ to live the best way I can, I’m the only king in my kingdom and I hope that you overstand". Le refrain de ce titre nous explique que ce combat est mené pour vivre des jours plus gais. Till Da Victory est une chanson qui nous fait étalage d’une lutte pour toutes les libertés.

Dominika a un rythme profondément caribéen, et la voix de Victor O parcourt à nouveau une ambiance recréée par des violons et une batterie prédominante. Il s’agit d’un titre bercé par la nostalgie de ce que le chanteur ressent vis-à-vis de la Dominique. Cette chanson possède une petite vague de souvenirs et de nostalgie, comme ça aura été souvent le cas dans ce nouvel album de Victor O.

Diasporas se termine sur Tjé Blendé, une chanson dans laquelle on entend clairement une guitare électrique jouer et guider la voix du chanteur. Victor O y évoque sa foi et son amour pour la vie. Pour lui, croire est une manière de survivre, et d’affronter tel un conquérant les épreuves de la vie. Tjé Blendé est une manière de terminer cet album en beauté, avec comme dernier message pour ses auditeurs : « Soyez confiants en la vie, croyez et vous verrez ». Cet album s’inscrit dans la continuité de Revolucion Karibeana de par toutes ses magnifiques sonorités. Victor O y exprime tous ses questionnements vis-à-vis de la société actuelle, sans tabous. Mais par-dessus tout, Victor O nous y délivre un message d’amour incommensurable à la vie. Vous pouvez télécharger Diasporas de Victor O sur Amazon.



TRACKLIST :
01 – Diaspora
02 – Tabanka
03 – Alma Negra
04 – Gare Saint-Jean
05 – Marianne
06 – Saudade
07 – Redemption Time featuring Dominik Coco
08 – Dansi Mang featuring Voices of New Combinati
09 – No Crisis
10 – Show Love
11 – Till Da Victory featuring Senso
12 – Dominika
13 – Tjé Blendé