La nocturne du Festival Tropiques en Fêtes

Copyright : Christelle

Vendredi 9 mai dernier se déroulait, à la Foire de Paris, la très célèbre Nuit de la Foire. En cette soirée, comme le veut la coutume, un certain nombre de concerts sont organisés dans l’enceinte de la Foire, pour le plus grand plaisir des parisiens. En compagnie de ma tante, j’ai ainsi assisté à la Nocturne du festival Tropiques en Fêtes, qui réunissait entre autres des artistes originaires des « Tropiques » qui s’illustrent dans des genres de musique assez diversifiés : de la soul, du traditionnel, du jazz, du reggae, du zouk, etc..

J’ai vraiment fait du mieux que j’ai pu pour prendre les quelques photos que vous trouverez ci-dessous. Malheureusement, de mon mètre 61, il m’était très difficile de pouvoir rivaliser avec le public présent, j’étais bien trop mal placée dans la foule ! En revanche, vous remarquerez qu’au fil du temps, je me rapproche peu à peu de la scène, grâce aux départs de certains (peut-être trop fatigués pour assister à l’ensemble du show, merci à eux haha!), et que mes photos deviennent de plus en plus exploitables.

Indy Eka, une valeur montante de la soul

Quand je suis arrivée face au podium de la Foire de Paris, Indy Eka était déjà sur la scène, en train de nous interpréter une chanson de son répertoire. (Je vous propose d’écouter ci-dessous Mama Africa.) Et d’ailleurs, je dois souligner que je pense avoir malheureusement raté le passage d’Ines Khai, une chanteuse originaire de la Guadeloupe, annoncée dans la liste des artistes présents ce jour-là à la Foire de Paris.

Indy Eka est la grande gagnante du Tremplin Soul’R Sessions, un concours organisé par Trace Urban qui a pour objectif final de permettre aux nouveaux talents de la scène musicale émergente de se faire connaître. Ainsi, il regroupe des artistes s’illustrant dans la soul, le R&B, le gospel, et j’en passe. Il est d’ailleurs encore possible d’écouter toutes les prestations des 16 finalistes de ce dernier concours sur le compte SoundCloud de Tremplin Soul’R Sessions (on retrouve parmi eux la chanteuse d’origines martiniquaise et sénégalaise Gaby Diop).

Un univers jazz soul créole avec Florence Naprix

C’est ensuite au tour de Florence Naprix d’entrer sur scène pour nous interpréter deux chansons de son répertoire : Kaz An Mwen et Zétwal An Mwen. Florence Naprix est une artiste originaire de la Guadeloupe. Elle commence très jeune à se passionner pour la musique, avec son amour pour le piano. Sarah Vaughan, Ella Fitzgerald et Erykah Badu sont d’ailleurs des artistes qui vont très fortement influencer Florence Naprix dans ses choix de carrière.

Quand elle arrive sur la scène de la Nuit de la Foire, Florence Naprix a bel-et-bien l’intention ferme de faire découvrir son univers à son auditoire. Pour ma part, je ne la connaissais que de nom, et je ne m’étais jamais réellement penchée sur ses capacités vocales. Ses deux interprétations ce soir-là m’ont donc permis de compléter ma découvert d’un personnage que j’ai trouvé vivant, chaleureux et engagé. La dernière chanson de son passage sur scène, Zétwal An Mwen, est avant tout une chanson pour redonner de l’espoir. Florence Naprix va alors proposer à son public d’entonner avec elle le message puissant : Pa lagé / Fò’w kenbé (Ne lâchez rien, tenez bon!, sous-entendu face aux épreuves de la vie).

Le zouk fortement représenté par Yoan, Warren et Fanny J

En effet, le zouk avait pleinement sa place dans cette Nocturne du Festival Tropiques en Fêtes, car après tout, ce genre musical tire bien son origine des « tropiques ». C’est ainsi, Yoan, qui tient le rôle de l’élément déclencheur ici. En entendant sa chanson, et son nom, j’ai tout de suite pensé ne pas du tout connaître cet artiste (au vu de ma terrible affection du zouk…), mais pourtant, il y a bien longtemps que Yoan est dans le monde de la musique. Ce chanteur, à la voix mémorable, a longuement fait partie du groupe Trade Union, connu entre autres pour ses chansons Quand On Aime et D’un mot, mais surtout pour sa collaboration avec Booba sur le magnifique titre Au Bout de Mes Rêves (l’un des rares que j’aime de ce rappeur français d’ailleurs, je sais, je sais…). Yoan est donc venu sur scène nous présenter ce soir Emmène-Moi, en nous promettant de revenir bien vite sur le devant de la scène musicale avec un nouvel album prévu pour septembre 2014, et une collaboration à venir avec Kalash.

C’est ensuite au tour de Warren d’entrer sur la scène, sous les forts applaudissements de la gente féminine. Comme à son habitude Warren a réussi à captiver l’ensemble de son auditoire. Je serais, pour ma part, bien incapable de vous dire le titre de la chanson qu’il a interprété ce soir-là, mais force était de constater que toutes les paroles de celle-ci était connues par cœur de l’auditoire parisien (et de ma tante…). Il a introduit ensuite l’une de ses collaboratrices de prédilection dans le domaine : Fanny J.

Fanny J possède un nombre de fans qui augmente avec le temps. Elle est arrivée sur scène, tout sourire, pour nous proposer de partager quelque chose qui lui tenait véritablement à cœur. C’est ainsi qu’elle nous offre le titre Aucune Larme, une chanson de son nouveau répertoire, encore méconnue, puisque pas encore commercialisée à cet instant. Elle nous explique dans le contexte de cette chanson, que malgré les épreuves qu’elle a connues depuis le début de sa carrière, et que malgré les médisances ou autres broutilles de ce genre, elle est reconnaissante pour tout l’amour qui lui a transmis son public jusque là. Très émue, elle nous propose alors cette chanson, non sans larmes, et finit sa représentation en nous précisant qu’elle travaille actuellement sur la préparation d’un nouvel opus.

Un aperçu de la richesse culturelle de Victor O

Victor O, chanteur d’origine martiniquaise à la douce voix, était également un invite de cette Nuit de la Foire parisienne. Comme ce dernier vient tout juste de sortir son deuxième album Diasporas, il en a profité pour nous interprété le titre phare de cet album de manière inédite Diasporas. C’est ce titre que j’ai filmé et que vous retrouverez donc ci-dessous.

Son passage sur la scène du Festival Tropiques en Fêtes ne s’est pas terminé sur ces notes. Victor O nous offre ensuite un puissant Vini Dou, en mode force tranquille. Le public, d’autant plus connaisseur cette fois, accompagne le chanteur en reprenant les paroles du refrain : Vini dou, Mwen bizwen touché fon tchè’aw, Pa di mwen non non non non, Ou sav ke mwen lov de vou, Lanmou sé an bagay ki dou, Fodré ké ou sonjé sa, Pa di mwen non non non non, Tou sa ou lé mwen ké sa ba’w ». Ce titre, l’un de mes préférés du répertoire de ce chanteur de mon île, est posé sur le rythme d’une guitare acoustique, d’une guitare basse et d’autres percussions nous rappelant le kompa made in Haïti.

Joëlle Ursull, marraine du Festival Tropiques en Fêtes

Eh oui ! Jöelle Ursull ! Comme elle l’a si bien dit, pas sûr que les jeunes demoiselles de 15 ans présentes devant la scène de ce concert plein air, soit bien au courant de qui elles avaient sous leurs yeux… Mais c’était un plaisir d’apprendre que Joëlle Ursull était tout simplement la marraine de cette soirée. Elle nous a interprété plusieurs chansons tirées de sa discographie. Juste gracieuse, elle arrive sur scène une première fois habillée d’une jolie robe noire mettant toutes ses formes en valeur, pour nous chanter entre autres White and Black Blues.

Un peu plus tard, notre marraine revient avec un afro sur cette scène, cette fois dans le but de bien relancer le dynamisme de la soirée, malgré la pluie, avec son titre Amazone. Avec cette chanson, Amazone, elle nous invite à l’accompagner vocalement sur des rythmes bien connus du grand public.

Une touche de soul avec Gage, Vigon, Bamy, Jay et Yoann Fréget

Au vu de l’affluence qui lui était réservée, Gage était massivement attendu par les personnes présentes ce soir-là à la Nocturne de la Foire de Paris. Cela faisait un moment que je n’avais pas spécialement entendu parler de lui, et c’était assez rafraîchissant de le découvrir en live. C’était la première fois que je le voyais en live. Sa voix est tout simplement magnifique. Gage nous propose l’un des titres qui l’a rendu célèbre Pense A Moi, mais aussi Vient Danser par exemple. Gage nous présentait son nouvel album Soul R.Évolution sorti le 3 mars dernier.

C’est ensuite aux incroyables Vigon, Bamy, Jay, qui composent un groupe souvent surnommé à juste titre Les Soul Men – surnom qui fait aussi référence au nom de leur dernier album – de mettre un rythme fou sur la scène dédiée à cette nocturne du festival. Les trois chanteurs, ayant tous accomplis à leur manière d’illustres choses dans le monde de la musique, nous proposent alors un show complètement ancré dans la musique soul/gospel américaine. Ils ont dépensé, ce vendredi, une telle joie de vivre que le public s’est massivement rapproché des planches. Je ne connaissais d’ailleurs pas du tout leur univers, et les deux seuls morceaux extraits de leur répertoire ce soir-là, m’ont rendue extrêmement curieuse à leur sujet !

Ils nous ainsi interprétés Soul Man reprenant naturellement la phrase I’m Soul Man. Vigon, nous invite à crier avec lui un terrible « Aaayyyyy » avant de reprendre le tube planétaire Stand By Me de Ben E. King, et donc nous encourageant à implorant avec eux la fameuse darling "So darling, darling / Stand by me, oh stand by me / Oh stand, stand by me / Stand by me". Je ne savais pas du tout qu’ils seraient présents ce soir-là, mais ils m’ont littéralement fait sourire !

Enfin, Yoann Fréget pour clôturer le spectacle (ou en tout cas, pour moi) ! Yoann Fréget est le gagnant de la deuxième édition française de The Voice. Pour ma part, je n’ai pas du tout suivi ce programme, et donc je ne connaissais pas du tout l’univers artistique de ce chanteur. C’était une chouette découverte, parce que, pour tout vous dire, je m’apprêtais à prendre le chemin du Tram pour rentrer chez moi, et sa voix, m’a touché, et je suis donc restée le regarder ! Il nous chante une première chanson dont je n’ai pas retenu suffisamment de paroles pour vous dire ce que c’était… mais nous interprète ensuite un powerful Couleurs love. Yoann Fréget nous invite ainsi à être plein d’amour les uns envers les autres, et son refrain reprend les mots suivants : On a chacun le pouvoir, De changer le cours de l’histoire, Et soudain se voir, Couleur lo-lo-lo-love, Comme les passants qui s’étalent, Et vont peindre les étoiles, Pour que les soleils toujours dévalent, Couleur lo-lo-lo-love. Yoann Fréget est arrivé tel un ovni, et nous a entièrement fait partager son amour pour la musique.

La Nocturne du Festival Tropiques en fêtes se termine ici pour moi. C’était un lot de bonnes surprises, accompagné d’artistes que je connaissais déjà, que j’ai tout autant apprécié à redécouvrir en représentation musicale.

Indy Eka

Indy Eka

Florence Naprix

Florence Naprix

Florence Naprix

Florence Naprix

La présentatrice

Yoan

Warren

Warren

Warren

Fanny J au Zénith

Copyright : Dycine

Fanny J a donné rendez le 26 décembre dernier à son public parisien, afin de lui présenter son deuxième album Secrets de Femme. Ce concert a eu lieu dans la très grande salle du Zénith (qui était comble). La jeune femme était bien accompagnée. En effet, de nombreux artistes ont répondu à l’appel pour l’entourer. On retrouve parmi eux Thayna, M’Wayne, Warren, Krys, Admiral T et Black Kent.

Revivez le concert de Fanny. UNE ASTUCE : Vous pouvez sélectionner la vidéo que vous souhaitez visionner en cliquant sur le bouton « Playlist » de YouTube.

La première partie du concert s’accompagne tout d’abord de la douce voix de Thayna, une chanteuse de zouk connue pour son album Nouveau Départ sorti en fin d’année 2008. Elle nous interprète ce soir-là deux chansons de son répertoire : Lettre ouverte et Mal sans toi. Puis, c’est au tour de M’Wayne d’assurer la deuxième moitié de cette première partie de concert. Cet homme aux allures charismatiques la remplace sur la scène du Zénith le temps de nous chanter son titre Histoires d’amour, une chanson dans laquelle il se voit obligé de dire « au revoir » à l’être aimé.

Habillée d’une robe du couturier Kévin O’Brian originaire de la Martinique, Fanny J débute son show avec Radio. C’est avec beaucoup de sensualité qu’elle nous expose son programme et va nous chanter Sé Taw, Wonderful, Lé ou joinn lanmou – qui reçut une étonnante acclamation du public – et Mes regrets. On observe d’ailleurs que le "kompa" occupe une place très importante dans les compositions de la jeune artiste. Krys rejoint ensuite Fanny sur scène afin de l’accompagner sur la chanson Bye Bye, un magnifique duo présent sur les albums de ces deux artistes. Krys restera seul sur le podium pour le plus grand plaisir du public et proposera son fameux Bootyshake qui fera l’unanimité auprès de l’auditoire.

Fanny J remonte sur scène vêtue d’une magnifique robe pour nous offrir les chansons Pas ce soir, durant laquelle elle invitera des personnes à danser avec elle et Je l’aime, un tube que son auditoire connaît par cœur et chantera d’une seule voix en même temps que l’artiste guyanaise. Les enfants de Lékol a Ti Moun sont ensuite appelés pour interpréter une sélection de chansons de Fanny sous les yeux de leurs proches. Après ce show animé par les jeunes, Fanny J attaque à nouveau avec des morceaux de son dernier album Secrets de Femme — tels que Mon bad boy et Comme toi — avant de revenir avec Vous les hommes, le tube éponyme de son premier album.

Warren nous rejoindra pour J’ai trouvé l’erreur avant d’introduire Ancrée à ton port, la chanson qui m’aura fait découvrir cette brillante artiste en 2007. C’est d’ailleurs Warren qui a composé et écrit cette chanson pour la chanteuse à l’époque, et le premier album de Fanny J Vous les homme avait connu un succès incommensurable. Admiral T débarque par la suite sur la scène du Zénith de Paris pour le plus grand plaisir du public. Il nous propose tout d’abord Bay Love en duo avec Fanny. Puis, il poursuit avec Fos a péyi a, un petit remix de Gwadada et de Move together, des chansons à la renommée incontestable de son propre recueil de chansons. On a eu le droit à presque dix minutes de dancehall dans ce concert de zouk. :) Enfin, le final a eut lieu sur Okay suivi de Okay Remix en duo avec Black Kent. Black Kent joue le personnage de l’homme infidèle alors que Fanny obtient les faveurs des femmes de l’auditoire. Quoiqu’on en dise, ce concert fut une belle découverte pour moi, qui ne connaissait finalement que très peu de chansons de Fanny J, et l’artiste aura su donner le maximum d’elle-même devant une salle complètement remplie. Cette première grande scène représente sans aucun doute une excellente expérience pour la chanteuse qui fait ses débuts à l’échelle nationale.

Instinct Admiral d’Admiral T

Copyright : Universal Music - Admiral T

Ma nouvelle découverte musicale du jour est Instinct Admiral, le nouvel album d’Admiral T, un chanteur originaire de la Guadeloupe dont les paroles sont toujours très bien pensées. L’album est tout simplement excellent à mon sens ! On y retrouve de nombreux featuring notamment les artistes suivants : La Fouine, Medine, Busy Signal, Patrick St Eloi, Machel Montano, Awa Imani, Fanny J, Young Chang MC et Lieutenant. Vous pouvez l’écouter gratuitement ici.

Admiral T déclare concernant cet album les paroles suivantes : "L’ensemble de cet album a été conçu d’une façon très spontanée. J’ai avant tout voulu faire ce que j’aimais et donner du plaisir aux gens. L’instinct animal que j’ai au fond de moi m’a permis de donner le meilleur de moi-même. Et comme je suis quelqu’un de très éclectique, il est normal que l’on retrouve autant de genres musicaux différents." *.

Chronique d’Instinct Admiral

Instinct Admiral démarre avec la chanson éponyme de l’album. Celle-ci est une prouesse d’un point de vue musical, car l’artiste n’y chante pas, mais nous laisse savourer le rythme d’une guitare électrique parfaitement synchronisée. Seuls les mots « Instinct Admiral » sont réellement perceptibles dans cet interlude.

L’album démarre donc véritablement avec Phénoménal où d’entrer de jeu, Admiral T décide de nous jouer de son art à savoir sa capacité à pouvoir débiter un maximum de paroles en un minimum de secondes. C’est ce premier titre qui m’aura convaincu d’écouter le reste de son album. Dans cette chanson, Admiral T s’auto-proclame comme étant lui-même phénoménal et se déclare être toujours présent pour la jeunesse, avec son "flow original".

C’est ensuite Viser La Victoire qui est choisi pour transmettre un message d’espoir et de lutte. Ce titre est une collaboration entre Admiral T, La Fouine et Medine, trois chanteurs aux genres très différents qui ont décidé de s’allier ici pour un même objectif. Cette chanson s’annonce alors comme un hymne au courage, celui que chacun d’entre nous doit avoir pour réussir à y arriver dans la vie. Ainsi, de nombreux modèles sont cités dans les paroles de cette chanson, notamment Jay-Z (chanteur et producteur américain qui s’est bâti une carrière de ses propres mains), Barack Obama (premier président noir des Etats-Unis) ou encore Usain Bolt (l’homme le plus rapide du monde), Tommie Smith et John Carlos (deux athlètes afro-américains qui avaient protesté contre la ségrégation raciale lors des Jeux Olympiques de 1968). Chacune de ces personnalités a réussi à marquer l’histoire, et il ne tient qu’à nous de pouvoir en faire autant.

Enfants du Pays est une chanson assez engagée dans laquelle Admiral T nous demande d’être fiers de nos origines créoles. Il défend notre culture de la plus belle manière qu’il soit. Encore une fois, il s’appuie sur des exemples de fierté de nos îles, comme Teddy Riner, judoka multiple champion du monde originaire de la Guadeloupe. Il nous demande de lever nos têtes et de ne jamais reculer devant les difficultés de la vie.

Puis, un nouveau featuring nous est offert dans cet album et cette fois, Admiral T se retrouve accompagné du jamaïcain Busy Signal sur Hands Up. Il faut savoir que Busy Signal est aussi un adepte de toats en tout genre, et donc leur collaboration donne naissance à un magnifique morceau de dancehall dans lequel ces deux artistes évoluent dans leur domaine de prédilection. Cette chanson possède une thématique bien moins sérieuse que les précédentes car elle nous place dans un contexte festif de sound systems durant lequel tout le monde est invité à montrer ses plus beaux pas et à "lever les mains".

Vient ensuite un de mes coups de cœur : Pitit An Ba Soley. Admiral T démarre avec les paroles suivantes "Sa ké nou tout bizwen sé lanmou, Solidarité épi liyannaj entré nou" (Ce dont nous avons tous besoin c’est de l’amour, de la solidarité et de l’union entre nous). Cette chanson revient sur la thématique de l’espoir et de l’optimisme, et possède un rythme plus traditionnel des Antilles avec en chœurs des "chuchotements" rappelant un peu les fameux "tak pitak pitak tak…" des tambours. Mon couplet préféré reste celui-ci (pardon d’avance pour les petites fautes) : "Misiésédam, man ba zot an slam pou di zot ke nou ka vansé anba soley cho kon kannot san rame, rame, Fout fo’w fo Fout fo’w fèy fo, Fout fo’w fosé pou’w pé sa fè sa ou vé fè adan ti péyi fwansé, Sé pwop frè aw, bo frè aw, ka diw ki jan aw, ka ou fè, ka ou vèw flé, apré ki ka fèw soufè, Ti frè fow fo, fow fiè, rèd kon mòso fè, pa janmin léséw fè, non! E si janmin ou trébiché rilévé, Ké ou tonbé rilévé, Solid kon rok toujou rilévé, Trasé ou ka trasé, Sa paka sèvi ayin mèt baton an rou a TGV, Yo pé di sa yo vlè, Yo pé fè sa yo vlé, A pa yo kay anpéché rivé la ou vé rivé, Fè sa ké ou anvi, dan la vi accompli sa ke ou révé".

Awa Imani s’ajoute à la liste des chanteurs venus accompagnés Admiral T pour ce nouvel album. Ce duo proposé par les deux chanteurs s’intitule J’ai Besoin d’y Croire. La trame de ce morceau concerne les relations qu’il peut exister entre un détenu de justice et les membres de sa famille. Admiral T joue le rôle d’un homme enfermé entre les quatre murs d’une prison. De son passé, on comprend qu’il a commit beaucoup de fautes mais qu’il souhaite devenir meilleur pour sa fille. Awa Imani joue alors le rôle de sa femme, la mère de son enfant. Elle lui déclare la vie n’est pas simple sans lui, mais qu’elle espère qu’il pourra bientôt sortir avec une remise de peine. Elle l’aime de manière inconditionnelle malgré toute la souffrance que lui apporte la situation. On comprend qu’il y a plus de deux ans qu’il vit dans en réclusion totale de la société.

La chanson suivante, Pi Yo Mèt Bayé, est représentative de ce qu’est Admiral T. C’est un homme fort qui n’a peur de personne et croit en sa bonne étoile. Et qu’importe le mal que peuvent lui vouloir les autres, il reste un battant "solid as a rock". J’ai particulièrement aimé l’interlude arrivant après un peu plus de deux minutes de musique. Le tempo de la chanson ralentit quelque peu, comme pour créer l’illusion d’une pause. Et la cadence est selon moi proche des sonorités caribéennes comme le zouk. Dans cette chanson, Admiral T exprime aussi sa rage vis-à-vis de la discrimination qu’il peut y avoir envers l’homme de couleur.

Pété Chenn La accroît cette dernière pensée, en s’engageant avec le LKP, Liyannaj Kont Pwofitasyon, un collectif d’organisations syndicales qui avait fait parler de lui l’an dernier, lors de la fameuse grève contre la vie chère de février. Admiral T déclare sa chanson comme étant pleine de Lyrics Kon Pwofitasyon. Elle est en effet pleine de revendications, chacune d’elles concernant l’exploitation, la colonisation et les libertés bafouées dans les Antilles françaises. Le titre Pété Chenn La, qui signifie en français Casser la chaîne, fait référence à la chaîne que portaient les esclaves. Cette expression est l’image propre de la liberté, cer lorsque l’on cassait la chaîne d’un esclave, cela signifiait que celui-ci était affranchi. Elie Domota, qui est à la tête du LKP, est aussi cité par le chanteur pour qu’il vienne en aide à la Guadeloupe. Admiral T se sent concerné par le sort de son île natale.

C’est ensuite au tour de Lieutenant et Young Chang MC d’accompagner Admiral T sur Gladiator. Les trois hommes représentant la Guadeloupe et la Martinique s’affirment être des gladiateurs prêts au combat. J’ai adoré l’enchaînement des paroles de Young Chang MC à Admiral T puis le flambeau passé d’Admiral T à Lieutenant qui finit sur un puissant "Nou ka taclé à la Makélélé, Eugène Mona té ja di ke mizè sé pa mò, Sé pou sa ke nou accéléré".

Admiral T reprend seul les commandes le temps d’une chanson, Want You, durant laquelle il délivre son amour à sa compagne. Ce morceau est un parfait exemple des multiples influences de l’artiste d’un point de vue musical. Admiral T y chante en français, en créole, en anglais, sur un rythme tantôt calme, tantôt endiablé. Je ne saurais pas dans quel genre musical ranger ce titre, qui à l’instar des morceaux caribéens, est représentatif d’une culture métisse.

Et d’ailleurs, pour poursuivre dans cette lancée, Admiral T invite Machel Montano pour un titre carnavalier Like It’s Carnival. Ensemble, ils appellent les îles de la Caraïbe à se manifester, bouger, danser et s’amuser dans une ambiance carnavalesque. Ainsi, on entend Admiral T s’adresser directement à Sainte-Lucie, Trinidad & Tobago, la Guadeloupe, la Martinique, la Dominique, Haïti et la Guyane. Un solo de tambour excellent clôture cette chanson.

C’est ensuite avec Fanny J, deuxième artiste féminine de l’album, qu’Admiral T nous offre Bay Love. Le message de cette chanson est simple : "Donnez de l’amour aux gens que vous aimez tant que vous le pouvez". En effet, la vie est éphémère et pleine de surprises, et donc il faut pas attendre pour exprimer ces sentiments et ce, tous les jours, quels que soient les soucis du quotidien. Sur cette chanson, c’est surtout le travail de la batterie utilisée à bon escient que j’apprécie.

Pour le dernier duo d’Instinct Admiral, c’est cette fois l’illustre Patrick Saint-Eloi qui s’invite sur la chanson Nou. Ils reprennent ensemble pour trames la violence qui commence à s’installer en Guadeloupe et la souffrance des personnes qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Un peu comme Pété Chenn La, ce titre vient dénoncer les situations difficiles que peuvent connaître les personnes vivant en Guadeloupe. Ce duo si particulier est agréable à entendre tant les deux artistes, dont on a plutôt pour habitude de les entendre dans d’autres registres, arrivent à s’allier parfaitement sur ce titre. Ça m’a rappelé la capacité de Patrick Saint-Eloi à pouvoir s’intégrer dans plusieurs registres vocaux : en 2005, c’est Daly qu’il accompagnait sur la chanson Twop

Ma deuxième chanson préférée est Mwen Tini Asé. Admiral T est juste touchant sur ce titre. Le deuxième couplet, dans lequel une femme découvre que son fils a été assassiné me donne des frissons à chaque écoute. La violence sur l’île inquiète le chanteur, et nous emmène à nous questionner sur l’avenir des jeunes dans ces conditions. Admiral T en a assez, c’est également le ressenti des insulaires quant à la tournure que prennent les évènements là-bas. Le saxophone est, lui aussi, magnifique. Cette chanson termine sur la voix d’un enfant récitant ces paroles : "Mon Dieu, c’est moi. S’il-vous-plaît, aidez-moi, aidez ma famille. Faites qu’il n’y ait plus autant de violence autour de nous les enfants. J’ai peur pour demain. Mon Dieu, merci de m’avoir écouté. A demain.".

Enfin, les deux dernières chansons de l’album sont Dézolé et Mon Idole. Dans Dézolé, l’artiste met en garde tout le monde contre les maladies sexuellement transmissibles. Cette chanson est donc une mise en garde contre le SIDA et préconise l’usage de préservatifs. Dans Mon Idole, Admiral T se dit fan de celle qu’il aime. Cette chanson aborde simplement son attirance pour celle qui occupe ses pensées. Ainsi, Instinct Admiral se termine après un peu plus d’une heure de musique. Pour ma part, cet album est simplement un must have !


TRACKLIST :
01 – Instinct Admiral
02 – Phenomenal
03 – Viser La Victoire featuring La Fouine & Medine
04 – Enfants du pays
05 – Hands Up featuring Busy Signal
06 – Pitit An Ba Soley
07 – J’ai Besoin D’y Croire featuring Awa Imani
08 – Pi Yo Mèt Bayè
09 – Pété Chenn La
10 – Gladiator feat. Young Chang MC & Lieutenant
11 – Want You
12 – Like It’s Carnival featuring Machel Montano
13 – Bay Love featuring Fanny J
14 – Nou featuring Patrick St Eloi
15 – Mwen Tini Asé
16 – Dézolé
17 – Mon Idole