En attendant Bojangles, une jolie adaptation signée Ingrid Chabbert et Carole Maurel

Copyright : Steinkis

Quelle a été ma surprise en voyant cette bande dessinée arriver dans la librairie dans laquelle je passe le plus clair de mon temps ! Je ne savais pas que le roman d’Olivier Bourdeaut En attendant Bojangles avait été adapté en bande dessinée, et j’ai pu découvrir en avant-première ce joli ouvrage plein de couleurs.

Tout d’abord, je dois vous redire que ce roman m’avait touchée en plein cœur cet été, que j’en suis restée abasourdie pendant de nombreux jours, et qu’aujourd’hui encore, son simple écho à ma mémoire m’émeut. C’est donc avec plaisir que j’ai pu découvrir l’excellent travail d’Ingrid Chabbert et de Carole Maurel sur cet ouvrage.

En attendant Bojangles c’est l’histoire d’un amour fou, d’une folie douce. C’est la beauté d’un couple épris l’un de l’autre qui danse jour après jour sur la même chanson, Mr Bojangles de Nina Simone. C’est le bonheur d’un enfant qui ressent cet amour dans tous les couloirs de sa vie. C’est l’insouciance d’une famille qui jouit pleinement de la magie de son quotidien sans trop se soucier des éventuelles perturbations de celui-ci.

Dans cette adaptation en roman graphique, l’histoire qui nous est contée est fidèle au texte original et, comme le dit si bien Olivier Bourdeaut lui-même dans la préface de ce livre, ce qui « est occulté ne manque pas », ce qui « est ajouté ne jure pas ». J’ai apprécié revivre la tendresse et l’amour qu’ont chacun de ces personnages. L’émotion est toujours bien présente à mon sens, même si j’ai préféré l’intensité de la lecture du roman à celle de cette bande dessinée. Avec les images, on devine de manière plus franche la réalité de ce petit monde. Ce qu’ils vivent, endurent, subissent, se dévoile clairement sous nos yeux.

Les illustrations de Carole Maurel sont d’une qualité irréprochable, j’ai adoré les nuances de couleur utilisées, et les paroles de la chanson de Nina Simone écrites en filigrane sur certaines vignettes. C’était simplement beau.

En attendant Bojangles, la bande dessinée d'Ingrid Chabbert et Carole Maurel

Je recommande à tous les amoureux du premier roman d’Olivier Bourdeaut la lecture de cette bande dessinée. J’ai vraiment passé un excellent moment à la découvrir, à la feuilleter encore et encore, à m’en imprégner.

En attendant Bojangles, mon coup de cœur littéraire de cet été

Copyright : Folio

En attendant Bojangles, un véritable hymne à l’amour

Ce livre, à la fois tendre et poignant, à la fois drôle et tragique, à la fois romantique et peu banal, est vraiment une magnifique découverte pour moi. J’ai simplement été touchée par cette histoire que je n’attendais pas.

Quand j’ai acheté ce livre il y a maintenant plus d’un mois, j’étais intriguée. Intriguée d’abord par cette couverture sur laquelle danse un couple étincelant de mille feux, mais tout aussi intriguée par la quatrième de couverture, par ces deux êtres amoureux qui rythment leurs vies avec les notes de Mr Bojangles, une chanson sublime interprétée par Nina Simone dans les années 70. J’avais alors adoré la référence musicale, et sans trop bien savoir ce que je pourrais découvrir à travers ces mots, je savais que je me devais de lire cette histoire.

En attendant Bojangles est un joli texte en prose, une poésie dans laquelle la folie est douce et tient une place importante. J’ai été émue par ces personnages empreints d’amour, leurs raisonnements extravagants et leur légèreté face à la réalité de la vie. Cette nature irrationnelle m’a d’abord paru enviable : quelle belle façon d’aborder les coups durs, de vivre sans trop se soucier de l’avenir ! Mais rapidement, le lecteur comprend que l’illusion est parfaite, que la réalité est finalement déconcertante, avant de devenir bouleversante.

Cette histoire nous est contée selon deux angles de vue différents. Sous le regard enfantin de notre premier narrateur, on mesure l’importance des moments joyeux mais éphémères que vivent ses parents, et on aimerait que la danse dure bien plus que le temps d’une chanson. Le deuxième narrateur n’est autre que le père de cet enfant, le mari emprunt d’amour pour sa femme. Lui nous fait découvrir l’histoire de cette romance idyllique depuis ses premières minutes jusqu’à son actuelle existence.

En attendant Bojangles est indéniablement un de mes coups de cœur littéraires de cette année. Olivier Bourdeaut est un auteur dont la plume est brillante, frappante et captivante. J’ai fini la lecture de cette histoire en moins d’une journée, mais je crois bien que je suis toujours autant sonnée par ce récit aussi pétillant qu’inattendu. C’est une lecture que je recommande à tous.

Mr Bojangles, l’interprétation de Nina Simone

Lire cette histoire, c’est aussi rendre hommage au travail de Nina Simone et sa contribution dans le monde de la musique.

Nina Simone est une chanteuse américaine née à l’aube des années 30. C’est une artiste aux multiples facettes, polyvalente, capable de jouer du piano, d’écrire des textes somptueux, de créer ses propres arrangements musicaux, et bien sûr d’interpréter des chansons s’inscrivant dans différents genres tels que le gospel, son premier amour, mais aussi le jazz, le blues, la pop et le R&B. En 1971, Nina Simone sort l’album Here Comes The Sun dans lequel on retrouve son interprétation de Mr Bojangles.

Mr Bojangles est une chanson originellement écrite et enregistrée par le chanteur de country Jerry Jeff Walker en 1968. Ce titre, qui va connaître un succès international, naît d’une rencontre faite quelques années plus tôt dans une prison de la Nouvelle-Orléans entre le chanteur et un ténébreux alcoolique capable de prouesses chorégraphiques.

Cet homme qui partagera la route carcérale de Jerry Jeff Walker était un talentueux danseur de claquettes qui avait comme pseudonyme Mr Bojangles, un sobriquet choisi afin de dissimuler son identité à la police ; Mr Bojangles étant le surnom du célèbre danseur de claquettes Bill Robinson. Les deux hommes partagent leur cellule avec d’autres codétenus quotidiennement, et tour à tour, ils se racontent tous des passages de leurs vies. Un jour, à l’énonciation de la perte de son chien, Mr Bojangles visiblement peiné, s’endurcit et introduit une atmosphère pesante dans leur cellule. Alors, à la demande générale, il est invité à égayer de nouveau la pièce, et il s’exécute sur quelques pas de danse : ainsi va la vie.

L’interprétation de Nina Simone de Mr Bojangles est l’une des plus connues, bien que ce titre ait été repris par de nombreux artistes comme Whitney Houston, Robbie Williams, Hugues Aufray en français et même Queen Ifrica en version reggae. Je vous laisse vous imprégner de cette chanson qui rythme le cours de ce joli roman.