Black Panties de R. Kelly

R. Kelly

Le nouvel album de R. Kelly est finalement sorti le 10 décembre dernier. Ce nouvel opus est le douzième album studio de l’artiste, qui est aujourd’hui âgé de 46 ans, déjà (et oui! le temps passe pour tout le monde!). Après le génialissime Genius de R. Kelly, je dois avouer que j’avais hâte d’entendre ce que nous avait préparé le chanteur américain, surtout avec la connotation apportée par le titre de cet album Black Panties, et, croyez-moi, je n’ai pas été déçue ! Par ailleurs, de nombreux artistes se sont joints à lui pour figurer sur cet album : on retrouve parmi eux Kelly Rowland, 2 Chainz ou encore Ludacris. Ma toute première impression en écoutant cet album aura quand même été "Wow ! R. Kelly est vachement cru sur le choix de ses mots !", mais vous direz sans doute que ça colle au personnage. En définitive, je dirais que Black Panties n’est absolument pas à offrir à votre nièce ou à votre petit cousin qui commence à comprendre l’anglais – celui-ci serait probablement choqué, ou alors vous poserez des questions auxquelles vous ne saurez pas répondre – mais en contrepartie vous apprécierez l’univers musical de cet opus car ses sonorités sont assez douces et reposantes.

Chronique de 'Black Panties'

La première chanson de cet album, Legs Shakin’, est née de la collaboration de Ludacris et R. Kelly. Dans ce morceau, vous l’aurez très vite compris, le chanteur parle de manière assez crûe de la façon dont il prendrait soin de la femme avec laquelle il partage ses nuits. Ludacris va à son habitude poser un couplet en rappant sa manière de voir les choses, et c’est en toute sensualité que les deux artistes terminent cette chanson au tempo lent, assez semblable à Genius.

Exactement le jour de la sortie de Black Panties, un clip émerge sur la toile présentant ce nouvel album. Celui-ci n’est autre que la vidéo officielle de la deuxième piste de l’album, Cookies. Si on ne porte pas attention à ce que raconte le chanteur dans ce morceau, on pourrait presque dire qu’il s’agit d’un excellent beat proche … Seulement voilà, comme le souligne la pochette de Black Panties avec son label "Explicit Content", le chanteur est assez imagé quant à l’amour qu’il porte, euh, aux cookies. Alors, vous me direz, c’est de l’anglais, et ça passe ! Mais tout de même : "Huummm… Like an Oreo, I love to lick the middle like an Oreo, Oreo, Oreo, like an Oreo, I wanna bite it, And get inside it ’til I get you gone". Dans le même genre, on a aussi Marry the p***y, dont je ne vais absolument pas vous parler, qui arrive juste après un prélude complètement a capella du chanteur.

Toujours avec finesse et douceur que possède Genius, c’est avec Throw This Money On You que Kellz décide de poursuivre la tracklist de ce nouvel album. On continue avec le même champ lexical de mots, mais j’aime particulièrement cette chanson pour son tempo, un peu plus lent encore, mais dont la basse est bien marquée. Avec You Deserve Better, R. Kelly exprime cette fois ce qu’il ressent vis-à-vis de la situation sentimentale d’une femme avec laquelle il souhaiterait entretenir une certaine relation privilégiée. Elle mérite mieux que ce que lui offre son actuel compagnon, et l’artiste lui laisse entendre que lui, saurait lui apporter ce dont elle a réellement besoin.

Juste après Genius, dont je vous parle largement ici déjà, Kelly Rowland se joint à R. Kelly pour la chanson All The Way. La seule et unique voix féminine de cet album apporte un peu de légèreté à l’ensemble. Et ensemble, les deux chanteurs interprètent une chanson que ferait presque passer l’adultère comme une bonne chose. D’après les paroles de cette chanson, Kelly Rowland est une femme, pourtant en couple, qui ne peut s’empêcher de renouer avec son ancien amant, qui n’est autre que R. Kelly.

Accompagné de 2 Chainz pour My Story, R. Kelly nous propose un morceau un peu plus rap que toutes les chansons jusqu’alors présentes. My Story relate quelque peu leurs parcours respectifs, issus de milieux modestes à leurs percées dans le monde de la musique, notamment celle de R. Kelly, qui est considéré par Billboard comme le chanteur le plus influent en matière de R&B sur les 25 années précédentes.

Encore une fois dans un genre totalement différent, R. Kelly a composé une chanson en hommage à ses proches, ces personnes qu’il considère comme ses frères de sang et, qu’il nomme affectueusement ici niggas. Cette chanson, Right Back, relate l’histoire qu’est sa vie grâce à ces personnes qui comptent pour lui. L’artiste est reconnaissant qu’ils aient fait partie de sa vie, car sans eux, sa vie ne serait pas ce qu’elle est : "I give it all for my niggas, Got nothing but love for my niggas, And I can’t trust them other niggas, so I’ll just trust my niggas".

Jeezy a collaboré sur Spend That aux côtés de R. Kelly. Bon, je dois l’avouer, je ne suis pas vraiment fan de cette chanson, même si le rappeur américain apporte son style de flow si particulier à Black Panties. Ce serait difficile pour moi de vous faire l’éloge de cette chanson, compte tenu également de son réel contenu.

Avec Crazy Sex, comme avec Tear It Up, en duo avec Future, R. Kelly reprend sa trame favorite sur cet album, je vous laisse deviner… ;) Quoi qu’il en soit, ce sont deux chansons dont le rythme est bien posé, un peu à l’image d’une des chansons de Jamie Foxx que j’adore Three Letter Word. Une nouvelle fois sur cet album, ces chansons sont très belles d’un point devue musical, mais je ne les chanterai pas à ma filleule en français par exemple !

Shut Up est une des chansons que je préfère de cet album. J’adore à la fois le rythme de cette chanson, et surtout les paroles de celle-ci. Au cours de l’année 2011, le chanteur a connu quelques problèmes médicaux, qui l’ont amené à être hospitalisé pour une opération à la gorge. Alors, comme il le décrit si bien dans cette chanson, les journaux, la presse, certaines personnes de son entourage, se sont empressés de dire que c’en était fini de sa carrière, qu’il ne se relèvera pas des suites de sa maladie. A toutes ces personnes, il adresse ce triste avec poésie, durant lequel il leur demande de cesser toutes leurs fausses allégations sur lui. Et il tient surtout à remercier ceux qui ont été présents pour lui : "Now that I’ve got my voice back, let me start off by saying that, I appreciate the fans around the world that had my back, And I just wanna thank God upstairs for keeping his hands on me".

Le dernier featuring de cet album réunit Migos et Juicy J pour la chanson Show Ya P***y. Et les trois dernières chansons Physical, Every Position et Lights On reprennent globalement le même thème ; à noter que j’ai probablement une préférence pour Lights On, qui apporte un tempo un peu plus lent et qui rappelle le rythme de Throw This Money On You. R. Kelly assume complètement ce qu’il est avec ce nouvel album Black Panties, après tout, la musique permet de traiter tous les sujets de la vie quotidienne. D’ailleurs, la cover de la pochette de cet album est également assez "explicite".



TRACKLIST :
01 – Legs Shakin’ featuring Ludacris
02 – Cookies
03 – Throw This Money On You
04 – Prelude
05 – Marry The P***y
06 – You Deserve Better
07 – Genius
08 – All The Way featuring Kelly Rowland
09 – My Story featuring 2 Chainz
10 – Right Back
11 – Spend That featuring Jeezy
12 – Crazy Sex
13 – Shut Up
14 – Tear It Up featuring Future
15 – Show Ya P***y featuring featuring Migos & Juicy J
16 – Physical
17 – Every Position
18 – Lights On

Genius de R. Kelly

R. Kelly

Découverte d’il y a deux soirs déjà (oui, oui, ça prend tout ce temps pour écrire un article parfois ;), la nouvelle chanson de l’illustre R. Kelly, Genius, signe son grand retour dans le monde de la musique. Et donc, après avoir fait circuler l’information auprès de mes anciennes collègues – qui l’adore – je vais enfin vous présenter ce morceau et revenir sur les derniers détails de la carrière de cet artiste dont la renommée est incommensurable.

R. Kelly, connu notablement pour ses chansons I Believe I Can Fly, If I Could Turn Back The End Of Time ou encore Ignition [Remix], nous présente avec Genius en réalité le premier single de son album à venir, Black Panties. Cet album, prévu pour le 11 novembre 2013, sera le douzième du chanteur, rien que ça ! D’autres chanteurs issus de la scène hip-hop/R&B sont annoncés pour figurer dans la tracklist de ce disque. On retrouvera ainsi 2 Chainz, Future et Ludacris en duo avec Kellz. Il paraîtrait que même Alicia Keys fera une apparition sur cet album : info ou intox, tout cela reste à confirmer. En tout cas, je suis curieuse de voir ce que pourrait nous apporter une telle collaboration.

Genius, pour en revenir à cette chanson, traite l’un des sujets favoris de l’artiste. Je vous laisse deviner… "I’ll be good to you, Promise will make good love to you… promise, Go to sleep and when we wake up, I’mma hit that thing again… promise, Sounds like miracles up in this room, While I’m pleasing you". Mais pour ma part, j’ai surtout adoré le tempo que possède cette instrumentale parce qu’en l’écoutant la première fois, j’ai eu l’impression de retrouver tout de suite l’univers de R. Kelly. Et ça me fait du bien de ressentir un peu ces vibrations qu’ont perdu les chansons « de maintenant ». Je ne sais pas ce que vous en penserez, mais j’ai hâte de découvrir votre avis sur cette chanson.

Motivation Remix

Kelly Rowland

Aujourd’hui, je vais vous parler de ma dernière trouvaille musicale : le remix du single Motivation chanté originellement par Kelly Rowland. Cette chanson est sortie le 8 avril dernier aux Etats-Unis et a tout de suite été un franc succès, malgré le caractère sexuel inattendu des propos interprétés par la chanteuse : "Oh lover, Don’t you dare slow down, Go longer, You can last more rounds, Push harder, You’re almost there now, So go lover, Make mama proud". On aurait pu croire que cette chanson aurait été rejetée par cette Amérique prude et pudique, mais on a plutôt un taux inverse de pénétration dans le pays. Les paroles de Motivation sont nées de la collaboration entre Jim Jonsin, Rico Love, Daniel Morris et Lil Wayne qui figure au même titre que Kelly sur le single, puisqu’il l’y accompagne.

Motivation est, en fait, le premier single à présenter le nouvel album de Kelly Rowland Here I am. Cet album, sorti il y a six jours aux Etats-Unis, a été co-écrit par Rico Love, un auteur/compositeur américain. Here I am possède dix titres parmi lesquels on retrouve Commander, la chanson produite par David Guetta l’année dernière.

A la sortie de Motivation, des premiers remix officiels de la chanson ont été produits pour les besoins des albums digitaux, et ce sont en premier lieu Busta Rhymes, Trey Songz et Fabolous qui s’essaient les premiers à cet exercice. Les sonorités conférées par leur chanson sont si représentatives des morceaux hip-hop des années 90-2000, qu’un réel engouement pour cette instrumentale a lieu ! Et c’est ainsi qu’ont commencé à défiler les « unofficial » versions remix de ce titre. Elle est donc reprise par plusieurs chanteurs américains tels que Lil Wayne, Chris Brown, Ciara, Da Brat, Diplo, FloKid, Linney, et j’en passe… Et tandis que ces différentes versions se multiplient et que le nombre d’artistes se prêtant au jeu augmente, j’ai, pour ma part, opté pour une version suffisamment globale réunissant, dans l’ordre, les artistes suivants : Mario, R. Kelly, Jeremih, The-Dream, Busta Rhymes et Trey Songz, aux côtés de l’ex Destiny’s Child.

Mario est le premier à chanter sur ce remix. La partie qui lui est consacrée dure jusqu’à 1:21 de la chanson. Il déclame ces paroles "Sexy as hell with no clothes on, You in every position with your heels on, Wanna show you some things you got my mind working, In the middle of the night stay up on me that’s spot working, Girl whenever you want it, you’re my 9 til 5, All that shit you talking keeps me on my grind, You motivate me with your mind, ‘Bout to make your body work overtime yeah" avant de reprendre le refrain en duo avec Kelly Rowland.

C’est ensuite à R. Kelly de prendre le relais. Et je dois l’avouer, j’ai un petit faible pour la version présentée par cet artiste, qui nous déclare, parce qu’il vaut le faire quand même, les paroles suivantes : "Baby I’m gonna be your motivation, Take you to school, give you a sex education, Bend it over real quick without hesitation, I’m gonna get you pregnant, you’ll have the next generation". Nulle besoin de traduction ici pour comprendre quelles sont les intentions de ce chanteur… Ce bed-breaker, comme il s’autoproclame lui-même, propose également sa propre idée du refrain de la chanson, contrairement à Mario, et celle-ci dure jusqu’à 2:43.

J’ai également beaucoup apprécié le ton du couplet de Jeremih, le troisième artiste a figuré ce remix. Et c’est surtout son rire que je retiens quand il chante à Kelly : "And when we’re done, I’m gonna have to pay for your hair" (Et quand nous aurons terminé, il faudra que je paie pour tes cheveux!). L’interprète de Birthday Sex, qui est d’ailleurs le plus jeune à reprendre ce titre parmi les artistes présents ici, mérite à mon sens largement sa place tant il apporte de la fraîcheur à Motivation. Et d’ailleurs, le tempo souhaité dans ses paroles me semble parfaitement orchestré.

The-Dream, dont la voix m’est beaucoup moins familière, entame son couplet à la quatrième minute. Il propose une version bien plus aigüe que les précédentes. Dans celle-ci, le chanteur et producteur américain s’en remet directement à Kelly dans ses propos et lui adresse presqu’une lettre de motivation justement, afin qu’elle veuille bien de lui comme amant. The-Dream va s’octroyer un peu plus d’une minute de plaisir sur Motivation. Je trouve ça assez marrant finalement de voir l’interprétation choisie par chacun des artistes tant elle peut être différente.

Et d’ailleurs ! Busta Rhymes fait une entrée remarquée sur ce remix. Il faut moins de 26 secondes top chrono à l’artiste pour nous chanter (je l’avoue, Google m’a bien aidé cette fois pour les paroles…) : "Baby, I love the way we act so civil with each other, We can giggle with each other, we can nibble on each other, When we make love, the way that we be crippling each other, Got me feeling like you really dipping me in butter, Closing every door and I be closing every shutter, Loving every single thing about us now, Especially how you want me to come and meet ya mother, Baby please, make no mistake, Every single little thing about you great, You know you already belong to me baby, But I’d rather leave it in the hands of fate, Mommy know you motivate me to be your one man team, Willing to protect you, lay you down and quickly taste your cream filling". Comme à son habitude, Busta Rhymes, use de sa capacité vocale pour débiter un maximum de mots en un minimum de temps. Un talent qui m’impressionnera toujours !

Trey Songz va clôturer ce remix avec une interprétation à l’image de celle de Mario. J’adore son "You make me work harder when you say my name". Et de toutes les façons, je ne pourrais pas être totalement objective concernant son couplet, car Trey Songz a une voix que je trouve juste magnifique, quelle que soit la chanson qu’il chante… Et vous, lequel de ces artistes vous a le plus plu ? Et que pensez-vous de de Motivation ?