Ce que le mirage doit à l’oasis, un beau livre poétique de Yasmina Khadra et Lassaâd Metoui

Copyright : Flammarion

Yasmina Khadra est un écrivain algérien d’expression française au passé hors du commun. Officier engagé dans l’institution militaire d’Algérie pendant près de trente-six ans, ce romancier a longtemps écrit sous la censure militaire, d’où l’utilisation de son pseudonyme féminin. Il révèle sa véritable identité seulement à la sortie de son ouvrage L’Écrivain paru en janvier 2001 aux éditions Julliard. Dans Ce que le mirage doit à l’oasis, Yasmina Khadra propose un récit à caractère autobiographique qui retrace son enfance en Algérie et dévoile son affection pour le désert et ses oasis. Ses textes sont juxtaposés aux œuvres de calligraphie de Lassaâd Metoui, un artiste originaire de Tunisie formé très jeune à la calligraphie arabe dont les illustrations sont reconnues dans le monde entier. À … Continuer la lecture de « Ce que le mirage doit à l’oasis, un beau livre poétique de Yasmina Khadra et Lassaâd Metoui »

Césaire & Lam : Insolites bâtisseurs de Daniel Maximin, une connivence artistique indéniable

Copyright : HC Éditions

Césaire & Lam est un beau livre de Daniel Maximin paru dans la collection « Terres d’Outre-mer » de la maison d’édition HC Éditions. Daniel Maximin propose ici d’entrer dans l’intimité de la relation qu’entretenaient Aimé Césaire, illustre poète martiniquais, et Wifredo Lam, célèbre peintre cubain. Pour ce faire, l’écrivain français originaire de Guadeloupe s’accompagne d’Anne Zali, conservatrice générale de la Bibliothèque nationale de France, que l’on retrouve à la rédaction de la préface ; et Anne Egger, essayiste diplômée d’un doctorat en Histoire de l’art, qui a reconstitué la bio-bibliographie de Wifredo Lam. Un dialogue original entre deux œuvres majeures, le Cahier et la Jungle Daniel Maximin choisit de donner la voix à deux œuvres majeures de ces deux artistes, le Cahier d’un retour au pays natal et la Jungle, et … Continuer la lecture de « Césaire & Lam : Insolites bâtisseurs de Daniel Maximin, une connivence artistique indéniable »