Chefchaouen, le rêve bleu marocain

Copyright : Zanthia

Chefchaouen, parfois raccourcie Chaouen, est une ville de nord-ouest du Maroc. Elle est notamment connue pour ses bâtiments aux différentes nuances bleutées : une particularité qui la rend exceptionnelle aux yeux des touristes du monde entier.

L’histoire de Chefchaouen

Chefchaouen tient son originalité de son histoire. Le mot « Chefchaouen » fait référence aux formes des sommets enneigés qui dominent la ville. Ces deux montagnes appelées Ech-Chaoua – ce qui signifie « les cornes » – donne leur nom à cette ville dont la traduction littérale serait « regarder les cornes ».

Cette ville marocaine est fondée en 1471 par des réfugiés d’origine maure et/ou d’origine juive qui fuyaient la Reconquista, la grande période de reconquête des royaumes musulmans de la péninsule Ibérique par les souverains chrétiens. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Chefchaouen possède un caractère andalousien prononcé, à l’image de la ville de Tetouan située un peu plus au nord, près des côtes méditerranéennes.

Les maisons de Chefchouen sont ainsi blanchies généralement à la chaux, comme le veut la tradition au sud de l’Espagne, dans la région d’Andalousie. Ces constructions s’inspirent très fortement des styles architecturaux représentatifs du sud de l’Espagne. C’est notablement le cas de la célèbre Medina de Chefchaouen, une rue piétionne bordée de jolies constructions, celles-ci étant étroitement regroupées sur des voies parfois étroites et sinueuses.

Le bleu au cœur de la ville

La couleur bleue des murs des maisons est arrivée bien plus tard dans l’histoire de Chefchaouen. Pendant les années 1930, de nombreux réfugiés juifs quittaient massivement l’Europe pour échapper aux oppressions antisémites grandissantes. Le pigment bleu dans lequel est peinte Chefchaouen provient du broyage d’un coquillage appelé le murex. Ce fameux murex donne également un ton de couleur pourpre, qui a été très prisé des empires romains et byzantins.

Le bleu représente à la fois le ciel mais aussi le paradis dans la religion juive. Il représente également l’équilibre, un juste milieu entre le blanc et le noir, le jour et la nuit, le ciel et la mer. C’est une couleur sacrée à leurs yeux. Et bien que la communauté juive s’est largement déplacée d’un point de vue géographique, cette couleur est devenue emblématique pour la ville marocaine.

Le bleu renforce le charme du paysage montagneux de la ville : la Medina possède de joyeuses couleurs vives appréciées de tous les visiteurs. La place de la Medina est par ailleurs bordée de cafés dans lesquels se mélangent naturellement la population locale aux touristes. Je vous propose d’admirer la beauté de Chefchaouen grâce aux photographies présentes ci-dessous que j’ai trouvées sur Flickr sous la licence Creative Commons.

De magnifiques photos de Koh Tao en Thaïlande

Copyright : Sakrapee Nopparat

Je vous propose de terminer cette (dure) journée de travail avec ces magnifiques photographies, sur lesquelles je suis tombée par hasard aujourd’hui. Ces photographies représentent l’île de Koh Tao en Thaïlande, une zone assez touristique du pays où l’on retrouve de nombreux amateurs de plongée sous-marine.

Ces photographies ont été prises il y a un peu plus d’un an par Sakrapee Nopparat, que vous pouvez retrouver sur son compte Flickr. Cet artiste, photographe, a la particularité de capturer la beauté d’un instant et de la retranscrire avec un jeu de lumière que je trouve juste époustouflant. Je vous propose donc ce soir de simplement profiter de la note poétique de ces panoramas.

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Koh Tao en Thaïlande

Luz Nas Vielas, un projet de Boa Mistura

Copyright : BOA MiSTURA

Il n’y a pas si longtemps, j’ai découvert cette équipe aux idées farfelues originaire d’Espagne, les Boa Mistura. "Boa Mistura" est une expression portugaise signifiant le bon mélange.

Cette équipe se compose actuellement de cinq amoureux du graffiti, et de l’art de manière plus générale : Javier Serrano Guerra un architecte de l’ETSAG à Madrid, Juan Jaume Fernández diplômé des Beaux Arts spécialisé dans la photographie et la vidéo de l’Université de Berlin, Pablo Ferreiro Mederos diplômé également des Beaux Arts mais cette fois spécialiste en design graphique à Helsinki, Pablo Purón Carrillo un dessinateur chevronné diplômé en Publicité et Relations Publiques et enfin Rubén Martin de Lucas peintre et ingénieur de l’UPM à Madrid.

Luz Nas Vielas, du street-art dans les favelas

Alors que les membres de l’équipe BOA MiSTURA ont la possibilité de séjourner au Brésil, dans les favelas de São Paulo avec la famille Reis/Gonçálves, une idée leur vient à l’esprit ! Les rues de ces favelas, aussi connues sous le nom de vielas, offrent de nombreuses possibilités en terme de perspective. Ils décident ainsi d’exploiter chacun des angles de ces rues, pour en faire ressortir les mots qui a leur sens représentent le mieux l’esprit des favelas : AMOR amour, DOÇURA douceur, BELEZA beauté, FIRMEZA fermeté et ORGULHO fierté.

Ils utilisent ainsi le principe de l’anamorphisme. L’anarmorphisme en graphisme, c’est cette technique qui permet à une image d’avoir une lecture différente selon l’angle avec lequel on la regarde, comme cette fameuse image du lapin/canard. Ainsi, les membres du collectif artistique écrivent ces mots sur les murs, mais pas de manière aplanie. Ils profitent des différents reliefs offerts par les maisons de leur favela. Et c’est seulement placé à bonne distance de leurs œuvres que l’on est capable de découvrir les mots projetés dans leur intégralité.

Ces magnifiques décors de couleurs sont visibles à la Vila Brasilândia, une des favelas située à la périphérie de São Paulo. Les peintures sont toutes d’une longueur de 30 mètres, dans 5 ruelles du quartier. Tout commence avec le mot BELEZA. A Brasilândia, ce mot est utilisé pour saluer et accueillir les gens. Le premier mot que se disent deux personnes en se rencontrant signifie littéralement « beauté ». Il se situe aujourd’hui à 23°27’26.8″S 46°41’35.0″W. Et c’est finalement un projet auquel tous les membres de ce quartier ont participé : petits et grands ont participé volontairement à la mise en place de ces décors, ont paint les murs et ont nettoyé les ruelles une fois les ateliers terminés.

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Doçura, project "Luz Nas Vielas" de Boa Mistura

Scribble, un stylo aux 100 000 couleurs

Copyright : Scribble

Vous en avez peut-être déjà entendu parler ! Je vous présente aujourd’hui Scribble, un stylo plutôt hors du commun, qui devrait intéresser tous les illustrateurs, ou tous les geeks ! Ce stylo a une particularité, il fonctionne un peu comme la pipette de Photoshop, pour ceux qui la connaisse.

"With Scribble, you can scan, match and compare colors, draw on paper or your mobile device. We know people are going to love it." En effet, Scribble est capable de capturer des couleurs de notre environnement, et ensuite de la proposer pour écrire. En clair, si par exemple, vous êtes dans la rue, et vous apercevez une couleur qui vous plaît sur un panneau publicitaire, vous serez capable, grâce à Scribble, de récupérer cette couleur, et ensuite de la reproduire.

D’après l’article de presse du site getscribble.com, Scribble fonctionne grâce à un capteur de couleur et un microprocesseur mis pour détecter les couleurs et réaliser la couleur d’encre nécessaire pour écrire et dessiner d’après ce scan. Le stylo serait suffisamment petit pour tenir dans une poche ou un sac à main, et par dessus tout, il serait super simple à apprivoiser.

On aura également la possibilité, avec un stylo Scribble, de conserver environ 100 000 couleurs dans sa mémoire interne, et de reproduire près de 16 millions de couleurs uniques. Une application mobile et tablette est en cours de développement afin de pouvoir gérer cet ensemble de couleurs capturées via Bluetooth notamment. Les couleurs seront d’autant plus malléables si elles sont organisées une fois capturées. On aura donc la possibilité d’y ajouter des tags ou de créer des dossiers de couleur.

stylo Scribble

stylo Scribble

Les peintures d’Eugene Ivanov

Copyright : Eugene Ivanov

Eugene Ivanov est un artiste russe, né en 1966 à Tyumen en Sibérie. Aujourd’hui, il vit à Prague en République Tchèque, où il exerce professionnellement sa passion : la peinture. Depuis son enfance, Eugene Ivanov est un inconditionnel du dessin.

Et bien qu’il ait obtenu un diplôme en géologie, il prend la décision en 1989 de faire carrière dans le design publicitaire. Depuis, il s’implique de manière répétée dans des réalisations d’abord dessinées au crayon et à l’encre avant d’utiliser de la peinture à huile sur ses toiles. Il exploite également l’aquarelle pour ses pièces aux éléments bien structurés qui rappellent le cubisme de Picasso, le suprématisme et l’expressionnisme du 20ème siècle.

J’ai adoré cet univers féérique que nous propose cet artiste, et toutes ces notions de couleurs un peu folles ! Vous trouverez quelques-unes de ses œuvres sur Sell-ARTS, et vous pouvez trouver Eugene Ivanov sur Twitter ou sur Facebook.

Emily Blincoe, une artiste pleine de couleurs

Copyright : Emily Blincoe

L’artiste que je vous présente aujourd’hui, Emily Blincoe, est une photographe que j’ai trouvé très originale. N’avez-vous jamais rêvé d’avoir un lieu, rien qu’à vous, parfaitement rangé, où tout serait hiérarchisé selon un échelonnement de couleurs ? Non ? Vraiment pas ?! Après tout, il est bien possible que votre esprit ne soit pas aussi torturé que le mien… :) mais j’ai toujours rêvé d’avoir un espace très organisé avec un grain de peps ! C’est là que prend naissance l’essentiel des travaux de la photographe pré-citée originaire des Etats-Unis. – KLR, si tu me lis, cet article est entièrement fait pour toi !

Qui est Emily Blincoe ?

Emily Blincoe est une artiste américaine, originaire de la ville d’Austin au Texas. C’est avant tout une photographe freelance qui adore travailler avec la couleur et la lumière naturelle, qu’elle utilise quotidiennement pour ses différents travaux en matière de photographie. Le travail de la couleur est extrêmement important dans toutes ses compsitions, elle est notablement visible dans les portraits qu’elle fait et les paysages dont elle capture la magnificience. Vous retrouverez ainsi l’ensemble des travaux que je vous présente ci-dessous sur le portfolio d’Emily Blincoe.

De la couleur à toutes les sauces !

Tout commence avec la collection multicolore, Pop of Colors, que je vous propose ci-dessous créée au début du mois de juillet 2013. Emily Blincoe a tout d’abord l’idée de représenter un parallèle entre des boissons colorées bien connues des américains, et un fond mural de couleur assez proche. Pour parfaire cette idée, elle s’autorise une petite folie en l’utilisation d’une couleur de vernis assortie à cet ensemble – je ne sais pas pour vous, mais toutes ces couleurs me donnent envie de goûter à ces boissons sucrées !

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

C’est ensuite avec cette série de bonbons organisés par couleur, qu’Emily Blincoe reprend ce travail de manière un peu plus élaborée cette fois-ci. L’artiste américaine prend le temps d’aligner une série de bonbons dont la couleur est assez proche pour créer l’illusion d’un monde sucré parfaitement organisé. Ainsi, hormis les deux thématiques de Noël et d’Halloween, c’est à nouveau, la simple et unique couleur du bonbon qui est mise en avant.

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Pop of Colors - Emily Blincoe

Vous en voulez d’autres ? Vous êtes servis ! La photographe américaine se lance également à la réalisation d’une collection « printanière » en reprenant cette fois l’idée que ce rangement multicolore pourrait également convenir aux fruits, aux légumes et aux fleurs d’un petit potager. Et l’artiste entreprend même de ranger son grenier de la même façon. Vous trouverez via le profil Flickr d’Emily Blincoe l’ensemble des travaux en couleurs qu’elle réalise.

Que pensez-vous de ces réalisations ? Pour ma part, j’ai adoré le travail de cette photographe, et je suivrai autant que possible l’évolution de ses projets en cours…

Holi, la fête des couleurs

Copyright : Murtaza Ali

Chaque année, les indiens célèbrent Holi, aussi appelé Phâlgunotsava ou la fête des couleurs, lors de la dernière pleine lune du mois de mars. Cette année, ce festival a donc eu lieu le 8 mars cette année, et a rassemblé l’ensemble de la population indienne dans les rues du pays.

En quoi consiste Holi ?

Holi symbolise l’arrivée du printemps : en Inde, on considère ainsi que le bien l’a emporté sur le mal. C’est une journée qui se manifeste dans la joie et la bonne humeur. Les enfants comme les adultes s’aspergent de poudres et d’eaux colorées pour chasser le mauvais sort et attirer les grâces souhaitées. L’espace d’une journée, la coutume veut que tout le monde participe aux célébrations en tout genre : chants, danses, jeux de rôles et repas copieux.

Une couleur, un symbole

Chaque couleur a une signification en Inde.

Ainsi, le rouge est associé au mariage car il apporte l’amour pur, la fertilité et la beauté. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la tradition indienne veut que la femme mariée porte un point rouge entre ses sourcils, le bindi, signe d’un mariage heureux.

Le bleu est la couleur associée à la religion, plus précisément au dieu Krishna. C’est aussi un signe de de tranquillité d’esprit et de sérénité. Ainsi porter du bleu est un signe de vitalité en Inde.

Le vert symbolise la récolte, la fertilité, les nouveaux départs dans la vie et surtout l’harmonie. Le vert est associé aux souvenirs heureux.

Le jaune est souvent associé à la bonne santé et au curcuma, une plante aux propriétés médicinales importantes. C’est la couleur du soleil, de la joie et de l’amour.

Le rose décrit la femme par excellence : la décoration, la fugacité et la féminité. Et l’orange est associé à l’optimisme et à la force.

D’autres couleurs se font plus rares comme le violet, le blanc et le noir. De ce fait, porter du violet c’est porter quelque chose de rare et d’unique, de précieux. Le blanc est symbole de paix et de pureté. C’est aussi la couleur portée par les veuves en Inde, pour montrer qu’elles se déconnectent des plaisirs de la vie en société.