Prodigy, atteint de drépanocytose, meurt âgé de 42 ans

Alo B.

Le monde du hip-hop est en deuil aujourd’hui. Prodigy est décédé à Las Vegas ce mardi 20 juin 2017, suite à des complications médicales après une crise drépanocytaire. La drépanocytose est une grave maladie génétique du sang.

Prodigy et Mobb Deep

Mobb Deep est un duo américain s’illustrant dans le monde du hip-hop. Il se compose de Prodigy et Havoc, deux natifs du Queens, à New York City. Tout deux s’exercent dans le milieu de la musique dès les années 90. Leur style est profond, poétiquement agressif et parfois triste, ce qui va les amener à être mondialement connus.

En 1995, alors que leur second album The Infamous sort, ce single Shook Ones Part II devient un hit planétaire. Il possède l’une des instrumentales hip-hop les plus originales et les plus controversées de l’histoire de la musique. La principale raison pour laquelle les paroles de cette chanson ont tant de poids est l’usage de ces notes mélancoliques soutenues par des tambours presque mécaniques. Le battement est froid, lourd et discret, donnant aux paroles un impact d’autant plus imprégnant. « I’m only 19, but my mind is old / When the things get for real, my warm heart turns cold »

Mobb Deep est aujourd’hui acclamé comme l’un des groupes les plus actifs et engagés des groupes de hip-hop de la East Coast.

Prodigy et son combat contre la drépanocytose

Dans une interview avec Kate Ferguson, l’éditrice en chef de Real Health, un magazine américain sur la santé, Prodigy explique comment il vit avec la drépanocytose depuis sa naissance et comment il approche ce combat dans sa carrière musicale.

Vivre avec la drépanocytose

Prodigy est drépanocytaire SS, une des pires formes de la drépanocytose. En grandissant, il a rapidement compris qu’il ne pouvait pas faire comme les autres enfants : « I was a little different, I had to relax more. » (J’étais un peu différent, je devais me détendre plus.). Ces souffrances épouvantables, il les ressentait à chaque fois que la température changeait, qu’il n’était pas suffisamment hydraté et qu’il se surmenait ou faisait trop d’efforts.

Parce que Prodigy avait pris l’habitude de vivre avec cette maladie, quand il a débuté sa carrière musicale, il ne s’était pas préparé à ce que cela impliquerait, il ne s’était imposé aucune barrière, aucune limite. « I had to learn along the way, the hard way, that I couldn’t live a certain way. » (J’ai dû apprendre en cours de route, de manière difficile, que je ne pouvais pas vivre d’une certaine manière.). Ce n’est que passé la vingtaine qu’il prend conscience qu’il ne peut survivre en abusant d’alcool ou de choses nuisibles à sa santé.

Diet is like a major, a huge part of staying healthy with sickle cell : eating a lot of green vegetables, drinking water like a fish, just being calm and not being so angry and stressed out, […] and getting rest.

Once I started doing that, I saw a change happened, I saw I wasn’t getting sick as much, I saw I could do more things.

Il change alors son régime alimentaire : il mange plus de légumes verts et boit beaucoup d’eau pour bien hydrater son corps. Il tente de rester le plus calme possible en toutes situations, et adopte une bonne hygiène de vie avec un rythme de sommeil plus adapté à celui d’une personne drépanocytaire. Tous ces changements ont un effet immédiat sur lui : il se sent moins malade, plus détendu, et donc plus apte à faire des choses.

Il apprend également à contrôler sa respiration. La régulation du rythme cardiaque est influencée par la respiration. Et donc, en respirant plus lentement, en faisant de longues inspirations et expirations, Prodigy arrive à faire ralentir la souffrance. « It’s like a mental thing almost, you got to remember to just to stay calm. Even when you’re in tremendous pain, just stay calm. » (C’est comme quelque chose de mental presque, il faut se rappeler de simplement rester calme. Même quand tu ressens une douleur immense, tu dois rester calme.)

Sensibiliser grâce à la musique et l’écriture

En 2000, Prodigy sort son premier album solo H.N.I.C. avec le titre You Can Never Feel My Pain, une chanson dans laquelle il raconte en vers les souffrances liées à sa maladie : « I’m talking about permanent, physical suffering / You just complain ’cause you’re stressed / Nigga, my pain is in the flesh » (Je parle de souffrance physique permanente / Tu te plains juste parce que tu es stressé / Ma douleur est dans la chair).

Prodigy écrit un livre qui sort en 2011, My Infamous Life. Dans cette autobiographie, il parle naturellement de sa vie en général mais surtout de son histoire avec la drépanocytose. Il souhaite vraiment expliquer d’où elle vient et comment il a appris à vivre avec cette maladie. Il espère ainsi aider les gens à comprendre ce qu’est la vie d’un drépanocytaire afin de mieux les entourer.

Il crée également la campagne de sensibilisation No Pain Campaign et est partisan de l’association qui lutte contre la drépanocytose aux États-Unis, the Sickle Cell Disease Association of America (SCDAA).

My job is just to spread out awareness about sickle cell. People need to really be aware of this and get tested.

Before you have a child, make sure you and your spouse get tested. You know, that’s how you can avoid actually having a child with sickle cell, it’s to get tested and make sure the both of you don’t have the trait. Each parent has to have the trait for the child to have the disease, so it gaves you the choice, it gaves you the option, you know, because at least you know what it’s about to happened before you decide to have the child.

That’s what I do, I help to spread awareness.

Alors même que cette semaine marque la journée mondiale de la sensibilisation à la drépanocytose, Prodigy s’éteint à l’âge de 42 ans. Toute sa vie, il a lutté avec douleur contre cette maladie. Son histoire aura marqué le monde entier.

Pierre Aliker est mort

Marie-Claire Delbé

"Quand la mort se présentera, je l’embrasserai sur les deux joues et je lui dirai : 'Tu es en retard'.", tels sont les mots qu’avait déclaré cet illustre homme en 2004 sur RCI… Et c’est à l’âge de 106 que s’est éteint le 5 décembre 2013 à Fort-de-France le docteur Pierre Aliker. Frère du politicien André Aliker et proche d’Aimé Césaire, Pierre Aliker était un personnage emblématique de la Martinique. Il avait été admis à l’hôpital Pierre Zobda Quitman très exactement la semaine dernière après une chute chez lui. Celle-ci lui a valu une fracture du col du fémur selon le webmagazine DomActu.

Pierre Aliker était avant tout un médecin, le premier homme martiniquais interne aux hôpitaux de Paris. Après une spécialisation en chirurgie, il quitte la France pour son pays natal afin d’exercer son métier sur son île. Le 12 janvier 1934, le corps sans vie de son frère, André Aliker, est retrouvé ligoté à Case-Pilote. André Aliker était journaliste pour le journal Justice. Il y dénonçait les injustices et publia notamment une édition spéciale (celle du 11 juillet 1933) avec des pièces du dossier prouvant la culpabilité du béké Aubéry dans une affaire de fraude fiscale. Dès lors, Pierre Aliker décide de rendre hommage à son frère, en s’habillant quotidiennement en blanc, ce qui lui valu un certain nombre de qualitatif, notamment celui de L’homme en blanc.

En 1945, c’est aux côtés d’Aimé Césaire que s’engage politiquement le médecin martiniquais. Il devient le premier adjoint au maire en 1957 et assume pendant de nombreuses années la gestion de la ville de Fort-de-France. C’est d’ailleurs avec Aimé Césaire, qu’il fonde le Parti Progressiste Martiniquais. Il restera d’ailleurs son vice-président jusqu’en 2005. Il crée également le Syndicat Intercommunal du Centre de la Martinique, aujourd’hui rebaptisé CACEM. Il préside cette communauté de 1997 à 2001.

Le jour de ses 100 ans, le 9 février 2007, le Stade de Dillon devient le Stade Municipal Pierre Aliker. Durant cette inauguration, Serge Letchimy prononce les phrases suivantes en parlant d’Aimé Césaire : "Il lui fallait un homme d’envergure : cet homme a été l’indéfectible Docteur Pierre Aliker. Sans Césaire, il n’y a probablement pas d’Aliker. Mais sans Aliker, il n’y a probablement pas de Césaire. […] L’assassinat de son frère André, en janvier 1934, cimentera entre les deux hommes une amitié intellectuelle qui se changera au fil des ans en fraternité de combat pour la justice et le droit, pour l’identité, la dignité, la responsabilité.". *

En dehors de toutes les considérations politiques que l’on peut avoir aujourd’hui, force est de constater que le parcours de Pierre Aliker n’a pas été anodin dans l’histoire de la Martinique. Sa personnalité aura su toucher l’ensemble de la population martiniquaise.

Nelson Mandela est mort

maureen lunn

Nelson Mandela est devenu le symbole de la lutte contre la ségrégation raciale. Son histoire est forcément liée à celle de l’Afrique du Sud et au mouvement politique qu’est l’apartheid. Comprendre ce qu’a réellement été cette structure politique, c’est comprendre les raisons pour lesquelles le peuple africain entier voue un culte sans pareil à Nelson Mandela.

L’apartheid

L’apartheid est un régime politique sous lequel les droits des personnes de couleur résidant en Afrique du Sud sont complètement différents des blancs. C’est donc ainsi que naît la ségragation raciale. Ce régime est inséré au début du vingtième siècle en Afrique du Sud. Mais ce n’est pourtant qu’en 1948 que l’apartheid se renforce avec l’arrivée des nationalistes au pouvoir. L’ensemble de la législation est conçue sous trois grands préceptes : la loi sur la terre qui existe depuis 1913, les lois éditées en 1950 qui classent l’ensemble de la population sud-africaine selon des critères raciaux, et la loi de 1953 concernant la séparation entre les blancs et les noirs dans les lieux publics.

Il faut savoir qu’à cette époque, le gouvernement sud-africain n’admet pas la notion de chef d’état. C’est donc réellement le Parti Nationaliste qui érige les lois. Le gouvernement développe une politique de regroupement des populations africaine des Etats, les bantoustans. Malheureusement, leur indépendance économique et/ou politique est complètement factice. Les noirs sont alors privés de tous droits politiques et sont victimes de bien des préjudices. Cette ségragation apparaît sous diverses formes : l’administration; l’enseignement, le travail, le mariage et les relations sexuelles.

Il existe un parti politique en Afrique du Sud du nom d’ANC, l’African National Congress. L’ANC est créé en 1912 pour intervenir dans l’intérêt de la majorité noire contre la minorité blanche. La lutte anti-apartheid s’intensifie dans les années 40, et Nelson Mandela, accompagnés notamment de Walter Sisulu et Oliver Tambo appelle aux manifestations réclamant l’égalité des chances pour toutes les races. En 1960, l’ANC est déclaré hors-la-loi par le Parti National, suite au massacre de Sharpeville durant lequel 69 personnes sont tuées quand la police ouvre le feu sur les protestataires. Mandela est arrêté en 1962, puis condamné en 1964 à la détention à perpétuité.

Le régime de l’apartheid va doucement s’assouplir au cours des années 1980, avant d’être officiellement abolie par le président De Klerk en 1990. Ce n’est qu’à cet instant que Nelson Mandela est libéré après plus de 26 années passées en prison. Il est dès lors considéré comme héros dans tout le pays pour sa lutte contre l’injustice de cette ségragation qu’a connu le pays. Nelson Mandela est nommé président de l’ANC en 1991 avant d’obtenir le Prix Nobel en 1993, et d’être président de la République en 1994.

Mort de Nelson Mandela

On le savait, depuis quelques mois déjà, Nelson Mandela n’était pas au meilleur de sa forme. Selon Le Parisien, Nelson Mandela est mort, ce soir à 17h45 (heure de Martinique), entouré des membres de sa famille, alors qu’il était en soins intensifs dans un état jugé critique. Il était âgé de 95 ans, et nul doute que le monde entier lui rendra un fervent hommage dès demain..

Whitney Houston morte noyée ?

Asterix611

La chanteuse à la voix talentueuse qui a changé le monde de la musique ces 3 dernières décennies, à savoir Whitney Houston a été retrouvée morte il y a moins de 24 heures dans une chambre du Beverly Hilton Hotel sur Wilshire Boulevard. Dès l’annonce de son décès, des dizaines de journalistes se sont empressés de se rendre sur les lieux et pendant plusieurs heures, aucune information n’a réussi à filtrer.

En effet, les policiers responsables de la sécurité sur place ont eu l’obligation de ne communiquer aucune donnée pouvant se référer à ce dossier. Ce matin à l’heure californienne, la chaîne de télé ABC a proposé une courte vidéo d’environ 3 minutes revenant sur la chronologie des faits. Selon cette chaîne de télévision très importante aux USA, la star de la pop serait morte d’une noyade dans sa propre baignoire.

Whitney Houston était dans cet hôtel pour assister ce soir au Grammy Awards, qui sera finalement un moment spécial pour rendre hommage à la star décédée. Par ailleurs, il semblerait que la mère de Whitney Houston était au téléphone avec sa fille quelques minutes avant le décès et que rien ne paraissait différent, tout comme sa cousine qui avait eu Whitney quelques heures auparavant.

Gregory Isaacs est mort

Malia T

Gregory Isaacs est décédé ce matin à Londres à l’âge de 59 ans des suites d’un cancer du foie. Surnommé le « Cool Ruler », il restera le pionnier du Lover’s Rock, un reggae doux parlant d’amour et ayant des sonorités romantiques.

Gregory Isaacs est né dans les quartiers de Kingston (Jamaïque) en 1951. Comme beaucoup d’autres à son époque, il commence sa carrière musicale en participant à différents concours de chant tout en faisant le tour des producteurs. Il enregistre chez Rupie Edwards’ Success Records dans le début des années 70. Sa première chanson « Another heartache » date de 1968, et préfigure son penchant pour les thèmes lovers.

Il crée son propre label de musique, African Museum, en 1973 avec Errol Dunkley afin de reprendre le contrôle financier et artistique de son propre travail. Il continue en parallèle d’enregistrer pour d’autres producteurs dans le but de financer son label. Il apparaît dès lors comme un véritable crooner, et sa voix est inimitable.

En 1980, Gregory Isaacs est une vraie star du monde du reggae, en tournée au Royaume-Uni et aux États-Unis. Et quand en 1982, il sort l’album Night Nurse chez Island Records, sa chanson du même titre devient un tube international, ce qui lui confère son statut d’emblème du Lover’s Rock. Aujourd’hui, le monde du reggae est en deuil. Rest in peace Mr. Isaacs.