Jour de l’Indépendance en Malaisie

Aujourd’hui, 31 août 2014, c’est le Hari Merdeka Day en Malaisie, le jour où l’on commémore l’indépendance de la Federation of Malay en 1957. Cela fait donc 57 ans aujourd’hui que la Malaisie n’est plus rattachée au Royaume-Uni ! L’hibiscus est la fleur nationale de la Malaisie, et c’est donc ainsi que Google a décidé de représenter son logo avec des fleurs.

Copyright : Christelle

Aujourd’hui, 31 août 2014, c’est le Hari Merdeka Day en Malaisie, le jour où l’on commémore l’indépendance de la Federation of Malay en 1957. Cela fait donc 57 ans aujourd’hui que la Malaisie n’est plus rattachée au Royaume-Uni !

L’hibiscus est la fleur nationale de la Malaisie, et c’est donc ainsi que Google a décidé de représenter son logo avec des fleurs. Et, pur hasard pour moi, devinez qui est à l’origine de ses représentations ? Red Hong Yi, la célèbre artiste dont je vous ai récemment parlé pour sa cuisine créative et ses oiseaux de fleurs.

Elle est donc à l’origine des doodles que je vous présente ci-dessous.

Google doodle du jour d'indépendance de la Malaisie

Google doodle du jour d'indépendance de la Malaisie

Nelson Mandela honoré par Google

Copyright : Google

En ce 18 juillet 2014, Google invite presque la Terre entière à commémorer la naissance du grand homme qu’a été Nelson Mandela. Nelson Mandela est mort en décembre dernier, des suites d’une longue maladie. Il a été l’un des pionniers en Afrique du Sud à dénoncer la ségrégation raciale.

Et c’est Katy Wu, doodler (personne qui fait des doodles chez Google), qui a illustré l’ensemble des animations représentant les pensées de cet illustre représentant.

Something that stood out to me about Nelson Mandela was his eloquent way with words. I thought his words gave a great insight into the kind of man he was, so I wanted to focus the creative direction of the doodle on his quotes against a backdrop of the history of South Africa.

Katy Wu

La petite vidéo que je vous est proposée ci-dessus exprime la dimension de la liberté selon Nelson Mandela. Je ne sais pas ce que vous pensez de ce doodle, mais je le trouve, pour ma part, très réussi.

La Coupe du Monde 2014 sur Google Trends

Copyright : commondream

Le jour J est arrivé ! La Coupe du Monde, ça commence aujourd’hui ! Bon, d’avance, je suis désolée pour tout ceux qui ne sont pas massivement intéressés par cette compétition. Alors que j’avais prévu de vous parler des publicités promotionnant ce mondial, je vais finalement vous parler aujourd’hui de l’évaluation des tendances du monde en terme de recherches via Google.

Google nous permet, depuis hier, d’accéder à un outil très performant totalement lié à cette Coupe du Monde brésilienne : http://google.com/trends/worldcup. A travers Google Trends, on a désormais accès à un large panel d’informations liées à l’actualité du mondial (joueurs, stades, informations plus ou moins cocasses…) et des données chiffrées concernant chacune des équipes et chacun des matchs.

On peut ainsi accéder à des données très précises nous permettant de savoir quelle équipe pour un match donné est la plus plébiscitée par le monde entier ou l’état d’esprit de cette équipe avant la rencontre. Google nous permet aussi de profiter du top 3 des questions liées à la Coupe du Monde les plus fréquentes des utilisateurs des deux pays et du top 3 des joueurs les plus concernés par les recherches dans ces deux pays.

Je me suis amusée à récupérer deux infographies offertes par Google Trends du coup. La première pour le match d’ouverture de ce mondial, Brésil/Croatie, et la deuxième pour le premier match de la France face au Honduras.

Le match Brésil – Croatie sur Google Trends

Le Brésil se sent plutôt confiant quant à ce match d’ouverture du mondial 2014. La Croatie, elle, est optimiste avec 35% de la population active sur Google + qui possède un avis positif sur cette rencontre, et 38% d’avis neutres. On peut également relever que l’attention du monde envers ces deux équipes est estimée à 80% pour le Brésil et donc uniquement 20% pour l’équipe de Croatie.

Les trois questions liées à la Coupe du Monde les plus posées par les brésiliens sont : "Quels sont les paroles de l’hymne national du Brésil", "Quels sont les matchs du Brésil dans la Coupe du Monde 2014 ?" et "Comment dessiner le drapeau du Brésil sur ses ongles ?".Les trois questions liées à la Coupe du Monde les plus posées par les brésiliens sont : "Quel est le calendrier des macths au Brésil ?""Est-ce que Mandžukić va quitter l’équipe nationale ?""Quelle est équipe nationale anglaise ?".

Ensemble des recherches liées au match d'ouverture de la Coupe du Monde 2014 sur Google Trends

Le match France – Honduras sur Google Trends

Ce match, qui se jouera dimanche à 16h en heure locale, possède un aura différent du match d’ouverture. La France est plutôt indécise, les avis des internautes présents sur le réseau social est assez diversifié. Google évalue 21% de sentiments positifs contre 19% de sentiments négatifs. Le Honduras se sent plutôt inquiet à l’approche de ce grand match. Et il s’y trompe pas ! 90% de la population mondiale via Google est focalisé sur la France concernant son match, son équipe nationale et ses joueurs.

Le top 3 des questions relatives au mondial posées en France sont les suivantes : "Quel est le calendrier des matchs pour la Coupe du Monde 2014 ?", "Que s’est-il passé lors du match France – Jamaïque ?" et "Qui est Antoine Griezmann ?". Au Honduras, ce sont ces trois questions qui reviennent le plus sur Google : "Quel est le calendrier des matchs pour la Coupe du Monde 2014 ?", "Qu’est-ce-que la FIFA ?" et "Qui est Messi ?".

Ensemble des recherches liées au match France - Honduras de la Coupe du Monde 2014 sur Google Trends

Je trouve ça assez marrant de découvrir ces requêtes les plus plébiscitées dans chacun des pays participant à cette Coupe du Monde brésilienne. Google se charge évidemment de mettre à jour les informations de ces statistiques. Donc, à vous de parcourir ce lien aussi souvent que possible si cela vous chante ! Et si vous avez des avis bien tranchés sur certains des matchs à venir, je veux bien en discuter et que vous me disiez vos pronostics ! Je regarderai autant de matchs que possible pour ma part. :)

Les matchs de la Coupe du Monde dans Google Calendar

Copyright : Joyce Multimidia

Alors que la Coupe du Monde commence demain au Brésil (enfin!), nombreux d’entre vous souhaitent planifier leurs emplois du temps de manière à voir le maximum de matchs possible.

Si vous êtes au top de la technologie, et que vous avez ancré l’usage d’un calendrier en ligne, synchronisé, ou non, avec votre téléphone portable, j’ai une solution efficace pour vous : ajouter le calendrier de la Coupe du Monde 2014 sur Google Calendar ! Les quelques étapes présentes ci-dessous vous permettront d’y parvenir.

Etape 1 :
Rendez vous sur Google Calendar. C’est ici que vous ajouterez manuellement le calendrier.

Etape 2 :
Connectez-vous avec votre identifiant (ou si vous n’en possédez pas, créez-en un). Une fois que vous serez connecté, vous apercevrez dans votre colonne de gauche un libellé "Autres agendas". Si tout se passe bien, vous aurez une flèche dépliante à côté. Cliquez dessus et choisissez l’item "Ajouter par URL".

Etape 3 :
Une fois que la fenêtre de dialogue est ouverte, vous pourrez ajouter un lien dans un champ mis à votre disposition. Copiez collez l’URL suivante : https://www.google.com/calendar/feeds/vdmtdcektajkqjk51vvda4ni4k%40group.calendar.google.com/public/basic. Puis, cliquez sur le bouton "Ajouter".

Rechargez votre page et attendez quelques minutes (parfois la mise à jour est instantanée, d’autres fois, non). Et vous remarquerez que votre calendrier propose désormais les matchs de la Coupe du Monde. Et le petit plus, c’est que Google est suffisamment intelligent pour vous convertir les horaires des matchs selon votre fuseau horaire !

Calendrier offert par Google Calendar avec les matchs de la Coupe du Monde

Norman Hetherington

Copyright : Hil

Ça fait très très longtemps que je ne vous avais pas proposé un tel article, mais ce jeudi 29 mai 2014, Google a décidé de nous gratifier d’un nouveau doodle assez sympathique. Il s’agit d’une image créée pour rendre hommage à monsieur Norman Hethrington, un dessinateur de cartoons originaire d’Australie.

Norman Hetherington est né un 29 mai, il y a 93 ans. Après ses études classiques,il entre à l’université de Sydney, l’East Sydney Technical College pour approfondir ses connaissances dans le domaine de l’art. Norman Hetherington servira même pour l’armée jusqu’au mois de mai 1946. Il va ensuite reprendre ses études à la prodigieuse National Arts School à Sydney.

C’est en 1956 qu’il va commencer sa carrière à la télévision. En 1959, Norman Hetherington crée le personnage Mr Squiggle (c’est le personnage présent en image pour illustrer cet article). Celui-ci restera à l’antenne pendant 40 années sur ABC ! Norman et sa femme Margaret, qui l’aidait à l’écriture des scripts des dessins animés, ont reçu de nombreux prix et récompenses pour ces réalisations. Norman Hetherington décède des suites d’une longue maladie le 6 décembre 2010, dans sa maison, à Greewich (Sydney).

Google doodle de Norman Hetherington

Google a donc proposé en Australie jeudi dernier, ce doodle présent ci-dessus, reprenant en couleurs Mr. Squiggles, Blackboard, le tableau grincheux qui accompagnait ce personnage, Gus l’escargot possédant une télévision en guise de carapace et Bill, l’excavateur.

Robert ‘Bob’ Moog

Copyright : mstcweb

Aujourd’hui, Google célèbre le 78ème anniversaire de Robert Moog, le pionner de la musique électronique, à l’aide d’un doodle animé de toute beauté ! Robert Moog aussi connu sous le pseudonyme de Bob Moog, est l’inventeur du synthétiseur Moog. Et c’est ainsi que Google nous présente une réplique virtuelle de cette invention.

Google Doodle - Robert Moog

Composé de 24 touches complètement fonctionnelles, le synthétiseur présent sur la page d’accueil de Google en ce jour nous donne la possibilité de créer des morceaux, de régler le volume sonore grâce à un bouton situé sur la gauche du clavier, et d’optimiser le rendu grâce à un oscillateur, un mixer et des filtres situés au niveau des lettres G, O, O, G du doodle : ce doodle a de sérieux atouts sur lesquels les internautes s’y attarderont sans aucun doute pendant quelques minutes. Une implémentation supplémentaire nous est proposée : la possibilité d’enregistrer et de partager les morceaux créés sur Google Plus ou d’obtenir un lien g.co permettant l’écoute du morceau créé.

Robert Moog est né le 23 mai 1934 dans la ville de New-York. Il y obtient un dotorat en génie électronique. C’est au cours des années 60 qu’il révolutionne la musique électronique. En 1964, cet illustre américain conçoit le premier synthétiseur : il perfectionne les modules créés par Donald Buchla en permettant notamment le réglage de la tension de l’oscillateur et d’obtenir un son évolutif (et non plus linéaire). Il meurt en 2005 alors âge de 71 ans d’une tumeur du cerveau.

Un bouton de partage Google+ valide W3C

Copyright : Robert Scoble

Google propose aux développeurs une API complète leur permettant d’intégrer des fonctionnalités plutôt utiles sur leur site web comme l’implémentation de la carte interactive de Google Google Maps, ou encore l’utilisation des Google Adsense dans le but d’obtenir une rémunération sur son site, etc. Depuis la création du réseau social de Google, Google +, un répertoire est consacré aux intégrations liées à cet espace communautaire. Cette page se trouve à l’adresse suivante : Google Developpers. C’est dans ce cadre qu’il est possible d’introduire le bouton de partage G+ sur les pages de son site, une caractéristique qui ne manquera pas de vous rappeler le fameux Like de Facebook. Google nous laisse d’ailleurs un large choix de configuration concernant celui-ci : sa taille, les annotations à fournir ou encore la présence ou non d’un compte représentant le nombre d’utilisateurs ayant apprécié le contenu. Le code le plus simple qu’il soit concernant l’ajout du bouton est le suivant :

<script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script>
<g:plusone></g:plusone>

Comme vous pouvez vous en apercevoir, il s’agit d’une insertion très simple, qui requiert l’intervention d’un script JavaScript administré chez Google. A la balise <g:plusone></g:plusone>, on peut rajouter des attributs tels que size : à renseigner de la propriété small, medium ou tall ; ou encore href qui lui récupère l’url du lien concerné et count suivi de la valeur true ou false pour indiquer la présence ou non du nombre de partage. C’est un code repris tout bêtement par plusieurs plugins WordPress et par un ensemble de tutoriels que vous trouverez en ligne. Mais, cette méthode présente un petit inconvénient : le code fourni n’est pas valide W3C. Si l’on souhaite être plus rigoureux quant à la standardisation du code HTML, on utilisera un code similaire à celui situé en exemple ci-dessous.

<script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script>
<div class="g-plusone" data-size="standard" data-count="true" data-href="http://onechapteraday.fr"></div>

En HTML5, il est coutumier d’avoir des balises possédant des attributs data-*. Cette syntaxe est prévue pour préciser des informations importantes aux moteurs de recherche notamment, mais aussi aux aplicatifs web capables de comprendre ces données. On peut ainsi spécifier de manière précise le type de données que l’on possède à l’intérieur d’une balise quelconque, et avoir une utilisation particulière de celle-ci par le biais de JavaScript par exemple. Cet article écrit par Chris Bewick vous donnera quelques éléments supplémentaires pour mieux appréhender cet outil. En bref, cette deuxième méthode vous permettra de respecter les normes W3C.

Keith Haring

Copyright : m1ek

Aujourd’hui Google commémore le 54ème anniversaire de Keith Haring en Australie, en Indonésie, en Nouvelle-Zélande, en Malaisie, mais surtout aux Etats-Unis et un peu partout dans le monde. A l’image des œvres de Keith Haring, le doodle du jour est coloré et possède ces petits personnages pleins de vie qui étaient l’essence principale des dessins de Haring.

Google Doodle - Keith Haring

Keith Haring était un artiste américain. Il est notamment connu pour s’apparenter aux genres du pop-art et du graffiti. Il dessinait depuis son âge mais ce sont ces études notamment à Pittsburgh (The Ivy School of Professional Art) et à New York (School of Visual Arts) qui lui permettront de devenir un graphiste commercial. Il se dévoue à l’art public et urbain. Le métro devint son "laboratoire" de travail (laboratory of working) selon ses propres mots. Ses réalisations n’avait aucun but lucratif : il dessinait pour le plaisir et offrit ses œuvres les plus connues à des organismes de charité. Son art étant universel, il eut la chance de travailler avec des enfants des plus grandes villes en atelier : Londres, Tokyo, New York, Amsterdam, Paris… D’ailleurs, la capitale franaçaise conserve une trace de son passage à l’Hôpital Necker. Keith Haring meurt à l’âge de 31 ans, après avoir été contracté par le virus du SIDA. Vous pouvez visualiser l’ensemble de son travail grâce au lien suivant.

Santiago Ramón y Cajal

Copyright : Carlos Viñas

Aujourd’hui Google célèbre le 160ème anniversaire de la naissance de Santiago Ramón y Cajal en Espagne. C’était un médecin spécialisé dans la neurologie et l’histologie. Il obtint le prix Nobel de la médecine avec Camillo Goldi, un physicien italien, en 1906. Ce sont leurs travaux sur la morphologie du cortex et le comportement du système nerveux qui les ont conduit à recevoir cette majestueuse distinction. On considère Santiago Ramón y Cajal comme le père de la doctrine du neurone.

Google Doodle - Santiago Ramón y Cajal

El día del niño

Copyright : guerillagrrl

Google — décidément plus que généreux aujourd’hui après nous avoir offert un doodle aux Pays-Bas et un doodle au Paraguay — nous fait découvrir le Jour des Enfants au Mexique. Dans ce pays d’Amérique centrale, el día del niño c’est avant tout l’occasion de solliciter les adultes sur les conditions des enfants. C’est donc l’occasion de se questionner autour de la Déclaration des Droits de l’Enfant, un texte rédigé par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Il faut savoir qu’au Mexique, 34% de la population (représentant près de 103 millions de personnes) est composée d’enfants âgés entre 0 et 14 ans, et que leurs conditions de vie sont bien souvent bien différentes de celle d’un enfant en France. Beaucoup sont sujets à des violences diverses, à la malnutrition ou encore l’exploitation sexuelle malgré leur très jeune âge. En 2007, près de 3,6 millions d’enfants au Mexique travaillaient et 42% des enfants du pays n’avaient pas accès à une scolarité normale [source]. Se pose aussi la question sanitaire : la mortalité infantile au Mexique est malheureusement souvent liée au manque de traitements et d’accès aux soins. Cette journée est donc une opportunité pour ce pays de permettre aux dirigeants de continuer leurs efforts en matière de politique éducationnelle : le président mexicain Felipe Calderón Hinojosa appelle notamment à penser aux valeurs de l’enfance.

Google Doodle - Feliz dia del nino

Cette journée représente beaucoup pour les mexicains. Dans tout le pays, on observe des manifestations dédiées aux enfants : des parades, des animations en tout genre… Les maîtres des écoles organisent des spectacles pour leurs élèves. Il y a même certains établissements qui suspendent spécialement les cours pour l’ensemble de la journée. Les enfants sont considérés comme des privilégiés dans leurs familles et c’est la particularité de cette fête qu’a souhaité représenter Google aujourd’hui.

Le géant en matières de recherche sur le web nous offre donc un magnifique doodle coloré (mon préféré du jour) orné d’un arlequin présentant un spectacle haut en couleurs à des enfants attentifs.