Zouk La Sé Sèl Médikaman Nou Ni par Bob Sinclar

Depuis le 17 juillet dernier, le groupe Kassav nous propose via son compte Youtube officiel un remix de sa très célébre chanson Zouk La Sé Sèl Médikaman Nou Ni. Il s’agit d’un tube signé Bob Sinclar.

Copyright : Best Ways

Depuis le 17 juillet dernier, le groupe Kassav nous propose via son compte Youtube officiel un remix de sa très célèbre chanson Zouk La Sé Sèl Médikaman Nou Ni. Cette nouvelle version du grand classique zouk nous est offert par le DJ et producteur de musique français Bob Sinclar.

Ce remix ne laisse visiblement pas les internautes indifférents ! Il y a quelques fans inconditionnels du groupe qui sont plutôt ravis de voir l’ouverture musicale que possèdent les membres de Kassav… Et il y a cette communauté de personnes qui ne comprend pas comment un classique de la musique antillaise ait pu être à ce point modifié.

Quoi qu’il en soit, Kassav s’apprête à célébrer son 35ème anniversaire et fait son Grand Méchant Zouk au Zénith de Paris le 4 octobre prochain, aux côtés de Fred Deshayes, Daly, Princess Lover, Riddla, et bien d’autres encore ! Et c’est à l’occasion de cet anniversaire de rubis, que de nombreuses propositions de remix leur sont proposées, en hommage à leur grande contribution dans le monde du zouk.

Et vous, que pensez-vous de ce titre ? Vous pouvez télécharger ce remix de Bob Sinclar sur Amazon.

Make It Bun Dem de Damian Marley et Skrillex

Copyright : Radio Tónic

Je découvre aujourd’hui cette chanson Make It Bun Dem, une collaboration musicale que je n’aurais absolument jamais imaginé entre Damian Marley et Skrillex. Damian Marley est un chanteur de reggae, Skrillex s’illustre dans la musique électro… Et pourtant ! Les deux artistes ont tenté ce pari fou, il y a déjà un peu plus de deux ans (désolée pour mon retard), d’associer leurs deux univers pour réaliser ce titre.

Le single de Make It Bun Dem est sorti pour le grand public le 28 février 2012. La chanson est d’abord proposé sans aucune parole. La base instrumentale de cette chanson n’avait même aucun nom, et ce sont des fans qui ont proposé en premier lieu d’utiliser le sample qui reprend ces mots "Rudeboy bass, mash up di place !". Skrillex propose alors cette version de Welcome To Jamrock.

Et Damian Marley surenchérit. Il propose d’y ajouter ses propres paroles pour accompagner la nouvelle instru imaginée. C’est ainsi que naît Make It Bun Dem. La première version de cette chanson, comme telle, est entendue à Las Vegas fin janvier 2012. Damian Marley propose ensuite cette chanson sur son compte Souncloud le 16 avril 2012, et le clip sort au mois de septembre sur le compte YouTube de Skrillex cette fois.

Le clip est produit sous la direction de Tony Truand, et est filmé dans le Lincoln Park, dans l’état du Michigan aux Etats-Unis. Il est assez sympathique d’ailleurs ! Et il faut savoir que les deux enfants choisis pour cette vidéo sont des ressortissants de la ville, une image assez plaisante du caractère des deux artistes. M’enfin… Vous me direz ce que vous en pensez, mais j’ai bien aimé ce titre, sur lequel je suis tombée par hasard, magie de l’Internet !

Alex Gopher, The Child

Copyright : Miguel Udaondo

The Child est une animation faisant appel à la motion typography que j’ai découverte en cours de "Poésies Numériques". La Motion Typography — aussi appelée par les anglophones kinetic typography, que l’on pourrait traduire par typographie cinétique en français — est une technique d’animation consistant à introduire des textes en mouvement. Ces derniers sont souvent accompagnés d’éléments sonores qui complètent la signification des mots utilisés dans l’animation. Contrairement à un texte écrit de manière conventionnelle, c.-à-d. horizontalement, la motion typography emmène le spectateur à être attentif aux mouvements, aux couleurs et aux formes représentées des mots. Il faut savoir qu’aucun élément n’est laissé au hasard dans ce type d’animations et que, chacune des mises en forme appliquées possède alors, une définition qui lui est propre.

Cette animation, que je vous présente aujourd’hui, a été créée en 1999 par le collectif H5. H5 est une entreprise française fondée en 1996, qui s’ancre dans la création graphique. Elle est à l’origine de clips dont Special Cases de Massive Attack, Remind Me de Royksöpp ou Twist de Goldfrapp ; et d’annonces publicitaires pour Citroën, Audi, Volkswagen, Areva, Dior, Hermès, Hugo Boss et j’en passe… En 2009, c’est cette même société qui réalise le court-métrage Logorama, l’Oscar 2010 du meilleur court-métrage d’animation. The Child est le tout premier clip de la société et a été produit par Le Village.

Le scénario de cette animation est simple. Il met en oeuvre par des procédés typographiques des futurs parents prêts à accueillir leur enfant. La scène démarre dans un building de la ville de New York. Le couple est installé dans le salon de leur appartement. La femme enceinte (PREGNANT) est une jolie (PRETTY) brune (BROWN HAIR), habillée d’une robe rouge (RED DRESS) et d’espadrilles (SNEAKERS). Elle est assise sur son canapé (SOFA), à proximité de son mari. Celui-ci est un petit homme (LITTLE MAN) qui porte de grosses lunettes (BIG GLASSES). Il est habillé d’un costume noir (DARK SUIT) et de chaussures italiennes (ITALIAN SHOES). Cette description très imagée nous est fournie par les qualificatifs attribués à chaque personnage. Le mari qui jusqu’alors était d’humeur agréable (PLEASANT FACE), devient anxieux (ANXIOUS FACE) lorsque sa femme lui dit que le bébé arrive. Ensemble, ils se précipitent dans la rue et interpellent un TAXI. Le chauffeur du taxi comprend que le couple est pressé, et donc, tout au long de son itinéraire, il tentera de se faufiler entre les voitures à toute vitesse. Ainsi, nos 3 protagonistes traversent le pont de Brooklyn. Puis, créent un carambolage. Des policiers (SPEED COPS) se lancent alors à la poursuite du taxi, en vain. Ce dernier arrive à l’hôpital à temps, et la femme met au monde son enfant. L’animation se termine sur cette phrase : « Congratulations Mr Gopher, it’s a boy ! ».

D’un point de vue technique, plusieurs systèmes sémiotiques ont été mis en place pour cette animation. Tout d’abord, on est en présence d’un système plastique des couleurs qui crée l’ambiance et le dynamisme de l’animation. Le système iconique (composé essentiellement de calligrammes) construit les acteurs du décor et la narration de l’histoire. Un système linguistique est perceptible de par sa grammaire, et un système temporel qui va jouer un rôle de délimitation spatiale et donner le rythme de la narration. Enfin, un système sonore, qui vient compléter la narration.
Bien évidemment, les mouvements utilisés ne sont pas quelconques. Dans le visuel, on observe que les trajectoires ont un but défini. Elles sont synonymes d’apparitions progressives, de trajectoires du grand vers l’infiniment petit (sans idée de disparition), de changements de position à vitesse égale… Je vais m’arrêter ici :) En bref, bon film!