Aujourd’hui, c’est le National Rum Day !

Copyright : Steve Bennett

Aujourd’hui, 16 août, c’est la journée nationale du rhum aux États-Unis. Et comme nous le proposent les américains : pour célébrer cette fête, rien de mieux que de profiter de l’occasion pour recevoir quelques amis autour d’un cocktail à base de rhum… Mais n’oubliez pas que l’alcool est à consommer avec modération ! Quoi qu’il en soit, connaissez-vous véritablement l’histoire du rhum ?

La petite histoire du rhum

L’histoire du rhum est étroitement liée à celle du sucre. En 1493, Christophe Colomb fait voyager la canne à sucre dans la Caraïbe, alors qu’il traverse l’Atlantique pour la deuxième fois. Il apporte la canne à Hispaniola, qui correspond aujourd’hui à Haïti et la République Dominicaine. Les colons vont ensuite l’introduire en Amérique Centrale et dans les îles antillaises comme Cuba, Jamaïque, Martinique et la Guadeloupe.

Les plantations sucrières découvrent ainsi l’utilisation de la canne à sucre pour en fabriquer de la mélasse, un autre sous-produit issu du processus de raffinage du sucre, avant d’entreprendre la fermentation de cette dernière en alcool. La première distillation du rhum date donc du XVIIème siècle dans les plantations de canne à sucre des Caraïbes .

Après le développement de rhum dans les Caraïbes, la popularité de la boisson s’accentue dans les colonies nord-américaines. Et donc, pour réussir à équilibrer la demande et l’offre, la première distillerie de rhum dans les colonies britanniques d’Amérique du Nord a été créé en 1664, dans des quartiers de l’actuel Staten Island. La fabrication du rhum devient alors extrêmement prospère dans les colonies de la Nouvelle-Angleterre.

Quelques copeaux de canne à sucre

Le rhum aujourd’hui

Avec le temps, le rhum est passé d’une boisson réservée aux travailleurs de plantations, aux esclaves et aux marins, à une boisson communément acceptée par l’ensemble des classes sociales. Aujourd’hui, les rhums qui datent d’un grand nombre d’années sont les plus plébiscités par les connaisseurs.

Il existe du rhum blanc, du rhum ambré, du rhum vieux, du rhum paille, du rhum épicé et bien d’autres variétés de rhums encore ! Il existe tant de différentes manières de boire du rhum : les cocktails, le traditionnel ti punch des Antilles françaises, le cuba libre ou le "rhum-Coca"… Il y en a pour tous les goûts.

D’après The Ministry of Rum, l’industrie du rhum a encore de beaux jours devant elle. Comme vous pouvez le voir, la carte du monde laisse apparaître près de 127 distilleries encore actives aujourd’hui. A Sainte-Marie, en Martinique, on célèbre le rhum au mois de décembre par exemple, lors de la fête du rhum, une célébration longtemps animée par l’Habitation Saint-James.

Résidence de l'Habitation Clément en Martinique

La Maison de la Canne

Copyright : christelle.

La Maison de la Canne se situe dans les murs de l’ancienne distillerie de l’habitation Vatable aux Trois-Ilets. Cette dernière possède un fonds de terre de 323 hectares. Justin Mario, propriétaire à partir de 1904 y installe cette fameuse distillerie en 1916. La ville de Trois-Îlets possède à l’époque 3 autres distilleries agricoles : L’Espérance, l’Anse à l’Âne et Poterie.

Le rhum Le Soleil est produit à Vatable jusqu’en 1962, quand Luc Mario cède son contingent de rhum aux établissements Simonnet. Achetée en 1987 par l’Association Martiniquaise de la Maison de la Canne, la distillerie est restaurée et modifiée afin d’y abriter le musée qui retrace l’histoire de la canne à sucre depuis son introduction en Martinique au milieu du XVIIème siècle. Ci-dessous, un descriptif de quelques éléments de ce musée. D’autres photos de cette visite sont visibles dans la galerie de la Maison de la Canne.

La Locomotive

Les champs de cannes à sucre ne se trouvant pas toujours à proximité des usines et des distilleries, le problème du transport de la canne s’est rapidement posé (dès la période de l’esclavage). Il y eut d’abord les chariots tirés par les animaux (chevaux, ânes ou boeufs) puis à une époque plus avancée les chemins de fer se sont imposés à la Martinique. Les locomotives tractant des wagons de cannes coupées manuellement arrivaient directement dans les usines. De nos jours, le transport se fait uniquement à l’aide des tracteurs.

locomotive

Le Moulin à bêtes

Le moulin à bêtes est le plus ancien moyen de broyage de la canne connu aux Antilles. Il apparaît pour la première fois en Guadeloupe vers 1642 grâce à des protestants Hollandais. Ses avantages sont multiples. Il peut s’implanter partout et coûte deux fois moins cher qu’un moulin à vent et quatre fois moins cher qu’un moulin à eau. Son utilisation est majoritaire au XVIIIème siècle. Ils sont devenus obsolètes dès lors de l’arrivée de la machine à vapeur et de la mécanisation.

moulin