Tell Me How Me Sound

Warrior King
© Warrior King

Tell Me How Me Sound est le quatrième album de Warrior King, le chanteur de reggae jamaïcain qui a connu un vif succès avec Virtuous Woman en 2001. Cet album, produit par Tad Records, possède 19 titres qui témoignent de l’évolution certaine de la voix de cet artiste. Celui-ci revient par ailleurs avec un maximum d’amour à délivrer à travers ses chansons.

L’album démarre sur une trame romantique avec les chansons Empress, Wanna Give You Love, I’m In Love With You et Girl. A travers celles-ci, Warrior King fait part de ses sentiments à la femme qu’il aime et lui offre ouvertement son cœur. L’artiste interprète ces chansons tout en prenant le temps d’accorder ses paroles, toutes plus belles les unes que les autres, à son univers. I’m Cold et Wanting You, bien que situées à la fin de la tracklist de l’album, possèdent le même genre de « vibes » que les chansons précedentes. Aussi, la collaboration entre Warrior King et Neo-Sullan Smith sur le titre Love Is In The Air ne fait qu’accentuer ce ressentiment. Leurs deux voix forment un divin mélange d’harmonies. La chanteuse apporte une belle touche de féminité qui manquait jusqu’alors à l’écriture de ce disque. Et l’achèvement de ce son, qui a lieu sur un a capella divin, est un réel plaisir pour nos oreilles. Warrior King a également travaillé avec Barrington Levy, l’illustre légende du reggae, sur le morceau I Can’t See It. De cette union naît un morceau beaucoup plus dancehall que le reste de l’album, mais dont le contenu reste tout autant passionné.

Vient alors Jah Is The Only One, une production surpuissante de par l’ambiance qu’elle procure à Tell Me How Me Sound. Warrior King y manifeste son attachement profond à ses croyances. Nah Tell Nuh Lie, qui figure un peu plus tard sur l’album, confirme cette première impression. Le principal message de ces chansons serait « Quel que soient les rumeurs ou les médisances des uns, Jah est toujours présent donc ayez foi en lui ». Mom and Dad s’impose comme étant un véritable hymne à l’effigie aux parents de l’artiste. Cette chanson, plus posée que celles précédemment décrites, adoucit les esprits et constitue une belle déclaration d’amour : “I’m singing a happy song for my mom and daddy. I know that it can’t be wrong, they never desert me”.

Quelques excellents riddims refont littéralement surface sur cet album. Tout d’abord, on a le Midnight Hour riddim avec Melody (Tell Me How Me Sound), la chanson éponyme de l’album. Il s’agit d’ailleurs probablement d’un des meilleurs morceaux de cet album car il est véritablement à l’image de ce que l’on pouvait entendre auparavant en matière de reggae. Puis l’on retrouve l’Ashanti Warrior riddim avec le titre Oh What A Feeling, sorti en 2007. Ou encore le General Penitentiary riddim avec le titre Oh Yeah ! qui, lui, date de 2008 et nous offre des paroles lourdes de sens comme “Many are called but the chosen are only few / And you can know them by the works and the things they do”… Enfin, l’idée d’ajouter le Natural Mystic riddim à cette longue liste conviendra à tous les fans de Bob Marley : Warrior King exploite comme il se doit cette version remasterisée du tube du King of Reggae avec Blessings, comme Sizzla l’avait fait avec Really and Truly il y a de ça quelques années.

Enfin, trois chansons apparaissent ici comme des critiques, des lettres ouvertes aux gouvernements des pays du monde entier : System Is Crazy, What a Gwaan et Where Color Is An Issue. La première d’entre elles, qui me rappelle fortement les chansons de Gentleman, nous décrit un monde qui part complètement à la dérive. La colère est la pièce maîtresse des difficultés que l’on rencontre encore, et la peine est le seul résultat que l’on parvient à obtenir. Warrior King s’y interroge : quel futur allons-nous laisser pour nos enfants ? Il parle de l’éducation qui devrait être gratuite pour tous ces jeunes et des travailleurs qui ne parviennent pas à joindre les deux bouts. Where Color Is An Issue, le dernier titre de l’album est une dénonciation contre notre société dans laquelle la couleur de peau est encore un problème et où la corruption est encore à l’ordre du jour. Warrior King cherche les conséquences du racisme actuel : il parle de pauvreté, de criminalité, de violence…

Tell Me How Me Sound est avant tout un mélange intelligent de sujets d’actualité. Warrior King y met tous les ingrédients nécessaires à la réflexion : amour, sentiments, questionnements sur le monde actuel, croyances, racisme… Là où l’album excelle, c’est en matière de qualité sonore : le travail des musiciens y est formidable et Warrior King y aura clairement montré toute sa maîtrise vocale.


TRACKLIST :
01 – Empress
02 – Wanna Give You Love
03 – I’m In Love With You
04 – Girl
05 – Love Is In The Air featuring Neo-Sullan Smith
06 – Jah Is The Only One
07 – Mom & Dad
08 – Melody (Tell Me How Me Sound)
09 – Oh What A Feeling
10 – Oh Yeah!
11 – Blessings
12 – Nah Tell Nuh Lie
13 – System Is Crazy
14 – I Can See It featuring Barrington Levy
15 – Sweet Empress
16 – What A Gwaan
17 – I’m Cold
18 – Wanting You
19 – Where Color Is An Issue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.