Paperboy de NDX, un premier album studio pour le chanteur guadeloupéen

NDX Paperboy
Copyright : NDX Music

Paperboy est un album du chanteur NDX, artiste originaire de Guadeloupe qui s’illustre dans le monde du hip-hop underground. Ce chanteur, présent en première partie du concert d’E.sy Kennenga à la Cigale, se crée petit à petit une place importante sur la scène musicale créole. Paperboy, son premier album studio, est ainsi l’aboutissement d’un travail de plusieurs années. Cet opus offre un condensé de hip-hop mêlé à la culture caribéenne. NDX y parle crûment de la vie et, donc, sans tabou, s’exprime sur des sujets tels que l’alcool, la sexualité, les fêtes sans lendemain, et toutes ces petites choses qui font de la vie ce qu’elle est. Il raconte également son parcours musical entre les lignes et témoigne surtout de ses expériences : selon lui, mieux vaut fermer les yeux sur les tracas quotidiens pour apprécier les instants de joie, de rire et de bonne humeur. Paperboy est de sorte un carpe diem musical, un hymne à ce que représente la vie sous toutes ses formes. Cet album sort le 1er juin 2013 et est disponible sur Amazon.

Chronique détaillée de Paperboy

Les premières notes de Paperboy se font sur Wake Up, une chanson dans laquelle on retrouve la voix de Natoo. Ce morceau possède un rythme posé sur lequel le chanteur démarre en douceur, « prend le temps de vivre » et « profite de toute bonne chose que Dieu apporte jour après jour ». La vie est belle : le message de Wake Up serait ainsi d’apprendre à l’apprécier telle qu’elle est.

YOLO, deuxième titre de l’album, possède un tempo beaucoup plus marqué. L’expression anglophone YOLO, signifiant you only live once, est ici utilisée en tant qu’abréviation de l’expression créole yenki ouvè lè ou vwè mwen, si on en croit la couverture de ce single. Dans cette chanson, NDX exprime en effet son besoin de jouir de son existence comme il l’entend : il compte « prendre son pied », boire de l’alcool si le moment si prête et prendre des décisions impromptues sans nécessairement réfléchir aux conséquences de ses actions. YOLO est de ce fait plus qu’une chanson, c’est l’hymne à la vie de l’artiste.

C’est ensuite la chanson éponyme de l’album, Paperboy, qui se laisse entendre, un titre complètement hip-hop. « Paperboy » est en réalité une abréviation de l’artiste pour Power Art Pleasure Energy Respect suivi du syntagme boy. Un paperboy serait donc un artiste aux multiples facettes capable d’allier pouvoir et plaisir, énergie et respect. NDX s’assimile lui-même à un paperboy et offre dans ce titre un final remixé façon électro, travaillé avec méticulosité

Pongo est un morceau hip-hop sur lequel sont réunis NDX, Shaolin et Garfil. Dans son couplet, Garfil, artiste évoluant également sur la scène musicale créole, chante : « É nou ni trop lyrics/Mé pa pè ké ni ba tout moun/Pa konparé mwen/An pa kon tout moun/Nivo la o é i ka pasé tou kout ».

La chanson Ray Charles, sortie en 2012, crée une certaine polémique sur la toile. Ray Charles, connu pour avoir révolutionné le monde de la musique dans les années 1950 aux États-Unis, perd son plus jeune frère à cinq ans, puis perd complètement la vue à l’âge de sept ans des suites d’une maladie appelée le glaucome. Ces difficultés ne l’empêchent néanmoins pas d’avancer et l’artiste arrive à se faire un nom dans une Amérique encore liée aux mouvements de ségrégation raciale. NDX salue ici le courage de Ray Charles et, contrairement à ce qu’ont pu en dire maints internautes, ne souhaite en aucun cas prendre la cécité de l’artiste états-unien. Il souhaite prendre exemple sur la résilience de ce dernier et choisit ainsi de refuser de s’arrêter sur les choses qui pourraient l’handicaper quant à sa progression et sa prospérité. Le clip de cette chanson, réalisé par Cédric Richer, est une belle production.


Sur un thème beaucoup moins sérieux, NDX enchaîne avec Bitches & Alcohol, une chanson au final musical percutant, puis continue sur Spaceship, un titre d’atmosphère. Debrouya rejoint le chanteur sur ce dernier titre qui, de par ses paroles, fait en effet référence à un voyage spatial. Dès les premières secondes, les deux chanteurs évoquent leur intention de vouloir embrasser leur existence et voler de leurs propres ailes.

La chanson suivante, Dènié fwa est un morceau dont le message est simple : « Profitez de la vie telle qu’elle vient, comme si chaque jour devait être votre dernier jour sur cette Terre ». Ce titre est en réalité un duo avec Kemi, aussi connue sous le pseudonyme « Empress Kemi », une chanteuse, auteure et compositrice française ayant des origines martiniquaises et espagnoles. L’atmosphère recréé par cette chanson est finalement assex décontractée, ce qui est agréable aux oreilles. L’expression de NDX « Mwen pa pé lanmo/An jist pè ké mwen pa viv » (« Je n’ai pas peur de la mort, j’ai juste peur de ne pas avoir vécu ») résume à elle seule l’ensemble des paroles de Dènié fwa : une volonté sans pareille de jouir de la vie.

Pour poursuivre dans cette atmosphère musicale, c’est cette fois au tour de Lorenz d’accompagner NDX sur le titre Suiv mwen. Lorenz, qui évolue généralement dans l’univers du zouk, arrive sur cet album pour apporter une fraîcheur certaine à Paperboy. Suiv mwen traite d’amour pour la première fois sur cet album et décrit les sentiments d’un homme amoureux. Dans ses couplets, NDX prend conscience de son attachement à celle qu’il appelle « [son] ange ». Dans le refrain, Lorenz exprime, quant à lui, son envie de vivre avec l’être qu’il aime et lui déclare sa flamme en lui demandant de la « suivre ». Les deux chanteurs déclarent leur flamme à travers ce morceau.

De nouveau, NDX propose ensuite une chanson déjà présente dans son répertoire intitulée Colors en duo avec Marvel Zoh. Sorti originellement en septembre 2011, ce titre, comme son nom l’indique, propose une « palette de couleurs » au sein de ses paroles. La vie y est ainsi « rose » même si le ciel est « gris »… Marvel Zoh adresse à son interlocutrice un « arc-en-ciel » afin qu’elle retrouve le sourire. Une avalanche de jeux de mots viennent s’ajouter au charme de cette chanson plutôt jazzy. Le clip de Colors est réalisé par Marion Montel, aussi connue sous le pseudonyme « May », auteure du tableau présenté ci-après.

Colors de Marion Montel aka May


Avec des sonorités plus acoustiques, Natoo rejoint pour la deuxième fois NDX sur la chanson Black is Beautiful. NDX chante là son amour pour les femmes de couleur. Le Noir est beau, les Noires sont belles. Il rappelle en outre en ce titre les origines africaines des insulaires, que leur couleur de peau reflète une partie de l’Histoire que l’on ne pourra jamais effacé : l’esclavage. NDX décrit alors son affection pour la femme noire sans artifices : le défrisage dérive de la définition de la beauté occidentale, le maquillage est multinational. L’artiste préfère une femme au naturel, avec ses formes, sans complexes.

Aux côtés de Sizay, NDX se met dans la peau une nouvelle fois d’un homme épris dans Bird Lady. Ici la femme, ou plutôt l’amour porté à cette dernière, apparaît comme une raison de se donner les moyens d’y arriver. NDX déclame : « Fanm an mwen cool, fanm an mwen nice, fanm an mwen dous, fanm an mwen fly, lè an ni le blues, fanm an mwen jazz » (« Ma femme est cool, ma femme est nice, ma femme est douce, ma femme est fly, quand j’ai le blues, ma femme est jazz »).

Phuck et Paperboy Remix terminent la liste de lecteure de Paperboy. Finies les sonorités acoustiques, on revient ici aux rythmiques proposées en début d’opus. Pour Phuck, NDX est accompagné de Demboy, chanteur originaire de Guadeloupe qui s’est lancé dans le milieu underground grâce à sa chanson La vi la vin’ rèd sur la base instrumentale de Locked Up d’Akon. Paperboy Remix est offert par Malus Beat et 6mik Studio.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.