L’Étranger dans la maison de Shari Lapena, entre réalité et faux-semblants…

L'étranger dans la maison de Shari Lapena
Copyright : Presses de la Cité

L’Étranger dans la maison est un roman de Shari Lapena paru en France au mois de janvier 2019 aux éditions Presses de la Cité. Il est traduit en langue française par Valérie Le Plouhinec.

Shari Lapena est une écrivaine canadienne d’expression anglaise. Elle travaille d’abord en tant qu’avocate puis en tant que professeure avant de se consacrer pleinement à l’écriture. Son premier roman Things Go Flying sort en 2007 et est suivi en 2011 de Happiness Economics.
Shari Lapena connaît une notoriété accrue grâce à son troisième roman, s’illustrant pour la première fois dans le genre du thriller. Ce roman à suspense s’intitule The Couple Next Door et lui permet de figurer dans les listes des meilleures ventes au Canada et aux États-Unis. Titré Le Couple d’à côté dans l’édition française, il est également traduit par Valérie Le Plouhinec pour Presses de la Cité.

Paru originellement en 2017 sous le titre A Stranger In The House, L’Étranger dans la maison est ainsi le quatrième roman de Shari Lapena. Il met en scène un couple en apparence sans histoires.

Un accident malencontreux

Karen et Tom Krupp sont mariés depuis bientôt deux ans et possèdent un quotidien idyllique. Ils vivent sans enfants dans un quartier résidentiel du nord de l’État de New York, possèdent une carrière stable et rêvent de concrétiser leurs projets d’avenir.

Par une douce soirée estivale, Tom rentre chez lui pour découvrir l’absence inhabituelle de sa femme. Les lumières de leur maison sont encore allumées, la porte n’est pas verrouillée, le dîner n’est qu’à moitié préparé. Tout semble indiquer un départ en urgence. Bientôt la police frappe à sa porte : Karen a eu un accident de voiture dans un secteur de la ville peu fréquentable. Victime d’une commotion cérébrale, cette dernière ne se souvient pas de ces événements effroyables.

Alors que les agents de police tentent de donner du sens à cette histoire, Karen rentre chez elle accompagnée de Tom. Malgré son amnésie partielle, elle se rappelle intimement sa peur. « Toutes ces fois où, en rentrant chez elle, elle a trouvé des objets très légèrement déplacés, des traces subtiles du passage de quelqu’un fouillant dans ses affaires. » Une menace semble peser sur elle… elle qui ne souhaite pourtant pas partager ses premières impressions avec celui qu’elle aime.

Dans un même temps, un mort est retrouvé sur le seuil d’un restaurant abandonné. Il a visiblement été assassiné. On perçoit des impacts de balles sur son visage et son torse…

L’Étranger dans la maison explore ainsi l’individualité de chacun au sein d’un couple et la part de mystère qu’il existe en tout être humain. Le roman converge en un tour de main vers le décèlement de multiples secrets en suspens : la nuit agitée oubliée de Karen, la mise au jour d’une attaque fatale nocturne et l’existence d’un intrus insolite dans la maison des Krupp.

Un bonheur de façade

Shari Lapena plonge ici son lectorat au cœur de relations humaines présentant une pluralité de défauts. Ses protagonistes sont de ce fait assimilables à de vraies personnes.

L’auteure esquisse d’abord l’image d’un couple presque parfait, celui formé par Karen et Tom Krupp. Leur amour est réel, leur attachement sincère. Chacun pourtant se méfie de l’autre à un moment où l’on pourrait penser qu’ils feraient justement appel à leur conjoint. Shari Lapena montre ces défaillances à mesure que se dessinent les nombreuses péripéties de L’Étranger dans la maison. Les champs lexicaux de l’incertitude et de l’angoisse suggèrent un jeu d’apparences qui trompent sur la réalité.

Bob et Brigid Cruikshank, amis et voisins des Krupp, « forment un couple normal, avec une maison normale ». Néanmoins, loin des simulacres d’attention, ils connaissent quelques épisodes difficiles dans le mariage. Si Bob se montre quelque peu distant vis-à-vis de sa femme, Brigid en profite pour s’investir particulièrement dans le quotidien des Krupp. Elle est la meilleure amie de Karen malgré l’inimitié perceptible de Tom. L’auteure traduit chaque ressentiment par des attitudes, des comportements spécifiques, faisant usage de termes dépréciatifs pour qualifier la froideur du foyer de Bob et Brigid.

La structure littéraire de L’Étranger dans la maison repose en définitive sur une hiérarchisation du savoir. Le quatuor formé par les époux Krupp et Cruikshank possède une dynamique intéressante. Shari Lapena joue sur le statut prédéfini de ses personnages pour instiller le doute. Chacun se révèle étranger à l’autre : tout le monde a quelque chose à cacher. Certains sont même prêts à beaucoup pour ne pas bouleverser leur vie courante.

Petits secrets, grandes trahisons

L’Étranger dans la maison propose in fine un roman à suspense avec une intrigue minutieusement élaborée. Il aborde en filigrane de nombreuses thématiques telles que les relations maritales, les faux-semblants fallacieux, les répercussions désastreuses de l’appât du gain et la question de la confiance en l’autre.

Shari Lapena offre ici une énonciation à la troisième personne du singulier présentant tour à tour les pensées les plus intimes de ses différents personnages. Elle crée de ce fait une appropriation de leurs sentiments et nourrit progressivement les attentes du lecteur à mesure que se dévoilent les secrets de chacun. Selon toute vraisemblance, chaque protagoniste est coupable d’un méfait, reste à savoir lesquels de ces actes sont les plus condamnables.

L’auteure torontoise fait également preuve d’une certaine fluidité dans son écriture tout au long de la narration de L’Étranger dans la maison. Elle possède un style assez direct et choisit de faire progresser son récit autant par le biais des conversations (les dialogues positionnent le lecteur au même niveau d’information que les personnages à un moment donné) que par les points de vue énoncés par son narrateur omniscient (le discours permet alors un regard sur le passé, d’étayer le contexte).

De nombreux retournements de situation existent, ajoutant du piquant à l’intrigue. Les derniers chapitres de l’œuvre remettent particulièrement en question les certitudes établies jusque-là. L’Étranger dans la maison est ainsi un roman accessible à tous au suspense palpitant.

C’est presque comme avant. Sauf que ce n’est pas du tout comme avant.

Une réflexion sur « L’Étranger dans la maison de Shari Lapena, entre réalité et faux-semblants… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.