Un jour ce sera vide d’Hugo Lindenberg, ou la futilité de toute chose

Copyright : Christian Bourgois

Un jour ce sera vide porte en épigraphe la citation suivante de Nathalie Sarraute : « Ce bruit soudain de l’eau dans ce silence suspendu, ce serait comme un signal […]. »[1] Si Hugo Lindenberg choisit cette phrase tirée du cinquième tableau de Tropismes[2] en tant que paratexte de son roman, c’est qu’elle coïncide parfaitement avec son projet d’écriture. Le primo-⁠romancier crée ici un univers dans lequel de nombreux éléments de ce tableau apparaissent en tant que motifs de son œuvre ; parmi eux, le vide, le silence, le « froid soudain » et les méduses. Il reprend en outre des marqueurs importants du texte de Sarraute au sein de son intrigue, comme la temporalité estivale, ce dégoût indicible provoqué par une manifestation extérieure à soi et la présence … Continuer la lecture de « Un jour ce sera vide d’Hugo Lindenberg, ou la futilité de toute chose »

Rentrée littéraire 2020 – Christian Bourgois

Copyright : Christian Bourgois

La rentrée littéraire 2020 des éditions Christian Bourgois se concentre autour de trois ouvrages. Parmi eux figurent deux romans d’expression française, De parcourir le monde et d’y rôder de Grégory Le Floch et Un jour ce sera vide d’Hugo Lindenberg ; et un roman d’expression anglaise traduit par Aurélie Tronchet, Les Autres Américains de Laila Lalami. À noter aussi que cette rentrée littéraire se veut « inhabituelle »[1], pour reprendre les termes de Clément Ribes[2], car il s’agit de la première rentrée littéraire de l’équipe éditoriale de Christian Bourgois depuis son renouvellement en 2019. Une rentrée française Grégory Le Floch crée un univers insolite dans son deuxième roman intitulé De parcourir le monde et d’y rôder. Le protagoniste principal de cette fable contemporaine tombe un jour sur un objet qu’il ramasse. … Continuer la lecture de « Rentrée littéraire 2020 – Christian Bourgois »