Rentrée littéraire 2022 – Mialet-Barrault

Copyright : Mialet-Barrault

La rentrée littéraire 2022 des éditions Mialet-Barrault offre en lecture trois ouvrages d’expression française. On y retrouve un premier roman, celui de Françoise Colley. Une rentrée française La rentrée dite française des éditions Mialet-Barrault est ainsi placée sous le signe de la fascination. Françoise Colley s’intéresse au parcours d’une jeune fille attachée sa mère en une ville ouvrière. Lionel Duroy propose un récit fictif étayé de ses déambulations dans les villes qu’il désire depuis toujours connaître. Yasmina Khadra conte la destinée d’un homme auquel on promet monts et merveilles, bientôt condamné à la fuite. Un ravissement Les éditions Mialet-Barrault invitent en somme leurs lecteur·rices à partager les émotions d’êtres en quête d’opportunités.

Rentrée littéraire 2020 – Julliard

Copyright : Julliard

La rentrée littéraire 2020 des éditions Julliard est placée sous le signe du renouveau. C’est, tout d’abord, la première rentrée littéraire de la maison d’édition sous la direction de Vanessa Springora, faisant suite aux départs de Bernard Barrault et Betty Mialet (les éditeurs qui dirigeaient la structure depuis 1995[1]). C’est ensuite l’occasion pour Julliard d’adopter une nouvelle charte graphique et de mettre en lumière une primo-romancière et un de ses écrivains phares. Une maquette modernisée La première de couverture des ouvrages de Julliard possède depuis le milieu des années 1990 une ligne verticale – essentiellement verte, puis colorée en fonction des illustrations – partant du haut de l’ouvrage et se dressant à gauche des informations bibliographiques du livre (nom de l’auteur, titre, genre). Si … Continuer la lecture de « Rentrée littéraire 2020 – Julliard »

Khalil de Yasmina Khadra, dans la peau d’un terroriste

Copyright : Julliard

Yasmina Khadra décide de revenir sur les attentats de novembre 2015 dans son roman intitulé Khalil, un ouvrage paru chez Julliard à l’occasion de la rentrée littéraire automnale 2018. Plutôt que de suivre les pensées d’une victime de ces attaques parisiennes, l’auteur propose de découvrir les élucubrations d’un jeune homme prêt à se sacrifier lui-même en vue de sa « mission capitale ». C’était un pari particulièrement osé et bien pensé de la part de ce romancier que de choisir de confronter ses lecteur·rice·s aux idées noires d’un jeune en perdition. Comprendre l’incompréhensible, ou du moins l’envisager, avec les réflexions d’un kamikaze Quand démarre le roman, on est d’ores-et-déjà plongé au cœur de Paris, à l’intérieur d’une voiture aux passagers des plus déterminés. … Continuer la lecture de « Khalil de Yasmina Khadra, dans la peau d’un terroriste »

Ce que le mirage doit à l’oasis, un beau livre poétique de Yasmina Khadra et Lassaâd Metoui

Copyright : Flammarion

Yasmina Khadra est un écrivain algérien d’expression française au passé hors du commun. Officier engagé dans l’institution militaire d’Algérie pendant près de trente-six ans, ce romancier a longtemps écrit sous la censure militaire, d’où l’utilisation de son pseudonyme féminin. Il révèle sa véritable identité seulement à la sortie de son ouvrage L’Écrivain paru en janvier 2001 aux éditions Julliard. Dans Ce que le mirage doit à l’oasis, Yasmina Khadra propose un récit à caractère autobiographique qui retrace son enfance en Algérie et dévoile son affection pour le désert et ses oasis. Ses textes sont juxtaposés aux œuvres de calligraphie de Lassaâd Metoui, un artiste originaire de Tunisie formé très jeune à la calligraphie arabe dont les illustrations sont reconnues dans le monde entier. À … Continuer la lecture de « Ce que le mirage doit à l’oasis, un beau livre poétique de Yasmina Khadra et Lassaâd Metoui »

Dieu n’habite pas La Havane de Yasmina Khadra, une idylle dévastatrice

Copyright : Julliard

Dieu n’habite pas La Havane est un roman de Yasmina Khadra paru en août 2016 aux éditions Julliard. Yasmina Khadra est le nom de plume de l’écrivain algérien Mohammed Moulessehoul, ex-officier engagé durant près de trente-six ans dans l’institution militaire d’Algérie. Cet homme en service choisit d’emprunter les deux prénoms de sa femme afin d’éviter la censure, afin de pouvoir malgré tout continuer à écrire et à être publié. Il va pratiquer son art dans la clandestinité durant près de onze années. Mohammed Moulessehoul quitte les rangs de l’Armée algérienne en 2000, et s’installe en France l’année suivante avec sa famille. Sa véritable identité est révélée à la sortie de son récit à caractère autobiographique L’Écrivain, une parution proposée par la maison d’édition Julliard en … Continuer la lecture de « Dieu n’habite pas La Havane de Yasmina Khadra, une idylle dévastatrice »