Un jour ce sera vide d’Hugo Lindenberg, ou la futilité de toute chose

Copyright : Christian Bourgois

Un jour ce sera vide porte en épigraphe la citation suivante de Nathalie Sarraute : « Ce bruit soudain de l’eau dans ce silence suspendu, ce serait comme un signal […]. »[1] Si Hugo Lindenberg choisit cette phrase tirée du cinquième tableau de Tropismes[2] en tant que paratexte de son roman, c’est qu’elle coïncide parfaitement avec son projet d’écriture. Le primo-⁠romancier crée ici un univers dans lequel de nombreux éléments de ce tableau apparaissent en tant que motifs de son œuvre ; parmi eux, le vide, le silence, le « froid soudain » et les méduses. Il reprend en outre des marqueurs importants du texte de Sarraute au sein de son intrigue, comme la temporalité estivale, ce dégoût indicible provoqué par une manifestation extérieure à soi et la présence … Continuer la lecture de « Un jour ce sera vide d’Hugo Lindenberg, ou la futilité de toute chose »

Tropique de la violence de Nathacha Appanah, Mayotte n’est pas un paradis sur Terre…

Copyright : Gallimard

Dans son sixième roman intitulé Tropique de la violence, paru au sein de la collection « Blanche » des éditions Gallimard, Nathacha Appanah pose un regard sur la vie insulaire, une vie de misère loin d’être facile, pourtant souvent idéalisée par les touristes. Elle choisit de juxtaposer le mot « tropique » au mot « violence » formant une association relativement inédite dans les pensées communes. Elle conte une histoire difficile, noire, sans espoir. Il n’y a ici que de la peine, mais une certaine beauté liée à ce discours tragique. Une histoire de la violence Marie a tout quitté pour suivre Chamsidine. Elle dépose ses valises à Mayotte alors amoureuse éperdue de cet homme qu’elle rencontre sur son lieu de travail. Son histoire commence comme dans … Continuer la lecture de « Tropique de la violence de Nathacha Appanah, Mayotte n’est pas un paradis sur Terre… »