Rentrée littéraire 2020 – Parutions des éditions de l’Antilope

Éditions de l'Antilope
Copyright : L'Antilope

La rentrée littéraire 2020 des éditions de l’Antilope se concentre autour d’un unique ouvrage, le second roman de Sabyl Ghoussoub intitulé Beyrouth entre parenthèses.

Une importante transgression

Sabyl Ghoussoub s’inspire de son histoire personnelle pour l’écriture de ses romans. Il grandit à Paris dans une famille libanaise et baigne ainsi dans la culture du pays du cèdre dès son plus jeune âge. Il s’y installe d’ailleurs en 2010 et devient le directeur du festival du Film libanais à Beyrouth (2012-2015). De retour à Paris, il compose un premier roman très remarqué : Le Nez juif est publié en 2018 aux éditions de l’Antilope. Aujourd’hui il revient donc sur le devant de la scène littéraire avec une deuxième œuvre romanesque partant de ses réflexions intimes.

Dans Beyrouth entre parenthèses, un photographe franco-libanais choisit de visiter Israël. Il est pourtant interdit aux Libanais de se rendre dans l’État hébreu car les deux pays sont officiellement en guerre depuis 1967. Choisissant en pleine conscience de transgresser la loi de son pays, le jeune homme se retrouve obligé de définir pleinement son identité à son arrivée à Tel-Aviv…

Une rentrée contemporaine

Les éditions de l’Antilope offrent en somme un ouvrage posant un regard singulier sur une situation taboue au Liban.

Découvrez ci-après l’argumentaire de l’ouvrage.
 

Beyrouth entre parenthèses de Sabyl Ghoussoub

Beyrouth entre parenthèses
TitreBeyrouth entre parenthèses
Auteur Sabyl Ghoussoub
Éditeur L'Antilope
Date de parution20 août 2020
ISBN139782379510274
ISBN10237951027X
Prix prévisionnel16,00 €
Nombre de pages128
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

Il est défendu à un citoyen libanais de se rendre en Israël. Mais le narrateur, un jeune photographe franco-libanais, décide d’enfreindre la loi de son pays et ne pas suivre l’avis de sa famille. Arrivé à l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, il subit un interrogatoire de plusieurs heures. Les questions fusent et se répètent. « Comment s’appelle votre mère ? Comment s’appelle votre père ? Comment s’appelle votre grand-père ? Comment vous appelez-vous ? » Des questions qui reviennent comme une berceuse et qui voudraient obliger le narrateur à se définir de manière définitive. Lui qui avait pensé faire ce voyage pour mettre de côté sa part libanaise, mettre Beyrouth entre parenthèses…

Après Le Nez juif, Sabyl Ghoussoub revient avec le récit de ce voyage interdit, un livre plein d’humour, de tendresse et parfois de colère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.