Rentrée littéraire 2020 – Parutions des éditions Denoël

Rentrée littéraire 2020 - Denoël
Copyright : Denoël

La maison d’édition Denoël commémore cette année les quatre-vingt-dix ans de sa création. La structure éditoriale est en effet créée en 1930 sous l’impulsion de Robert Denoël (1902-1945) et Bernard Steele (1902-1979), respectivement éditeurs belge et états-unien. Ainsi, pour cette rentrée littéraire exceptionnelle, une rentrée qui ne connaît d’ailleurs pas de changement éditorial d’après Dorothée Cunéo, directrice des éditions Denoël, l’accent est mis sur la nature des œuvres choisies, écrites par des écrivains au tempérament de feu, au caractère « bien trempé ».

Une remise en cause du destin

Alissa Wenz, également chanteuse, auteure-compositrice et scénariste, propose au sein de son énonciation l’histoire d’une femme éprise d’un homme torturé qui va peu à peu se donner corps et âme à cet amour, au détriment de son bien-être. À trop aimer[1] explore de la sorte les relations tumultueuses et témoigne de l’urgence de vivre en toute liberté.

Olivier Bleys, auteur de multiples romans chez Albin Michel et Gallimard, traite de la mort et des relations familiales dans Mon nom était écrit sur l’eau[2]. Son personnage principal, Gabriel, est confronté à un choix professionnel aux répercussions nombreuses : doit-il reprendre l’entreprise de pompes funèbres familiale ou embrasser une carrière autre ?

Karl Ove Knausgård, écrivain norvégien notoire, est connu pour son œuvre autobiographique intitulée originellement Min Kamp. Fin de combat est la traduction française du dernier volume de ce projet d’écriture de soi. Il oppose ici l’horreur du quotidien à la beauté du monde.

Une rentrée de caractère

Les éditions Denoël offrent de la sorte trois textes dans lesquels il est question du devenir possible de chacun. Doit-on se conformer à une norme, une entité, un être ? Doit-on naviguer à contre-courant et mener sa vie comme on l’entend malgré le tort que cela pourrait causer ? Toutes ces interrogations sont ici soulevées, et c’est au lecteur qu’il revient d’y apporter sa propre réponse.

Découvrez ci-après les trois ouvrages.
 

À trop aimer d’Alissa Wenz

À trop aimer
TitreÀ trop aimer
Auteure Alissa Wenz
Éditeur Denoël
Collection Romans français
Date de parution19 août 2020
ISBN139782207160350
ISBN102207160351
Prix prévisionnel17,00 €
Nombre de pages240
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

Il n’y avait aucun doute : Tristan était violemment épris.

Elle le rencontre, et c’est un émerveillement. Tristan est un artiste génial qui transforme le rêve en réalité. À ses côtés, la vie devient une grande aire de jeux où l’on récite des poèmes en narguant les passants. Il ne ressemble à personne, mais cette différence a un prix. Le monde est trop étriqué pour lui qui ne supporte aucune règle. Ses jours et ses nuits sont ponctués d’angoisses et de terreur. Seul l’amour semble pouvoir le sauver. Alors elle l’aime éperdument, un amour qui se donne corps et âme, capable de tout absorber, les humeurs de plus en plus sombres, de plus en plus violentes.
Jusqu’à quel point ? Au point de s’isoler pour ne plus entendre les insultes, au point de mentir à ses proches, au point de s’habituer à la peur ? Est-ce cela, aimer quelqu’un ?

Un premier roman d’une rare justesse sur l’emprise amoureuse.

Mon nom était écrit sur l’eau d’Olivier Bleys

Mon nom était écrit sur l’eau
TitreMon nom était écrit sur l’eau
Auteur Olivier Bleys
Éditeur Denoël
Collection Romans français
Date de parution19 août 2020
ISBN139782207161357
ISBN102207161358
Prix prévisionnel19,00 €
Nombre de pages240
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

« Je me rappelle son nom : Pétrelle. Un homme de haute taille, soixante-quinze ans, moustache grise, forte pomme d’Adam, teint maïs de fumeur, cancer du poumon. Ma sœur avait noué la cravate assez bas, pour cacher le vilain trou de la trachéotomie. Le mort portait une perruque, la famille savait-elle ?
J’avais quinze ans. C’était la première fois que j’assistais à la toilette d’un mort.
— C’est dégueulasse. »
Le jeune Gabriel Spautz a côtoyé la mort dès son plus jeune âge. À quatre ans, il rencontrait son premier macchabée. À six, il connaissait tous les cimetières de son petit pays. À quinze, c’était un habitué des convois funéraires. Robbe Spautz en est sûr : son fils lui succédera à la tête de l’agence LUMIÈRE-DE-L’EST.
Pourtant, Gabriel n’a pas la vocation. Au Centre de formation aux métiers du funéraire, ses certitudes vacillent. S’accrocher, par fidélité aux siens ? Quitter le métier, et trahir sa famille ?

Fin de combat de Karl Ove Knausgård

Fin de combat
TitreFin de combat
Titre originalMin Kamp #6
Auteur Karl Ove Knausgård
Traductrice Marie-Pierre Fiquet
Éditeur Denoël
Collection Denoël & d’ailleurs
Date de parution19 août 2020
ISBN139782207136089
ISBN102207136086
Prix prévisionnel30,00 €
Nombre de pages1408
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

Le dernier volume de la série Mon combat, « l’entreprise littéraire la plus importante de notre temps » (The Guardian).

Dans ce sixième volume, Karl Ove Knausgaard examine la vie, la mort, l’amour et les conséquences de son œuvre sur sa vie personnelle. Âgé de quarante ans dans ce récit, il partage son quotidien entre l’écriture et l’éducation de ses trois enfants en bas âge. Sa vie dans son appartement de Malmö est réglée comme du papier à musique. Jusqu’à ce que son oncle prenne contact avec lui pour s’opposer à la publication du premier volume de Mon combat. Une situation qui va plonger Knausgaard dans une grande angoisse et déséquilibrer profondément ses relations avec sa femme. Le texte est aussi une réflexion bouleversante sur les rapports de l’auteur à son père, pierre angulaire de sa démarche d’écriture.
Les grands événements du XXe siècle, principalement le nazisme, sont mis en parallèle d’une façon audacieuse avec la propre existence de l’auteur.
Une série qui se clôt de manière magistrale.

Notes    [ + ]

  1. Un extrait d’À trop aimer d’Alissa Wenz est disponible sur la plateforme numérique Éden Livres. URL : https://www.edenlivres.fr/p/597336
  2. Un extrait de Mon nom était écrit sur l’eau d’Olivier Bleys est disponible sur la plateforme numérique Éden Livres. URL : https://www.edenlivres.fr/p/597338

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.