Rentrée littéraire 2020 – François Bourin (Les Pérégrines)

Copyright : François Bourin

La rentrée littéraire 2020 des éditions François Bourin[1] met en lumière le nouveau roman d’Adeline Fleury, un texte intitulé Ida n’existe pas.

Une œuvre littéraire dans sa continuité

Adeline Fleury est une écrivaine et journaliste française, auteure de nombreux ouvrages traitant des femmes, de leurs émotions et leurs challenges contemporains. Elle compose ainsi Petit éloge de la jouissance féminine (François Bourin, 2015), Rien que des mots (François Bourin, 2016), Femme absolument (JC Lattès, 2017) et Je, tu, elle (François Bourin, 2018).

Dans Ida n’existe pas, la romancière poursuit le dialogue initié dans ses premières œuvres littéraires : elle explore dans ce roman les notions de maternité, de féminité, de deuil d’une situation et de corps. Une femme tente ici un voyage désespéré. Elle veut conduire sa fille Ida, âgée de dix-huit mois, à la mer. Mais Ida n’existe pas…

Une rentrée aux notes féministes

Ainsi les éditions François Bourin s’appuient sur une de ses écrivaines phares pour cette rentrée littéraire. Adeline Fleury continue de dévoiler les multiples facettes des femmes à travers l’histoire d’une protagoniste tourmentée, complexe, humaine.

Découvrez ci-après l’argumentaire de l’ouvrage.

Ida n’existe pas d’Adeline Fleury

Ida n’existe pas
TitreIda n’existe pas
Auteure Adeline Fleury
Éditeur Les Pérégrines
ISBN139791025204979
Date de parution20 août 2020
Prix prévisionnel18,00 €
Nombre de pages160
Description de l’éditeur :

Une femme s’apprête à faire un voyage. Elle n’a pas besoin de bagage, elle ne part que pour une nuit. Une seule chose l’obsède : emmener Ida, sa fille de 18 mois, à la mer. C’est nécessaire, vital presque. Ida n’existe pas, Ida n’a jamais existé. Des voix ne cessent de le lui répéter. Pourtant, elle l’a porté ce bébé, serré contre elle, changé, nourri au sein. Elle l’aime d’un amour animal. Un amour comme ça, on n’y est pas préparé. C’est trop puissant un amour comme ça. Ida n’existe pas est une plongée dans la psychologie trouble d’une mère prête à commettre l’irréparable, mais aussi l’histoire d’un corps féminin qui cherche à se libérer de ses démons, d’une féminité complexe en quête d’apaisement.

Notes    [ + ]

  1. En mars 2021, les éditions François Bourin changent de nom et deviennent les éditions Les Pérégrines. Suite au départ à la retraite de son oncle, François Bourin, fondateur de la structure éditoriale, Aude Chevrillon prend la direction de la maison et décide de lui attribuer comme nom le titre d’un roman paru en 1989 composé par sa grand-mère, Jeanne Bourin (1922-2003). « Les Pérégrines » symbolise aussi la nouvelle ligne éditoriale qui se veut resserrée sur des « voix qui font évoluer notre société, des voix engagées qui ouvrent des pistes de réflexion différentes et nous embarquent dans un voyage intellectuel ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.