Rentrée littéraire 2020 – L’Olivier

Copyright : L'Olivier

Les éditions de l’Olivier proposent cinq ouvrages pour cette rentrée littéraire 2020. Parmi eux, on retrouve trois textes d’expression française, ceux de Florence Seyvos, Thomas Flahaut et Jean-⁠Pierre Martin ; et deux d’expression anglaise signés Robin Robertson et Jonathan Franzen. Ces écrits invitent tout.e un.e chacun.e à interroger la société dans laquelle on évolue aujourd’hui.

Une rentrée française

Florence Seyvos nous plonge dans Une bête aux aguets dans le quotidien tourmenté d’une jeune femme vivant recluse, sous l’emprise de nombreuses substances médicamenteuses dont elle veut se défaire puisqu’elles lui sont prescrites quotidiennement… Mais Anna est loin de s’imaginer les répercussions de cette possible émancipation.

Jean-⁠Pierre Martin examine dans Mes fous avec humour l’étrangeté de l’être au moyen d’un personnage-réceptacle de récits intimes contés par autrui. Sandor a une affection particulière pour « ses fous », une appellation qu’il leur donne affectueusement. Mais sa proximité avec ces « corps errants » pourrait bien lui être fatale.

Dans son deuxième roman intitulé Les Nuits d’été, Thomas Flahaut décrypte les désirs et désillusions de personnes dépossédées de leur héritage culturel et aspirant à un monde meilleur. Thomas, Medhi et Louise sont ainsi trois jeunes qui se connaissent depuis toujours. Et depuis toujours, ils rêvent d’une certaine ascension sociale.

Une bête aux aguets de Florence Seyvos

Une bête aux aguets
TitreUne bête aux aguets
Auteure Florence Seyvos
Éditeur L’Olivier
Collection Littérature française
ISBN139782823611793
ISBN102823611797
Date de parution20 août 2020
Prix prévisionnel17,00 €
Nombre de pages144
Description de l’éditeur :

Lorsqu’elle se retrouve seule, à l’abri des regards, Anna entend des voix, aperçoit des lumières derrière les rideaux, surprend des ombres dans le couloir. Elle sait qu’elle appartient à un autre monde, qui n’obéit pas aux mêmes lois que le monde ordinaire.

Cela l’effraie, et la remplit de honte.

Est-ce pour se protéger d’un danger que, depuis l’âge de douze ans, Anna doit avaler des comprimés prescrits par un certain Georg ? De quelle maladie souffre-t-elle ? Dans quel état se retrouverait-elle si elle abandonnait le traitement ?

Une bête aux aguets est l’histoire d’une jeune fille habitée par la peur : celle de se métamorphoser en une créature dont elle n’ose prononcer le nom. Mais ce phénomène qu’elle ne peut expliquer est peut-être la promesse d’un autre changement. Dans ce roman voué à l’inquiétante étrangeté, Florence Seyvos nous conduit au cœur du mystère qu’elle ne cesse l’explorer, de livre en livre, avec obstination.

Les Nuits d’été de Thomas Flahaut

Les Nuits d’été
TitreLes Nuits d’été
Auteur Thomas Flahaut
Éditeur L’Olivier
Collection Littérature française
ISBN139782823616026
ISBN102823616020
Date de parution27 août 2020
Prix prévisionnel18,00 €
Nombre de pages224
Description de l’éditeur :

Thomas, Mehdi et Louise se connaissent depuis l’enfance.

À cette époque, Les Verrières étaient un terrain de jeux inépuisable. Aujourd’hui, ils ont grandi, leur quartier s’est délabré et, le temps d’un été, l’usine devient le centre de leurs vies.

L’usine, où leurs pères ont trimé pendant tant d’années et où Thomas et Mehdi viennent d’être engagés.

L’usine, au cœur de la thèse que Louise prépare sur les ouvriers frontaliers, entre France et Suisse.

Ces enfants des classes populaires aspiraient à une vie meilleure. Ils se retrouvent dans un monde aseptisé plus violent encore que celui de leurs parents. Là, il n’y a plus d’ouvriers, mais des opérateurs, et les machines brillent d’une étrange beauté.

Avec cette grande fresque sur la puissance et la fragilité de l’héritage social, Thomas Flahaut écrit le roman d’une génération, ses rêves, ses espoirs, ses désillusions.

Mes fous de Jean-⁠Pierre Martin

Mes fous
TitreMes fous
Auteur Jean-Pierre Martin
Éditeur L’Olivier
Collection Littérature française
ISBN139782823616644
ISBN102823616640
Date de parution27 août 2020
Prix prévisionnel17,00 €
Nombre de pages160
Description de l’éditeur :

Sandor est perplexe.

Est-ce que j’attire les fous, ou bien est-ce moi qui cherche leur compagnie ?

Dès qu’il sort de chez lui, ces corps errants l’abordent et s’accrochent à sa personne, faisant de lui le dépositaire de leurs récits extravagants. Il y a Dédé, le fou météo. Laetitia et ses visions étranges. Madame Brandoux, qui jure toute la journée contre le monde entier. Et bien d’autres encore.

Sandor se demande s’il n’est pas fou lui-même. D’autant que Constance, sa fille, est atteinte d’une terrible maladie psychique qui l’isole du reste du monde...

Avec sensibilité, avec humour, avec désespoir, Jean-Pierre Martin raconte ceux qui butent, qui penchent, qui chantent la journée et hurlent la nuit.

Une rentrée étrangère

Robin Robertson, traduit par Josée Kamoun, montre dans Walker l’errance d’un protagoniste hanté par son histoire personnelle, une histoire qui s’entremêle à la grande Histoire. Walker a ainsi officié en tant que soldat canadien pendant la Seconde Guerre mondiale ; il tente de trouver sa place dans une Amérique lui semble hostile.

Jonathan Franzen choisit, quant à lui, le genre de l’essai littéraire pour évoquer le réchauffement climatique et notre comportement indifférent vis-à-vis de la Terre : l’objectif à atteindre pour protéger la planète serait selon lui clair depuis une trentaine d’années, mais nos agissements ne vont pas dans le sens du progrès. Ce discours que l’on retrouve dans Et si on arrêtait de faire semblant ? est traduit par Olivier Deparis.

Walker de Robin Robertson

Walker
TitreWalker
Titre originalThe Long Take
Auteur Robin Robertson
Traductrice Josée Kamoun
Éditeur L’Olivier
Collection Littérature étrangère
ISBN139782823614800
ISBN10282361480X
Date de parution20 août 2020
Prix prévisionnel23,00 €
Nombre de pages256
Description de l’éditeur :

« Il marche, Walker. C’est son nom et sa nature. »

Jeune soldat canadien de retour des champs de bataille de la Seconde Guerre mondiale, Walker s’installe à New York en 1946. Hanté par la violence des combats, il peine à trouver sa place dans une Amérique où l’argent et la corruption règnent désormais en maîtres.

Il se lance alors dans une odyssée qui le conduit à San Francisco puis Los Angeles, tente de gagner sa vie en travaillant dans la presse et côtoie le monde du cinéma et du film noir qui le fascine. Mais point de salut pour cette âme perdue, condamnée à errer dans un décor qui n’est autre que le reflet de son chaos intime.

Road novel en forme de poème épique aux images puissantes, Walker est une évocation en noir et blanc de l’Amérique de l’après-guerre, une sublime parabole sur la nature du Mal.

Et si on arrêtait de faire semblant ? de Jonathan Franzen

Et si on arrêtait de faire semblant ?
TitreEt si on arrêtait de faire semblant ?
Titre originalWhat If We Stopped Pretending?
Auteur Jonathan Franzen
Traducteur Olivier Deparis
Éditeur L’Olivier
Collection Littérature étrangère
ISBN139782823600124
ISBN102823600124
Date de parution3 septembre 2020
Prix prévisionnel22,50 €
Nombre de pages352
Description de l’éditeur :

« Vous pouvez continuer d’espérer que la catastrophe est évitable, et éprouver toujours plus de frustration et de colère face à l’inaction du monde. Ou vous pouvez accepter que le désastre est pour demain, et commencer à reconsidérer ce que cela veut dire d’espérer. »

Romancier célébré, Jonathan Franzen est également un brillant essayiste et le prouve dans ce recueil composé de textes écrits entre 2001 et 2019. À travers des récits personnels et des réflexions plus vastes sur l’Amérique, le réchauffement climatique, la littérature ou les nouvelles technologies, Franzen nous pousse à interroger notre rôle dans la marche du monde.

Aujourd’hui, ses mots résonnent d’un écho particulier. Comment réagir face à l’inéluctable ? Jonathan Franzen décrit la lutte qui se joue en chacun de nous entre l’optimisme béat, le déni et le pessimisme, proposant une voie médiane : celle du pragmatisme combatif.

Entre raison et déraison

Les éditions de l’Olivier ont ainsi sélectionné pour leur rentrée littéraire 2020 des textes porteurs de sens, évoluant en circonvolution entre raison et déraison, où les « plus fous » ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.