Rentrée littéraire 2020 – Parutions des éditions Quidam

Quidam Éditeur
Copyright : Quidam

La rentrée littéraire 2020 des éditions Quidam se concentre autour d’un ouvrage signé Caroline Deyns montrant les multiples facettes d’une femme, notamment son aspiration, sa capacité à se renouveler et son impulsion créative.

Une femme plurielle

Caroline Deyns, auteure de Tour de plume (Philippe Rey, 2011) et Perdu, le jour où nous n’avons pas dansé (Philippe Rey, 2015), s’intéresse dans son troisième roman intitulé Trencadis au destin de Niki de Saint Phalle.

Niki de Saint Phalle (1930-2002) est une peintre, sculptrice, plasticienne et réalisatrice franco-américaine. Elle est notablement connue comme l’une des rares femmes à s’être imposée dans le domaine de la sculpture monumentale, et comme une militante féministe aux idées architecturales expérimentales. Son existence est ici contée par le biais de regards extérieurs et introspections lumineuses, donnant du relief à sa personnalité d’artiste.

Une rentrée romancée

Les éditions Quidam offrent ainsi une biographie romancée d’une femme d’exception. Découvrez ci-après l’argumentaire du roman de Caroline Deys.
 

Trencadis de Caroline Deyns

Trencadis
TitreTrencadis
Auteure Caroline Deyns
Éditeur Quidam
Collection Made in Europe
Date de parution20 août 2020
ISBN139782374911588
ISBN102374911586
Prix prévisionnel22,00 €
Nombre de pages364
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

« Je montrerai tout. Mon coeur, mes émotions. Vert - rouge - jaune - bleu - violet. Haine - amour - rire - peur - tendresse. »

Niki hait l’arête, la ligne droite, la symétrie. À l’inverse, l’ondulation, la courbe, le rond ont le pouvoir de déliter la moindre de ses tensions. Délayer les amertumes, délier les pliures : un langage architectural qui parlerait la langue des berceuses. Aussi vit-elle sa visite au parc Güell comme une véritable épiphanie. Tout ici la transporte, des vagues pierrées à leur miroitement singulier. Trencadis est le mot qu’elle retient : une mosaïque d’éclats de céramique et de verre. De la vieille vaisselle cassée recyclée pour faire simple.

Si je comprends bien, se dit-elle, le trencadis est un cheminement bref de la dislocation vers la reconstruction. Concasser l’unique pour épanouir le composite. Broyer le figé pour enfanter le mouvement. Briser le quotidien pour inventer le féerique. Elle rit : ce devrait être presque un art de vie, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.