Rentrée littéraire 2020 – Parutions des éditions Stock

Rentrée littéraire 2020 - Stock
Copyright : Stock

Les éditions Stock présentent une rentrée littéraire 2020 diversifiée constituée de onze titres. Ces derniers traitent du passage de l’ombre à la lumière de personnages ayant été éprouvés, de relations familiales dans leur complexité, de quêtes de vérité et d’Histoire revisitée.

Deux premiers romans composent cette sélection, un d’expression française signé Florent Marchet, l’autre d’expression anglaise signé Nazanine Hozar, écrivaine canadienne d’ascendance iranienne.

Une renaissance possible ?

Les œuvres d’Alexandra Dezzi, Tobie Nathan et Nazanine Hozar s’intéressent aux expériences de vie difficiles ; les personnages de ces romans tentent en effet de s’en sortir envers et contre tout.

La Colère, deuxième roman d’Alexandra Dezzi, pose un regard insolite sur une femme dont on ne comprend l’histoire dans sa globalité qu’en fin d’ouvrage. Le lecteur découvre graduellement la narratrice à travers ses relations sexuelles qu’elle enchaîne comme elle pourrait combattre un à un ses adversaires sur le ring – la boxe étant le moyen qu’elle trouve pour se sentir en vie. Ce roman interroge de la sorte tout un chacun sur les rapports hommes-femmes, et les notions de domination et de rage émotionnelle.

Tobie Nathan, dont le nouveau roman intitulé La Société des Belles Personnes s’inscrit dans la continuité de Ce pays qui te ressemble (Stock, 2015), conte l’histoire de Zohar Zohar dans un contexte différent. Ce personnage se retrouve démuni en 1952, aux portes de l’Europe. Tobie Nathan propose ici des allers-retours entre présent et passé pour répondre à une question difficile : comment survivre à l’envie de se venger quand on connaît ses malfaiteurs ?

Dans Aria, Nazanine Hozar compose une intrigue montrant différentes facettes de l’Iran, un pays bouleversé par son histoire politique, où ses habitants se retrouvent directement affectés par celle-ci. Aria est une petite fille aux yeux bleus abandonnée sous un mûrier. Bien qu’une croyance populaire condamne la couleur de ses yeux, un homme choisit de la recueillir, une décision qui entraîne un bouleversement profond de leur vie.

Des relations familiales

Florent Marchet, Olivia Elkaim et Caroline de Bodinat explorent les relations familiales dans leur beauté, leur incandescence et leur grande complexité.

Le Monde du vivant est un roman dans lequel Florent Marchet alterne les points de vue d’un père et sa fille adolescente. Le premier, Jérôme, entraîne sa famille à la campagne, loin de la ville qu’il ne supporte plus. La deuxième, Solène, déteste ce nouvel environnement, ne comprend pas ce choix de vie et entre en révolte contre son père. Le temps d’un été, leurs rapports vont s’embraser…

Olivia Elkaim offre un roman à caractère autobiographique intitulé Le Tailleur de Relizane. Elle reprend à son compte l’histoire de ses grands-parents Marcel et Viviane et relate, par la voix de la narratrice, cette quête des origines salvatrice. Elle tisse ici une filiation par le destin romanesque, atypique, d’un couple arrivé en France après une guerre d’Algérie dévastatrice.

Caroline de Bodinat dévoile dans Dernière Cartouche l’existence d’un homme inconfortable dans son quotidien. Paul des Tures est un père complice, un mari égoïste, un aristocrate fauché, un entrepreneur rêveur, un amant exposé, un éternel adolescent. Conscient de ses manquements, il tente d’y remédier mais est souvent rattrapé par son milieu normé. La narratrice du roman qui n’est autre que sa fille essaie de comprendre sa vie brisée.

Où la fiction emprunte au réel

Les romans de Simon Liberati, Emmanuel Ruben et Étienne de Montety mêlent vérité et fiction, réalité et imagination.

Simon Liberati écrit l’histoire d’une fratrie à la fois séduisante, vénéneuse et charmante au sein des Démons. Serge, Alexis et Taïné se complètent… jusqu’au moment où la tragédie s’immisce dans leur vie. L’écrivain embarque alors son lecteur dans une épopée rocambolesque ayant pour décors Paris, Cannes, New York et Bangkok, aux côtés d’acteurs tels que Truman Capote et Andy Warhol, pour ne citer qu’eux.

Emmanuel Ruben exploite à nouveau au sein de Sabre des facettes de son personnage Samuel Vidouble, déjà présent dans La Ligne des glaces (Rivages, 2014). L’homme est un professeur d’histoire passionné de géographie qui partage beaucoup de similarités avec son auteur. Ici, le souvenir – réel ? déformé ? – d’un sabre suspendu dans la maison de ses grands-parents obsède Samuel. Il part alors sur ses traces et remonte le cours des histoires familiales.

La Grande Épreuve d’Étienne de Montety part d’un fait divers couvert par le journaliste, devenu ici romancier, pour Le Figaro : l’assassinat du père Hamel qui se produit au sein de l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray. Il utilise le romanesque pour explorer le pourquoi de ces événements tragiques et montrer l’irruption de la violence dans un village finalement assez banal.

Une guerre, origines et répercussions

Hervé Bel et Philippe Claudel traitent de l’avènement d’une guerre, puis de ses conséquences humaines. Les deux écrivains prennent à contre-courant les interrogations qui demeurent sur ces sujets.

Dans Erika Sattler, Hervé Bel revient sur la montée en puissance du nazisme en Allemagne. Pour ce faire, il crée un personnage féminin éponyme, Erika Sattler, une nazie convaincue, fascinée par Hitler et sa vision du foyer allemand idéal. Son parcours, observé sur plus de deux décennies, expose la réalité des femmes qui ont soutenu ce mouvement idéologique.

Fantaisie allemande de Philippe Claudel, noté à paraître au mois de septembre 2020, plonge son lecteur avec effroi et douleur dans la réalité de la guerre, une guerre vue par des fantômes, des déserteurs, des personnages furtifs. Il propose ici un univers sombre et glaçant, et permet un regard continu sur le destin de personnages que l’on retrouve après quelques années.

Une rentrée hétéroclite

Les éditions Stock offrent ainsi une rentrée littéraire 2020 hétéroclite. À noter aussi la parution du journal de Fang Fang en septembre, un ouvrage intitulé Wuhan, ville close. Fang Fang, écrivaine chinoise connue en France pour son roman Soleil du crépuscule (Stock, 1999), propose le récit quotidien de son confinement à Wuhan. Elle décrit alors les villes closes, les quartiers qui périssent, les morts qui s’entassent…

Découvrez ci-après les onze romans de cette rentrée littéraire.
 

Erika Sattler de Hervé Bel

Erika Sattler
TitreErika Sattler
Auteur Hervé Bel
Éditeur Stock
Collection La Bleue
Date de parution19 août 2020
ISBN139782234086401
ISBN10223408640X
Prix prévisionnel20,90 €
Nombre de pages342
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

« Il lui était apparu d’abord quelconque, avec sa moustache et son uniforme terne, gris ou vert, devant son pupitre. Puis il avait parlé. Non, d’abord, il était resté silencieux, les bras croisés, les sourcils froncés, tournant lentement la tête, comme un maître qui attend que ses élèves se taisent. La rumeur s’était tue d’elle-même. Alors il avait commencé à parler. Des phrases prononcées lentement, d’une voix douce. Un adagio en quelque sorte, le début lent, presque inaudible d’un quatuor à cordes, qui forçait les auditeurs à encore plus de silence pour comprendre ce qu’il disait. Soudain, le ton était monté, sa voix avait pris une puissance inattendue. Ce qu’il disait avait fini par n’avoir plus d’importance. La voix réveillait en elle des émotions presque musicales, toutes sortes de sentiments, colère, exaltation, tristesse, et joie, une joie indescriptible. On croyait Hitler et on voyait presque ce qu’il annonçait. Cet homme était habité, porteur d’un message extraordinaire. Les gens l’écoutaient bouche-bée, les émotions de chacun excitant celles de l’autre.
Erika avait seize ans. Elle était rentrée chez elle transformée. Elle serait national-socialiste. »

Janvier 1945. Les Russes approchent de la Pologne. Sur les routes enneigées, Erika Sattler fuit avec des millions d'autres Allemands. La menace est terrible, la violence omniprésente. Pourtant, malgré la débâcle, Erika y croit encore : l’Allemagne nazie triomphera.

Dans ce livre puissant, dérangeant et singulier, Hervé Bel brosse le portrait d'une femme qui se rêve en parfaite ménagère national-socialiste.
La « banalité du Mal » dans sa glaçante vérité.

Dernière cartouche de Caroline de Bodinat

Dernière cartouche
TitreDernière cartouche
Auteure Caroline de Bodinat
Éditeur Stock
Collection La Bleue
Date de parution19 août 2020
ISBN139782234084377
ISBN102234084377
Prix prévisionnel19,00 €
Nombre de pages216
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

« Il m’a appris à éviter les au revoir, à détester les quais de gare.
Quand il m’y accompagnait, il faisait semblant d’oublier l’horaire. Une demi-heure avant le départ, il disparaissait, je m’inquiétais.
Ma mère, compatissante, disait : ‘‘Tu sais, ton père, ses promesses…’’
La voiture qui se garait devant la maison, sur le trottoir, la faisait taire. Il ouvrait la porte d’entrée, passait une tête et demandait : ‘‘Alors, qu’est-ce que tu bouines ? T’es prête ?’’ […]
Paul des Tures est mort aux alentours de 11h15. En février 1993, le premier mercredi du mois. J’avais vingt-trois ans, je fumais des blondes, lui des brunes sans filtre.
Je suis sa fille aînée.
J’aurai bientôt son âge.
Il venait d’avoir cinquante et un ans.
Chez les des Tures, on ne pose pas de questions. […]

Dans ses effets personnels, remis aux ayants droit, il n’y avait qu’un briquet jetable, un trousseau de deux clés de voitures, un autre d’appartement et un petit sachet transparent avec son alliance et sa chevalière, couvertes de sang coagulé. »

Il a cru qu’il ferait mieux que les autres.
Il pensait que tout allait lui réussir…
Il a fini par appeler son labrador chien de con.

La Colère d’Alexandra Dezzi

La Colère
TitreLa Colère
Auteure Alexandra Dezzi
Éditeur Stock
Collection La Bleue
Date de parution19 août 2020
ISBN139782234088986
ISBN102234088984
Prix prévisionnel18,50 €
Nombre de pages224
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

« Ce n’est pas de désir dont il s’agit ici, mais plutôt d’un exercice de domination », écrit la célèbre féministe Monique Wittig, citée par l’auteure de ce roman, son deuxième d’une jeune vie d’écrivain. Mais la question résonne autrement : qui domine qui ? Et derrière « cette façade de chair impénétrable », qui se cache-t-il ?

Sur le ring de boxe où elle s’entraîne, comme sur le ring intime du corps-à-corps, la narratrice, qui semble parfois voltiger au-dessus de son enveloppe corporelle, décide et subit à la fois. Elle est l’héroïne et le sujet. Que ressent-elle des coups, du sexe comme agression ou jouissance, est-elle libre ou prisonnière de son désir ? Et ce désir, dont elle s’évade en longs travellings dans un RER ou un Uber, ce désir fast-food, ce désir comme de l’eau noire où l’on s’enfonce, de quelle origine est-il et de quelle scène primitive jaillit-il ?

Un roman urbain, féminin, choc et cru, mais dont ni la mélancolie ni même le romantisme noir ne sont exclus.

Le Tailleur de Relizane d’Olivia Elkaim

Le Tailleur de Relizane
TitreLe Tailleur de Relizane
Auteure Olivia Elkaim
Éditeur Stock
Collection La Bleue
Date de parution19 août 2020
ISBN139782234086173
ISBN102234086175
Prix prévisionnel20,90 €
Nombre de pages352
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

Relizane, pendant la guerre d’Algérie. Lorsqu’en pleine nuit, on frappe à la porte, Marcel, le grand-père d’Olivia Elkaim, craint pour sa vie et celles de sa femme et de leurs deux enfants. On lui enfile une cagoule sur la tête, il est jeté dans un camion et emmené dans le désert. Va-t-il être condamné à mort ou gracié ? Il revient sain et sauf à Relizane trois jours plus tard, et ses proches se demandent quel est le secret de ce sauf-conduit. A quoi a-t-il collaboré ? Quels gages a-t-il donné et à qui ? Viviane, son épouse, ses frères, sa mère, ses voisins, tous questionnent le tailleur juif. Mais il garde le silence. Quand un jeune apprenti arabe se présente devant son échoppe, Marcel comprend que tôt ou tard, il lui faudra quitter son pays natal.

Après ce début d’une folle intensité romanesque, Olivia Elkaim retrace l’histoire de sa famille, l’exil des siens, leur arrachement à cette terre africaine, et leur fuite chaotique vers une France où rien ne les attend – ni confort, ni sympathie, ni même aucune aide administrative.

Ces valeureux que le soleil caressait il y a peu, deviennent des réprouvés qui ne connaîtront que l’ombre d’une cave humide à Angers. Les grands-parents d’Olivia Elkaim, Viviane et Marcel, sont deux magnifiques personnages, entre Albert Cohen et Anna Magnani, qui ne cesseront de rêver d’échapper à cette triste France.

Au-delà de tout ce que nous savons du retour d’une famille pied-noire en métropole, au-delà du drame humain, familial, politique, souvent commenté par les historiens, Olivia Elkaim explore sa part algérienne, juive, lyrique, à la fois enchantée et hantée, que son père Pierre avait tenté en vain de lui transmettre.
Par ce livre qui rend hommage à ses ancêtres, et à travers la photographie jaunie d’une grand-tante, retrouvée par hasard dans le cimetière juif de Relizane, elle se révèle aussi à elle-même.

Les Démons de Simon Liberati

Les Démons
TitreLes Démons
Auteur Simon Liberati
Éditeur Stock
Collection La Bleue
Date de parution19 août 2020
ISBN139782234080409
ISBN102234080401
Prix prévisionnel20,90 €
Nombre de pages342
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

Dans la somnolence magique de leur domaine familial, Serge, Alexis et Taïné traînent leur désœuvrement. Taïné a la beauté empoisonnée d’un tableau préraphaélite ; Serge est un prince des ténèbres ; quant à Alexis, le plus jeune et le plus fou, il se jette à corps perdu dans l’amour et la provocation. La séduction de leur jeunesse tourne à la cruauté muette. La tragédie frappe cette fratrie en ce printemps 1967, et accélère la bascule vers une époque nouvelle : celle, pop et sensuelle, de la drogue, du plaisir et de la guerre du Viêt Nam.

Après l’accident, Taïné soigne son visage défiguré à New York, où elle croise Truman Capote, l’auteur des De sang-froid, suit Andy Warhol et sa bande, et son amoralité naturelle enflamme une vie nocturne, excentrique, libre.
Donatien, l’ami de la famille aux mains d’assassin, promène son audace chez Paul Morand, Marie Laure de Noailles, Louis Aragon et Elsa Triolet aux ombres frêles, dans un Saint-Germain-des-Prés qui danse et qui jouit.

Nonchalants et fantasques, ces démons sont de ceux qui sont trop beaux et trop aimés de la fortune. Entre Paris, Cannes et Bangkok, ils rêvent d’écrire ou, à défaut, se contentent d’être des héros.

Un roman d’une ambition rare, mêlant l’intrigue balzacienne à l’hymne pop. L’esthétique de cet univers aussi glamour que brutal est une magnifique métaphore de la capacité ou de l’incapacité à créer.

Le Monde du vivant de Florent Marchet

Le Monde du vivant
TitreLe Monde du vivant
Auteur Florent Marchet
Éditeur Stock
Collection La Bleue
Date de parution19 août 2020
ISBN139782234089969
ISBN102234089964
Prix prévisionnel19,50 €
Nombre de pages288
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

Cet été-là, Solène a treize ans et elle déteste son père. Jérôme a obligé sa famille à s’installer à la campagne pour réaliser son rêve : devenir propriétaire d’une ferme. Cet ancien ingénieur, lui, est fier de sa nouvelle vie : au plus proche de l’écosystème, les mains dans la terre à planter des haricots et des tomates de saison, l’œil à veiller sur la traite de ses vaches. Mais les temps se durcissent, et la désillusion grignote son esprit.
Alors que les moissons approchent, sa femme Marion, voulant l’aider, se blesse avec une machine agricole et immobilisée. Théo, un « wooffeur » (aide agricole biologique) de vingt-quatre ans, vient seconder Jérôme ; il n’est pas sans charme, il n’est pas sans radicalité non plus. Avec sa présence c’est tout l’équilibre familial qui est chamboulé.
Avec la fin du collège, Solène découvre la sexualité, son langage amoureux, sa légèreté, ses bouderies, ses audaces. En ce mois de juillet, la vie va s’embraser.

Un premier roman virtuose, mené par une écriture visuelle qui joue sur les émotions amoureuses, la solitude de l’existence, sa beauté aussi. Une forme de suspens saisit cette campagne où il fait trop chaud, où les corps sont trop moites, où les gestes sont maladroits et où les malentendus vont croissant, jusqu’au final.

La Grande Épreuve d’Étienne de Montety

La Grande Épreuve
TitreLa Grande Épreuve
Auteur Étienne de Montety
Éditeur Stock
Collection La Bleue
Date de parution19 août 2020
ISBN139782234088412
ISBN102234088410
Prix prévisionnel20,00 €
Nombre de pages306
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

Un couple sans histoire, Laure et François Berteau. Leur fils adoptif, David, adolescent enjoué qui se pose des questions sur ses origines. Le père Georges Tellier, un prêtre qui s’arc-boute à sa foi, dans une Église qui s’étiole. Frédéric Nguyen, flic résolu à l’action et au silence, pour préserver sa vie privée. Hicham, que le goût du risque et de la frime finit par conduire en prison. Des remarques blessantes, de mauvaises rencontres. Une emprise croissante de l’islamisme et une colère de plus en plus radicale.

Et tout se précipite. Vers cette petite église d’un village du Sud-Ouest de la France, la tragédie attire comme un aimant explosif des hommes que rien ne prédestinait à se rencontrer.

Le sujet de La Grande Épreuve nous concerne tous. La violence peut surgir au coin de la rue, comme ce fut le cas pour le père Hamel assassiné dans son église de Saint-Etienne du Rouvray. Étienne de Montety s’en inspire librement, en romancier. Car ce que seul un roman peut nous faire comprendre, par son souffle, ses échos et son irrésistible accélération, c’est la dimension inéluctable de tels événements. Le courage, la prudence, la peur, l’amour ou le désarroi, rien ne pourra arrêter une religion devenue folle.

La Société des Belles Personnes de Tobie Nathan

La Société des Belles Personnes
TitreLa Société des Belles Personnes
Auteur Tobie Nathan
Éditeur Stock
Collection La Bleue
Date de parution19 août 2020
ISBN139782234088207
ISBN102234088208
Prix prévisionnel22,00 €
Nombre de pages432
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

1952. Zohar Zohar, expulsé et fugitif, arrive en Europe.

Né pauvre dans le misérable quartier juif du vieux Caire, l’enfant chéri de ‘Haret el-Yahoud, la ruelle aux Juifs, le jeune homme flamboyant, dont les clubs et bars attirent la haute société cairote, débarque sans famille, sans ami, sans un sou. Seul l’accompagne le fantôme de Dieter Boehm, son tortionnaire nazi. Zohar fuit un pays à feu et à sang, une société malade à l’image de son roi, Farouk, ramolli de luxure et détesté par son peuple, une société nécrosée par la montée des Frères musulmans, l’infiltration des anciens nazis dans l’armée égyptienne, les pogroms contre les juifs et la rébellion conduite par le puissant Gamal Abd el-Nasser. En France, son obsession va se lier à celle d’Aaron, Lucien et Paulette, trio soudé dans l’envie d’en découdre avec le passé qui les hante. Contre les bourreaux de leur passé, un même procédé : deux balles dans la tête, la première pour la vengeance, la seconde pour la signature.

C’est l’histoire que son fils François va découvrir, celle qui lui fera comprendre la mystérieuse promesse faite par son père à la Société des Belles Personnes. Et qu’il décidera de poursuivre.

Entre fresque historique et grand roman, des heures sombres de l’Égypte à la part enfouie de la mémoire française, Tobie Nathan écrit magnifiquement une épopée foisonnante et tragique, lestée du passé, forte de ses personnages, de leurs souvenirs et de leur cheminement.

Sabre d’Emmanuel Ruben

Sabre
TitreSabre
Auteur Emmanuel Ruben
Éditeur Stock
Collection La Bleue
Date de parution19 août 2020
ISBN139782234089990
ISBN102234089999
Prix prévisionnel20,90 €
Nombre de pages400
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

Il était une fois. Comme dans tous les grands romans, c’est-à-dire qui sollicitent notre part d’enfance, cela commence par : « Il y avait autrefois dans la salle à manger des grands-parents, un sabre de modèle inconnu, que je n’ai jamais manié, jamais soupesé, pas même caressé. » Le revoilà, Samuel Vidouble, le narrateur, coincé dans une maison, poussiéreuse mais encore hantée par les fantômes d’une famille provinciale, calviniste, « sans histoires, sans qualités, sans titres de gloire », dans « un cul-de-sac de la France et de l’Europe », au bout d’une ligne de train improbable et nocturne, le revoilà, ce Samuel Vidouble, professeur d’histoire désabusé, et amateur de cartes de géographie, qui décide d’enquêter sur ce souvenir d’enfance, guidé par tante Esther, libraire à la retraite : « Où était-il passé ce sabre ? Et si je l’avais rêvé ? »

Ce n’est pas tant le sabre à la lame courbée, fêlée, couleur de Sienne, que les époques qu’il a pu traverser, les lignées d’hommes, de guerres, de morts, qui impressionnaient autrefois le jeune Samuel, lui qui appartient à la dernière génération ayant connu celles qui firent la guerre. Et puis à quel ancêtre revenait-il, ce sabre ? Qui était l’héroïque, ou au contraire, l’imposteur sans foi ni loi : VVRL, Victor Vidouble Rex Livorum ? Victor Vidouble roi des Lives, qui aurait jadis régné sur un archipel de la Baltique ? Un descendant d’huguenot confiné dans son pays de marais, d’étangs et de tourbières ? Un nobliau du XVIIIe siècle, amoureux des cartes de géographie, lui aussi, et qui mise sur elle pour l’arracher à sa province reculée ? Le baron Victor Vidouble de Saint-Pesant, mythe familial ou légende du grand dehors que les oncles-vétérans réinventent à tour de rôle, à la veillée ? Vaut-il mieux se vouer au réel, souvent décevant, que suivre l’aile de l’imaginaire, avec ses histoires d’îles perdues ou inventées ? À moins qu’une carte au trésor familiale nous permette de situer le lieu et l’époque d’où viendrait le fameux sabre ?
Dans la lignée des autres livres d’Emmanuel Ruben, qui ont l’imaginaire et l’ailleurs au cœur de leur force, mais d’une puissance romanesque remarquable, d’une invention géographique drolatique, Sabre est le livre de la maturité. Un vrai roman picaresque qui tient des Aventures du Baron de Münchhausen autant que du Baron perché d’Italo Calvino. C’est un jeu de pistes vertigineux qui nous fait remonter le fil du temps jusqu’aux guerres napoléoniennes, et nous invite à un voyage baroque à la poursuite de chimères qui disent notre vérité.

Aria de Nazanine Hozar

Aria
TitreAria
Auteure Nazanine Hozar
Traducteur Marc Amfreville
Éditeur Stock
Collection La Cosmopolite
Date de parution19 août 2020
ISBN139782234088887
ISBN102234088887
Prix prévisionnel24,00 €
Nombre de pages522
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

« Je vais t’appeler Aria, à cause de toutes les douleurs et de tous les amours du monde. »

Téhéran, 1953. Par une nuit enneigée, Behrouz, humble chauffeur de l’armée, entend des pleurs monter d’une ruelle. Au pied d’un mûrier, il découvre une petite fille aux yeux bleus, âgée de quelques jours. Malgré la croyance populaire qui veut que les yeux clairs soient le signe du diable, il décide de la ramener chez lui, modifiant à jamais son destin et celui de l’enfant, qu’il nomme Aria.

Alors que l’Iran, pays puissant et prospère, sombre peu à peu dans les divisions sociales et religieuses, trois figures maternelles vont croiser la route d’Aria et l’accompagner dans les différentes étapes de sa vie : la cruelle Zahra – femme de Behrouz –, qui la rejette et la maltraite, la riche veuve Fereshteh qui l’adopte et lui offre un avenir, et la mystérieuse Mehri, qui détient les clefs de son passé.

À l’heure où le vent du changement commence à souffler sur l’Iran, Aria, désormais étudiante, tombe amoureuse de Hamlet, un jeune Arménien. Mais, lorsque la Révolution éclate, les espoirs des Iraniens sont rapidement balayés par l’arrivée au pouvoir de l’Ayatollah Khomeini et la vie d’Aria, comme celle du pays tout entier, s’en trouve à jamais bouleversée.

Fantaisie allemande de Philippe Claudel

Fantaisie allemande
TitreFantaisie allemande
Auteur Philippe Claudel
Éditeur Stock
Collection La Bleue
Date de parution23 septembre 2020
ISBN139782234090491
ISBN102234090490
Prix prévisionnel15,50 €
Nombre de pages120
Liens affiliés leslibraires.fr Acheter sur Les Libraires Amazon Acheter sur Amazon
Description de l'éditeur

Philippe Claudel cite en exergue le si réaliste Thomas Bernhardt : « L’Allemagne a une haleine de gouffre. » Terrible formule qui trouve sa réalisation dans ce roman décomposé où les personnages reviennent, comme dans une ronde que même la mort ne peut interrompre. Un soldat (un déserteur ? un rescapé ?) croit trouver refuge et trouve la fin. Un homme âgé ressasse un passé qui n’en finit pas, et l’on apprend qu’il est le père de Viktor. Qui est Viktor ? Un soldat ou un salaud, ou les deux ? Une fille mal dégrossie, cruelle, maltraite le pensionnaire d’un hospice, mais qui est le plus cruel d’entre eux, puisque l’homme si paisible chantonne à son heure des marches nazies ? Le peintre expressionniste allemand Franz Marc est-il mort à Verdun en 1916 ou au contraire au cours de l’Aktion qui élimina les handicapés physiques et mentaux ? Qu’est-ce que la petite (die Kleine) va faire du cadavre carbonisé couché en gisant dans l’usine où elle s’égare et joue ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.