Rentrée littéraire 2022 – Amsterdam

Copyright : Amsterdam

Les éditions Amsterdam, « [assurant] la traduction et l’édition d’ouvrages de philosophie, d’histoire et de sciences sociales, d’essais critiques et politiques »[1], prévoient pour leur rentrée automnale 2022 la publication de quatre ouvrages d’expressions française et anglaise.

Une rentrée française

La rentrée dite française des éditions Amsterdam présente ainsi le premier ouvrage de Vincent Berthelier et le second d’Aurore Koechlin.

Se basant sur les œuvres d’un ensemble d’auteur·es de droite et d’extrême droite, Vincent Berthelier formule une réflexion sur ce qu’il nomme le « style réactionnaire » en littérature.

Aurore Koechlin, axant ses recherches sur la gynécologie médicale en France, réfléchit à l’injonction qu’ont les femmes aujourd’hui à consulter un·e gynécologue dans l’année.

Le Style réactionnaire : De Maurras à Houellebecq de Vincent Berthelier

Le Style réactionnaire : De Maurras à Houellebecq
TitreLe Style réactionnaire : De Maurras à Houellebecq
Auteur Vincent Berthelier
Éditeur Amsterdam
ISBN139782354802578
ISBN102354802579
Date de parution19 août 2022
Prix prévisionnel24,00 €
Nombre de pages368
Description de l’éditeur :

En matière de littérature et de style, dit-on, les conservateurs révolutionnent et les révolutionnaires conservent. Les amis du peuple parlent le français de Richelieu, les amis de l’ordre jargonnent comme des Apaches. L’idée a la peau dure : remontant au moins à Stendhal, il n’est pas rare de la trouver sous la plume des réactionnaires d’aujourd’hui, chez Houellebecq, par exemple, qui fait dire à l’un de ses personnages que tous les grands stylistes sont des réactionnaires. La droite ferait passer le style avant toute chose. À preuve, Céline, dont il serait dès lors possible d’ignorer les idées antisémites et exterminatrices, ou du moins de les dissocier radicalement du style constitutif de sa grandeur.

Or, Vincent Berthelier le montre, ce discours remplit historiquement une fonction politique. Il se solidifie après-guerre, chez des Hussards soucieux de minimiser l’engagement vichyste ou hitlérien de la droite littéraire et de réhabiliter leurs aînés en les présentant comme des stylistes.

Plus largement, en étudiant un large corpus d’auteurs de droite et d’extrême droite, ce livre ambitieux voudrait repenser les rapports entre style, langue et politique. Il s’intéresse d’abord à la conception du style et de la langue défendue par certains écrivains, tout en proposant des analyses précises de leur écriture. À chaque étape, il s’agit d’explorer la problématique du style à partir des enjeux idéologiques du moment : dans l’entre-deux-guerres (Maurras, les puristes, Bernanos, Jouhandeau), dans la période de l’essor du fascisme et de la Libération (Aymé, Morand, Chardonne), enfin des années 1970 à nos jours, dans la période où s’élabore une nouvelle pensée réactionnaire (Cioran, Millet, Camus, Houellebecq).

La Norme gynécologique : Ce que la médecine fait au corps des femmes d’Aurore Koechlin

La Norme gynécologique : Ce que la médecine fait au corps des femmes
TitreLa Norme gynécologique : Ce que la médecine fait au corps des femmes
Auteure Aurore Koechlin
Éditeur Amsterdam
ISBN139782354802530
ISBN102354802536
Date de parution9 septembre 2022
Prix prévisionnel20,00 €
Nombre de pages288
Description de l’éditeur :

Parmi les spécialités traitant de la santé des femmes, la gynécologie occupe une place à part : à la différence de l’obstétrique ou de la chirurgie gynécologique, elle ne porte pas sur un moment particulier de la vie corporelle, la maladie, la grossesse ou l’accouchement, mais consiste à suivre les patientes sans justification médicale apparente de la puberté jusqu’à la mort. Elle repose donc sur l’idée que les femmes nécessitent un suivi spécifique et régulier.

Ce livre se donne pour but de défaire cette évidence : pourquoi les femmes doivent-elles consulter un gynécologue une fois par an ? Cette injonction, qui n’a bien sûr pas d’équivalent pour les hommes (il n’existe pas d’« andrologie »), correspond à ce qu’Aurore Koechlin appelle la « norme gynécologique ».

Pour l’étudier, elle a choisi de mener une enquête ethnographique au long cours, sur plusieurs terrains, auprès de praticien·ne·s et de patientes. Ainsi, elle interroge en féministe, au plus près de l’expérience, la nécessité du suivi gynécologique, la manière dont les femmes le vivent et la curieuse pathologisation du corps féminin qu’il implique. Elle retrace les étapes de la « carrière gynécologique », identifie ses effets, notamment psychiques, examine les relations médecins/patientes et l’inégale qualité des soins prodigués selon la classe et la race, et, enfin, s’intéresse aux résistances, partielles ou totales, à cette norme gynécologique, qui prennent par exemple la forme de l’auto-gynécologie.

Une rentrée étrangère

La rentrée dite étrangère des éditions Amsterdam explore des sujets d’actualité qui font parfois encore débat dans nos sociétés occidentales.

Jonathan Sadowsky, traduit par Julie Maistre, compose une histoire de la dépression en enquêtant sur la découverte de cette maladie et en présentant l’état des connaissances la concernant.

Asad Haider, traduit par Valentine Leÿs, s’intéresse aux controverses suscitées par les luttes antiracistes menées aux États-Unis sur ces dernières années.

L’Empire du malheur : Une histoire de la dépression de Jonathan Sadowsky

L’Empire du malheur : Une histoire de la dépression
TitreL’Empire du malheur : Une histoire de la dépression
Titre originalThe Empire of Depression: A New History
Auteur Jonathan Sadowsky
Traductrice Julie Maistre
Éditeur Amsterdam
ISBN139782354802523
ISBN102354802528
Date de parution19 août 2022
Prix prévisionnel24,00 €
Nombre de pages384
Description de l’éditeur :

Cet ouvrage propose une analyse à la fois accessible et sophistiquée du phénomène difficilement saisissable que constitue la dépression. Accessible, parce que, sans présupposer de connaissances préalables, il expose les problèmes de définition posés par cette maladie qui a connu différents noms et caractérisations selon les périodes historiques et les cultures. Sophistiquée, parce que l’auteur insiste sur la construction de la dépression comme maladie.

Cette attention épistémologique, conjuguée à la grande variété des sources mobilisées – des traités psychiatriques aux récits autobiographiques –, confère à l’approche de Jonathan Sadowsky sa richesse et sa densité. Sous sa plume se trouve ainsi restituée la longue histoire de la dépression : l’apparition de ses différents avatars (comme l’acedia médiévale et la mélancolie), la naissance de la psychanalyse et des psychothérapies, le développement des diagnostics de dépression dans la période de l’après-guerre, et enfin l’essor, à partir des années 1980, de médicaments comme le Prozac. Il en résulte une somme indispensable pour cerner une maladie dont souffrent des millions de personnes dans le monde.

Le Malentendu : Race, classe et identité d’Asad Haider

Le Malentendu : Race, classe et identité
TitreLe Malentendu : Race, classe et identité
Titre originalMistaken Identity: Race and Class in the Age of Trump
Auteur Asad Haider
Traductrice Valentine Leÿs
Éditeur Amsterdam
ISBN139782354802561
ISBN102354802560
Date de parution16 septembre 2022
Prix prévisionnel15,00 €
Nombre de pages176
Description de l’éditeur :

Quels sont les écueils auxquels les militants antiracistes se trouvent confrontés lorsqu’ils mobilisent la notion de « race » ? Et comment peuvent-ils s’en prémunir ? Asad Haider trace dans cet ouvrage une généalogie des politiques de l’identité, dont il met en relief le passage d’une inscription dans la tradition révolutionnaire à l’affirmation d’une position libérale. Revenant sur sa trajectoire personnelle au sein des luttes antiracistes menées aux États-Unis ces deux dernières décennies, il éclaire les multiples controverses suscitées en leur sein par l’héritage du Mouvement des droits civiques. Il montre ainsi que les luttes comme Black Lives Matter ont donné lieu à la confrontation de conceptions antagoniques de l’identité : tandis que l’une, abstraite et consolatrice, en fait le support d’une demande individuelle de reconnaissance qui naturalise les inégalités sociales, l’autre insiste au contraire sur la dimension construite des identités et la fonction de justification des structures sociales qu’elles remplissent.

Il résulte de cette démarche une série de mises au point à la fois historiques et théoriques sur certains des débats les plus vifs qui animent les espaces publics étatsunien et, désormais, français – qu’ils portent sur la perspective « séparatiste » théorisée par les penseurs afropessimistes, sur la rhétorique des identités offensées, ou encore sur les traits constitutifs de la blanchité.

Une certaine lecture

Les éditions Amsterdam nous offrent en somme une série d’ouvrages sérieux et étayés sur des sujets d’actualité, ici traités avec grande rigueur.

Notes    [ + ]

  1. ÉDITIONS AMSTERDAM. À propos. 29 octobre 2014. Consulté le 9 mai 2022. URL : http://www.editionsamsterdam.fr/a-propos/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.