Rentrée littéraire 2022 – Arthaud

Copyright : Arthaud

Les éditions Arthaud offrent en lecture deux ouvrages singuliers, d’expressions italienne et espagnole, pour leur rentrée littéraire 2022 ; ils sont composés par des auteur·es régulièrement publié·es par la structure éditoriale.

Une rentrée étrangère

La rentrée dite étrangère des éditions Arthaud nous propose de redécouvrir la plume de Paolo Rumiz et Zoé Valdés.

Dans son ouvrage originellement publié en 2019, d’une terrible actualité néanmoins, Paolo Rumiz, traduit par Béatrice Vierne, se questionne sur le phénomène de globalisation en Europe. Il part de fait à la rencontre des disciples de Benoît de Nursie et observent leur mode de vie en abbaye pour mieux réfléchir à l’Européen·ne dit·e ultra-connecté·e d’aujourd’hui.

Zoé Valdés, traduite par Aymeric Rollet, s’intéresse ici à la figure de Paul Gauguin, peintre du XIXe siècle dont l’œuvre est ô combien estimée. Sur la fin de sa vie, Gauguin élit domicile en Polynésie française, d’où il peint une série de tableaux représentant les paysages et habitant·es des îles du Pacifique. C’est précisément de cette période de sa vie dont s’inspire Zoé Valdés pour les besoins de son récit.

Le Fil sans fin de Paolo Rumiz

Le Fil sans fin
TitreLe Fil sans fin
Titre originalIl filo infinito
Auteur Paolo Rumiz
Traductrice Béatrice Vierne
Éditeur Arthaud
Collection Arthaud Littérature
ISBN139782081495005
ISBN102081495007
Date de parution31 août 2022
Prix prévisionnel19,90 €
Nombre de pages288
Description de l’éditeur :

« Nous autres, enfants de l’Europe des riches, qui a produit Auschwitz, nous qui passons pour des êtres civilisés, vivant dans une paix apparente depuis plus de soixante-dix ans, nous pensions être sortis de tout cela. Et aujourd’hui que le monde en est réduit au sauve-qui-peut, aujourd’hui que la grande fuite a commencé, nous sommes encore tout imprégnés du sentiment déraisonnable d’être étrangers aux désastres qui nous environnent. »
Face à tant de violence destructrice, d’où pourrait bien venir un élan de reconstruction de l’Europe ? Qu’y a-t-il encore d’authentique dans un Occident submergé par le matérialisme ? Pourrons-nous nous rétablir sans avoir besoin d’autres guerres et catastrophes ?
À l’urgence de ces questions, Paolo Rumiz cherche une réponse dans les lieux et parmi les personnes qui continuent de tenir le fil des valeurs essentielles. Ce sont les disciples de Benoît de Nursie, le saint patron de l’Europe. Rumiz les a cherchés dans leurs abbayes, de l’Atlantique aux rives du Danube, des lieux plus forts que les invasions et les guerres. À l’heure où les semeurs d’ivraie tentent de déchirer l’utopie de leurs pères, les hommes qui y vivent selon une « règle » plus que jamais valable aujourd’hui nous disent que l’Europe est, avant tout, un espace millénaire de migrations.

Paul de Zoé Valdés

Paul
TitrePaul
Titre originalLa casa del placer
Auteure Zoé Valdés
Traducteur Aymeric Rollet
Éditeur Arthaud
Collection Arthaud Littérature
ISBN139782081485853
ISBN102081485850
Date de parution31 août 2022
Prix prévisionnel16,00 €
Nombre de pages240
Description de l’éditeur :

« Il n’allait plus guère tarder à claquer comme un chien. Tout seul. La petite Chinoise n’était pas revenue lui apporter la soupe cuisinée par son père. Ou peut-être ne l’avait-il pas vue, en proie à ses accès de douleur et de delirium tremens. Il connut la faim, certes, mais sa peinture s’éclaircissait, elle respirait mieux. Une peinture qui respire est la plus grande réussite d’un peintre, car elle porte la vie ; il lui insuffle sa vie, sa respiration, les battements de son cœur, ses palpitations heureuses et ses craintes les plus profondes. »
Accablé par la maladie, sur une île paradisiaque de la Polynésie française, Paul Gauguin affronte les fantômes de son passé. Fiévreux et délirant, il se souvient de sa vie bourgeoise de financier avant que la peinture, devenue pour lui une passion, le pousse à tout quitter. Ce roman crépusculaire met en scène l’artiste en proie à ses ultimes visions et à ses derniers désirs.
Zoé Valdés livre ici « son » Paul, rhapsodie intime où les voix du passé se mêlent, comme des litanies. L’écrivaine fait la part belle aux corps, aux sens, à l’intime, et poursuit sa réflexion autour de l’amour, la mort, l’exil, la création et bien sûr la transgression, autant de thèmes qui nourrissent son œuvre.

Une vie itinérante

La rentrée littéraire 2022 des éditions Arthaud est en somme synonyme de voyage intime, de contemplation d’œuvres et de réflexions diverses sur le monde dans lequel on vit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.