Rentrée littéraire 2022 – Rue de l’échiquier

Copyright : Rue de l'échiquier

À l’occasion de cette rentrée littéraire 2022, les éditions Rue de l’échiquier présente deux ouvrages d’expressions française et anglaise, parmi lesquels figure un premier roman, celui de Julien Villa.

Une rentrée française

La rentrée dite française des éditions Rue de l’échiquier est placée sous le signe de la résistance. Julien Villa nous propose en effet l’histoire d’un homme inspiré par la révolte zapatiste mexicaine, se réinventant insurgé au moment où les pouvoirs publics s’apprêtent à défaire les sien·nes de leur pavillon.

Rodez-Mexico de Julien Villa

Rodez-Mexico
TitreRodez-Mexico
Auteur Julien Villa
Éditeur Rue de l'échiquier
Collection Domaine fiction
ISBN139782374253510
ISBN102374253511
Date de parution8 septembre 2022
Prix prévisionnel22,00 €
Nombre de pages288
Description de l’éditeur :

À trente ans, Marco Jublovski vit avec sa mère dans un pavillon de la zone industrielle et commerciale du Grand Rodez, où il travaille comme agent communal. Son seul plaisir dans un quotidien où l’apathie rivalise avec l’ennui, c’est sa bande d’amis – les mêmes depuis l’enfance. Un jour, Marco découvre l’existence du sous-commandant Marcos et des néozapatistes grâce à un documentaire. La sensation d’avoir rencontré son double le bouleverse : il se passionne pour la pensée révolutionnaire, le Mexique, Marx et consorts, jusqu’à en perdre le sommeil.

Par un étrange hasard, c’est à ce moment-là que les pouvoirs publics lancent contre Marco et sa mère une procédure d’expropriation au nom de l’essor du Grand Rodez. Bien décidé à résister, Marco se fait appeler le « sous-commandant insurgé Marco de Rodez ». Retranché dans son pavillon, qu’il surnomme à présent La Realidad, il refuse de quitter sa terre et promet de reconquérir la zone industrielle qui a recouvert de sa laideur mercantile les lieux de son enfance. Accompagné de ses acolytes de toujours, il patrouille dans son quartier, perché sur sa tondeuse autoportée, quand il ne placarde pas ses communiqués révolutionnaires sur le rond-point en face de chez lui.
Son secret : Rodez, la France et l’Occident n’existent pas. Le Sud-Est mexicain est le seul endroit encore réel au monde…

Dans ce premier roman de haute volée, Julien Villa convoque la lutte des néozapatistes du Chiapas et les grands mythes mexicains pour les superposer à la laideur du Grand Rodez. Il nous conte ainsi un « ailleurs » qui hante et révèle l’enfer d’un « ici », tout en rendant hommage aux nouvelles formes de luttes dans la lignée des ZAD ou de l’occupation des ronds-points par les gilets jaunes.

Une rentrée étrangère

La rentrée dite étrangère des éditions Rue de l’échiquier est placée sous le signe d’une renaissance. Zeyn Joukhadar, traduit par Nino S. Dufour, conte le parcours singulier d’un Syro-Américain transgenre tentant de faire le deuil de sa mère, en quête d’un nom qui corresponde davantage à son expérience de la vie.

Les Trente Noms de la nuit de Zeyn Joukhadar

Les Trente Noms de la nuit
TitreLes Trente Noms de la nuit
Titre originalThe Thirty Names of Night
Auteur Zeyn Joukhadar
Traducteur·rice Nino S. Dufour
Éditeur Rue de l'échiquier
Collection Domaine fiction
ISBN139782374253541
ISBN102374253546
Date de parution25 août 2022
Prix prévisionnel22,00 €
Nombre de pages256
Description de l’éditeur :

À New York, de nos jours, un jeune homme transgenre syro-américain tente de trouver sa place au sein d’une communauté qui le perçoit comme une fille et dont il se sent exclu. Il passe ses journées enfermé dans l’appartement qu’il partage avec sa grand-mère. Le seul moment où il se sent vraiment libre et véritablement lui-même, c’est lorsqu’il s’éclipse la nuit pour réaliser des fresques sur les immeubles du quartier de Manhattan, appelé autrefois Little Syria et désormais supplanté par le monde de la finance.
Une nuit, il découvre dans une maison abandonnée un journal qui va bouleverser sa vie, celui d’une artiste syro-américaine nommée Laila Z qui a consacré sa carrière à peindre les oiseaux d’Amérique du Nord. Au fil des pages, le narrateur découvre que le passé de Laila Z est intimement lié à celui de sa famille, et notamment de mère, ornithologue, qui est morte cinq ans auparavant dans un incendie suspect...

Dans ce roman émouvant et poétique, Zeyn Joukhadar raconte l’histoire d’une famille d’immigrés syriens, et tisse des échos subtils entre leur parcours et celui des oiseaux migrateurs. Il interroge ce que nous transmettent les générations qui nous précèdent et notre communauté, et comment l’une et l’autre façonnent notre identité : de quelles histoires hérite-t-on ? Comment d’anciens secrets de famille peuvent imprégner notre manière d’être au monde ?

Une façon d’exister au monde

La rentrée littéraire 2022 des éditions Rue de l’échiquier nous donne en somme l’occasion de découvrir des protagonistes ayant choisi d’exister comme iels l’entendent, dans une société refusant leur nature intrinsèque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.