Rentrée littéraire 2022 – Stock

Copyright : Stock

À l’occasion de cette rentrée littéraire 2022, les éditions Stock nous convient à la découverte de moult ouvrages d’expressions française, anglaise et russe. Parmi eux figure un premier roman, celui d’Amina Richard.

Une rentrée française

La rentrée dite française des éditions Stock s’organise sous trois grandes thématiques comme suit : une difficile réinvention de soi en temps de guerre ; une errance de l’être motivée par l’extérieur ; une tentative de comblement de la mémoire oubliée et des souvenirs non-transmis.

Lola Lafon et Félicité Herzog s’intéressent de sorte au parcours inqualifiable de nombreux êtres au moment de la Seconde Guerre mondiale. Lola Lafon, ayant choisi de découvrir la Maison Anne Frank pour les besoins de son récit en la collection « Ma nuit au musée », décrit sa confrontation au vide, à la disparition et traite des qualités d’écrivaine-éditrice d’Anne Frank. Félicité Herzog reprend de façon romanesque le parcours de sa mère et celui de Simon Nora pour conter une certaine résistance à l’Occupation allemande.

Olivia de Lamberterie, Tristan Jordis et Thierry Clermont décrivent les déambulations de protagonistes évoluant en un entourage singulier. Olivia de Lamberterie s’interroge sur comment mener une existence qui soit remplie et épanouissante à travers l’histoire d’une femme désenchantée. Tristan Jordis mène le narrateur de son roman sur la trajectoire d’un féticheur africain, ce dernier tentant d’aider son ami purgeant une peine de prison. Thierry Clermont relate en parallèle d’un émerveillement inédit à Long Island les retrouvailles de deux frères aux rapports distendus.

Emmanuel Ruben, Sabyl Ghoussoub, Michela Marzano et Amina Richard traitent d’une quête de soi à travers les origines familiales. Ainsi Emmanuel Ruben conte, à partir d’un chandelier dont les bougies sont allumées de manière successive, l’histoire de la famille maternelle de son alter-ego Samuel Vidouble. Sabyl Ghoussoub, ayant tenté de mieux appréhender les raisons de l’exil de ses parents, finalement restés en France pour plus longtemps que prévu, formule une réflexion étayée sur les notions d’immigration et d’identité. Michela Marzano enquête sur les fondements du silence de son père quant au fervent soutien de son grand-père paternel à Mussolini. Amina Richard confronte la narratrice de son roman, métisse grandissant avec sa mère blanche dans la France des années 1970, à son père inconnu et à l’Afrique : un bouleversement sans pareil.

Quand tu écouteras cette chanson de Lola Lafon

Quand tu écouteras cette chanson
TitreQuand tu écouteras cette chanson
Auteure Lola Lafon
Éditeur Stock
Collection Ma nuit au musée
ISBN139782234092471
ISBN102234092477
Date de parution17 août 2022
Prix prévisionnel18,00 €
Nombre de pages180
Description de l’éditeur :

« Comment l’appeler ?

Je dis Anne, mais cette fausse intimité me met mal à l’aise. Je ne peux pas dire Anne, quelque chose m’en empêche, qui, au cours de la nuit, se matérialisera par l’impossibilité de rester dans sa chambre. Alors je dis Anne Frank, comme on évoque l’ancienne élève brillante d’un collège fantomatique. Deux syllabes.

Anne Frank, une histoire que “tout le monde connaît” tellement qu’il n’en sait pas grand-chose. Car “tout le monde connaît” ne dit pas que “tout le monde sait”, mais qu’on est pressé de passer à autre chose, de le ranger au Musée, ce petit fantôme.

La Maison Anne Frank est un appartement vide. C’est l’absence de ses habitants devant laquelle les visiteurs défilent. C’est le vide qui transforme cet appartement, l’Annexe, en musée. Mais le vide n’existe pas. Il est peuplé de reflets qui témoignent de l’abîme, celui de la disparition d’Anne Frank.

Toute la nuit, j’irai d’une pièce à l’autre, comme si une urgence se tenait tapie encore, à retrouver. »

Comment font les gens ? d’Olivia de Lamberterie

Comment font les gens ?
TitreComment font les gens ?
Auteure Olivia de Lamberterie
Éditeur Stock
Collection La Bleue
ISBN139782234088351
ISBN102234088356
Date de parution17 août 2022
Prix prévisionnel20,00 €
Nombre de pages280
Description de l’éditeur :

« Elle trouve refuge dans une petite grotte érigée au fil des décennies avec des mots, des images et des chansons, l’art, un bien grand mot, la beauté des choses qui la bouleverse lui sert de kaléidoscope pour observer les jours et les gens. Ainsi le quotidien paraît moins féroce aux yeux de cette sentimentale désenchantée. »

Anna, la narratrice de ce roman aux allures de Mrs Dalloway contemporain, est éditrice sous les ordres d’une dictatrice aux lèvres rouges, se débrouille comme elle peut avec la vie, c’est-à-dire plutôt mal. Elle résiste. Elle endigue. Elle encaisse. Elle se souvient, surtout.

Coincée entre une mère libre mais atteinte d’une forme de joyeuse démence, des filles woke et/ou végétariennes, un mari au sourire fuyant et à la tenue fluo, un cordon sanitaire d’amies qui sonnent le tocsin des SMS et des apéros SOS « burn out », un œil sur les « Mamanours » mères de famille vibrant sur leur fil WhatsApp, Anna pourrait crier, comme on joue, comme on pleure, « Arrêtez tout ! », mais ça ne marche qu’au cinéma. Comment font les gens ? Pourquoi ne remarquent-ils pas les « pigeons dégueulasses aux ventres de pamplemousse » ou la mélancolie fêlée d’une voisine de comptoir ? Il y a du Virginia Woolf déjanté dans ce roman de la charge mentale, mais il y a aussi du Françoise Sagan : chaque phrase vise juste, replie le présent déceptif sur le passé enchanté.

Chaque phrase accueille au creux du confort d’une vie d’apparence bourgeoise les secrets de l’enfant caché, blessé, cajolé parfois, que fut Anna, car chaque adulte est cousu d’enfant. Il veut ce que nous voulons tous : l’amour.

Les Méditerranéennes d’Emmanuel Ruben

Les Méditerranéennes
TitreLes Méditerranéennes
Auteur Emmanuel Ruben
Éditeur Stock
Collection La Bleue
ISBN139782234090002
ISBN102234090008
Date de parution17 août 2022
Prix prévisionnel22,00 €
Nombre de pages432
Description de l’éditeur :

Décembre 2017, banlieue de Lyon. Samuel Vidouble retrouve sa famille maternelle le temps d’un dîner de Hanoukkah haut en tohu-bohu et récits bariolés de leur Algérie, de la prise de Constantine en 1837 à l’exode de 1962. En regardant se consumer les bougies du chandelier, seul objet casé dans la petite valise de Mamie Baya à son arrivée en France et sujet de nombreux fantasmes du roman familial – il aurait appartenu à la Kahina, une reine juive berbère –, il décide de faire le voyage, et s’envole pour Constantine. Il espère aussi retrouver Djamila, qu’il a connue à Paris, la nuit des attentats, et qui est partie faire la Révolution pour en finir avec l’Algérie de Bouteflika.

Passé et présent s’entrelacent au long de ses errances dans les rues de Constantine, aussi bien qu’à Guelma et Annaba, retrouvant les lieux où sa grand-mère s’est mariée, où son grand-père s’est suicidé, où sa mère est née, où sa tante s’est embarquée pour Marseille. De retour en France, il ne cesse d’interroger les femmes de sa famille, celles à qui revient d’allumer les neuf bougies, pour élucider le mystère du chandelier.

Au fil de leurs souvenirs, il comprend ce qui le lie à l’Algérie et ce qui lie toutes ces générations de femmes que l’histoire aurait effacées s’il n’y avait des romans pour les venger. Derrière les identités multiples, légendaires, réelles ou revendiquées – passé berbère, religion juive, langue arabe, citoyenneté française –, c’est l’appartenance à une communauté géographique qui se dessine : le vrai pays de ces Orientales, c’est la Méditerranée, la Méditerranée des exilés d’hier et d’aujourd’hui, la Méditerranée d’Homère et d’Albert Cohen, d’Ibn Khaldun et d’Albert Camus.

Dans ce grand livre de rires et de larmes qui tient à la fois de la quête initiatique, du récit des origines, de la saga familiale et du roman d’amour, Emmanuel Ruben réinvente et magnifie son pays des ancêtres.

Beyrouth-sur-Seine de Sabyl Ghoussoub

Beyrouth-sur-Seine
TitreBeyrouth-sur-Seine
Auteur Sabyl Ghoussoub
Éditeur Stock
Collection La Bleue
ISBN139782234092570
ISBN102234092574
Date de parution24 août 2022
Prix prévisionnel19,00 €
Nombre de pages200
Description de l’éditeur :

Lorsque le narrateur décide de questionner ses parents sur leur pays d’origine, le Liban, il ne sait pas très bien ce qu’il cherche. La vie de ses parents ? De son père, poète-journaliste tombé amoureux des yeux de sa femme des années auparavant ? Ou bien de la vie de son pays, ravagé par des années de guerre civile ?
Alors qu’en 1975 ses parents décident de vivre à Paris pendant deux ans, le Liban sombre dans un conflit sans fin. Comment vivre au milieu de tout cet inconnu parisien quand tous nos proches connaissent la guerre, les attentats et les voitures piégées ? Déambuler dans la capitale, préparer son doctorat, voler des livres chez Gibert Jeune semble dérisoire et pourtant ils resteront ici, écrivant frénétiquement des lettres aux frères restées là-bas, accrochés au téléphone pour avoir quelques nouvelles. Très vite pourtant la guerre pénètre le tissu parisien : des bombes sont posées, des attentats sont commis, des mots comme « Palestine », « organisation armée », « phalangistes » sont prononcés dans les JT français.
Les années passent, le conflit politique continue éternellement de s’engrener, le Liban et sa capitale deviennent pour le narrateur un ailleurs dans le quotidien, un point de ralliement rêvé familial. Alors il faut garder le lien coûte que coûte notamment à travers ces immenses groupes de discussion sur WhatsApp. Le Liban, c’est la famille désormais.

Incisif, poétique et porté par un humour plein d’émotions, Beyrouth-sur-Seine est une réflexion sur la famille, l’immigration et ce qui nous reste de nos origines.

Une brève libération de Félicité Herzog

Une brève libération
TitreUne brève libération
Auteure Félicité Herzog
Éditeur Stock
Collection La Bleue
ISBN139782234094024
ISBN10223409402X
Date de parution24 août 2022
Prix prévisionnel19,50 €
Nombre de pages232
Description de l’éditeur :

C’est une histoire française. Elle se passe pour l’essentiel à Paris, pendant l’Occupation allemande, puis dans le maquis du Vercors où les résistants se battent dans la neige et le froid, jusqu’au dernier. Une histoire française, presque un roman, mais tout y est vrai, qui oppose deux France. Celle des Cossé-Brissac, le côté maternel de Félicité Herzog, dont la grand-mère May, aussi libre de son corps en privé qu’attentive aux conventions immuables de l’aristocratie en public, reçoit dans son hôtel particulier le Tout-Paris de l’Occupation, le Tout-Vichy, de Paul Morand à Pierre Drieu La Rochelle, de Josée Laval (la fille de Pierre Laval) à Coco Chanel. Une jeune fille grandit là, qui désapprouve en silence, puis désobéit, prisonnière de ce monde clos, rétive cherchant à s’échapper par l’intellect et le plaisir. Cette belle adolescente promise à un mariage de l’entre-soi se nomme Marie Pierre de Cossé-Brissac. C’est la mère de l’auteure.

L’autre France, c’est celle plus lumineuse, jeune, bravache, idéaliste, de la résistance par les idées et par les armes. Un grand bourgeois juif parisien envoie son jeune fils en province. Celui-ci rejoint le maquis du Vercors. L’intellectuel rompu aux joutes de l’esprit apprend à tirer, se cache dans les grottes, combat en montagne. Il se nomme Simon Nora, rebaptisé « Kim » dans son réseau. À la fin de la guerre, seul survivant du massacre de la grotte aux fées, il revient auréolé de courage. L’aristocrate de haute lignée rencontre alors l’héritier des héritiers du judaïsme. Deux aristocraties au fond, mais que tout oppose. Le drame qui se joue dans ce roman haletant, cette fresque guerrière sous les hauts portraits d’ancêtres et dans les forêts où les SS fusillent les héros, atteint son sommet.

Une brève libération déploie le romanesque de la vérité des sentiments, de l’amour impossible, de l’union des contraires.

Le Pays des ombres de Tristan Jordis

Le Pays des ombres
TitreLe Pays des ombres
Auteur Tristan Jordis
Éditeur Stock
Collection La Bleue
ISBN139782234093805
ISBN102234093805
Date de parution24 août 2022
Prix prévisionnel20,90 €
Nombre de pages380
Description de l’éditeur :

« Le plaisir de la destruction nous avait amenés à nous connaître, Mansour et moi, et il avait déployé dans notre imagination l’idée d’un double qui faisait correspondre à la réalité le monde étrange des rêves. Chaque circonstance avait voulu sceller notre amitié ; peut-être la drogue, plus que tout le reste, par l’exigence de sincérité qu’on avait voulu lui opposer. »

De la prison dans laquelle il purgeait une peine de quatre ans, mon ami Mansour m’a un jour écrit avoir été envoûté par un féticheur quelques années plus tôt. À la fin de sa lettre, il me demandait si je pouvais partir à sa recherche pour lever le sortilège. Les amitiés issues des squats de crackmans ont décidément une valeur hors du commun. De la toxicomanie à l’emprisonnement, cette quête devait me mener aux confins de l’Afrique. Traversant la brousse et les forêts de son pays natal, l’esprit mystique des lieux m’amena à ce qui pourrait le délivrer. Après dix-sept ans d’absence, il revint cultiver la terre dans son village et retrouver la part de lumière en lui. À mon tour, fatigué de lutter dans une histoire devenue absurde, j’allai lui demander de me transmettre cette connaissance qui guérit l’esprit.

Au cœur des ténèbres, à la manière d’un Joseph Conrad, le narrateur nous entraîne avec lui, de surprise en surprise.

Mon nom est sans mémoire de Michela Marzano

Mon nom est sans mémoire
TitreMon nom est sans mémoire
Auteure Michela Marzano
Éditeur Stock
Collection La Bleue
ISBN139782234091320
ISBN102234091322
Date de parution24 août 2022
Prix prévisionnel20,50 €
Nombre de pages300
Description de l’éditeur :

Lorsque son frère devient père, Michela cherche à comprendre pourquoi elle n’a jamais eu le courage de mettre au monde un enfant. De quoi a-t-elle eu toujours si peur ?
Lorsqu’elle se tourne vers son père, découvrant qu’il porte pour deuxième prénom Benito, elle se heurte à une indifférence qui hésite entre l’esquive et l’hostilité. Pourquoi le prénom de Mussolini ? Michela entreprend d’y voir plus clair et, bientôt aidée d’Internet, d’une boîte de médailles familiales qui dort au sommet d’un placard, et de piles de lettres empoussiérées par les années, elle saisit des pans de vérité. La vérité c’est que son grand-père paternel que la transmission familiale racontait royaliste et patriote fut un des tout premiers soutiens du Duce. La Première Guerre avait ravagé l’Italie, tuant 1 240 000 soldats et civils, et une jeune génération traumatisée s’était laissé tenter par le fascisme. Mais ensuite ? Installé entre Lecce, dans les Pouilles, et Rome, il poursuit une carrière de juge, opérant sur la politique locale et nationale. Avec le temps, les tabous se cristallisent et le silence s’installe, minant les relations familiales.

Le choc intime que provoquent en Michela ces recherches est vertigineux. Et si l’origine de sa honte résidait dans le passé refoulé de sa famille ? Son histoire familiale se révèle en écho au destin de son pays avec une telle intensité qu’elle nous saisit à chaque page. La joie de vivre est si étrangère à son père qu’elle semble d’abord aussi interdite à Michela. Mais grâce à sa détermination, grâce à son écriture, elle la retrouve et nous la partageons. Un cheminement bouleversant.

Dans un royaume lointain d’Amina Richard

Dans un royaume lointain
TitreDans un royaume lointain
Auteure Amina Richard
Éditeur Stock
Collection La Bleue
ISBN139782234093973
ISBN10223409397X
Date de parution24 août 2022
Prix prévisionnel19,50 €
Nombre de pages236
Description de l’éditeur :

« L’histoire du soir est votre grand moment d’amour, ta mère y met tout son cœur de professeur, tu te régales du soin extrême qu’elle porte à l’intonation, elle te lit La Chèvre et les Biquets, la chèvre blanche, avant de partir au marché, fait ses recommandations à ses trois petits biquets, ils ne doivent pas ouvrir la porte avant qu’elle ait prononcé le sésame Ouvrez biquets et foin du loup ! ni avant d’avoir reconnu sa patte blanche sous la porte, mais le loup a tout entendu et tu jubiles des pages à venir, cent fois relues, où il contrefait sa voix avant de se trahir, glissant bêtement sous la porte sa vilaine patte noire, et comme toutes les petites filles de ton âge, tu frétilles du plaisir d’avoir peur du loup pour de faux et, dans la douce chaleur de ta mère et dans sa bonne odeur, auréolée de ses cheveux blonds et de sa peau laiteuse, tu attends, toute impatiente, le coup de corne vengeur de la gentille maman chèvre qui balance à la rivière l’horrible loup, et après les rituels baisers, câlins, bonne nuit, quand ta mère quitte ta chambre, tu remontes bien comme il faut le drap jusqu’à ton menton pour ne pas avoir froid, mais au bout de tes bras, pendent deux vilaines mains noires. »

Élevée par sa mère blanche dans la France des années 1970 et des publicités Banania, une jeune femme métisse part a la recherche de son père au Sénégal. Elle est poussée par un élan vital : celui d'une enfant obstinée de quatre ans, pétrie de littérature enfantine et d'attentes irrésolues, qui refuse de grandir tant qu’il ne l’aura pas reconnue comme sa fille.
Mais une fois au Sénégal, tout la déconcerte : l'accueil que lui réserve son père, les inconnus qui forment son cercle familial, les lieux, les odeurs, les sourires et les mots... Elle arrive en étrangère dans un pays qui n'est pas le sien.
Que comprendre de ce destin fragmenté ? L’histoire intime de chacun s'inscrit-elle, comme au cœur des contes, dans un royaume lointain qu'il faut atteindre pour y trouver sa vérité ?

Le style d’Amina Richard frappe par sa maîtrise, par la vivacité de son ton suscitant tour à tour émotion, colère, rire ou consternation, et par son amplitude qui invite le lecteur à littéralement respirer le texte, comme s'il partageait le souffle de la narratrice.

Long Island, Baby de Thierry Clermont

Long Island, Baby
TitreLong Island, Baby
Auteur Thierry Clermont
Éditeur Stock
Collection La Bleue
ISBN139782234092464
ISBN102234092469
Date de parution14 septembre 2022
Prix prévisionnel19,50 €
Nombre de pages240
Description de l’éditeur :

Long Island, c’est l’anti Manhattan. De Coney Island au phare de Montauk, cette langue de terre ne recèle pas moins de lieux mythiques, d’une beauté sauvage, qui raconte une autre Amérique, celle que le narrateur de ce roman nous emmène explorer. C’est là que vit son frère Charlie, tombé amoureux d’une jeune Estonienne, Anastasia, qu’il veut épouser.

Jamaica Station, Little Odessa, Oyster Bay. Theodore Roosevelt, Woody Guthrie, Lou Reed. Comme dans une ballade au refrain entêtant, les noms des hommes et des lieux s’attardent, les fantômes se réveillent, les ports déserts reprennent vie, embarquant le lecteur pour un voyage dans le temps et les espaces. L’air y est saturé d’embruns, de visages taiseux, de vies âpres, de destins immigrés. Et comme par un magnétisme sourd, cette île si singulière réconcilie les existences qui s’étaient cabossées. Les deux frères éloignés se retrouvent enfin, le lecteur est bientôt gagné par cette atmosphère onirique, apaisante, vivifiante. Les mots prennent le large.

Une rentrée étrangère

La rentrée littéraire dite étrangère des éditions Stock explore le parcours de protagonistes en quête d’un autre possible.

Anna North, traduite par Jean Esch, révèle, à travers un univers littéraire proche du western, un cadre sociétal où les femmes ont l’injection d’être le plus fertile possible. Quand sa protagoniste, jeune mariée adolescente, ne tombe pas enceinte, elle devient hors-la-loi et se dessine une autre vie.

Maria Stepanova, traduite par Anne Coldéfy-⁠Faucard, entrelace son histoire familiale à celle de la Russie à travers une forme de récit non-linéaire, incluant en son sein des documents, des essais et des passages que l’on pourrait qualifier de romanesques, quoique inspirés par le réel.

Hors-La-Loi d’Anna North

Hors-La-Loi
TitreHors-La-Loi
Titre originalOutlawed
Auteure Anna North
Traducteur Jean Esch
Éditeur Stock
Collection La Cosmopolite
ISBN139782234088993
ISBN102234088992
Date de parution24 août 2022
Prix prévisionnel23,00 €
Nombre de pages384
Description de l’éditeur :

« En l’an de grâce 1894, je devins une hors-la-loi. »

À dix-sept ans, la vie semble sourire à Ada : elle vient d’épouser le garçon qu’elle aime et son travail de sage-femme aux côtés de sa mère la passionne. Mais les mois passent et le ventre de la jeune femme ne s’arrondit toujours pas. Dans cette petite ville du Texas où la maternité est portée plus haut que tout, et la stérilité perçue comme un signe de sorcellerie, les accusations à l’encontre d’Ada ne tardent pas à se multiplier. Bientôt sa vie même est menacée et elle n’a d’autre choix doit que de partir, renonçant à tout ce qu’elle avait construit.
Elle trouve refuge au sein du tristement célèbre gang du Hole-in-the-Wall, une bande de hors-la-loi dirigée par un leader charismatique : le Kid. Le Kid rêve de créer un havre de paix pour les femmes marginalisées et rejetées par la société en raison de leurs différences.
À ses côtés, Ada apprend à monter à cheval, à tirer et à maîtriser l’art de se déguiser en homme pour piller des diligences ou voler du bétail. Mais le Kid veut aller plus loin et échafaude un plan qui pourrait bien leur être fatal. Ada est-elle prête à risquer sa vie pour un monde meilleur ?

Hors-La-Loi dépoussière avec fracas le mythe du Far West et brosse le portrait d’une héroïne inoubliable, portée par une soif de vérité et de justice.

En mémoire de la mémoire de Maria Stepanova

En mémoire de la mémoire
TitreEn mémoire de la mémoire
Titre originalПамяти памяти
Auteure Maria Stepanova
Traductrice Anne Coldéfy-⁠Faucard
Éditeur Stock
Collection La Cosmopolite
ISBN139782234086593
ISBN102234086590
Date de parution7 septembre 2022
Prix prévisionnel26,00 €
Nombre de pages592
Description de l’éditeur :

À la mort de sa tante, Maria Stepanova se retrouve à vider un appartement plein de photographies surannées, de vieilles cartes postales, de lettres, de journaux intimes et de souvenirs : les vestiges d’un siècle de vie en Russie.
Cette découverte déclenche chez elle un irrésistible besoin d’explorer les archives dont elle a hérité. Et de retracer l’histoire de sa famille et de l’Europe depuis la fin du XIXe siècle, en révélant les non-dits, les mensonges, les faux-fuyants.
Comment faire émerger la vérité et retranscrire ce passé familial ? Doit-elle privilégier une simple description des archives ? Ou s’atteler à la rédaction d’une fiction ?
Puisant dans diverses formes – essai, fiction, mémoire, récit de voyage et documents historiques –, Maria Stepanova donne vie à un vaste panorama d’idées et de personnalités et propose une exploration entièrement nouvelle et audacieuse de la mémoire – ou de son impossibilité. Comment assembler les morceaux épars de l’histoire personnelle et ceux de la grande histoire ? À l’ère du selfie, la mémoire n’est-elle pas évincée par la pseudo-éternité de l’image ? Au gré des chapitres, les portraits de ses ancêtres de l’époque tsariste ou de l’ère stalinienne côtoient de grandes figures, comme celles de Walter Benjamin, Charlotte Salomon ou Francesca Woodman. Convoquant des écrivains comme Roland Barthes, W. G. Sebald, Susan Sontag et Ossip Mandelstam, Maria Stepanova signe un grand texte littéraire, empreint d’une rare curiosité intellectuelle, d’une portée universelle.

Une pluralité d’histoires

Les éditions Stock offrent ainsi en cette rentrée littéraire 2022 un grand nombre d’ouvrages s’intéressant à la notion de mémoire : il est en effet question dans l’essentiel de ces œuvres de raconter afin de transmettre, d’écrire pour ne point oublier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.