Rentrée littéraire 2022 – Verticales

Copyright : Verticales

La rentrée littéraire 2022 des éditions Verticales offre en lecture deux ouvrages d’expression française.

Une rentrée française

Ainsi la rentrée dite française des éditions Verticales est placée sous le signe de l’exploration.

Olivia Rosenthal décrit l’émotion de sa narratrice partie enquêter sur les attentats au gaz sarin perpétrés dans le métro de Tokyo au mitan des années 1990. Cette dernière se retrouve anxieuse dans la ville japonaise quand vacillent les fondations de son existence.

Jane Sautière dévoile dans un récit court son adolescence à Phnom Penh, à la fin des années 1960. Elle tente surtout de mettre des mots sur son vécu, partiellement immémoré, sur ses émotions, vives, jusqu’à que l’Histoire ne rattrape entièrement sa famille.

Un singe à ma fenêtre d’Olivia Rosenthal

Un singe à ma fenêtre
TitreUn singe à ma fenêtre
Auteure Olivia Rosenthal
Éditeur Verticales
ISBN139782072988783
ISBN102072988780
Date de parution18 août 2022
Prix prévisionnel19,00 €
Nombre de pages176
Description de l’éditeur :

Tokyo, 1995. Des attentats au gaz sarin. Vingt-cinq ans plus tard, une enquête. Des témoins. Des scolopendres. Des veuves noires. Des oublis. Des murmures. Des non-dits. La narratrice peine à déchiffrer les signes équivoques qui lui parviennent. De rencontre en rencontre, elle se laisse traverser par ce que le pays cache et révèle.
Un apprentissage de l’abandon et du lâcher-prise.

Corps flottants de Jane Sautière

Corps flottants
TitreCorps flottants
Auteure Jane Sautière
Éditeur Verticales
ISBN139782072988738
ISBN10207298873X
Date de parution18 août 2022
Prix prévisionnel12,50 €
Nombre de pages112
Description de l’éditeur :

De petits débris flottent et se déplacent dans le vitré projetant parfois des formes sur la rétine. Ce que l’œil perçoit est l’ombre de ces corps flottants. Comme dans un cosmos, certains se satellisent et s’agrègent. J’ai vécu mon adolescence à Phnom Penh de 1967 à 1970. J’en ai si peu de souvenirs que j’ai laissé toute la place à ces traces, des ombres projetées. En résille, des silhouettes apparaissent, font signe, celles des parents, de mes camarades de lycée, d’un grand amour. Celles aussi auxquelles la violence de l’Histoire nous attache.
Ici, à Paris, le temps est blême, c’est l’hiver, il est 17 heures, il fait huit degrés. Là-bas, à Phnom Penh, la nuit est totale, il est 23 heures et il fait vingt-six degrés. J’ai voulu écrire dans les deux fuseaux horaires, dans les deux latitudes. Écrire au crépuscule qui est avant tout la survivance de la lumière après le coucher du soleil.
J. S.

Une intimité révélée

Les éditions Verticales nous promettent en somme d’entrer dans l’intimité de protagonistes féministes au cours de cette rentrée automnale 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.