Si le soleil se dérobe de Nicole Dennis-⁠⁠Benn, où se trouve la vraie richesse

Copyright : L'Aube

Née et ayant grandi à Kingston en Jamaïque, puis installée à New York aux États-Unis dès sa dix-septième année, Nicole Dennis-⁠Benn connaît intimement le bouleversement que peut créer une situation d’exil volontaire. Elle s’inspire quelque peu de son expérience singulière pour nourrir la psyché de sa protagoniste principale en Patsy, un roman que l’on retrouve en français sous le titre Si le soleil se dérobe grâce à la traduction de Benoîte Dauvergne. Ainsi son héroïne éponyme s’envole également pour New York, mais ne bénéficie a contrario, pour ce faire, ni d’un permis de travail ni d’un statut légal de résidence permanente… Un exil volontaire, une désillusion L’énonciation de Si le soleil se dérobe démarre en 1998 aux côtés de Patsy, vingt-huit ans, se préparant pour … Continuer la lecture de « Si le soleil se dérobe de Nicole Dennis-⁠⁠Benn, où se trouve la vraie richesse »

Sula de Toni Morrison, une existence noire, féminine, en dehors des « autres »

Copyright : Penguin Random House

Toni Morrison s’interroge en son deuxième roman intitulé Sula sur le devenir possible de toute femme noire qui évoluerait en marge des attentes implicites et/ou explicites de la société à son égard et sur les conséquences de son individualisme dans une communauté pourtant tout aussi individualiste. La romancière nous propose en effet de contempler ici l’existence d’une femme libre, insoumise aux injonctions des autres ; une « hors-la-loi » mécomprise, considérée en paria pour ses agissements dits masculins ; une Africaine Américaine rebelle, désireuse d’exister faisant abstraction des règles qui lui sont dictées en raison de sa race et son genre ; une amante éhontée, qui se choisirait elle en toute situation, en dépit aussi d’une amitié féminine qui lui est chère. Pour ce faire, elle … Continuer la lecture de « Sula de Toni Morrison, une existence noire, féminine, en dehors des « autres » »

Satisfaction de Nina Bouraoui, l’inassouvissement d’une femme confondue

Copyright : JC Lattès

Nina Bouraoui réinterroge sans cesse les notions d’identité et de genre, d’amours interdites et de trahison, d’enfances malmenées et d’émancipation en son œuvre. Elle offre ainsi en cette rentrée automnale 2021 un roman intitulé Satisfaction qui reprend chacune de ses obsessions littéraires. Sa protagoniste principale, souffrant d’une forme d’abandon, tente de saisir l’instant à l’aide sa caméra super 8 – la romancière utilisant ce motif pour figer l’instabilité au monde de son anti-héroïne –, à l’aide aussi, de ses multiples carnets de vie, témoins de ses fantasmes, ses névroses, sa honte. Un désamour, un désir Madame Akli est une Française qui, « [rêvant] d’une autre terre que la France », arrive en Algérie en 1962, après l’Indépendance, pour s’y installer avec son jeune époux Brahim. … Continuer la lecture de « Satisfaction de Nina Bouraoui, l’inassouvissement d’une femme confondue »

Soleil amer de Lilia Hassaine, une cruelle désillusion

Copyright : Gallimard

Choisissant pour épigraphe deux vers du Bateau ivre d’Arthur Rimbaud – « Les Aubes sont navrantes/Toute lune est atroce et tout soleil amer » –, suggérant de sorte une traversée en mer singulière où l’avènement n’est peut-être que désenchantement, désillusion et mélancolie, Lilia Hassaine traite en son deuxième roman d’exil et de mensonge à travers la destinée d’une famille algérienne installée en France. Une aventure française Soleil amer démarre par une scène d’enfants « [campant] des personnages » romains, se livrant à des « luttes fratricides », des petites guerres qui sans cesse se terminent et recommencent. On est alors dans la région montagneuse de l’Aurès en Algérie, en 1959. Là, Naja, vingt-six ans, élève seule ses trois filles, Maryam, Sonia et Nour, encore bébé. Son mari Saïd a … Continuer la lecture de « Soleil amer de Lilia Hassaine, une cruelle désillusion »

Un bébé si je peux de Marie Dubois, le parcours difficile d’un couple infertile

Copyright : Massot

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un couple est considéré infertile en cas d’absence observée de grossesse malgré des rapports sexuels non protégés sur une période égale ou supérieure à douze mois. Cette difficulté à concevoir un enfant concernerait environ un couple sur quatre à six selon l’Enquête nationale périnatale (ENP) et l’Observatoire épidémiologique de la fertilité en France (OBSEFF)[1]. Mais s’il s’agit d’une situation connue par de nombreux·ses Français·es aujourd’hui, la question reste encore taboue et beaucoup souffrent en silence au sein d’une communauté peu tolérante à l’égard des personnes infertiles. Dans sa bande dessinée intitulée Un bébé si je peux, Marie Dubois, illustratrice et réalisatrice de documentaires télévisuels, décrit l’invisibilité de l’épreuve d’infertilité dans notre société – ce … Continuer la lecture de « Un bébé si je peux de Marie Dubois, le parcours difficile d’un couple infertile »

Histoire du fils de Marie-⁠Hélène Lafon, une mosaïque d’émotions

Copyright : Buchet/Chastel

Écrivaine française née en 1962, Marie-⁠Hélène Lafon compose une œuvre littéraire singulière dont on ne peut nier la littérarité. Cette romancière, nouvelliste et essayiste prête en effet une grande attention à la linguistique et peaufine soigneusement l’esthétique de ses textes. C’est nul doute une des raisons pour lesquelles elle choisit en tant qu’épigraphe de son dixième roman intitulé Histoire du fils une citation de Valère Novarina sur l’écriture comme matière organique, malléable : « Le langage est notre sol, notre chair. Je me représente toujours le chantier comme un creux, une ouverture du sol, et l’avancée d’un texte, sa progression, comme une marche en montagne. » Marie-⁠Hélène Lafon explore dans ce dernier roman les silences et non-dits d’une famille au moyen d’une énonciation fragmentée, mêlant le … Continuer la lecture de « Histoire du fils de Marie-⁠Hélène Lafon, une mosaïque d’émotions »

Les Roses fauves de Carole Martinez, la métamorphose florale d’une femme

Copyright : Gallimard

S’inspirant d’une coutume andalouse dont lui fait part une de ses lectrices, Carole Martinez offre au sein de son quatrième roman une multitude de récits dans lesquels il est à la fois question de filiation, d’amours contrariées et de destinées écourtées. Les Roses fauves, paru en cette rentrée littéraire 2020 au sein de la collection « Blanche » des éditions Gallimard, lui permet ainsi de poursuivre son œuvre littéraire empreinte d’une grande sensualité féminine à travers une énonciation où se mêlent réalisme et imaginaire. Carole Martinez révèle en effet ici la métamorphose à caractère floral de son héroïne principale, une femme dont l’histoire semble en cours d’écriture, une femme ballottée entre émotions nouvelles et légendes familiales. Un récit en bourgeonnement Lola Cam … Continuer la lecture de « Les Roses fauves de Carole Martinez, la métamorphose florale d’une femme »

Rassemblez-vous en mon nom de Maya Angelou, un combat dans l’adversité

Copyright : Noir sur Blanc

Écrivaine, poétesse, actrice et grande militante pour les droits civiques états-unienne, Maya Angelou (1928-2014) est notablement connue pour ses sept volumes à caractère autobiographique dans lesquels elle traite des notions d’identité, de maternité, de racisme et de culture lettrée. En cette rentrée littéraire, le deuxième volume de cette série est réédité au sein de la collection « Notabilia » des éditions Noir sur Blanc. Maya Angelou y expose son combat et son aspiration à une vie meilleure, une lutte qu’elle mène en tant que femme, en tant que mère et en tant que Noire au cœur des années 1940 aux États-Unis. L’essayiste assimile cette lutte singulière à une « guerre » menée quotidiennement « dans les ghettos ». Elle démarre son récit intitulé Rassemblez-vous en mon nom, traduit … Continuer la lecture de « Rassemblez-vous en mon nom de Maya Angelou, un combat dans l’adversité »

Et toujours les Forêts de Sandrine Collette, quelle humanité après la fin du monde ?

Copyright : JC Lattès

Écrivaine française née en 1970, Sandrine Collette a une certaine prédilection pour les récits mettant en lumière l’œuvre des êtres humains sur la Terre : ses personnages sont souvent en situation de grande détresse, isolés dans des environnements hostiles découlant des méfaits de l’Homme sur la planète. Elle est ainsi l’auteure de Juste après la vague (Denoël, 2018), roman dans lequel bien peu d’âmes survivent à une vague qui détruit tout sur son passage ; et Il reste la poussière (Denoël, 2016), roman dans lequel son personnage principal se retrouve en marge des autres dans une « steppe balayée de vents glacés ». Dans Et toujours les Forêts, Sandrine Collette poursuit cette entreprise littéraire singulière. Ici, un jeune garçon mal-aimé devient homme de la Grande Ville, … Continuer la lecture de « Et toujours les Forêts de Sandrine Collette, quelle humanité après la fin du monde ? »

Le Cœur battant de nos mères de Brit Bennett, un roman sur la question clivante de l’avortement

Copyright : Autrement

Écrivaine états-⁠unienne née en 1990, Brit Bennett est diplômée de lettres et titulaire d’un master en beaux-arts spécialisé en fiction. Elle est notablement connue pour son essai I Don’t Know What to Do With Good White People, un texte lui conférant une grande visibilité internationale écrit en 2014 pour le blog Jezebel, disponible en France sous le titre Je ne sais pas quoi faire des gentils Blancs (Autrement, 2018). Publié dans son édition princeps en 2016 sous le titre The Mothers, Le Cœur battant de nos mères reçoit de sorte une attention particulière des médias nord-⁠américains, notamment du New York Times qui évoque la capacité de Brit Bennett à donner une vision hétérogène de la « souffrance maternelle » avec des personnages d’une complexité … Continuer la lecture de « Le Cœur battant de nos mères de Brit Bennett, un roman sur la question clivante de l’avortement »