Dernière cartouche de Caroline de Bodinat, un simulacre d’existence

Copyright : Stock

De nombreux écrivains s’intéressent au poids de l’extérieur – au regard des autres, aux préceptes et contraintes liés à un milieu social normé et à l’allégeance d’un homme ou d’une femme à sa propre famille – sur l’intimité d’une personne. Caroline de Bodinat reprend à son compte cet assujettissement circonstanciel de l’être et explore dans Dernière cartouche, un roman paru au sein de la collection « La Bleue » des éditions Stock, les répercussions désastreuses d’une trop forte injonction à la réussite. Elle décrit le quotidien d’un homme inconfortable dans son existence et montre ses relations passionnées. Elle crée par ailleurs un enjeu de lecture manifeste par le positionnement de sa narratrice dès le début de son énonciation. Un être bohème Caroline … Continuer la lecture de « Dernière cartouche de Caroline de Bodinat, un simulacre d’existence »

Mon frère de Jamaica Kincaid, l’impuissance d’un homme face à sa condition

Copyright : Éditions de L'Olivier

Le deuil est un thème récurrent en littérature car toute personne, quels que soient son âge, son genre, sa race, sa classe sociale, sa religion et ses origines, expérimente un jour cette épreuve singulière. Ainsi bien qu’un nombre incommensurable de textes explorent cette affliction, chacun d’entre eux demeure unique de par sa structure littéraire, son écriture et sa portée puisque le deuil est propre à tout être, différent en toute situation et relève de la sphère émotionnelle individuelle. Jamaica Kincaid, écrivaine antiguaise née en 1949, offre avec Mon frère, récit paru en France en 2000 au sein des éditions de L’Olivier, un texte à caractère autobiographique dans lequel elle traite de la mort de son plus petit frère, un trentenaire … Continuer la lecture de « Mon frère de Jamaica Kincaid, l’impuissance d’un homme face à sa condition »

Le Cœur à rire et à pleurer de Maryse Condé, les « contes vrais » d’une enfance guadeloupéenne

Copyright : Robert Laffont

Écrivaine de renom née en 1937, Maryse Condé n’a cessé tout au long de son œuvre littéraire de dessiner le portrait sociétal des Antilles françaises. Ses textes à caractère autobiographique, dont Le Cœur à rire et à pleurer : contes vrais de mon enfance (1999), La Vie sans fards (2012) et Mets et Merveilles (2015), sont particulièrement révélateurs des divisions économiques, sociales et raciales existant en Guadeloupe au cours du XXe siècle. Le Cœur à rire et à pleurer, paru dans son édition princeps au sein du catalogue des éditions Robert Laffont, pose un regard singulier sur cet archipel caribéen pendant les années 1940 et 1950 où Maryse Condé, née Maryse Boucolon, grandit entourée des siens, la dernière d’une fratrie de … Continuer la lecture de « Le Cœur à rire et à pleurer de Maryse Condé, les « contes vrais » d’une enfance guadeloupéenne »

Papa de Régis Jauffret, la réalité justifie la fiction

Copyright : Seuil

Papa est un ouvrage paru au mois de janvier 2020 au sein de la collection « Cadre rouge » des éditions du Seuil. Son auteur, Régis Jauffret, est un écrivain français né en 1955. Diplômé d’une maîtrise de philosophie, il se consacre très tôt à l’écriture et compose des pièces radiophoniques pour France Inter et des articles pour la revue littéraire Tel Quel. Son premier roman, Seule au milieu d’elle, paraît au mois de mai 1985 au sein des éditions Denoël. Régis Jauffret est également l’auteur de nombreux textes dont Cet extrême amour (1986), Histoire d’amour (1998), Univers, univers (2003), Asiles de fous (2005), Microfictions (2007), Claustria (2012), La Ballade de Rikers Island (2014), Cannibales (2016), Microfictions 2018 (2018) et Papa (2020). Dans ce dernier « roman » à caractère autobiographique, l’écrivain s’interroge sur le … Continuer la lecture de « Papa de Régis Jauffret, la réalité justifie la fiction »

La Menteuse et la Ville d’Ayelet Gundar-⁠Goshen, les conséquences terribles du mensonge

Copyright : Presses de la Cité

La Menteuse et la Ville est un roman d’Ayelet Gundar-⁠Goshen paru en France au mois d’août 2019 au sein des éditions Presses de la Cité. Il est traduit de l’hébreu vers le français par Laurence Sendrowicz. Ayelet Gundar-⁠Goshen est une romancière et scénariste israélienne née en 1982. Elle obtient un diplôme en psychologie clinique à l’université de Tel-Aviv, et a étudié, entre autres, le cinéma et l’écriture de scénarios à l’École de Cinéma et Télévision Sam Spiegel de Jérusalem. Le premier roman d’Ayelet Gundar-⁠Goshen, Une nuit, Markovitch, paraît en France au mois d’août 2016 aux éditions Presses de la Cité. Il est disponible au format poche aux éditions 10/⁠18 l’année suivante. Ayelet Gundar-⁠Goshen est également l’auteure de Réveiller les lions (Presses de la Cité, 2017 ; 10/⁠18, 2019). … Continuer la lecture de « La Menteuse et la Ville d’Ayelet Gundar-⁠Goshen, les conséquences terribles du mensonge »

Octosong de Levi Henriksen, la musique enivrante de trois octogénaires

Copyright : Presses de la Cité

Octosong est un roman de l’écrivain norvégien Levi Henriksen paru en France au mois d’octobre 2016 aux éditions Presses de la Cité. Il est traduit du norvégien vers le français par Loup-⁠Maëlle Besançon. Après avoir exercé en tant que journaliste pour un magazine de Kongsvinger en Norvège, Levi Henriksen décide de mettre fin à sa carrière de rédacteur pour devenir écrivain à temps plein. Ce romancier aux intrigues réservant une grande place à la musique est également auteur-compositeur, parolier et guitariste. Il fait ainsi partie d’un groupe nommé d’après lui, Levi Henriksen & Babylon Badlands. Octosong est un ouvrage atypique dans lequel on découvre l’histoire d’une fratrie d’octogénaires bien en rythme dont le parcours laisse sans voix un homme désabusé par son métier. … Continuer la lecture de « Octosong de Levi Henriksen, la musique enivrante de trois octogénaires »

Umami de Laia Jufresa, un roman polyphonique sur le deuil et l’absence

Copyright : Buchet/Chastel

Umami est un roman de Laia Jufresa paru en France au mois de mai 2016 dans la collection « Domaine étranger » des éditions Buchet/Chastel. La traduction de cet ouvrage de l’espagnol vers la langue française est proposée par Margot Nguyen Béraud. Laia Jufresa est une écrivaine mexicaine née en 1983. Elle passe son adolescence à Paris où elle étudie avec passion le graphisme et les lettres. Laia Jufresa est diplômée de La Sorbonne et publie son premier recueil de contes El Esquinista en 2014. Elle écrit en outre pour de nombreux journaux et magazines, pour la radio (BBC) et la télévision (Netflix). Umami, son premier roman, sort originellement en 2015 chez Literatura Random House. Au sein de cet ouvrage, Laia Jufresa propose le récit des habitants de la Cour Cloche-en-terre – La Privada Campanario[1] en … Continuer la lecture de « Umami de Laia Jufresa, un roman polyphonique sur le deuil et l’absence »

Quatre-vingt-dix secondes de Daniel Picouly, la Montagne Pelée personnifiée

Copyright : Albin Michel

Quatre-vingt-dix secondes est un ouvrage de l’écrivain et animateur français Daniel Picouly paru aux éditions Albin Michel le 22 août 2018. Il fait partie de la deuxième sélection du prix Goncourt 2018 et remporte le prix Nice Baie des Anges 2019. Au sein de Quatre-vingt-dix secondes, Daniel Picouly attribue une conscience à la Montagne Pelée, un volcan de la ville de Saint-Pierre en Martinique connu pour son éruption du 8 mai 1902 qui détruisît sa commune et fît environ 30 000 morts. L’auteur utilise déjà cette figure de style dans son précédent ouvrage Le Cri muet de l’iguane, un roman paru en avril 2015 chez le même éditeur. L’éruption de la Montagne Pelée est alors présentée comme une vraie volonté de ce volcan. Un paratexte évocateur L’œuvre de Daniel Picouly arbore un paratexte suggestif. Celui-ci souligne … Continuer la lecture de « Quatre-vingt-dix secondes de Daniel Picouly, la Montagne Pelée personnifiée »

Qui a tué mon père d’Édouard Louis, un pamphlet percutant

Copyright : Seuil

Édouard Louis est un écrivain français né en 1992. Après la parution de ses deux premiers récits à caractère autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule et Histoire de la violence, il revient sur le devant de la scène littéraire avec Qui a tué mon père, un troisième ouvrage relativement court publié aux éditions du Seuil au mois de mai 2018. Qui a tué mon père existe également au format poche depuis le mois de septembre 2019 aux éditions Points. Dans cet écrit, l’auteur se questionne sur la relation complexe qu’il a toujours entretenue avec ses parents, notamment avec son père, une figure distante symbole à la fois de haine et d’amour. Édouard Louis juxtapose l’histoire de sa vie de famille à l’histoire … Continuer la lecture de « Qui a tué mon père d’Édouard Louis, un pamphlet percutant »

La Part du fils de Jean-Luc Coatalem, un récit de filiation empreint de nostalgie

Copyright : Stock

Le récit de filiation est un genre littéraire par lequel un écrivain tente de reconstituer la vie d’un de ses proches au moyen d’une enquête plus ou moins approfondie selon les données qu’il a à sa disposition. Jean-Luc Coatalem, écrivain et journaliste français, ancien rédacteur en chef de Géo[1], s’illustre en cette rentrée littéraire à la composition d’un récit de filiation singulier. Dans La Part du fils, paru au sein de la collection « La Bleue » des éditions Stock et finaliste du prix Goncourt 2019, il pose un regard sur son héritage émotionnel, inscrit son énonciation dans des espaces spatio-temporels bien définis et évoque son besoin irrépressible de connaître la « vérité ». Une reconstitution difficile Jean-Luc Coatalem s’intéresse ici à l’histoire de … Continuer la lecture de « La Part du fils de Jean-Luc Coatalem, un récit de filiation empreint de nostalgie »