Thésée, sa vie nouvelle de Camille de Toledo, une traversée de la douleur

Copyright : Verdier

L’œuvre d’un écrivain se nourrit infailliblement du matériau de sa vie. Chaque composition littéraire offre ainsi un reflet en creux de son auteur, de son essence véritable ou son vécu, de ses réussites ou ses obsessions. À travers son ouvrage intitulé Thésée, sa vie nouvelle, Camille de Toledo renoue de façon inédite avec sa mythologie familiale. Il évoque nûment les disparitions successives qui l’ont anéanti : celle de son frère, Jérôme, qui se suicide en 2005 ; celle de sa mère, qui s’éteint un an plus tard par « synchronie », le jour même de l’anniversaire de Jérôme ; celle de son père, qui rend l’âme quatre années après sa femme, des suites d’une longue maladie. Thésée, personnage principal de ce roman, subit lui aussi … Continuer la lecture de « Thésée, sa vie nouvelle de Camille de Toledo, une traversée de la douleur »

Héritage de Miguel Bonnefoy, un siècle de migrations

Copyright : Rivages

Miguel Bonnefoy s’intéresse particulièrement aux notions de migration, d’héritage et de transmission dans ses écrits. Il compose à cet égard une œuvre littéraire singulière dans laquelle on retrouve ces thématiques qui lui sont chères : ses deux premiers romans – Le Voyage d’Octavio (Rivages, 2015) et Sucre noir (Rivages, 2017) – illustrent chacun à leur façon la richesse de ses réflexions sur le patrimoine culturel d’un peuple et sa mémoire. L’écrivain poursuit en cette rentrée automnale 2020 ses explorations littéraires à travers l’histoire réinventée de son trisaïeul paternel, tavernier français ayant immigré au Chili en quête de meilleurs lendemains. Héritage constitue de la sorte un roman contemporain, aux multiples « héros » confrontés à l’Histoire. Ce texte, empreint de réalisme magique, est construit à … Continuer la lecture de « Héritage de Miguel Bonnefoy, un siècle de migrations »

La Société des Belles Personnes de Tobie Nathan, un homme face à l’Histoire

Copyright : Stock

Professeur de psychologie clinique et pathologique, ethnopsychiatre, diplomate et philosophe français, Tobie Nathan connaît intimement les bouleversements politiques de l’Égypte contemporaine, et s’intéresse de près dans ses écrits à cette Histoire singulière et ses répercussions sur les petites gens. Tobie Nathan naît au Caire en 1948. Il y passe son enfance dans un « concert de langues différentes »[1], avant que sa famille, d’origine juive, ne soit contrainte de quitter sa patrie en février 1957 – à l’heure où tous les Juifs sont expulsés d’Égypte. Lui et les siens sont débarqués sur le port de Naples ; ils vivent près d’une année à Rome puis s’établissent définitivement en France au cours de l’été 1958[2]. Tobie Nathan choisit de revisiter cette histoire de déracinement … Continuer la lecture de « La Société des Belles Personnes de Tobie Nathan, un homme face à l’Histoire »

Nous n’avons pas vu passer les jours de Simone Schwarz-⁠Bart et Yann Plougastel

Copyright : Grasset

Nous n’avons pas vu passer les jours est un récit de Simone Schwarz-Bart et Yann Plougastel publié aux éditions Grasset au mois d’octobre 2019. Simone Schwarz-Bart, née Simone Brumant, est une écrivaine française originaire de Guadeloupe. Encore étudiante à Paris, elle fait la rencontre d’André Schwarz-Bart qui devient peu de temps après le récipiendaire du prix Goncourt 1959 pour son premier roman Le Dernier des Justes. Animés d’une même passion pour l’écriture, Simone et André Schwarz-Bart démarrent ensemble un cycle ambitieux à quatre mains avec la volonté de raconter en près de sept volumes le destin de la mulâtresse Solitude, une « héroïne et martyre de la grande révolte des esclaves ». Cette œuvre littéraire inachevée commence par la publication d’Un plat de porc aux bananes vertes en 1967 et se poursuit … Continuer la lecture de « Nous n’avons pas vu passer les jours de Simone Schwarz-⁠Bart et Yann Plougastel »

La Part du fils de Jean-⁠Luc Coatalem, un récit de filiation empreint de nostalgie

Copyright : Stock

Le récit de filiation est un genre littéraire par lequel un écrivain tente de reconstituer la vie d’un de ses proches au moyen d’une enquête plus ou moins approfondie selon les données qu’il a à sa disposition. Jean-⁠Luc Coatalem, écrivain et journaliste français, ancien rédacteur en chef de Géo[1], s’illustre en cette rentrée littéraire 2019 à la composition d’un récit de filiation singulier : il évoque dans La Part du fils le destin écourté de son grand-père paternel, Paol. Cet homme est subitement arraché à sa famille le premier jour du mois de septembre 1943, pour ne plus jamais revenir sur ses pas. Jean-⁠Luc Coatalem pose céans un regard sur son héritage émotionnel. Il inscrit son énonciation dans des espaces spatio-temporels bien définis et évoque … Continuer la lecture de « La Part du fils de Jean-⁠Luc Coatalem, un récit de filiation empreint de nostalgie »