« Les femmes » de Kristin Hannah

Dans l’édition de cette semaine de End Notes, nous examinons le dernier roman de Kristin Hannah, Les femmes (St. Martin’s, février), qui suit l’histoire d’une jeune infirmière nommée Frankie McGrath dont la vie a été changée à jamais par la guerre du Vietnam. Éditeurs hebdomadaireLa critique de a qualifié le roman de « tourne-page chargé d’émotion » et a déclaré que « les fans d’histoires féminines apprécieront cette histoire magnétique de guerre. »

Voici comment le livre a été créé.

Jennifer Enderlin, Président et éditeur, St. Martin’s Publishing Group

« Ce que j’aime dans le fait de travailler avec Kristin, c’est qu’aucune question, note ou commentaire que j’ai à faire n’est trop important pour elle. Je ne me retiens jamais de lui dire ce que je pense parce que j’ai peur que ce soit trop dur pour elle. Le processus de révision lui apporte réellement de la joie ! Elle embrasse le travail et tout le processus. Elle se met au défi plus que je ne pourrais jamais la défier.

Andrea Cirillo, Agent littéraire, Agence Jane Rotrosen

« Jennifer Enderlin et St. Martin’s Press sont les éditeurs de Kristin depuis un certain temps et ce livre faisait partie d’un contrat existant. Aucun d’entre nous ne savait quelle serait l’histoire lorsque nous avons conclu l’accord, mais une fois que Jen a entendu l’idée, elle en est immédiatement devenue la championne.

Michael Storrings, Vice-président et directeur exécutif de la création, Groupe d’édition de Saint-Martin

« Je voulais refléter la période du livre en utilisant une police des années 70 et signaler rapidement le Vietnam à l’aide d’un hélicoptère. Le dilemme pour moi était de créer un design à la fois réaliste et joli. L’utilisation de feuilles d’or de manière vieillie a résolu ce problème pour moi. J’ai peut-être créé 30 designs pour ce livre avant d’atterrir sur la jaquette finale.

Kristin Hannah, Auteur

« Les femmes est une histoire que je voulais écrire depuis plus de deux décennies. J’étais enfant pendant la guerre du Vietnam et je me souviens bien des turbulences chaotiques de l’époque. Tout cela m’a marqué durablement et a alimenté mon envie de raconter cette histoire. Mais ce n’est que lorsque nous étions au milieu d’une pandémie mondiale et que j’ai vu à quel point nos infirmières et nos médecins étaient épuisés et surmenés que tout s’est mis en place pour moi et a cliqué dans ma tête. Je connaissais mon chemin dans l’histoire. J’écrirais sur les infirmières. Les femmes. »

Une version de cet article est parue dans le numéro du 15/01/2024 de Éditeurs hebdomadaire sous le titre : Notes de fin