La France, championne de la Coupe du Monde 2018

World Cup 2018
Copyright : Tom Grimbert

Ok, j’étais obligée de vous en parler au moins un peu !

L’ÉQUIPE DE FRANCE EST CHAMPIONNE DE LA COUPE DU MONDE 2018 !

Et qu’est-ce qu’on est contents ! Je dois dire que j’avais peur d’y croire, et que je pensais voir les Bleus arriver jusqu’en demi finale. Selon mes pronostics de départ, ils auraient pu y rencontrer l’Argentine… et se voir défaits. Autant vous dire que quand j’ai compris que la France rencontrerait l’Argentine en huitièmes, je n’étais pas hyper sereine… Et je n’étais pas la seule d’ailleurs, d’après mes sondages (j’en profite pour remercier toutes les personnes qui ont joué le jeu durant cette dernière quinzaine), ce match France – Argentine est le seul de l’équipe de France pour lequel les Français interrogés ne pronostiquaient majoritairement pas la victoire des Bleus.

Mais cette belle équipe de France a su vaincre l’Argentine avec brio. Et elle a continué de vaincre toutes les équipes sur son passage : l’Uruguay, la Belgique, la Croatie. Elle est allée jusqu’au bout… ! Et on est très contents !

Quelques petites statistiques sur cette rencontre France – Croatie

Avant cette finale de Coupe du monde, les trois dernières finales du Mondial (2014, 2010 et 2006) ont été jusqu’aux prolongations. De toute l’Histoire du mondial, seulement deux finales ont été jusqu’aux tirs aux buts, en 1994 et en 2006 (on s’en souvient encore…). L’équipe de France peut donc s’estimer bienheureuse de ne pas avoir eu à affronter Danijel Subašić, le gardien de but croate, fort de magnifiques parades lors des matchs précédents.

C’était la première finale de Coupe du monde de l’équipe croate. La Croatie était ainsi la treizième nation différente à se qualifier pour ce stade prestigieux de la compétition, et le dixième pays européen à y arriver. Parmi les deux derniers « finalistes pour la première fois », il y avait la France en 1998 et l’Espagne en 2010 : deux équipes qui ont finalement gagné le tournoi. En 1974, lors de leur première finale, les Pays-Bas ont dû s’incliner face à l’Allemagne de l’Ouest.

La France et la Croatie s’étaient déjà rencontrées cinq fois avant cette finale de Coupe du monde. Hier, c’était donc leur sixième rencontre. La France n’a encore jamais été battue par la Croatie : elle a gagné quatre de ces rencontres, en 1998, en 1999, en 2000 et hier, en 2018 donc ; le score était resté nul à deux reprises, en 2004 et en 2011.

Celle-là, vous la connaissez sûrement, c’était la troisième finale de la France en Coupe du monde de football. On avait gagné le Mondial 98, et perdu en 2006. Et là, qu’est-ce qu’on est contents (troisième fois que je le dis, c’est dire) ! Aussi, ces trois apparitions en finales de Coupe du monde depuis 1998, c’est plus que toute autre équipe au monde durant ces vingt dernières années : on comptabilise la présence du Brésil à deux reprises (en 1998 et 2002), celle de l’Allemagne aussi (en 2002 et bien sûr en 2014).

Didier Deschamps est devenu la troisième personne au monde à avoir gagné la Coupe du monde à la fois en tant que joueur et en tant que sélectionneur, après Mário Zagallo pour le Brésil et Franz Beckenbauer pour l’Allemagne.

La France est la première équipe à marquer quatre buts dans une finale de Coupe du monde depuis le Brésil en 1970 qui avait battu l’Italie 4 buts à 1. Les Bleus n’étaient pas si loin de ce score…

Enfin, une de mes statistiques préférées, le seul joueur au monde à avoir gagné une Coupe du monde en étant plus jeune que Kylian Mbappé est le roi Pelé. Il avait exactement 17 ans et 249 jours lors de la finale de la Coupe du monde de 1958, quand le Brésil a battu la Suède. Il détient à ce jour le record.

Des statistiques pour toute cette Coupe du monde 2018

On a été surpris, on a pleuré, on a vibré ! Quelle était belle cette Coupe du monde ! Tout d’abord parce qu’il y a eu beaucoup de suspense et vraiment beaucoup de belles images de fair-play. Je retiendrai surtout cet acte magnifique de civisme et de respect de la part des supporters japonais qui ont nettoyé leurs tribunes après leur défaite contre la Belgique : tout simplement royal !

On a vu des choses moins réjouissantes aussi… Je pense notamment à l’élimination en poule de l’Allemagne, la triste blessure de Cavani, la désillusion de l’Espagne devant la Russie, et les défaites du Portugal et de l’Argentine en huitièmes signant probablement les dernières Coupes du monde de Cristiano Ronaldo et Lionel Messi.

C’était la première de l’arbitrage vidéo aussi : selon moi, il y a probablement quelques réglages à faire encore là-dessus… Je crois que l’un des faits qui m’a le plus marquée à ce sujet est le non-penalty de la Suède lors de sa rencontre contre l’Allemagne en phase de poule alors que la faute de Boateng me semblait tellement flagrante…

Néanmoins, on s’est régalés !

D’abord, pour ce but de Benjamin Pavard (désolée, il fallait que je le case, j’étais subjuguée devant ma télé) :

(D’ailleurs, pour revoir les autres magnifiques buts de ce mondial – je pense à celui de Varane par exemple – vous pouvez vous rendre sur cette page : la FIFA nous propose la vidéo de chacun des buts de ce mondial. C’est promis, il n’y a pas que ceux des Bleus.)

Ensuite, parce que mine de rien, cette Coupe du monde 2018 c’était en tout 169 buts, avec une moyenne de 2.6 buts par match ; 219 cartons jaunes, avec une moyenne de 3.5 cartons jaunes par match ; et seulement 4 cartons rouges distribués sur toute la durée du tournoi.

L’équipe au plus grand nombre de buts à l’issue du tournoi est la Belgique avec ses 16 buts, dont 15 marqués par l’équipe belge et un contre son camp de Fernandinho lors de Brésil – Belgique.

Le meilleur buteur de cette édition 2018 est Harry Kane, joueur de l’équipe d’Angleterre, avec ses six buts dont trois marqués sur penalty. En deuxième position, on retrouve à égalité avec quatre buts les joueurs suivants : Denis Cheryshev pour la Russie, Antoine Griezmann pour la France (dont trois sur penalty), Romelu Lukaku pour la Belgique, Kylian Mbappé pour la France et Cristiano Ronaldo pour le Portugal (dont un sur penalty).
À noter d’ailleurs que la France est une des équipes à avoir été le plus au point de penalty – trois fois – à ex-aequo avec l’Angleterre.

L’équipe malheureuse du tournoi est incontestablement le Sénégal. Quelle tristesse pour cette équipe africaine d’avoir été éliminée au fair-play. Le Japon a gagné ce ballottage favorable : les deux équipes avaient le même nombre de points, le même nombre de buts marqués et de buts encaissés à la fin de la phase de poule. Mais les Sénégalais ont reçu 6 cartons jaunes contre 4 pour les Japonais pendant ces trois matchs… Les spécialistes ne sont pas tout à fait d’accord pour qualifier cette décision arbitraire de fair-play, surtout que les joueurs japonais ont complètement arrêté de jouer dès la 80ème minute de leur match contre la Pologne pour être sûrs de passer en huitièmes.

Parmi les joueurs les moins heureux dirons-nous, on retiendra Carlos Sánchez pour la Colombie et Yussuf Yurary Poulsen pour le Danemark. Ils ont tous deux commis à deux reprises une faute provoquant un penalty pour l’équipe adverse.
Cette année, il y a aussi eu douze buts de joueurs contre leur camp, faisant de cette Coupe du monde 2018 la Coupe du monde avec le plus de buts marqués par des joueurs contre leur camp. Jusque là, le record était de six buts lors de la Coupe du monde de 1998. La France est d’ailleurs chanceuse de ce point de vue, on est l’équipe qui bénéficie le plus souvent de ces erreurs, avec deux buts marqués de joueurs contre leur camp cette année : un du joueur croate Mario Mandžukić pas plus tard qu’hier, et un marqué par le joueur australien Aziz Behich lors des matchs de poule.

Et s’il y un sélectionneur que j’ai trouvé classe, c’est bien Gareth Southgate. Même dans la défaite, il est parfaitement humble, j’avais très envie de voir son équipe décrocher la troisième place… Voici ses paroles après la défaite des Anglais en demi finale : “At the moment we all feel the pain of defeat. I don’t think realistically we expected to be here. But once you’re here and played as well as we did, you want to take those opportunities in life. The dressing room is a difficult place at the moment.”. Il ajoutera : “I’m remarkably proud of the group of players”. (source)

Enfin bref, c’était tout de même une belle Coupe du monde. N’hésitez pas à me partager, si cela vous tente, vos impressions sur cette compétition. Je serais ravie de vous lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.