Rentrée littéraire 2022 – Au vent des îles

Copyright : Au vent des îles

À l’occasion de cette rentrée littéraire 2022, les éditions Au vent des îles, qui depuis le début de cette année inaugurent une nouvelle charte graphique pour les couvertures de leurs ouvrages, nous proposent la parution d’un premier roman qui permet à son auteure de recevoir de nombreuses distinctions littéraires.

Une rentrée étrangère

Ainsi la rentrée dite étrangère des éditions Au vent des îles offre en lecture Bones Bay de l’écrivaine néo-zélandaise Becky Manawatu.

Traduit de l’anglais par David Fauquemberg, le roman nous conte l’histoire de deux frères séparés à la mort de leurs parents au moyen de trois perspectives dissemblables mais pourtant liées. Becky Manawatu capture, surtout, l’essence même du lieu où vivent ses personnages, l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande, en révélant leur existence.

Bones Bay de Becky Manawatu

Bones Bay
TitreBones Bay
Titre originalAuē
Auteure Becky Manawatu
Traducteur David Fauquemberg
Éditeur Au vent des îles
Collection Littérature
ISBN139782367344379
ISBN10236734437X
Date de parution8 septembre 2022
Prix prévisionnel23,00 €
Nombre de pages432
Description de l’éditeur :

Nouvelle-Zélande, aujourd’hui. Le chant de Tauriki résonne dans le grondement de cette mer qu’il aime et déteste à la fois, dans la musique qu’il tire de la guitare héritée de son père. Le jeune homme fuit sur l’autre île, au nord, espérant échapper au poids des secrets de famille. Ārama, son petit frère qu’il a abandonné dans un foyer hostile, est celui dont on n’attend rien. Pourtant, avec l’ardeur et la grâce des vulnérables, le garçon s’obstine à révéler l’éclat de la vie dans chaque faille où elle peut encore trouver à se faufiler.

Becky Manawatu fend la littérature avec l’élégance d’un rêve. Elle se coule dans la force de l’océan, absorbe ses remous, danse sur ses crêtes, vive, déchirante et indomptable.

Interlude poétique

La rentrée littéraire 2022 des éditions Au vent des îles est en somme synonyme de violence et de poésie. S’intéressant aux traumatismes de l’enfance, notamment à la notion de deuil, la primo-romancière mise en lumière ici dresse un portrait singulier de l’île où elle a grandi et longtemps vécu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.